1 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
1ime de responsabilités concrètes qui sauvegarde l’initiative personnelle plus réellement que ne le fait l’éducation libérale et bo
2 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
2t aveuglément aux députés de son département. Les initiatives locales dans ces conditions sont comme ce poisson qui, expédié de nos
3 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
3stème, c’est qu’il stérilise peu à peu toutes les initiatives vivantes, et qu’il finit par s’effondrer sous le poids de son apparei
4 « mystique » qui les créent. On ne leur laisse d’initiative que dans les cadres qu’on leur a prescrits. Elles ne valent rien hors
4 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
5Faudrait-il compter sur l’État pour prendre cette initiative ? 41 [p. 46] Laissons ce jeu. Les utopies sont nécessaires, mais i
5 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
6ut juste ternir de leur empreinte. D’où vient l’initiative ? Cependant, ne soyons pas dupe de notre image. N’allons pas lui perm
6 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
7enoue sa vraie tradition, qui est une tradition d’initiatives et de synthèses, et non pas de conservation des biens acquis. La libe
7 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
8n d’un régime à base fédérale. Et qui prendrait l’initiative, une fois encore, sinon le pays dont c’est la tradition que d’invente
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
9de ce que dans leur pays, il n’y a plus de vie, d’initiative, de vrai plaisir. On n’est plus fier d’en être, on approuve la jeunes
9 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jacques Benoist-Méchin, Histoire de l’armée allemande depuis l’armistice (mars 1937)
10 en quelques semaines, c’est uniquement le fait d’initiatives follement risquées par quelques officiers du grand état-major. Du poi
10 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
11omique d’une Europe fédérée. Mais dès le début, l’initiative individuelle extrêmement [p. 7] vigoureuse des marchands fut déviée p
12isie, classe d’individualistes atomisés, dont les initiatives anarchiques appellent le contrepoids d’un centralisme de plus en plus
11 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
13 ne dirai plus que le « fascisme » tue l’esprit d’initiative. C’est le contraire. Comparez la jeune Führerin à une jeune fille du
14à une jeune fille du même âge, chez nous ! Mais l’initiative qu’on exige, c’est celle qui sert l’État et qui est prévue par lui ;
12 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
15n d’un régime à base fédérale. Et qui prendrait l’initiative, une fois encore, sinon le pays dont c’est la tradition que d’invente
13 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
16péré, non par quelque sursaut vertueux, non par l’initiative d’une ligue philanthropique, mais par les soins d’une dictature exact
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
17péré, non par quelque sursaut vertueux, non par l’initiative d’une ligue philanthropique, mais par les soins d’une dictature exact
15 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
18stème, c’est qu’il stérilise peu à peu toutes les initiatives vivantes, et qu’il finit par s’effondrer sous le poids de son apparei
19 « mystique » qui les créent. On ne leur laisse d’initiative que [p. 49] dans les cadres qu’on leur a prescrits. Elles ne valent r
16 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
20t. Dans une cité où la culture n’a plus en fait l’initiative, ce sont les lois de la production et de la guerre qui imposent leurs
17 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
21réparer par nos études, par nos conseils, par nos initiatives, par certaines prises de position peut-être, les bases de la Fédérati
22an d’une entreprise fédéraliste européenne, sur l’initiative de la Suisse. Or on pourrait me faire remarquer qu’une vocation est t
18 1942, La Vie protestante, articles (1938–1961). Perspectives d’avenir du protestantisme (2 janvier 1942)
23d bien qu’en attaquant, c’est-à-dire en prenant l’initiative. Ici, la perspective qui s’offre aux Églises protestantes, c’est de p
19 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
24contre les grèves irrégulières. Car la force et l’initiative ont changé de camp, et les vainqueurs se montrent généreux. Et déjà l
20 1946, Lettres sur la bombe atomique. i. Les cochons en uniforme ou. Le nouveau déluge
25’un des États de l’Est de l’Amérique qui a pris l’initiative d’un mouvement d’opinion contre les essais projetés. Cette Ligue dema
21 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
26r le cours des événements. L’histoire est faite d’initiatives, non de retouches, de vœux et d’amendements. Et pour qu’une initiativ
27touches, de vœux et d’amendements. Et pour qu’une initiative aboutisse, il faut qu’elle représente un risque autant et plus qu’une
28igide et trop contrôlée écrase bientôt toutes les initiatives individuelles. N’admettant pas de recours au-delà de son pouvoir, il
22 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
29galement ni le droit de referendum, ni le droit d’initiative, mais il les exerce en fait d’une manière permanente, par le moyen d’
23 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
30daptation au milieu », les sports, les qualités d’initiative, et l’intérêt pris aux leçons. Les petits étrangers sont mal vus, et
24 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
31 en puissance d’action. ⁂ À l’automne 1946, sur l’initiative d’un groupe de professeurs, d’écrivains et d’artistes genevois, les p
25 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
32certaine méfiance certains « Grands » s’arroger l’initiative d’une fédération continentale ou mondiale. L’échec de Napoléon, puis
33’œuvre de groupes et de personnes qui prendront l’initiative de se fédérer en dehors des gouvernements nationaux. Et ce sont ces g
26 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
34s son grand discours de Zurich. C’est de ces deux initiatives indépendantes, et de leur rencontre à Montreux, que devait naître le
35osa sourdement le front commun des Insulaires aux initiatives dispersées (tactiquement) des Continentaux. L’opposition peut être ré
27 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
36une double originalité. Premièrement, il est né d’initiatives privées, en toute indépendance de nos gouvernements. Il parle au nom
37nauté européenne par le moyen d’informations et d’initiatives, dans le domaine de la presse, du livre, du film et de la radio, mais
28 1948, Esprit, articles (1932–1962). Thèses du fédéralisme (novembre 1948)
38 groupes et de personnes qui [p. 610] prendront l’initiative de se fédérer en dehors des gouvernements nationaux. Et ce sont ces g
29 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
39les faire voir, nous aurons du même coup repris l’initiative. C’est l’autre camp qui sera forcé de se mettre sur la défensive, con
30 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
40gère une inconvenance profonde ; tandis que toute initiative expose le sujet d’une dictature totalitaire à l’accusation de sabotag
31 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
41 est centralisé, et il laisse aux gouvernements l’initiative autant que le contrôle. Reprenons brièvement ces trois points.   1. T
42même temps que le rôle catalyseur du Centre.   3. Initiative et contrôle gouvernementaux. Ce qui précède suffit à établir que l’in
43rnementaux. Ce qui précède suffit à établir que l’initiative véritable, dans le domaine de la culture, appartient en fait aux peti
44e dans son état naissant. Et ce qui vaut pour les initiatives devrait valoir aussi pour le contrôle des tâches exécutées en collabo
45 juges de leurs besoins. Qu’on leur laisse donc l’initiative, le contrôle et l’exécution ! Qu’ils s’associent directement entre eu
46 de toute ingérence politique. 2. Sur la base des initiatives émanant des intéressés, que les gouvernements ou la Fédération s’atta
32 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
47 Plan Wahlen) n’a pu se réaliser qu’à la faveur d’initiatives locales, appuyées par la population qui [p. 62] était à même de contr
48u » est prévu par les lois : ce sont les droits d’initiative, et surtout de referendum qui le ménagent. Grâce à eux, le peuple sui
49le referendum, et éventuellement le premier par l’initiative 20 . » Rien de ce qui se passe à Berne n’est donc irrémédiable, ne do
50durée. Tel est le droit de referendum. Le droit d’initiative législative et constitutionnelle existe dans les cantons. Sur le plan
51onte totale de la Constitution. Vingt-cinq de ces initiatives ont abouti. Là encore, on peut se demander si la multiplication de ce
33 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
52idienne des exigences contradictoires de la libre initiative et du marché élargi. La multiplicité des cellules de base — communes
34 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
53, les « votations » se multiplient : referendums, initiatives, élections et consultations communales, cantonales et fédérales. (Sur
35 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
54 est centralisé, et il laisse aux gouvernements l’initiative autant que le contrôle. Reprenons brièvement ces trois points. 1. Tro
55nnement normal et sensible des foyers de base. 3. Initiative et contrôle gouvernementaux. Ce qui précède suffit à établir que l’in
56rnementaux. Ce qui précède suffit à établir que l’initiative véritable, dans le domaine de la culture, appartient en fait aux peti
57e dans son état naissant. Et ce qui vaut pour les initiatives devrait valoir aussi pour le contrôle des tâches exécutées en collabo
58 juges de leurs besoins. Qu’on leur laisse donc l’initiative, le contrôle et l’exécution ! Qu’ils s’associent directement entre eu
59 de toute ingérence politique. 2. Sur la base des initiatives émanant des intéressés, que les gouvernements ou la Fédération s’atta
36 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
60 Congrès pour la Liberté de la Culture ait pris l’initiative de convoquer l’assemblée d’aujourd’hui. Son but est clair : montrer q
37 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
61stes psychopathes contre n’importe quelle forme d’initiative occidentale, tout concourt à rendre l’Europe incapable même de tomber
38 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
62et actuellement existant, qui ne résulte pas de l’initiative d’un groupe privé, mais de la vôtre. Il est né du labeur considérable
39 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
63rmé 3 commissions de savants (dont l’une a pris l’initiative du Laboratoire européen de recherches nucléaires), lancé 4 séries de
40 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
64oix par les représentants de l’Occident rendait l’initiative aux pays libres, dans leur confrontation avec Moscou : ils avaient po
41 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
65ondition ? — Ce serait d’aider financièrement les initiatives culturelles. Nos États ne consacrent qu’à peine 1/1000e de leur budge
66s pour autant de poursuivre la réalisation de ses initiatives : il ne s’agit pas ici d’une querelle de priorité, mais essentielleme
42 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
67ois à demeurer très proche du Centre, une seconde initiative est en voie d’aboutir. Le 16 décembre 1954, à Genève, ont été signés
43 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
68ion : devenir un lieu de ralliement et un foyer d’initiatives pour tous ceux qui ont compris que l’Europe doit s’unir, mais que le
44 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi nous persévérons (décembre 1955)
69uest en particulier — devrait s’abstenir de toute initiative dans le domaine culturel, du seul fait que les Soviétiques n’ont pas
45 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
70ir son aventure. Au lieu d’initiation, on parle d’initiative. En résumé : à ce qu’on pourrait appeler l’in-ducation des sociétés t
46 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
71 face à des conflits d’un autre ordre, celui de l’initiative privée et du dirigisme, par exemple, ou celui de la démocratie économ
47 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
72nauté européenne par le moyen d’informations et d’initiatives, dans le domaine de la presse, du livre, du film et de la radio, mais
73illeures familles de l’Occident. Certaines de ses initiatives incontestables lui ont échappé une fois réalisées, et gravitent aujou
74 1. Regroupement des efforts. La multiplicité des initiatives « européennes » dans le domaine très vaste que l’adjectif « culturel 
48 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
75ion de l’ensemble de ce programme. Les premières initiatives du Centre, en ce domaine, remontent à 1951 : convocation de responsab
49 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
76harmaciens… À mesure que s’élargit la base de ces initiatives culturelles (au sens le plus large du mot) le besoin de coordination
50 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
77te des instituts de ce genre. Mais ils naîtront d’initiatives dispersées. Ils auront à assurer chacun son propre financement. Et il
51 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
78n trop petit pays. Partout la concurrence tue les initiatives, qu’un peu d’esprit de coopération ferait réussir. Il faut un Centre,
79oposent à la fois de regrouper et de financer les initiatives dispersées ; d’autre part des séminaires de recherches, des thèses, d
80 1. Regroupement des efforts. La multiplicité des initiatives « européennes » dans le domaine très vaste que l’adjectif « culturel 
52 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
81té gagnée par ce moyen, le Pape devrait prendre l’initiative de la convocation d’un Concile qui établirait la paix entre les chrét
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
82conserve toute sa liberté, sa souveraineté et son initiative, moins ce qui est relatif à l’objet spécial pour lequel le contrat es
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
83ponsabilités, sous peine d’abandonner au risque d’initiatives particulières et d’entreprises désordonnées le groupement de forces m
55 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
84re particulière. Au lieu d’initiation, on parle d’initiative. Ces deux termes marquent le début et la fin d’une évolution millénai
85s… J’ai dit que les deux termes d’initiation et d’initiative marquent deux attitudes extrêmes, l’une autoritaire et l’autre libéra
56 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
86ion de Retinger, le général Sikorski avait pris l’initiative de grouper périodiquement les ministres des affaires étrangères des g
57 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
87résume donc par les deux termes d’initiation et d’initiative, qui marquent les deux pôles de notre éducation. (L’Orient et les cul
88 des droits acquis et des règles d’arbitrage, des initiatives et des coutumes, des conditions locales et des exigences collectives
58 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
89n tout cela, apporte une aide puissante, mais les initiatives sont venues de l’Europe, et c’est vers elle, naturellement, que je vo
90mons dès maintenant, si nous prenons résolument l’initiative d’une politique mondiale de civilisation. Les vraies chances de l’Eur
59 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
91ans le monde entier, ils dépendent d’innombrables initiatives indépendantes les unes des autres. Aucun plan d’ensemble ne les guide
60 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux mille volumes sur l’Europe (février 1963)
92ine européenne du livre qui se prépare, sur notre initiative, et qui aura lieu au printemps de cette année (du 30 mars au 6 avril)
61 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour une métropole régionale Aix-Marseille-Étang de Berre [Avant-propos] (juillet 1963)
93 vient d’être créé dans ses murs. D’autre part, l’initiative hardie de M. Roger Bigonnet, convoquant dans le cadre du Festival d’A
62 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
94alement (aujourd’hui à Amsterdam), et une série d’initiatives groupant des instituts universitaires, des festivals de musique, des
95el ?) qui tendait à paralyser non seulement toute initiative de la Suisse, mais aussi l’imagination et la faculté de prévision de
96donc pas question que la Suisse prenne la moindre initiative visant à l’union européenne au plan politique. Elle ne pourrait qu’y
97n nom, nous nous devons dorénavant de prendre des initiatives. Aux deux solutions en présence à l’échelle du continent — sacrifier
98uve être aujourd’hui le frein automatique à toute initiative capable de sauver notre régime fédéraliste en le faisant accepter au
99cier, de déléguer et de distribuer les pouvoirs d’initiative, d’étude, de décision et d’exécution. Et l’on découvre le principe de
100ein, ne l’oublions pas, est à mi-chemin entre une initiative prise par la Suisse et une absence totale de projet qui ferait de ce
101t la servir ! Il ne suppose en somme qu’une seule initiative, qui mettrait fin à toute nécessité d’en prendre d’autres plus risqué
63 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Campagne pour l’Europe des citoyens (septembre 1964)
102t, leur ville, leur région dont ils prendraient l’initiative. Les textes que nous publions ici ne représentent qu’une faible parti
64 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.3. « La Suisse est née de la révolte de pâtres libertaires contre le despote autrichien »
103rgades principales. Seuls les chefs en ont pris l’initiative et ont fait rédiger le pacte en bon latin. Quels sont ces chefs ? Le
65 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
104Zurich en tête, qui adoptent l’un après l’autre l’initiative, le référendum et l’élection du Conseil d’État par le peuple. Ces deu
105e référendum législatif est introduit. Le droit d’initiative en matière fédérale suivra dès 1891. En revanche, les cantons se voie
66 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
106 plan Wahlen) n’a pu se réaliser qu’à la faveur d’initiatives locales, appuyées par la population qui était à même de contrôler la
107u » est prévu par les lois : ce sont les droits d’initiative et surtout de référendum qui le ménagent. Grâce à eux, le peuple suis
108le référendum, et éventuellement le premier par l’initiative » (Siegfried). Rien de ce qui se passe à Berne n’est donc irrémédiabl
109t l’objet d’un référendum obligatoire. Le droit d’initiative législative et aussi constitutionnelle est garanti par tous les canto
110par tous les cantons. Au plan fédéral, le droit d’initiative ne s’applique qu’aux révisions totales ou partielles de la Constituti
111laire, 7 acceptées. L’assemblée, réagissant à ces initiatives, a présenté de son côté 12 contre-projets, dont 8 ont été acceptés. L
67 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
112idienne des exigences contradictoires de la libre initiative et du marché élargi. La multiplicité des cellules de base — communes
68 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
113 compte des premières réactions suscitées par son initiative. 3° Le projet de loi est soumis aux deux Chambres. En général, la par
69 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
114alement (aujourd’hui à Amsterdam), et une série d’initiatives groupant des instituts universitaires, des festivals de musique, des
115el ?) qui tendait à paralyser non seulement toute initiative de la Suisse, mais aussi l’imagination et la faculté de prévision de
116donc pas question que la Suisse prenne la moindre initiative visant à l’union européenne au plan politique. Elle ne pourrait qu’y
117n nom, nous nous devons dorénavant de prendre des initiatives. Aux deux solutions en présence, à l’échelle du continent : sacrifier
118uve être aujourd’hui le frein automatique à toute initiative capable de sauver notre régime fédéraliste en le faisant accepter au
119fférencier, déléguer et distribuer les pouvoirs d’initiative, d’étude, de décision et d’exécution. Et l’on découvre le principe de
120ein, ne l’oublions pas, est à mi-chemin entre une initiative prise par la Suisse et une absence totale de projet qui ferait de ce
121t la servir ! Il ne suppose en somme qu’une seule initiative, qui mettrait fin à toute nécessité d’en prendre d’autres, plus risqu
70 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
122européen ; — il faut que les Européens prennent l’initiative de coopérer à l’établissement d’un équilibre mondial, et trouvent pou
71 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
123les communes, d’autre part le préparer à la libre initiative personnelle. Ces deux exigences de l’éducation européenne ne sont con
72 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
124lais d’été, ils essayèrent en vain de reprendre l’initiative saisie par Sandys et Retinger dès avant La Haye. L’équipe des dirigea
125e en querelles de factions et de personnes, ou en initiatives mal exploitées. À La Haye, Paul Reynaud avait dépassé les fédéraliste
126entale : autorité et liberté, plan continental et initiatives régionales, union nécessaire à la force et respect des autonomies, un
73 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
127’État (ou autorité centrale) « à un simple rôle d’initiative générale, de garantie mutuelle et de surveillance ». Et il estime pué
74 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
128s son grand discours de Zurich. C’est de ces deux initiatives indépendantes, et de leur rencontre à Montreux, que devait sortir le
129t travailler pour l’Europe. Coordonner toutes ces initiatives dans le cadre d’un grand mouvement qui leur donnera le moyen de conco
75 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
130oordination des efforts actuellement dispersés, — initiatives tendant à développer le sentiment européen, à l’exprimer, à l’illustr
131rois : I. Éducation. Documentation, coordination, initiatives dans les domaines suivants : Enseignement européen dans les écoles pr
76 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.4. Naissance d’une Fondation
132oujours mieux un lieu de ralliement et un foyer d’initiatives pour tous ceux qui ont compris que l’Europe doit s’unir, mais que le
77 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
133n trop petit pays. Partout la concurrence tue les initiatives, qu’un peu d’esprit de coopération ferait réussir. Il faut un Centre,
134oposent à la fois de regrouper et de financer les initiatives dispersées ; d’autre part des séminaires de recherches, des thèses, d
135cteurs d’agences nucléaires de six pays. De cette initiative naîtra le CERN. Puis il fonde une Communauté européenne des Guildes e
78 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.2. Préface à « L’Œuvre du xxe siècle »
136 succédèrent chaque soir du 30 avril au 2 juin. L’initiative était due au Congrès pour la liberté de la culture et à son secrétair
79 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
137les communes, d’autre part le préparer à la libre initiative personnelle. Ces deux exigences ne sont contradictoires qu’en apparen
80 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.7. Pour une politique de la recherche
138es à résoudre, des chercheurs disponibles, et des initiatives en quête de fonds. Cette information encyclopédique dépasse évidemmen
139fonds nécessaires pour l’essor efficace de chaque initiative. Idée d’un Conseil européen de la recherche Comment guérir cette ma
81 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
140ussi renaître dans tous nos pays, d’une part, des initiatives locales animées par des amateurs de théâtre et de musique, d’autre pa
141re part, le goût des voyages. La rencontre de ces initiatives et de cet essor touristique sans précédent allait donner naissance à
82 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
142 refuser une union politique véritable et — seule initiative à valeur positive — droit d’abaisser les barrières douanières. En deh
143ports, coopère, se fédère ou s’unit en dehors des initiatives de l’État, par-dessus, par-dessous et à travers les frontières nation
83 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
144ntal une inconvenance profonde ; tandis que toute initiative expose le sujet d’une dictature totalitaire à l’accusation de sabotag
145oblèmes économiques, en tant qu’ils relèvent de l’initiative privée, ou de la commune et de la région, d’un plan national, de grou
146re particulière. Au lieu d’initiation, on parle d’initiative. Ces deux termes marquent le début et la fin d’une évolution millénai
147s… J’ai dit que les deux termes d’initiation et d’initiative marquent deux attitudes extrêmes, l’une autoritaire et l’autre libéra
84 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
148’État (ou autorité centrale) « à un simple rôle d’initiative générale, de garantie mutuelle et de surveillance ». Et il estime pué
85 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Confrontation des régions transfrontalières [Note liminaire] (été 1972)
149frontalières [Note liminaire] (été 1972) bw À l’initiative de l’Assemblée consultative du Conseil de l’Europe, et sous le patron
86 1977, L’Avenir est notre affaire. Introduction. Crise de l’Avenir
150rre interrogée — labourée, fécondée, cultivée — l’initiative fut assumée au nom de l’espèce par quelques héros légendaires, dont l
87 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
151mple : — côté gains : le nombre et la portée des initiatives civiques, comme indicateurs du développement de l’esprit communautair
152 le pouvoir des petits groupes multipliés et de l’initiative civique intempestive c’est-à-dire spontanée et non conditionnée, et n
153uses. Elle demeure donc à la merci de la première initiative convaincante — ou d’un scandale de plus, brin de paille sur le chamea
88 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
154r 100  », et surtout la guerre. La plupart de ses initiatives pour sauver le monde échoueront dans le ridicule, ainsi la croisière-
89 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
155y faire des parkings. Ils revendiquent le droit d’initiative et ils l’exercent. Ils exigent l’accès aux dossiers et ils l’obtienne
90 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
156es du citoyen sur la chose publique, tant par ses initiatives que par l’exercice effectif et permanent de ses droits de contrôle ?
91 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Avertissement
157 Avertissement Constitué en 1976 à l’initiative du Centre européen de la culture (Genève) le groupe cadmos compren
92 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
158rité le bien-être, appelle la décentralisation, l’initiative locale, l’autonomie, une refonte des méthodes de production de masse,
159a région, et permettant à celle-ci de reprendre l’initiative (dans le cadre général et moyennant les arbitrages éventuels d’agence
93 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
160ielle du thème régional sur le plan européen. Des initiatives spontanées groupant économistes, industriels, sociologues, députés et
161un Sénat européen des Régions : c’est à ce jour l’initiative [p. 131] la plus hardie et novatrice qui se soit manifestée au niveau
162naux, sur place, avec les moyens du bord, par des initiatives de groupes privés au départ. Quand ces moyens d’action auront fait le