1 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
1lus il faut créer de besoins et de loisirs. Or, l’industrie ne peut subsister qu’en progressant. Mais la nature humaine a des lim
2 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
2pe 3  ». L’on voit des von Papen, délégués par l’industrie lourde au gouvernement d’une nation « chrétienne » revendiquer dans l
3 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
3i l’on considère l’une après l’autre les diverses industries, on constate des chiffres plus significatifs encore. En prenant pour
4 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
4pe » 26 . L’on voit des von Papen, délégués par l’industrie lourde au gouvernement d’une nation « chrétienne » revendiquer dans l
5 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
5i l’on considère l’une après l’autre les diverses industries, on constate des chiffres plus significatifs encore. En prenant pour
6 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
6ou qui décrivent les conditions de travail dans l’industrie de la nitrocellulose sont précises, acharnées, saisissantes. Vous fer
7 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
7ésintéressée de l’action, qu’ont les capitaines d’industrie ? Nous essaierons plus tard 31 de saisir dans l’histoire quelques ra
8 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
8est pas un produit soit de l’éducation, soit de l’industrie pédagogique. Quand elle n’est pas, il vaut mieux ne pas la singer, ne
9 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
9ilosophie, beaux-arts, fictions écrites, science, industrie, tout cela est sacrifié à la seule chose nécessaire : l’accomplisseme
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
10coutume ancestrale : dans les villes créées par l’industrie. Mais ce que l’homme ne fait pas pour l’homme, le Diable le fait à sa
11 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
11n énorme territoire et l’état arriéré ou nul de l’industrie, de l’instruction et du sens civique au départ. Les léninistes se son
12 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
12on qui souffle de l’URSS », mais les magnats de l’industrie lourde sont hypocrites quand ils payent des auteurs pour dénoncer le
13 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
13on qui souffle de l’URSS », mais les magnats de l’industrie lourde sont hypocrites quand ils payent des auteurs pour dénoncer le
14 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
14 [p. 10] Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936) r I Jusqu’à ces toutes dernières années, le
15r à tous les procédés commerciaux en usage dans l’industrie des nouilles ou de l’automobile, et enfin à augmenter encore son capi
15 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
16 irait de temps à autre arraisonner les féodaux d’industrie du pays. 18 mai 1935 « Communautés ». — On en parle beaucoup en Fra
16 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
17 irait de temps à autre arraisonner les féodaux d’industrie du pays. « Communauté », mot de passe de cette génération, n’aurons-n
17 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
18sme. Sous leur protection se fondent de nouvelles industries (laines à bon marché, futanies, etc.) qui, par privilège, vivent à l’
19rupule humain des machines. Le développement de l’industrie provoque, comme on sait, une vague de prolétarisation sans précédent,
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
20de visite dirigée de l’exposition universelle des industries et arts appliqués de la mort, avec démonstrations quotidiennes sur le
19 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
21rps nouveau, un puissant explosif, grâce auquel l’industrie pourra faire un grand pas. Il fonde d’autre part, avec l’argent gagné
22mage, et qu’au lieu d’élever le niveau général, l’industrie a créé d’immenses masses de misérables, déracinées et démoralisées. E
23 d’utile aux hommes d’action, aux capitaines de l’industrie ou de la guerre. Le divorce a été prononcé entre la culture et l’acti
24accru nos possibilités d’action sur la matière. L’industrie et le commerce ont provoqué la brusque création de villes énormes, di
25 vont réagir ces masses humaines déracinées par l’industrie, et qui déjà menacent et souffrent… Tout cela échappe aux vues de l’e
26onné à son mouvement fatal. Le développement de l’industrie a produit évidemment beaucoup d’automobiles, de téléphones et de frig
20 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
27us celle du grand commerce ; ni même de la grande industrie (réalisme d’hier). Notre époque est celle des religions politiques, s
28 politiques, sociales, nationales. Le commerce, l’industrie, l’économie en général, ont cessé d’imposer leurs « lois fatales ». C
21 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
29accru nos possibilités d’action sur la matière. L’industrie et le commerce ont provoqué la brusque création de villes énormes, di
30trouver quelque allusion. Elle règne sur l’énorme industrie des films, sur l’édition et sur la librairie, sur la vente des parfum
22 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
31rre. ⁂ Des populations entières, déracinées par l’industrie, puis par la guerre, se nourrissent aujourd’hui de racines. L’orgie m
32cistes », naturellement, et payés par la « grande industrie ». (C’est elle, précisément, qui aurait le moins à perdre, si la Suis
23 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
33ens (parfois allemands en réalité) se partagent l’industrie et le grand commerce. 3. La Constitution, parfaite sur le papier, ne
24 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
34jazz, persécuterait leurs juifs, étatiserait leur industrie, supprimerait la presse libre et la radio privée, ils se demanderont
25 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
35 votre choix. Déjà, le syndicat des ouvriers de l’industrie automobile offre à Ford un contrat collectif qui le protégera, lui le
26 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
36La guerre n’a plus d’autres secrets que ceux de l’industrie, qui sont ceux de la science, qui n’a d’autre désir que de les publie
27 1946, Lettres sur la bombe atomique. 9. Paralysie des hommes d’État
37dé. Truman voudrait la paix, car le commerce et l’industrie américains y trouveraient leur espace vital, mais il ne renonce pas a
28 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
38iale est une noble passion, la socialisation de l’industrie est une mesure économique partiellement souhaitable, mais je ne leur
29 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
39ionalisé » (ou plus exactement étatisé) toute son industrie et tout son commerce, sans dépense de salive patriotique, pour des ra
40ent leur presse, et de l’orgueil de parvenus de l’industrie et des sciences appliquées dont ils font montre même quand ils vienne
30 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
41œuvre pour la conquête ? Ils se tournèrent vers l’industrie. Ce fut leur nouvelle frontière, leur nouveau front, dirait-on de nos
42daires, ce sera notre faute et non pas celle de l’industrie américaine, qui aura mis dans un coin de nos cuisines ces appareils o
31 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
43 de construire l’avion le plus rapide du monde. L’industrie française a tenu le coup, elle se remonte même si rapidement qu’elle
44ionalisé » (ou plus exactement étatisé) toute son industrie et tout son commerce, sans dépense de salive patriotique, pour des ra
45ent leur presse, et de l’orgueil de parvenus de l’industrie et des sciences appliquées dont ils font montre, même quand ils vienn
32 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
46z, elle est mise au service du développement de l’industrie, et de certaines visées politiques. Ce sont les chefs du parti au pou
33 1948, Suite neuchâteloise. III
47pulation s’accroissait, le commerce prospérait, l’industrie naissait, les radicaux triomphaient partout. Il était temps d’adopter
34 1950, Lettres aux députés européens. Troisième lettre
48 construction, de transport et de gouvernement, d’industrie, de médecine, — et nos armes, quitte à les tourner contre nous. Que s
49 notre culture, de Calvin et de Marx, et de notre industrie qui est née de nos savants et de nos philosophes. De tout cela, Messi
35 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
50u plein emploi ; une seule méthode : étatiser les industries ; un seul pays qui ait su le faire : la Grande-Bretagne ; et ce pays
36 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
51eois-capitaliste ; nous pouvons répéter que notre industrie aboutit à la misère prolétarienne, notre science à la bombe atomique,
52chacun le sait au xxᵉ siècle. L’essor de [p. 7] l’industrie nous a valu un certain confort matériel, mais aussi les problèmes soc
37 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
53est-à-dire sert sa politique ou son tourisme, ses industries du cinéma ou de l’édition, ses laboratoires nationaux, certains group
54plement aux subventions de certains États à leurs industries déficientes. Si l’on croyait à la culture comme on croit au pouvoir é
38 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
55sont des paysans et plus de la moitié vivent de l’industrie. Avec moins de pittoresque et de politesse patriarcale, c’est dans u
56tarifs de péage donnerait le coup de mort à leurs industries (dont quelques-unes ne vivaient qu’à la faveur d’un protectionnisme c
39 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
572] l’agriculture 22 , tandis que 57 % vivent de l’industrie et du commerce. La Suisse est un des pays les plus industrialisés du
58estants chassés du Tessin introduisent à Zurich l’industrie de la soie. Au xviie , les huguenots chassés de France développent l’
59n économique de la Confédération étant acquise, l’industrie prend son plein essor, aux dépens de l’agriculture. Quels ont été les
60sation, les produits de luxe, et surtout vers les industries de transformation, dans lesquelles l’habileté de la main-d’œuvre joue
61opulations de la Suisse orientale avaient porté l’industrie textile à son plus haut point de raffinement, tandis que les montagna
62la production suisse dans certaines branches de l’industrie et pour un certain temps, ne devait pas suffire à la longue pour sout
63jourd’hui même, comme le note André Siegfried, l’industrie travaille d’après les formules et les découvertes de ces mathématicie
64 siècle, des relations entre la science pure et l’industrie sont devenues organiques. Les « bureaux d’étude » jouent un rôle esse
65oratoire de recherches horlogères. De son côté, l’industrie chimique emploie un très grand nombre de savants (parfois professeurs
66e. Il en va de même pour l’évolution des diverses industries : elles semblent nées les unes des autres par une sorte de filiation
67placer les quenouilles et les métiers, il y eut l’industrie des textiles. Mais bientôt, pour fournir des machines aux tisserands
68n textile provoqua d’autre part la naissance de l’industrie des colorants, qui engendra les grandes usines de produits chimiques
69le reste l’une des cinq branches principales de l’industrie suisse, qui sont (classées d’après le nombre des personnes qu’elles e
70observations pourraient être faites à propos de l’industrie de la soie, des rubans, du coton et de la broderie, qui bien qu’ultra
71dernières de garder son rang en Europe. Quant à l’industrie des produits alimentaires et à celle des produits chimiques, leurs su
72 si les peuples ne s’unissent pas. ⁂ L’essor de l’industrie suisse, par un nouveau paradoxe, s’est produit dans la période même q
73saire ne peut être fourni, normalement, que par l’industrie du tourisme. C’est dire, une fois de plus, que le sort matériel de la
74 données de la science. Nous avons vu aussi que l’industrie suisse n’est pas, comme dans les grands pays voisins, une de ces créa
75s avons mentionnés en décrivant les origines de l’industrie suisse. Cette combinaison singulière de prudence et de science, de ma
76le organisation des syndicats : « verticale » par industries, et « horizontale » par unions locales et cartels cantonaux. Il serai
77qu’entraîne la liberté totale du commerce et de l’industrie (proclamée en 1874 seulement, lors de la révision de la Constitution)
40 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
78ons. Certes, l’esprit réalisateur et moderne de l’industrie et du commerce allemands provoquait encore l’admiration des classes d
41 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
79est-à-dire sert sa politique ou son tourisme, ses industries du cinéma ou de l’édition, ses laboratoires nationaux, certains group
80plement aux subventions de certains États à leurs industries déficientes. Si l’on croyait à la culture comme on croit au pouvoir é
42 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
81mois, voici qu’elle menace de ruiner l’importante industrie du cinéma, et qu’elle bouleverse les conditions d’une campagne présid
43 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
82cès de leurs entreprises, financées par certaines industries que l’idée seule d’Europe unie pousse aux dernières extrémités, je ve
44 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
83chitecture hindoue ne le cède pas à la nôtre. Les industries artisanales du textile, du papier et de l’imprimerie, d’abord en reta
84 records, donne une telle [p. 14] consistance à l’industrie de l’auto qu’on oublie qu’elle est née d’un fantasme (au sens précis
85 brutales de ceux que l’on baptise « capitaines d’industrie » et qui s’inspirent et s’autorisent des précédents de la Révolution
86, et de ces derniers aux fondateurs de nombreuses industries modernes. Léonard Euler, piétiste de Bâle, ne fut pas seulement le pl
87, lorsque l’ambition déchaînée des Napoléons de l’industrie s’en empare sans plus de scrupules. Le profond paradoxe de l’ère tech
45 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
88u marxisme ou du communisme à l’état arriéré de l’industrie russe jusque vers 1953 — comme on le déduit du texte précité — n’étai
46 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Ce n’est pas au pied du mur… (juin-juillet 1956)
89nd. Car ainsi qu’aimait à le dire un grand chef d’industrie français, ce n’est pas au pied du mur qu’on connaît l’ouvrier, c’est
47 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
90chitecture hindoue ne le cède pas à la nôtre, les industries artisanales du textile, du papier, de l’imprimerie, d’abord en retard
91endes et records, donne une telle consistance à l’industrie de l’auto, qu’on oublie qu’elle est née d’un fantasme (au sens précis
92 brutales de ceux que l’on baptise « capitaines d’industries » et qui s’inspirent et s’autorisent des précédents de la Révolution
93, et de ces derniers aux fondateurs de nombreuses industries modernes. Léonard Euler, piétiste de Bâle, ne fut pas seulement le pl
94t, lorsque l’ambition déchaînée des Napoléon de l’industrie s’en empare sans plus de scrupules. Le paradoxe profond de l’ère tech
48 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
95sitôt des centres d’attraction pour le capital, l’industrie, la spéculation bancaire et la diplomatie des États. Tout cela sans q
49 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
96iat Elle résulte du développement anarchique de l’industrie, dans un milieu de civilisation qui multiplie les résistances au plei
50 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
97refois que pur divertissement est passé au rang d’industrie. Ces divers processus ne peuvent que s’accélérer dans l’ère où nous e
51 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
98ndu en Europe qu’à partir de 1950. C’est donc une industrie tout à fait nouvelle. Les premiers microsillons ont été consacrés, co
52 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
99érieurs sous le rapport de l’intelligence et de l’industrie. C’est pour cette raison qu’ils savent mieux conserver leur liberté,
100euples de l’Asie sont intelligents et propres à l’industrie, mais ils manquent de courage, et c’est pour cela qu’ils ne sortent p
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
101es en premier lieu), un plan de développement des industries artisanales, et un plan d’aménagement des territoires : rivières à re
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
102s combats, et avides de s’emparer des fruits de l’industrie. La rapide impulsion de la guerre agita le monde barbare, et les révo
103 rivaux accélère les progrès des sciences et de l’industrie ; en temps de guerre, des contestations passagères et peu décisives e
104grès de la civilisation, de l’instruction et de l’industrie, sans entraîner ni dépendance, ni humiliation, ni appauvrissement ? …
105ubsistance, affluait un peuple nombreux : là, une industrie créatrice de jouissances appelait les richesses de tous les climats,
106n, à la richesse de ses monumens, aux arts et à l’industrie de ses habitants, tout ce que l’Égypte et la Syrie purent jadis possé
107particulières, progrès dus au génie inventif, à l’industrie, au zèle opiniâtre, à l’esprit de compétition que l’homme puise dans
55 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
108qu’alors insoupçonnée. On se rendait compte que l’industrie, le commerce et la richesse étaient en réalité des biens communs, qui
56 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
109ux aimé conquérir. De cette application résulte l’industrie, puis le courage de la liberté, parmi les bourgeois, enfin le dévelop
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
110gislation, au commerce, à l’administration et à l’industrie. Chaque million d’hommes sachant lire et écrire en Europe, devra dépu
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
111s, échangeant leurs produits, leur commerce, leur industrie, leurs arts, leurs génies, défrichant le globe, colonisant les désert
112u génie, des lettres, des arts, des armes et de l’industrie : la Russie du côté de l’orient, et l’Amérique, devenue libre de nos
113vie raisonnable, libre et heureuse, étrangère à l’industrie, aux fabriques, à la violence et à l’esclavage capitaliste. Telle est
114 notions de droit, de prospérité, de travail et d’industrie toujours plus enrichissants, de crédit, etc… et qui gouvernent, au co
59 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
115 du charbon avaient orienté l’Angleterre vers une industrie déjà quantitative, annonçant la révolution industrielle. Toutefois, c
116trouve pas en soi-même de quoi se renouveler et l’industrie s’étiole si elle croit tout devoir à l’atelier, rien à la pensée pure
60 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
117uniforme tout ce qui relève de la technique, de l’industrie, de l’économie, des transports, du commerce, des mesures, et de la dé
61 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
118mme une place assiégée. Il lui faut pour cela des industries nationales et des cordons douaniers. Seule, la substitution de l’arbi
62 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
119bert Hoover, alors Secrétaire du Commerce et de l’Industrie, et réputé le plus honnête des ministres du président Harding. Hoover
63 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
120 une éducation du peuple pour les sciences et les industries artisanales, et développer un plan de grands travaux européens : cana
121s, échangeant leurs produits, leur commerce, leur industrie, leurs arts, leurs génies, défrichant le globe, colonisant les désert
64 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
122ts des églises et des comptoirs, des cités et des industries, des écoles et des plantations, des journaux et des parlements. S’imp
123mais touché. Les partis politiques prolifèrent, l’industrie lourde se développe, le contrôle des naissances s’acclimate… Au total
65 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
124e.) La culture de l’Inde ? L’Europe l’a sauvée. L’industrie africaine ? Elle l’a fondée. La démocratie de l’Arabie saoudite ou du
125ertile, est couvert de forêts. Malheureusement, l’industrie et l’agriculture sont étouffées par l’effrayant despotisme auquel le
66 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour une métropole régionale Aix-Marseille-Étang de Berre [Avant-propos] (juillet 1963)
126, et enfin les représentants des plus importantes industries implantées dans la région. Tous parlaient au nom de leur expérience p
67 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
127uments traditionalistes. — Des représentants de l’industrie, et quelquefois de la culture, croient distinguer dans les projets d’
128 M. Homberger, directeur de l’Union suisse pour l’industrie et le commerce (dite Vorort). Réponse : Il est clair qu’une Europe «
129rché commun qui les amène. C’est l’expansion de l’industrie suisse, aux destinées de laquelle l’auteur de la déclaration que j’ai
130, mais il a le devoir de freiner l’expansion de l’industrie suisse, cause directe du « mal » en question, si c’en est un. Mais il
131d’« étrangers envahissants » que le tourisme et l’industrie ne s’efforçaient naguère d’en attirer, les uns payants et les autres
132u laboratoire dans les glaciers, de Paracelse aux industries chimiques, aux guérisseurs de l’Appenzell, aux prix Nobel. Et cette s
68 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
133foule croissante de travailleurs et de curieux. L’industrie et l’État, plus que jamais, ont besoin d’elle. Si elle est devenue tr
69 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
134s diversités de langage, de mœurs, de religion, d’industrie ; ce mot avec tout le cortège d’idées qui l’accompagnent, plane au-de
135paysans, des arts et métiers, du commerce et de l’industrie, des syndicats) et qui interviennent dès lors comme quatrième pouvoir
70 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
136sont des paysans et plus de la moitié vivent de l’industrie. Avec moins de pittoresque et de politesse patriarcale, c’est dans u
71 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
137sement de douanes extérieures. Et avec cela : une industrie puissante, omniprésente dans le paysage du Plateau et qui envahit déj
138machines mettaient en mesure de se transformer en industries, d’atténuer ou de compenser les désavantages de la situation naturell
139sation, les produits de luxe, et surtout vers les industries de transformation, dans lesquelles l’habileté de la main-d’œuvre joue
140— Saint-Gall et Zurich — avaient porté [p. 148] l’industrie textile à son plus haut point de raffinement, tandis que les montagna
141 obéir à une certaine logique, en ce sens que les industries naissent les unes des autres par une filiation raisonnable. Pour four
142n textile provoqua d’autre part la naissance de l’industrie des colorants, laquelle engendra les grandes usines de produits chimi
143, dans l’ordre des cinq branches principales de l’industrie suisse (d’après le nombre des personnes employées) : métallurgie et c
144amentales de la mécanique. Aujourd’hui encore « l’industrie travaille d’après les formules et les découvertes de ces mathématicie
145 siècle, les relations entre la science pure et l’industrie sont devenues organiques. Les « bureaux d’étude » jouent un rôle esse
146oratoire de recherches horlogères. De son côté, l’industrie chimique emploie un très grand nombre de savants (parfois professeurs
147ce et dans celui de la main-d’œuvre. L’essor de l’industrie suisse s’est produit durant la période même qui voyait se multiplier
148 progrès de la science. Nous avons vu aussi que l’industrie suisse n’est pas, comme dans les grands pays voisins, une de ces créa
149s avons mentionnés en décrivant les origines de l’industrie suisse. Cette combinaison singulière de prudence et de science, de ma
150nce d’une double organisation des syndicats : par industries et par unions locales et cartels cantonaux. Il serait difficile, dans
151qu’entraîne la liberté totale du commerce et de l’industrie (proclamée en 1874 seulement, lors de la révision de la Constitution)
72 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
152illeurs moins chère qu’en France ou en Italie). L’industrie atomique en revanche, est en retard dans ce pays, pour les raisons qu
153coût serait trop élevé pour un canton et pour les industries privées ; et leur construction exige souvent le recours à des fournit
73 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
154« secondes » règne la gravité du commerce et de l’industrie. L’authentique usager de cette classe n’est pas curieux, comme les ge
155dans le bassin de la Méditerranée » et mécanisé l’industrie des tapis de Smyrne, possédé successivement un palais et un yacht en
74 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
156guments traditionalistes : Des représentants de l’industrie, et quelquefois de la culture, croient distinguer dans les projets d’
157 M. Homberger, directeur de l’Union suisse pour l’industrie et le commerce (dite Vorort). Réponse : Il est clair qu’une Europe «
158rché Commun qui les amène, c’est l’expansion de l’industrie suisse, aux destinées de laquelle l’auteur de la déclaration que j’ai
159, mais il a le devoir de freiner l’expansion de l’industrie suisse, cause directe du « mal » en question, si c’en est un. Mais il
160d’« étrangers envahissants » que le tourisme et l’industrie ne s’efforçaient naguère d’en attirer, les uns payants et les autres
161u laboratoire dans les glaciers, de Paracelse aux industries chimiques, aux guérisseurs de l’Appenzell, aux Prix Nobel. Et cette s
75 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
162ns par exemple qu’ils ne peuvent pas copier notre industrie et garder leurs rites, manger leurs vaches et continuer à les tenir p
76 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
163s bien définis de la vie économique ». Pour les « industries de base telles que charbon, fer et acier », une Autorité européenne [
77 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
164phique, l’urbanisation galopante, la mobilité des industries, et par suite les nouvelles concentrations de ressources intellectuel
78 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
165es comparativement importants aux théâtres et à l’industrie du cinéma (comme l’Autriche, le Danemark, l’Italie), on se plaint plu
166: au Danemark, l’État accorde aux théâtres et à l’industrie du film des subsides se montant à plus de 7 millions de couronnes ; i
167nce des cadres nationaux actuels est fourni par l’industrie du cinéma. Seul un élargissement du marché à toute l’Europe débarrass
168une ruine imminente plusieurs de nos plus grandes industries « nationales » du film. Les subsides accordés par les États ne parvie
79 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
169n, par une sagesse régulatrice. Chacun voit que l’industrie et la technique ont détruit au hasard, sans qu’il y ait eu volonté de
170a Renaissance, la raison dès le xviiie siècle, l’industrie et la démocratie au xixe siècle, la technique au xxe siècle. L’unit
171 construction, de transport et de gouvernement, d’industrie et de médecine, et nos armes. Les Hindous, les Chinois, les Noirs, co
80 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.2. Le civisme commence au respect des forêts
172qui affecte la Hollande : elle est causée par des industries suisses, françaises, allemandes, belges. — Hors d’Europe, le barrage
81 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
173foule croissante de travailleurs et de curieux. L’industrie et l’État, plus que jamais, ont besoin d’elle. Si elle est devenue tr
82 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
174nomie occidentale d’aujourd’hui est dominée par l’industrie ; or le moteur de notre développement industriel, c’est la technique,
175ut, il y a le rêve, le jeu ; plus tard viennent l’industrie et les gros dividendes : mais ceci n’explique pas cela. Au début, il
176e scientifique, sans aucun avenir ». Plus tard, l’industrie et la banque, avec l’aide de savants économistes, échafaudent sur de
177eau jour ces mécaniques, qui devaient permettre l’industrie moderne. Si le besoin matériel expliquait les créations de la techniq
178réations de la technique, et si les produits de l’industrie répondaient aux besoins matériels, pourquoi ferait-on de la publicité
179 quelles substances nouvelles qui procurent à nos industries ou à nos États de nouveaux moyens d’enrichissement ou de puissance, n
180istiques et militaires que présenterait un jour l’industrie de ces tapis volants à réaction, devenue l’une des branches principal
181 la technique moderne et de l’automatisation de l’industrie, en fin de compte, c’est le loisir ! La réduction du temps de travail
83 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
182st pas trop fort — d’une politique commune dans l’industrie, l’agriculture et les transports, mais tout cela ne concerne encore q
84 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
183eois capitaliste ; nous pouvons répéter que notre industrie aboutit à l’enlaidissement de la nature et de l’espèce, notre science
184 construction, de transport et de gouvernement, d’industrie et de médecine, et nos armes. Les Hindous, les Chinois, les Noirs cop
185se constituaient la sociologie et la technique, l’industrie, la grande presse, l’école obligatoire, la conscription universelle e
186ant » de la Chine n’a guère été qu’un bond vers l’industrie et vers le socialisme, inventés par l’Europe et parties intégrantes d
85 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
187cial et financier : tarifs douaniers arbitraires, industries parasites protégées, cours forcés des devises, inflation, dévaluation
188i à tous les peuples avancés sous le rapport de l’industrie et de la technique. Et ils les forcent à reposer des questions diffic
86 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
189phique, l’urbanisation galopante, la mobilité des industries, et par suite les nouvelles concentrations de ressources intellectuel
87 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
190i à tous les peuples avancés sous le rapport de l’industrie et de la technique. Et ils les forcent à reposer des questions diffic
88 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
191i à tous les peuples avancés sous le rapport de l’industrie et de la technique. Et ils les forcent à reposer des questions diffic
89 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
192des eaux, de l’air, des corps et du sommeil par l’industrie et par l’auto est-elle un produit spécifique de notre société de cons
193t d’imposer de toute urgence au développement des industries (auto, avion en premier lieu) et de leurs innovations plus polluantes
90 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
194isive non plus des classes ni de la propriété des industries mais bien des cadres de la vie civique : États-nations centralisés, v
91 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
195aritime ou agricole, ressources naturelles pour l’industrie, etc.), est en fait beaucoup plus indépendante de ses établissements
92 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
196nnées 1950 pour relever ses ruines, restaurer son industrie, son commerce et sa technologie. Il fallait unir à cette fin nos maig
197x, on a vu que cela ne suffisait pas. Restaurer l’industrie, augmenter la productivité, animer le commerce mondial, très bien, c’
198, certains seront tentés par l’exportation de nos industries, donc de la pollution industrielle, dans le Tiers Monde, où il y a en
93 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
199us les rend), mais elles ont fouetté technique et industrie, qui ont causé surpopulation, famines, pollution des océans et de l’a
94 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
200désert ; ajoutez-y l’art du forage des puits et l’industrie automobile, le même désert vaudra des milliards de dollars. Ce mouvem
95 1977, L’Avenir est notre affaire. Introduction. Crise de l’Avenir
201rmais il s’agit de survivre aux menaces que notre industrie fait peser sur toute la Nature : car la Nature y survivra sans doute,
96 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
202 et sa courbe suit de près celle des progrès de l’industrie européenne, de la technique et de la croissance démographique. Je not
203nature aussi bien les campagnes par le moyen de l’industrie qu’elle excite, et dont elle semble justifier la croissance sans frei
204rces terrestres non-renouvelables utilisées par l’industrie. Ces deux désastres sont plus que complices : ils ne font qu’un, si l
205ar exemple, se développe sur la base de la grande industrie, plus ce progrès de destruction s’accomplit rapidement. La production
206oute différence entre la pollution produite par l’industrie socialiste à l’Est et par l’industrie capitaliste à l’Ouest. Ce que M
207duite par l’industrie socialiste à l’Est et par l’industrie capitaliste à l’Ouest. Ce que Marx a bien vu, presque seul de son tem
2081] long terme l’épuisement de ce qui alimente nos industries : combustibles de toute nature, fer, métaux non ferreux, métaux préci
209age. Ainsi, partout, l’État-nation et les grandes industries qu’il laisse agir, parce qu’il y trouve intérêt et prestige, sont en
210ent sa nature et sa destination : pas seulement l’industrie chimique avec ses gros déchets puants, mais les techniques de pointe
211ie. La pollution de l’air et celle des eaux par l’industrie menacent de cumuler leurs effets nocifs sur l’alimentation de l’human
212ique de nouvelles techniques et crée de nouvelles industries sans savoir si elles sont souhaitables ou non ». Et l’on vient de voi
213, dont Marx procède de même que Ford et la grande industrie moderne. Elle trahit peut-être, en fin de compte, un désir inconscien
214que douce est plus près de l’agriculture que de l’industrie lourde ; plus près de l’affectif que de l’abstrait ; pas du tout gasp
215durs, nolens volens, sont au service de la grande industrie, laquelle s’oppose « très fermement » aux réductions de pollution exi
216ècle et demi, en tant que référentiel unique de l’industrie (la rentabilité y étant incluse), est une fixation ou un dogme, un ax
217ature, et seulement dans une faible mesure, par l’industrie. Une machine morte ne devient pas substance de machines neuves. Chaqu
97 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
218u le domaine de l’énergie, qui commande ceux de l’industrie, des transports et de l’urbanisme, bien qu’on nous dise qu’il en dépe
219lus rigoureuses que dans toute autre branche de l’industrie  ». Pas un seul « accident majeur » à déplorer et pas une mort depuis
220e plus directement intéressées à l’extension de l’industrie atomique. Le citoyen, pour sa part, peut appliquer son bon sens à l’e
221’un « homme moderne » conforme aux ambitions de l’industrie d’hier et de l’État-nation napoléonien. B — Il n’est pas vrai que les
222Nam : pouvons-nous arrêter la guerre, alors que l’industrie des armements occupe des centaines de milliers d’ouvriers ? Je pense
98 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
223ommence avec le siècle qui voit la formation de l’industrie et des nations étatisées ; se poursuit à travers la croissance indust
224l’humus et des mers, par les effets combinés de l’industrie, de la population mondiale doublée et du surarmement délirant. Le gas
225 les monarchies absolues. Ils ont développé cette industrie en lui offrant des marchés nationaux et, du même coup, l’ont enfermée
226fleuves ou des océans, de l’influence [p. 94] des industries sur les climats, des vols supersoniques ou des déchets nucléaires, il
227 avec l’État en général : il suffit de penser à l’industrie anglaise. Mais ce régime « sauvage » ne durera pas longtemps : à part
228 l’État et la Guerre, mais un tiers médiateur : l’Industrie. L’État-nation crée l’espace juridique puis le « terrain » social (au
229 occidentale. Entre l’État-nation, la Guerre et l’Industrie (servies par la Technique et par les Sciences physiques, qu’elles ent
230célère et, enfin, nécessite le développement de l’industrie lourde, condition de la puissance militaire. e) Laquelle à son tour
231chnique et des recherches chimiques et physiques. Industrie, technique et centralisation administrative exigent une discipline sa
232squ’à l’ère du plutonium, a fourni à l’essor de l’industrie occidentale ses facteurs décisifs : grands marchés, ventes massives a
233 se nomme satellisation. Je ne puis rien contre l’industrie, même quand elle vient détruire le cadre de ma vie et le bonheur de t
234l y aura de grands États-nations soutenus par une industrie en expansion théoriquement illimitée et la soutenant, il y aura des g
99 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
235’effort de la science (dont le sous-produit est l’industrie) enregistre un progrès constant et mesurable, et semble se poursuivre
100 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
236L’ère moderne, qui commence autour de 1800 avec l’industrie, la finance internationale et l’État-nation, prend elle aussi l’année
237s d’air artificiel, la Croissance sans frein de l’industrie relevant le défi de l’explosion démographique, l’énergie nucléaire au