1 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
1me ». Les uns l’accusent de fomenter une anarchie individualiste, les autres — ou parfois les mêmes — d’avoir sécrété la mystique du c
2 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
2 s’oppose à l’émiettement social de la démocratie individualiste ; elle s’oppose à l’exploitation de l’homme par ses créations, par l’
3 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
3ce. La meilleure preuve, d’ailleurs, de l’origine individualiste des mythes collectifs, je la vois dans l’aboutissement de ces mythes.
4 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
4s’en féliciter, ni surtout d’en conclure qu’entre individualistes et personnalistes, la différence est purement verbale. Reprenons l’or
5individualisme libéral n’est pas justifié, et les individualistes à la mode du xixe siècle font figure de révoltés non seulement contr
5 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
6a constatons parfois réalisée, alors que l’utopie individualiste fondait son espoir sur une réalité déjà utopique elle-même. Les perso
6 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
7] n’était perverti par l’usage qu’en ont fait les individualistes et les collectivistes.) La troupe d’assaut et la brigade de choc sont
7 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
8iens de la personnalité, tantôt pour de dangereux individualistes. C’est donc vraiment de nos affaires qu’il s’agit dans cette discussi
9ici le moment décisif de notre histoire. La Grèce individualiste a triomphé de la communauté [p. 199] barbare du sang. Mais plus tard
10raits qui rappelleront ma description de la Grèce individualiste. L’individu de la Renaissance est d’abord un révolté qui oppose ses b
11, de mépris du bien commun, phénomène typiquement individualiste 69 . Un dernier exemple vous fera sentir, je crois, toute l’importanc
12tes de la personne : transformons nos démocraties individualistes en démocraties vraiment personnalistes. Et surtout, n’oublions jamais
8 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
1352] La meilleure preuve, d’ailleurs, de l’origine individualiste des mythes collectifs, je la vois dans l’aboutissement de ces mythes.
9 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
14ire de stricte observance, dogmatique ; ici comme individualiste forcené, là comme ancêtre du « fascisme français » ! (au camarade Niz
10 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
15rt, certaines conséquences politiques de l’erreur individualiste, et surtout, de ses plus récents succédanés.   Le lieu de toute décis
11 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
16ité humaine telle qu’elle est, alors que l’utopie individualiste fondait son espoir sur une réalité déjà utopique elle-même. Les perso
12 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
17ux, précurseurs ou attardés, dégénérés, délicats, individualistes, etc., qualifiés pêle-mêle de saboteurs.   Valeur de l’individu : L’
13 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
18perdre un siècle de sociologies collectivistes ou individualistes. Enfin l’Occident entrevoit pour la première fois cette évidence monu
14 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
19ent toutes les catégories de pensée rationnelles, individualistes, bourgeoises ou marxistes. Mais je désespère presque de donner la moi
15 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
20développait pour ses fins propres, individuelles, individualistes. « Le moi est anéanti, écrit M. Lamm, tous les traits de la personnal
16 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
21par la mentalité même de la bourgeoisie, classe d’individualistes atomisés, dont les initiatives anarchiques appellent le contrepoids d
17 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
22arxiste sont l’une et l’autre libérales, parce qu’individualistes… La piété germanique n’est qu’une attitude de profond respect en face
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
23ité du Suzerain) ; à une sorte de pré-Renaissance individualiste ; à l’invasion d’une religion dualiste ; enfin, à cette montée puissa
19 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
24précédent. Le siècle des Lumières, puis le siècle individualiste, ont relâché et parfois même dissout les liens « sacrés » du corps so
20 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
25iens de la personnalité, tantôt pour de dangereux individualistes. C’est donc vraiment de nos affaires qu’il s’agit dans cette discussi
26ici le moment décisif de notre histoire. La Grèce individualiste a triomphé de la communauté barbare du sang. Mais plus tard elle a so
27raits qui rappelleront ma description de la Grèce individualiste. L’individu de la Renaissance est d’abord un révolté qui oppose ses b
28t [p. 48] pas seulement tous pour un — qui serait individualiste — c’est l’équilibre vivant des deux termes. Ceux qui disent : « Centr
29, de mépris du bien commun, phénomène typiquement individualiste 10 . [p. 52] Un dernier exemple vous fera sentir, je crois, toute l’
30tes de la personne : transformons nos démocraties individualistes en démocraties vraiment personnalistes. Et surtout, n’oublions jamais
21 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
31r le voisin par le jeu de la concurrence ; pour l’individualiste anarchisant, ce sera le refus d’obéir à l’État ; dans tel pays, la [p
32ds balancements d’un pôle à l’autre. À l’anarchie individualiste de la Grèce répond l’étatisme romain. Au collectivisme sacral du Moye
33llectivisme sacral du Moyen âge répond la révolte individualiste de la Renaissance. Et aujourd’hui, nouvelle oscillation du balancier 
34e de sa vocation envers ses prochains, il devient individualiste. Et quand il oublie qu’il est responsable de sa vocation envers lui-m
35it. La tolérance était la pâle vertu des libéraux individualistes. L’intolérance est la sombre vertu des partisans collectivistes. De l
22 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
36e de sa vocation devant la communauté, il devient individualiste. Quand il oublie qu’il est responsable de sa vocation devant Dieu et
23 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
37rogramme de ce qui ne saurait être que la maladie individualiste ou la maladie collectiviste de notre État. À quand le parti de la san
24 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
38r le voisin par le jeu de la concurrence ; pour l’individualiste anarchisant, ce sera le refus d’obéir à l’État ; dans tel pays, la li
39ds balancements d’un pôle à l’autre. À l’anarchie individualiste de la Grèce répond l’étatisme romain. Au collectivisme sacral du Moye
40llectivisme sacral du Moyen Âge répond la révolte individualiste de la Renaissance. Et aujourd’hui, nouvelle oscillation du balancier 
41e de sa vocation envers ses prochains, il devient individualiste. Et quand il oublie qu’il est responsable de sa vocation envers lui-m
42it. La tolérance était la pâle vertu des libéraux individualistes. L’intolérance est la sombre vertu des partisans collectivistes. De l
25 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
43t à sa vérité propre qui est moins évangélique qu’individualiste, ou même rationaliste ? Certes, je m’en voudrais de critiquer une exi
26 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
44, etc. Tout ceci pour la bourgeoisie et le siècle individualiste. Les suivants, nos contemporains, n’ont pas dit « Dieu », moins hypoc
27 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
45ement aberrant de nos morales rationalistes, puis individualistes, puis irrationalistes, tous ces systèmes s’entre-détruisant en théori
28 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable XI : Le Diable dans nos dieux (24 décembre 1943)
46, etc. Tout ceci pour la bourgeoisie et le siècle individualiste. Les suivants, nos contemporains, moins hypocrites que leurs prédéces
29 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
47 vérité propre qui, lui, est moins évangélique qu’individualiste, ou même rationaliste. [p. 155] Certes je m’en voudrais de critiquer
30 1945, Le Semeur, articles (1933–1949). La responsabilité culturelle de l’Église (mars 1945)
48ation ou la qualifient de morbide, réactionnaire, individualiste, antisociale. [p. 22] Elles sont, par conséquent, incompatibles avec
31 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
49Et l’esprit périclite, faute de liberté. La Grèce individualiste a triomphé de la communauté barbare du sang. Mais plus tard elle a so
50le étrangement la lutte présente entre démocratie individualiste et étatisme totalitaire — se produit l’événement unique de l’Incarnat
51titution au régime capitaliste (centralisateur et individualiste à la fois) d’un régime coopératif. Mais ceci nous entraînerait dans u
52 D’autre part, si les démocraties capitalistes et individualistes triomphent, aucun problème ne sera résolu de ce fait. Tout le monde s
53aix. Elle seule s’oppose à la fois au capitalisme individualiste et au totalitarisme qui en est né. Mais qui peut aujourd’hui proposer
54re, mais par un phénomène contraire de dispersion individualiste. Autre exemple : l’Angleterre et les pays scandinaves, au xvie siècl
32 1947, Carrefour, articles (1945–1947). L’art dirigé [Réponse à une enquête] (23 janvier 1947)
55ambition romantique, c’est le destin de l’artiste individualiste, et c’est trop pour un homme. Il s’agit pour nous, au xxe , d’appeler
33 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
56uté au sein de laquelle sa vocation s’exerce. Aux individualistes nous rappelons donc [p. 61] que l’homme ne peut se réaliser intégrale
57rs très inégales. L’un est collectiviste, l’autre individualiste. Dans notre immense majorité, nous refusons le premier, nous nous méf
34 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
58bre et engagé, et non pas seulement libre comme l’individualiste, ou seulement engagé comme le totalitaire ; lieu d’une synthèse vivan
35 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
59lan des relations individuelles, nous disons même individualistes. Elle n’apparaît qu’au xiie siècle, sous l’influence de l’hérésie ma
36 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
60e voué au collectif, la dévotion et le culte sont individualistes. Et bien plus encore le salut. Je revois ces femmes seules dans les t
37 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
61soit chrétienne pour autant.) Gide était [p. 287] individualiste. Savons-nous encore mesurer le sens et la portée de cette banalité, e
38 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
62officielle l’idée non scientifique, bourgeoise et individualiste de l’amour romanesque. Il estime à bon droit que la passion est une f
39 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
63mocratie saine et non la dictature ; à l’anarchie individualiste, le sens communautaire et non le collectivisme ; bref, à la peste, l’
40 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
64. Dans cette situation « orientale », la tendance individualiste ne pouvait trouver d’exutoire que dans l’aventure mystique. Le vérita
65! c) Individu et Tradition. — Que l’Occident soit individualiste et l’Orient traditionaliste, il paraît difficile de le mettre en dout
41 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
66, et ne croit à rien d’autre qu’à ses droits, cet individualiste mérite mieux que les Rois la réaction romaine que sera le jacobinisme
67développe en réponse au double défi de l’anarchie individualiste (ou nationaliste) et de la réaction totalitaire : il s’agit là de la
42 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
68 qu’elle soit chrétienne pour autant.) Gide était individualiste. Savons-nous encore mesurer le sens et la portée de cette banalité, e
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
69tire sa force et son inspiration ; et quant à ces individualistes qui restent aveugles devant l’origine chrétienne de leur foi, renvoyo
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
70’homme… Notre continent est sans conteste le plus individualiste de tous. En Asie, l’individu commence tout juste à compter ; en Améri
45 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
71entales et nordiques, continentales et maritimes, individualistes et communautaires, rationalistes et magiques. Et c’est l’Église qui v
46 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
72menacés par nos divisions nationales, partisanes, individualistes. En Europe, la dissolution profonde du lien spirituel entre la sociét
47 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
73officielle l’idée non scientifique, bourgeoise et individualiste de l’amour romanesque. Il estime à bon droit que la passion est une f
48 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
74 s’oppose à l’émiettement social de la démocratie individualiste ; elle s’oppose à l’exploitation de l’homme par ses créations, par l’
49 1973, Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui (1973). Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui
75 qu’ils laissent emprisonner sans protester. Ni l’individualiste anarchisant, ni le collectiviste aligné ne peuvent, par nature, s’eng
50 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
76écolonisation qui s’en suivrait. Et l’atomisation individualiste d’une société trop rapidement et sauvagement urbanisée annonçait la v
51 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
77décolonisation qui s’ensuivrait. Et l’atomisation individualiste d’une société trop rapidement et sauvagement urbanisée annonçait la v
52 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
78 s’oppose à l’émiettement social de la démocratie individualiste ; elle s’oppose à l’exploitation de l’homme par ses créations, par l’
53 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Contribution à une recherche éventuelle sur les sources de la notion d’engagement de l’écrivain (printemps 1978)
79 s’oppose à l’émiettement social de la démocratie individualiste ; elle s’oppose à l’exploitation de l’homme par ses créations, par l’