1 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Saisir (juin 1929)
11929) ay Ce petit livre de poèmes est comme une initiation au silence. Il faut s’en approcher avec une douceur patiente, et le l
2 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
2cin « alchimiste ». Retenons ceci : au seuil de l’initiation, chez Goethe, il n’y a pas une révolte, il y a un péril conjuré. C’es
3érieux avec lequel il accepte les conditions de l’initiation : et d’abord la plus difficile, le silence. Ainsi, les premières sédu
4s un opéra fabuleux. » Il a brûlé les étapes de l’initiation. Mais on ne déchaîne pas de telles puissances impunément. « Ma santé
3 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
5e à sa vocation. Situation initiale de l’humain ! Initiation au [p. 31] réalisme enfin total, qui est celui du combat personnel ;
6 enfin total, qui est celui du combat personnel ; initiation à la vision constituante de notre vie, celle qui unit dans un même re
4 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
7rire les effets, demeure mystère en tant que pure initiation : c’est le mystère de l’éternité, de cela qui échappe au temps, marqu
8. Au commencement était le Verbe, et il demeure l’initiation fondamentale de toute histoire. C’est par le verbe seul, créant de ri
5 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
9nde manichéenne a traversé les grandes épreuves d’initiation, souvenez-vous de la « jeune fille éblouissante » qui l’accueille par
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
10leur Église. Il se donnait, lors des cérémonies d’initiation, aux frères qui acceptaient de renoncer le monde, et s’engageaient so
11ble qu’un jeûne de quarante jours 34 précédait l’initiation et [p. 85] qu’un autre d’égale durée lui succédait. (Plus tard, au xi
12ils ne reçoivent de leur Dame qu’un seul baiser d’initiation ? Et s’ils distinguent deux degrés dans le domnei (le pregaire, ou pr
13rappeler que les Cathares promettaient, lors de l’initiation, de ne jamais trahir leur foi, et cela quelle que fût la mort dont il
14nesola (ou malisola, ou encore manisola), suprême initiation des « purs ». La fréquence même de cette question débattue dans les c
15ortance exacte de ces erreurs. Est-ce un défaut d’initiation ? Est-ce une tradition imparfaite ? Ou encore une tendance hérétique
16 comme Bohor, Perceval et Galaad parviendront à l’initiation. Il est clair que la description de ces errements et de leurs punitio
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
17 Au philtre de mort, elle substitue le breuvage d’initiation. Ainsi l’étreinte unique de Tristan et d’Isolde aussitôt qu’ils ont b
18stan, dans l’extase de la « joie la plus haute ». Initiation, passion, accomplissement mortel : ces trois moments mystiques auxque
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
19nde manichéenne a traversé les grandes épreuves d’initiation, souvenez-vous de la « jeune fille éblouissante » qui l’accueille par
9 1944, Les Personnes du drame. Introduction
20es dont l’ampleur ou l’élan propagent un pouvoir. Initiation au drame dont, maintenant c’est à nous d’être les personnes. Incipit
10 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
21it pour alchimiste. Retenons ceci : au seuil de l’initiation, chez Goethe, il n’y a pas une révolte, il y a un péril conjuré. C’es
22érieux avec lequel il accepte les conditions de l’initiation : d’abord la plus difficile, le silence. Ainsi, les premières séducti
23s un opéra fabuleux ». Il a brûlé les étapes de l’initiation. Mais on ne déchaîne pas de telles puissances impunément. « Ma santé
11 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
24t. 38 5. Le temps de l’acte est renaissance, initiation Entre la naissance et la mort toute la réalité de l’homme est dans so
25 L’acte n’est jamais conséquence, il est toujours initiation. La vision de celui qui agit est toute entière absorbée par l’instant
26re un acte ? Car l’acte est immédiat, création et initiation, c’est-à-dire sobriété pure, — quand l’être même du désespéré est un
12 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
27’opérations conventionnelles et d’un cérémonial d’initiation, calculé de manière à inspirer le respect de l’institution et de l’or
13 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
28opérations convention­nelles et d’un cérémonial d’initiation, calculés de manière [p. 18] à inspirer le respect de l’institution e
14 1948, Suite neuchâteloise. VII
29de bière renversée, je viens de subir l’épreuve d’initiation d’une société de collégiens. J’ai refusé de raconter devant tous, deb
15 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
30de bière renversée, je viens de subir l’épreuve d’initiation d’une société de collégiens. J’ai refusé de raconter devant tous, deb
16 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
31 connaissances prend régulièrement la forme d’une initiation (au sens religieux ou magique), tandis que la formation morale se con
32et surtout depuis la Renaissance et la Réforme, l’initiation aux mystères, aux rites, au sacré social, tend à disparaître ; elle e
33e, on le prépare à courir son aventure. Au lieu d’initiation, on parle d’initiative. En résumé : à ce qu’on pourrait appeler l’in-
34férents selon la caste, la profession, le degré d’initiation, etc. Chez nous, plus aucune précaution, plus aucune différenciation
17 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
35sujet fondamental 6 . Le récit d’Avicenne est une initiation à l’Orient, monde des Formes de lumière, contrastant avec l’Occident
36l’Ange de la Révélation, le but dernier, l’âme, l’initiation, la sagesse, la [p. 26] régénération, la connaissance libérée par l’i
18 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
37t rupture s’il le faut ; qui n’est plus seulement initiation mais invention. Ces deux aspects de la culture peuvent devenir égalem
19 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
38l’Ange de la Révélation, le but dernier, l’âme, l’initiation, la sagesse, la régénération, la connaissance libérée par l’illuminat
20 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
39ansmission des connaissances prend la forme d’une initiation, tandis que la formation morale et sociale consiste en un dressage de
40nge. La transmission des connaissances n’est plus initiation mais instruction publique, c’est-à-dire communication directe, sans p
41out faits, avec leur mode d’emploi ; tandis que l’initiation supposait une préparation rituelle, créant une attitude de réceptivit
42sa » chance, son aventure particulière. Au lieu d’initiation, on parle d’initiative. Ces deux termes marquent le début et la fin d
43 vers les risques… J’ai dit que les deux termes d’initiation et d’initiative marquent deux attitudes extrêmes, l’une autoritaire e
44c pu me le communiquer en quelques mots, et cette initiation a réussi, où l’instruction avait échoué. J’ignore son nom, mais j’ai
21 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
45dans la cité se résume donc par les deux termes d’initiation et d’initiative, qui marquent les deux pôles de notre éducation. (L’O
22 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
46pureté », on donne à nos adolescents des leçons d’initiation sexuelle ; au lieu de menaces d’aller en enfer et d’exorcismes, on pr
47 dans la tige même de la première. À ce moment, l’initiation a réussi). Partant de cette expérience, et des maximes que j’en dédui
23 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut réinventer l’Université (29 juin 1968)
48 écoles ou facultés : acquisition, apprentissage, initiation correcte aux savoirs existants. Pour l’Université véritable : évaluat
24 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
49ansmission des connaissances prend la forme d’une initiation, tandis que la formation morale et sociale consiste en un dressage de
50nge. La transmission des connaissances n’est plus initiation mais instruction publique, c’est-à-dire communication directe, sans p
51out faits, avec leur mode d’emploi ; tandis que l’initiation supposait une préparation rituelle, créant une attitude de réceptivit
52r sa chance, son aventure particulière. Au lieu d’initiation, on parle d’initiative. Ces deux termes marquent le début et la fin d
53 vers les risques… J’ai dit que les deux termes d’initiation et d’initiative marquent deux attitudes extrêmes, l’une autoritaire e
25 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
54ansion, non d’équilibre. Et pour jouer son rôle d’initiation aux réalités du monde moderne, l’École devrait instituer des cours th
26 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
55r soit pris ici dans toute la force de son sens d’initiation, d’instauration, de mise en marche ; et que le concept de culture soi