1 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
1z le dentiste et l’horaire des leçons. Ce malaise inavouable, cette règle méchante, ce souci qui renaît chaque jour, je pense que
2 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
2ois l’angoisse de la catastrophe et la secrète, l’inavouable joie de la libération. Impossible d’isoler ces deux composantes dans
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
3re de répondre aux invites de ces parents naguère inavouables, mais qui soudain font mine de « réussir » N’est-ce donc plus, comme
4 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
4re de répondre aux invites de ces parents naguère inavouables, mais qui soudain font mine de « réussir ». N’est-ce donc plus qu’un
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
5besoin d’un mythe pour exprimer le fait obscur et inavouable que la passion est liée à la mort, et qu’elle entraîne la destruction
6 beaucoup plus terrible, une volonté profondément inavouable — et qui ne pouvait que se « trahir » par des symboles tels que celui
7ens réel de la passion est tellement effrayant et inavouable, que non seulement ceux qui la vivent ne sauraient prendre aucune con
8égarer le jugement. La passion interdite, l’amour inavouable, se créent un système de symboles, un langage hiéroglyphique, dont la
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
9 veulent responsables de rien, leur passion étant inavouable tant aux yeux de la société (qui la réprouve comme un crime) qu’à leu
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
10 accidentelle, non reconnue, à titre d’étrangetés inavouables, en contrebande. Mais on a toujours vu que l’invention d’une rhétoriq
11our malheureux, nous le savons, c’est une passion inavouable. L’originalité de Corneille demeure d’avoir voulu combattre et nier c
8 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
12D’où l’impression de culpabilité, inacceptable et inavouable (à cause de l’orgueil national). C’est le monde qui doit être mal fai
9 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
13ois l’angoisse de la catastrophe et la secrète, l’inavouable joie de la libération. Impossible d’isoler ces deux composantes dans
10 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
14nomie des motivations complexes, contradictoires, inavouables, que détectent les psychologues, et dans lesquelles vit le bourgeois
11 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
15ù le sentiment d’une culpabilité, inacceptable et inavouable (à cause de l’orgueil national). C’est le monde qui doit être mal fai
12 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
16 pas le moindre rapport avec ce je ne sais quoi d’inavouable, d’incertain par définition, de pas sérieux vraiment, qui vous a fait
13 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
17consommé ? Il y a dans tout échec humain une part inavouable de libération. Avouons-la, et couchons-nous. 21 juillet 1941, en me
14 1946, Réforme, articles (1946–1980). À hauteur d’homme (1er juin 1946)
18iloquents et ne se retrouve que dans des intérêts inavouables. Qui le niera ? Une première réalisation Une politique à hauteur d’
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
19stice, rien ne l’arrête dans l’analyse des motifs inavouables ou bizarres du comportement helvétique. La Visite de la Vieille Dame