1 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
1ntinuaient d’appeler sincérité et qui me devenait inintelligible en même temps qu’odieux. Au hasard de quelques lectures, je pris note
2 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
2sirs. Cette sorte de providence brute tout à fait inintelligible est le simple succédané de l’intelligible providence surnaturelle. 61
3 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
3irs. Cette sorte de providence brute, tout à fait inintelligible, est le simple succédané de l’intelligible providence surnaturelle 53
4 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
4e, nos chroniques régionales nous seront à jamais inintelligibles, et nourriront les plus fatales erreurs : celles qui permettent l’acc