1 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
1mais à Aubonne. Un plein succès a répondu à cette innovation. Le sujet de la première partie des conférences, les Objections des i
2 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
2ercle n’est-il pas vicieux ? Le scandale de cette innovation (et de tant d’autres) serait-il devenu moins grand, avec le temps, qu
3 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
3. 264] qu’on lui attribue sur la Réforme et ses « innovations ». Une suite de hasards m’ayant mis entre les mains, au cours de l’ét
4 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
4ns l’époque présente, qui les prend pour autant d’innovations « excitantes » de l’avant-garde. Mais sans doute sont-elles moins dép
5 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
5 d’une école ou d’une profession. La variation, l’innovation individuelle ne sont pas vues, ou bien ne sont qu’erreurs. Le besoin
6 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
6que et les grands gestes rituels. La variation, l’innovation individuelle ne peuvent être à leurs yeux que des erreurs. Elles risq
7tion. L’idée que le lendemain puisse apporter des innovations imprévues, que les petits-fils puissent être plus heureux que leurs a
7 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
8 montrée par Rome, dans les débuts, à l’égard des innovations religieuses de Zurich. L’esprit clérical était prononcé, et ses abus
8 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
9traditions multipliées primaient sur tout essai d’innovation ou de variation individuelles ; l’au-delà était tenu pour plus réel q
9 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
10nsi les phases successives portent le nom de leur innovation, quand elles se seraient donné celui de leur modèle. Signe du conflit
10 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
11ersonne, qui désespère de ses [p. 140] pouvoirs d’innovation et de toute espèce de recours au transcendant libérateur. Engendrer l
11 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
12ment n’est-elle pas aussi remarquable que celle d’innovation ou d’invention ? La seconde peut tenir de la chance, un coup heureux,
12 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
13n de la personne, qui désespère de ses pouvoirs d’innovation et de toute espèce de recours au transcendant libérateur. Engendrer l
13 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
14vient, meurt et recommence à l’infini, sans nulle innovation possible. C’est ce qu’on nomme le retour éternel. Il n’y a donc pas d
14 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
15n se sent plus alerte, physiquement euphorique. L’innovation la plus importante me semble être celle qui intervient sous nos yeux
15 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
16 revanche, équilibrées et combinées, tradition et innovation représentent ensemble la culture vivante, celle qui peut rendre un se
16 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.6. En marge des grands plans, l’utopie prolifère
17nces chrétiennes, mais il ajoute deux importantes innovations aux plans précédents : 1° la souveraineté des États participants sera
17 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
18orité, l’autonomie locale ou la centralisation, l’innovation ou la tradition, l’individualisme ou la discipline sociale, etc. — pr
19à cette lutte toujours ouverte entre tradition et innovation, que l’Europe s’est montrée capable d’intégrer un peu mieux que d’aut
20l’équilibre indispensable entre la tradition et l’innovation, et c’est le problème fondamental de notre temps. Or elle est seule à
21Monde arabe ne connaissaient que la tradition : l’innovation les surprend donc comme une tempête. À l’inverse, l’Amérique n’a pas
22s libertés personnelles, entre la continuité et l’innovation, entre le poids rassurant des traditions et l’élan révolutionnaire à
18 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
23ctes et harmonie d’ensemble dans les arts ; entre innovation et continuité dans la cité ; entre diversité et unité dans l’organisa
19 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
24orme légale et systématisée produit le choc d’une innovation que certains taxent de révolutionnaire. Il est remarquable que dans l
20 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
25 montrée par Rome, dans les débuts, à l’égard des innovations religieuses de Zurich. L’esprit clérical était prononcé, et ses abus
21 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
26ui réponde, qui ménage une certaine tolérance aux innovations, voire aux excès, aux erreurs de ceux qui créent et qui ne se content
22 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
27ns l’époque moderne) la variation individuelle, l’innovation, l’originalité d’un artiste : parce que, dès la Renaissance (et même
28 précèdent. [p. 7] Premier thème : Tradition et innovation dans les arts en Europe Je partirai de deux citations d’écrivains ang
23 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
29 de base qui donne sens et relief aux inventions, innovations, révolutions fomentées par un groupe, une école, un « génie ». Les fé
24 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.2. Préface à « L’Œuvre du xxe siècle »
30, au réalisme, et qui prend pour la tradition ces innovations d’avant-hier, voit ses goûts confirmés et [p. 63] sanctionnés par les
25 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
31ns l’époque moderne) la variation individuelle, l’innovation, l’originalité : parce que, dès la Renaissance (et même dès le xiiie
32érales qui précèdent. Premier thème Tradition et Innovation dans les arts en Europe Je partirai de deux citations d’écrivains ang
26 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
33’à leur confusion par le snobisme et la mode, aux innovations qu’aux routines, et aux miracles qu’aux abus. (C’est peut-être pourqu
27 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
34iste européen — sens de la tradition et goût de l’innovation en interdépendance étroite — font un atout de la forte densité de pop
28 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
35 l’ordre cosmique et les grands gestes rituels. L’innovation individuelle ne peut être à leurs yeux qu’une erreur. Elle risquerait
36ines. L’idée que le lendemain puisse apporter des innovations bénéfiques, que les petits-fils puissent être plus heureux que leurs
37uel et temporel ; – liberté et responsabilité ; – innovation et tradition ; – personne et communauté ; – autonomie et union ; – ga
29 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
38 et liberté, personne et communauté, tradition et innovation, droite et gauche, nord et midi, évangélisme et ritualisme, réformism
30 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La cité européenne (18-19 avril 1970)
39té, individualisme et collectivisme, tradition et innovation, droite et gauche, Nord et Midi, catholicisme et protestantisme, réfo
31 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
40servation et d’ordre, la gauche par une volonté d’innovation et de progrès bousculant les équilibres traditionnels et le confort p
41ustries (auto, avion en premier lieu) et de leurs innovations plus polluantes les unes que les autres. La droite ne « conserve » ri
32 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
42nt en fonction des implantations d’usines, ou des innovations [p. 50] technologiques. Il ne reste donc à l’État qu’à forcer les réa
33 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Nouveau départ (printemps 1974)
43 des régions, une Europe fédérale qui peut être l’innovation majeure du siècle. p. 1 bz. « Nouveau départ », Bulletin du Cent
34 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
44 personnes. D’où la règle suivante : devant toute innovation technologique, être en mesure de démontrer non seulement à quoi cela
35 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
45, rationaliste ou marxiste. Ils considèrent toute innovation comme une hérésie, ou une maladresse, une erreur obstinée ou une tend
36 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
46ent de la technique est qu’elle exige pour chaque innovation une dépense de travail, de temps et d’énergie telle que c’est vous qu
47 une baisse de prestige… Dans un tel monde, toute innovation technique servira fatalement les causes mêmes du mal, fût-elle capabl
37 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
48est guère que le mesurable : Progrès quantitatif, innovation technique, gains financiers. C’est abstrait, mais par cela même facil
38 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
49 personnes. D’où la règle suivante : devant toute innovation technologique, être en mesure de démontrer non seulement à quoi cela
39 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
50ussent été capables d’orienter une politique de l’innovation technologique en général, et tout d’abord de l’automobile. Ces procéd
51. Désormais, nous savons que le pire danger d’une innovation technique peut provenir de sa réussite et non pas, comme le pense un
52ul échec. La première question à poser devant une innovation technique sera donc celle-ci : en cas de succès total, quels seront s
53 un deuxième critère : écarter délibérément toute innovation dont l’une des conditions de succès s’annoncerait comme incompatible
54esponsabilité l’est de la liberté : refuser toute innovation qui entraînerait nécessairement ou favoriserait par sa nature des ent
40 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
55e ; fidélité ou quête de l’inconnu ; tradition ou innovation… Distingué de la masse par une vocation dont l’exercice concret le r
41 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
56rt d’imagination, de participation personnelle, d’innovation. Or, si je présentais un système cohérent et complet dans toutes ses
42 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
57égration des déséquilibres créateurs (inventions, innovations, « percées » de toute nature) en une synthèse de plus en plus complex
43 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
58servation et d’ordre, la gauche par une volonté d’innovation et de progrès bousculant les équilibres traditionnels et le confort p
59ustries (auto, avion en premier lieu) et de leurs innovations plus polluantes les unes que les autres. Cette droite « conserve » su
60uctions critiques, à l’escalade lente et sûre des innovations attendues et des rénovations sociales et politiques proposées au long
44 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
61uctions critiques, à l’escalade lente et sûre des innovations attendues et des rénovations sociales et politiques proposées au long
45 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
62e culture faite depuis des siècles de rejets et d’innovation. Peut-être le seul vrai anti-Européen en art comme en littérature et
46 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
63nève, de la Haute-Savoie et du pays de Gex. Cette innovation, qui peut faire jurisprudence, annonce un développement prochain des