1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1 un problème de morale à résoudre, une conscience individuelle à recréer. Nous y employer, pour l’heure, c’est la seule façon effica
2lissade vers des folies. ⁂ Recréer une conscience individuelle ; retrouver le sens social, le sens des ensembles et des proportions 
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
3r à une fidélité plus profonde. Fidélité à sa loi individuelle, quelles merveilleuses duperies cela suppose. Mais c’est une honnêtet
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
4sisterait dans l’expression directe de la réalité individuelle. Elle serait tellement incommunicable qu’il deviendrait inutile de la
4 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
5expérience. Et qui n’en pourrait citer un exemple individuel ? Nous savons assez en quel mépris l’homme d’affaires à l’américaine
6’effort humain. Il ne peut plus situer son effort individuel dans le monde, lui attribuer sa véritable valeur. Il sent obscurément
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
7les ne font que traduire la diversité des besoins individuels. Méditez un peu ces truismes : On apprend plus d’une chose longuement
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
8ontient en puissance toute une morale de l’effort individuel et désintéressé, un constructivisme assez austère, mais stimulant, et
7 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
9, le geste de Martin, détaché de ses considérants individuels, s’isole comme un signal de rupture consommée. Tout homme qui agit, s
8 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
10ue Rimbaud, mais, croyons-nous, dans leur habitus individuel bien plus que dans leur commune grandeur. Seule la croyance en une an
9 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Saint-Évremond ou L’humaniste impur, par Albert-Marie Schmidt (octobre 1933)
11obablement l’unique remède. C’est comme la genèse individuelle et religieuse de ce fait trop actuel, qu’Albert-Marie Schmidt nous re
10 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
12t rien qu’humain. Certes, il transcende l’égoïsme individuel, mais il ne s’agit pas ici de transcender le plan humain, la conditio
11 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
13e les libertés locales, corporatives, familiales, individuelles, que voyons-nous au contraire ? une action précise mais par là même m
14ans satisfaire personne. Dans la vie familiale ou individuelle elle-même enfin, tout effort constructif qui devrait être protégé est
12 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
15 et par-dessus le marché, il promet la libération individuelle. C’est exactement le contraire du commandement et de la promesse bibl
16s de la vie du chrétien c’est de sortir de sa vie individuelle pour s’ordonner au transcendant dès ici-bas. C’est la mort à soi-même
13 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
17e et logique, une hiérarchie primant les libertés individuelles ; ceux de gauche, parce qu’il concrétise certaines aspirations collec
14 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
18 leurs anxiétés intérieures, de leurs préférences individuelles, de leurs virtualités imaginées. Est-ce que peut-être ils ne croient
15 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
19c’est-à-dire : prends conscience de ton existence individuelle, libère-toi des déterminations sacrées et obscures. Peut-être peut-on
16 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
20 avons constaté que rien, ni la pensée, ni l’acte individuel, n’est en réalité gratuit. Que tout se paye. Que notre liberté de pen
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
21 à l’avoir dénoncée au plus intime de l’existence individuelle. Chaque fois que nous disons d’un de nos dieux qu’il est puissant, no
18 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
22ands problèmes sociaux est une question de morale individuelle. » L’originalité d’une morale individuelle apte à résoudre les confli
23morale individuelle. » L’originalité d’une morale individuelle apte à résoudre les conflits sociaux se réduirait probablement aux ve
19 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
24 : des génies qui n’incarnent rien que leur refus individuel, des génies destructeurs de toute communauté, affirmateurs d’une véri
25rs de toute communauté, affirmateurs d’une vérité individuelle anti-sociale, des prophètes sans message pour le peuple, sans grandeu
26 De Kierkegaard à Nietzsche, toutes ces angoisses individuelles ont porté témoignage en faveur de l’esprit contre l’abêtissement de l
20 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
27ommune mesure donnant un sens aux moindres tâches individuelles, qu’elle situe dans un tout grandiose et colore ainsi d’héroïsme, écl
21 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
28t de la Renaissance, à la montée de la conscience individuelle dans l’Europe du xvie siècle. Mais elle agit en sens inverse. Elle a
29 pas de sens pour nous. Elle ne sera pas non plus individuelle : on ne peut pas ressusciter des mesures mortes. Je dis qu’elle sera
22 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
30onne responsable, tel est le secret de l’angoisse individuelle et de la révolte des masses. Retour à la personne, tel est le sens de
31ands problèmes sociaux est une question de morale individuelle. » L’originalité d’une morale individuelle apte à résoudre les confli
32morale individuelle. » L’originalité d’une morale individuelle apte à résoudre les conflits sociaux se réduirait probablement aux ve
33xcellence, acte qui part de limitations humaines, individuelles, mais pour les transcender, acte qui, dans l’instant fait communier l
23 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
34ommune mesure donnant un sens aux moindres tâches individuelles qu’elle situe dans un tout grandiose et coloré ainsi d’héroïsme, écla
35t de la Renaissance, à la montée de la conscience individuelle dans l’Europe du xvie siècle. Mais elle agit en sens inverse. Elle a
36 pas de sens pour nous. Elle ne sera pas non plus individuelle : on ne peut pas ressusciter des mesures mortes. Je dis qu’elle sera
24 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
37ements de masses 55 , se reproduit dans le destin individuel des véritables hommes d’action de la gauche. Qu’on se rappelle Noske,
25 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
38st celle des relations nécessaires entre l’esprit individuel, et l’espèce, maîtresse du corps. L’alternative que je viens d’indiqu
39pour Goethe, désormais, de se construire un ordre individuel aussi solide et organique que celui qui régit l’extérieur. Voilà le s
40. Et pourtant comment ne point sentir le précepte individuel, la leçon de sagesse intérieure qui se dégage de ses descriptions et
26 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
41té simultanée de notre science et de la « veine » individuelle. C’est l’un ou l’autre ; ou mieux, l’un contre l’autre. La religion l
42uperstitions, ce serait avouer ce qu’on a de plus individuel, de plus irréductible au général. Mais voilà l’étonnant de l’aveu : c
4335 Si l’on craint d’ordinaire d’avouer sa réalité individuelle et ses superstitions, c’est sans doute en vertu d’une prudence qui es
44a politique doit aller à l’encontre de la réalité individuelle, et c’est pour elle la seule manière d’être en vérité « réaliste ». J
27 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jean Blanzat, Septembre (janvier 1937)
45airement privée de « morale » d’un lamentable cas individuel ? Mais alors : veut-on ma compassion pour un héros malade ou mon admi
28 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
46té simultanée de notre science et de la « veine » individuelle. C’est l’un ou l’autre ; ou mieux, l’un contre l’autre. La religion l
47uperstitions, ce serait avouer ce qu’on a de plus individuel, de plus irréductible au général. Mais voilà l’étonnant de l’aveu : c
48rs Si l’on craint d’ordinaire d’avouer sa réalité individuelle et ses superstitions, c’est sans doute en vertu d’une prudence qui es
49a politique doit aller à l’encontre de la réalité individuelle, et c’est pour elle la seule manière d’être en vérité « réaliste ». J
29 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
50respectaient les principes éternels, — la liberté individuelle, — l’intellectualisme, — la pensée solitaire, — et le bonheur. Tandis
30 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
51telle qu’il la développait pour ses fins propres, individuelles, individualistes. « Le moi est anéanti, écrit M. Lamm, tous les trait
52 de l’homme pour transcender son petit personnage individuel ou sociologique, et se mettre au service de quelque chose qui le dépa
31 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
53e nous aimons à dire. Elles sont d’usage interne, individuel. Les doutes que Ramuz nous proposent touchent au contraire les fondem
32 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
54e Europe fédérée. Mais dès le début, l’initiative individuelle extrêmement [p. 7] vigoureuse des marchands fut déviée par l’égoïsme
55re conséquence sociale de donner à l’intelligence individuelle la possibilité d’accéder à la fortune. Ainsi se développa le type de
33 1938, Journal d’Allemagne. Avertissement
56 que le roman psychologique, centré sur des héros individuels, a traduit la réalité de l’époque qui prend fin sous nos yeux, il se
34 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
57es pays démocratiques, et par suite les problèmes individuels déterminent de plus en plus le choix réciproque des conjoints. D’où l
58 se fonder, désormais, que sur des déterminations individuelles. C’est-à-dire qu’il repose en fait sur une idée individuelle du bonhe
59s. C’est-à-dire qu’il repose en fait sur une idée individuelle du bonheur, idée que l’on suppose commune aux deux conjoints dans le
60géniques, et dans une atmosphère où les problèmes individuels tendaient à perdre toute espèce de dignité, de légitimité et de virul
61e suppose toute morale du « bonheur » strictement individuelle. Or la dictature hitlérienne, du fait qu’elle prétendait se fonder su
62giques, rigoureusement indépendants des « goûts » individuels, donc des passions. À chacun sa « fiche de mariage ». Alors la scienc
35 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
63ial… Mais pour peu que se précisent les exigences individuelles 94 , ces données extérieures perdent en importance, et les impondérab
64s et collectifs, qui échappent en partie aux vues individuelles. Le « signe » de la crise du mariage nous parle et nous avertit mieux
36 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
65 avons constaté que rien, ni la pensée, ni l’acte individuel, n’est en réalité gratuit. Que tout se paye. Que notre liberté de pen
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
66jours la critiquer, ou la goûter pour des raisons individuelles. Il n’en va pas de même pour le mythe : son énoncé désarme toute crit
67 », et elles ont donc tout à gagner à la critique individuelle. Mais nous avons besoin d’un mythe pour exprimer le fait obscur et in
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
68té parfois très complaisante ; enfin la fantaisie individuelle des poètes : tels sont donc en fin de compte les éléments sur lesquel
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
69tre la créature et le Créateur. Quelques exemples individuels — les seuls valables en ce domaine 100 — nous permettront de précise
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
70e n’aura guère débordé le champ de la psychologie individuelle. Il y gagne une lucidité qui le conduit plus rapidement que les Allem
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
71pas seulement dans le détail des règles de combat individuel que se fait sentir l’action de l’idéal chevaleresque, mais dans la co
72ris de guerre conservent aux combats un caractère individuel et l’apparence d’un noble sport ». Mais dans le courant du xve siècl
73ffacera guère qu’au xxe siècle. L’idée de valeur individuelle, ou d’exploit guerrier, représentée par le duel et la « prouesse » (t
74fficace qu’il sera moins humain dans ses réflexes individuels. Ainsi, malgré le dopage entrepris par la propagande, la victoire dép
75Et cela signifie sans équivoque que les relations individuelles des sexes ont cessé d’être le lieu par excellence où se réalise la pa
76 la politique ne fait que transposer les passions individuelles au niveau de l’être collectif. Tout ce que l’éducation totalitaire re
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
77es pays démocratiques, et par suite les problèmes individuels déterminent de plus en plus le choix réciproque des conjoints. D’où l
78 se fonder, désormais, que sur des déterminations individuelles. C’est-à-dire qu’il repose en fait sur une idée individuelle du bonhe
79s. C’est-à-dire qu’il repose en fait sur une idée individuelle du bonheur, idée que l’on suppose commune aux deux conjoints dans le
80géniques, et dans une atmosphère où les problèmes individuels tendaient à perdre toute espèce de dignité, de légitimité, de virulen
81e suppose toute morale du « bonheur » strictement individuelle. Or la dictature hitlérienne, du fait qu’elle prétendait se fonder su
82giques, rigoureusement indépendants des « goûts » individuels, donc des passions. À chacun sa « fiche de mariage ». Alors la scienc
83 de l’Occident va de la sagesse tribale au risque individuel ; elle est irréversible et il faut l’approuver, dans la mesure où ell
84ligner dans cet ouvrage.) La recherche du bonheur individuel primant sur la stabilité sociale, et le respect de l’évolution psycho
85les échappent encore, par nature, à la conscience individuelle. Toute solution que je serais tenté de proposer, fût-elle jugée « la
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
86ial… Mais pour peu que se précisent les exigences individuelles 201 , ces données extérieures perdent en importance, et les impondéra
87s et collectifs, qui échappent souvent aux prises individuelles. Le signe de la crise du mariage nous parle et nous avertit mieux : a
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
88toresque, anecdotes interprétées par la fantaisie individuelle du poète. Les faits que nous décrit l’auteur de la Folie Tristan étai
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
89c’est-à-dire : prends conscience de ton existence individuelle, libère-toi des déterminations sacrées et obscures. Peut-être peut-on
46 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
90ées et démoralisées. Enfin je vous citerai un cas individuel assez typique. Un grand banquier de Paris, membre d’un comité de bien
91nt confus. Plus rien n’est à la mesure de l’homme individuel. Quand nous regardons en arrière, nous nous disons : les intellectuel
47 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
92e nous aimons à dire. Elles sont d’usage interne, individuel. Les doutes que Ramuz nous propose touchent au contraire les fondemen
48 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
93— n’a d’autre fin que de sauvegarder les libertés individuelles, par où j’entends l’exercice libre des vocations. Pour la personne, p
49 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
94 qui trahirait la vraie personne dans ce complexe individuel. D’autant plus que certains détails, certaines allusions, et beaucoup
50 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
95 millénaire, au regard de laquelle nos déductions individuelles, ou localement logiques, apparaissent hasardeuses et provisoires, fra
96r et sa jalousie forcenée se portent sur nos âmes individuelles. Il rôde autour de nous comme un lion rugissant en quête de sa proie,
97tre de l’Histoire, et de chacune de nos histoires individuelles… Aussi, partout où l’on condamne sans pitié son prochain ou soi-même,
51 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
98ctives ; disqualification temporaire des conflits individuels. Je parle d’un état d’exception comme on dirait état de siège ou état
52 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
99enversera. Nous avons vu trop de cas de ce genre, individuels ou collectifs. Nous avons vu la population de la Sarre se jeter dans
53 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
100ns tous les siècles, le même drame va se répéter, individuel ou collectif : c’est le drame du propriétaire. Jésus confie l’Église
101onsable ; dans une foule il n’y a plus de réponse individuelle ; pour qu’il n’y ait plus de responsable, il suffit qu’il y ait une m
102 elle a ses sources au plus intime des existences individuelles. Et c’est là seulement qu’on peut la dénoncer. [p. 146] 48. La Tour
103raisonnement que le Malin propose à la conscience individuelle, c’est le même, en chacun de ses détails, qu’Hitler a proposé au peup
104t pas de domaine où l’argument de l’espace vital, individuel cette fois-ci, ait eu plus de succès que dans l’amour tel qu’on le cu
105n commun, des vertus viriles et dures. Le bonheur individuel est devenu notre tabou : signe de décadence d’une civilisation. Augus
106n monde où elle ne sert plus que le petit bonheur individuel. En vous mariant devant la loi ou devant Dieu, vous prenez l’engageme
107ignons dans notre cœur. Lorsque nos circonstances individuelles ou politiques, nos drames intimes ou internationaux, se révèlent comm
54 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
108nsable ; dans une foule, il n’y a plus de réponse individuelle ; pour qu’il n’y ait plus de responsable, il suffit qu’il y ait une m
109 elle a ses sources au plus intime des existences individuelles. Et c’est là seulement qu’on peut la dénoncer. p. 2 l. « Les t
55 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
110 que Rimbaud 2 , mais je crois, dans leur habitus individuel bien plus que dans leur commune grandeur. Seule la croyance en une an
56 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
111 de refuge, soit terrestre ou céleste, à leur vie individuelle, — à leur vie contre leur idée ; à leur vie malgré leur idée ; à leur
112 la chair, autorité de la personne sur l’anarchie individuelle. C’est ici qu’on touche au mystère, sans lequel tout serait absurde :
113rd a su la dénoncer au plus intime de l’existence individuelle. Chaque fois que nous disons d’un de nos dieux qu’il est puissant, no
57 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
114es naïves de l’histoire (ou de sa propre histoire individuelle) mettaient dans la Révélation. Incapable d’y croire, il la refoule. E
58 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 6.. Le Journal d’André Gide
115intime hiérarchie qui trahirait, dans ce complexe individuel la vraie personne. D’autant plus que certains détails, certaines allu
59 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
116té, plus vaste, antérieure et supérieure à la vie individuelle ». Mais quelle est cette réalité ? Notre Nature profonde ou la Divini
117rde : ce moi détesté, c’est la fatalité de l’être individuel, charnel, créé, et lié à toute la création. C’est par lui et à traver
60 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
118n avenir. Nous l’oublions souvent, dans notre vie individuelle. Les statistiques nous le rappelleront. On constatera [p. 14] l’année
61 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
119r je sens qu’on écoute mes téléphones.) Le risque individuel prend sa place normale dans le risque collectif. Cet accord supprime
62 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
120s et leurs réalités. Voilà qui donne à l’aventure individuelle un prix nouveau. — Très peu, je crois, sont prêts à le payer. p.
63 1946, Lettres sur la bombe atomique. 8. Un salon atomique
121 plutôt rassurante. C’est le danger ou le malheur individuel que l’on redoute, et dont on souffre, surtout par la comparaison avec
64 1946, Lettres sur la bombe atomique. 16. Le goût de la guerre
122ctives ; disqualification temporaire des conflits individuels. Je parle d’un état d’exception comme on dirait état de siège ou état
65 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
123p contrôlée écrase bientôt toutes les initiatives individuelles. N’admettant pas de recours au-delà de son pouvoir, il se prive de to
124é, et qu’il a reçu la promesse de sa résurrection individuelle. Il est donc à la fois engagé et libéré, et ceci en vertu d’un seul e
125inie se résout l’éternel conflit entre la liberté individuelle et les devoirs vis-à-vis de la collectivité. C’est le même Dieu qui,
126t aussi ce qui l’oblige à respecter les vocations individuelles. La liberté du siècle présent se réclame du slogan utopique : à chacu
66 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
127 ou d’une secte, sacrifient volontiers leur style individuel aux nécessités de l’action. L’Européen, tout au contraire, estime que
67 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
1286] sous l’aspect d’une mise en ordre de deux vies individuelles. C’est qu’en Europe, l’on se préoccupe avant tout du passé, d’un capi
68 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
129’immanence et la transcendance, le collectif et l’individuel, le service du groupe et l’anarchie libératrice, la sécurité et le ri
130t sous l’aspect de ses libertés, ou de ses droits individuels, comme le firent les requins capitalistes du siècle dernier, il crée
131êne : l’esprit critique les gêne, les différences individuelles les gênent, l’opinion libre et la presse les gênent, et les partis — 
69 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
132de nations, et une infinité d’écoles et de génies individuels : tous, ils ont contribué à faire l’Europe et à modeler l’idée europé
70 1948, Suite neuchâteloise. III
133ution, puis par l’Empire, dans le sens des droits individuels et de la tyrannie collective. La population s’accroissait, le commerc
71 1948, Suite neuchâteloise. IV
134naire !) Prolongés vers cet au-delà de la mémoire individuelle, le passé qui se passe en nous, et sans lequel il n’y aurait jamais d
72 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
135ent qu’elles les délivreraient de leurs problèmes individuels : ainsi la guerre, les dictatures, les troupes de choc militaires et
73 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
136de l’existence de Dieu. Mais il croyait à l’homme individuel, et cette croyance est née de la synthèse du christianisme. Elle n’ex
74 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
137nant le phénomène de la passion dans les rapports individuels. La passion, c’est l’amour exalté non seulement au-delà de toute rais
138grands gestes rituels. La variation, l’innovation individuelle ne peuvent être à leurs yeux que des erreurs. Elles risqueraient de f
139arts, demeurent en dernière analyse des créations individuelles, et non des conventions sacrées. Ils imitent moins des [p. 6] rites m
140endre un sens certain que par rapport à notre vie individuelle. Car le Progrès à l’origine signifiait une libération, et de nos jour
75 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
141c. C’est là que se forme le langage des créateurs individuels et que leurs œuvres apparaissent. C’est donc de là qu’il faut partir,
76 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Conférence de compositeurs, critiques musicaux et exécutants (décembre 1952-janvier 1953)
142 d’étudier les rapports entre la libre expression individuelle et les disciplines, entre la technique et le style, etc., ainsi que l
77 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
143ectivisation restreinte, au service de la liberté individuelle, ou plutôt familiale. Notons enfin que le problème de la gestion pari
78 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
144e manière agressive, ou même volontaire. L’action individuelle d’hommes politiques chrétiens, sensible dans plus d’un domaine, n’est
79 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
145c. C’est là que se forme le langage des créateurs individuels et que leurs œuvres apparaissent. C’est donc de là qu’il faut partir,
80 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
146leurs électeurs, et ces derniers à leurs intérêts individuels. Si notre civilisation, menacée de toutes parts, ne peut pas s’appuye
81 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
147atteintes toujours plus pénétrantes de la passion individuelle et collective, pourrait bien se révéler à l’analyse intime comme plus
82 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
148 règles abstraites ou coutumières. Mais la morale individuelle reste sans prises sur un phénomène qui évolue au niveau des mythes co
83 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
149iciera des suggestions et de l’appui collectif ou individuel des Amis. En retour, ceux-ci pourront considérer le Centre comme l’in
150uelle qui se manifestera dans le groupe. L’action individuelle des Amis sera la première condition de l’efficacité du groupe. Celui-
84 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
151s symbolisant l’action d’un dieu. Toute variation individuelle, trahissant le tempérament ou la personnalité du danseur, devient alo
152 ou morale) s’opposent le mépris absolu des goûts individuels et le triomphe absolu du conditionnement social dirigé par l’État. Et
153t dans lequel il se prépare à courir son aventure individuelle. Elle devrait lui enseigner : — d’où vient ce monde et comment s’est
85 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
154aient sur tout essai d’innovation ou de variation individuelles ; l’au-delà était tenu pour plus réel que l’ici-bas, dont il convenai
155un Dieu personnel. L’idée de la « voie » ou « loi individuelle » (Svadharma) semble rappeler l’idée de vocation personnelle, tandis
156 pose la question : que vaut un homme ? (un homme individuel, un exemplaire humain pris au hasard) qu’on obtient les réponses les
86 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
157e. Apport chrétien. — La conversion — révolution individuelle — libère tout homme, noble ou esclave, des liens sacrés de la caste o
158péril simultané : celui de la fuite vers le salut individuel, et celui de l’abandon au sacré collectif — maladie « grecque » et ma
159s il s’agit de l’amener au maximum d’indépendance individuelle, c’est-à-dire de le préparer à vivre à sa façon. Dans la vie politiqu
87 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
160atteintes toujours plus pénétrantes de la passion individuelle et collective, pourrait bien se révéler à l’analyse intime comme plus
88 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
161ment dans la forme du monde, sans espoir de salut individuel 47 — je pressens qu’ils trahissent un dépit amoureux au moins autant
89 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
162 règles abstraites ou coutumières. Mais la morale individuelle reste sans prises sur un phénomène qui évolue au niveau des besoins c
90 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
163 contraire, dans tous les domaines, collectifs ou individuels, l’Évolution devient objet de science à la fois mesurable et formulab
164ntité de biens consommables et du pouvoir d’achat individuel, le pays le plus progressiste est sans conteste les USA, l’un des plu
91 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
165aisant que le christianisme pour l’homme et l’âme individuelle. Il ne s’accommode pas de l’opposition, vie du civisme, ni de l’espri
92 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
166ée construction socialiste, succède l’élimination individuelle et idéologique, dont le vrai nom sera dans l’histoire : liquidation d
93 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
167ment dans la forme du monde, sans espoir de salut individuel 58 — je pressens qu’ils trahissent un dépit amoureux au moins autant
94 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
168 s’agisse d’une culture, d’une cause ou d’une vie individuelle. Je ne dis rien des délices clandestines qu’entretient l’amateur de c
95 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
169 d’État et les revendications locales, la liberté individuelle et le service communautaire, l’Autorité et le Pouvoir. Le fédéralisme
96 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
170e numéro 1 de notre siècle déborde toute capacité individuelle et qu’il exige un vaste effort d’équipes confrontant leurs points de
171t avant tout de ne pas trouver un sens à leur vie individuelle. L’absence de sens, dans une vie, voilà ce qui ôte le goût de la libe
97 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — c. Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
172e, sont très largement antérieurs à nos problèmes individuels. Ils sont là depuis plusieurs siècles, ils nous attendent, préformant
173ue les mythes de l’amour sont liés à l’expérience individuelle la plus banale et la plus largement répandue dans notre monde occiden
174 à l’éthique de l’action sociale ou de l’aventure individuelle. Je vois ainsi Don Juan dans l’allure et le rythme de la polémique ni
98 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — d. Problèmes de la personne aux prises avec les mythes
175es de l’amour déterminent largement nos conduites individuelles, les hasards apparents de nos rencontres, et les choix que nous croyo
99 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
176 vocation finale, il fut Hamlet. Mais dans sa vie individuelle, dans son amour unique et longuement malheureux pour Régine, il fut T
177ion de l’un des mythes au niveau de la conscience individuelle correspond à l’occultation de l’autre en l’inconscient. La possibilit
178sanova, ne sont pas seulement le fait d’un charme individuel. Des coutumes ancestrales, oubliées depuis des siècles, sont subiteme
179erie courtoise. Du point de vue de la psychologie individuelle, l’antériorité de Tristan apparaît encore plus évidente. L’amour pass
180 ne peut subsister.) Imaginons maintenant une âme individuelle, ou même un couple, cette « cellule sociale » : son bonheur sera cond
100 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
181de l’existence de Dieu. Mais il croyait à l’homme individuel, et cette croyance est née de la synthèse du christianisme. Elle [p.