1 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
1yais la lune faire des bonds courts sur la plaine inondée de nuit. J’essayais de penser par-dessous le rythme obstiné de cette
2 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
2yais la lune faire des bonds courts sur la plaine inondée de nuit. J’essayais de penser par-dessous le rythme obstiné de cette
3 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
3e ne pas percevoir le passage du temps où tout le inonde l’était au temps où personne ne l’est plus), aux républicains attardé
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
4tout autre ordre d’ailleurs — le contenu du mythe inonda notre vie quotidienne. Nous ne savions plus ce que signifiait cette d
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
5vagées, les Villes détruites, et tout le pays fut inondé de sang… L’Italie apprit aussi une nouvelle mais sanglante méthode de
6 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
6 réduit à se défendre par le suicide, la Hollande inondée, disait-on. ⁂ Et voici sous la pluie et la brume, à l’horizon des mar
7 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
7 réduit à se défendre par le suicide, la Hollande inondée, disait-on. ⁂ Et voici sous la pluie et la brume, à l’horizon des mar
8 1946, Lettres sur la bombe atomique. 17. La fin du monde
8rdre universel que nous allons courir le risque d’inonder ou de brûler la terre entière. Personne ne rit. Personne non plus n’o
9 1946, Réforme, articles (1946–1980). Deux lettres sur la fin du monde (29 juin 1946)
9rdre universel que nous allons courir le risque d’inonder et de brûler la terre entière. Personne ne rit. Personne non plus n’o
10 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
10 bords de ce ruisseau qui longe mon jardin, qui l’inonde aux crues de printemps, Chateaubriand passa des heures d’heureux ennu
11 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
11 bords de ce ruisseau qui longe mon jardin, qui l’inonde aux crues de printemps, Chateaubriand passa des heures d’heureux ennu
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
12andait en amour et en joies naïves. Le soleil les inondait de chaleur et de lumière, en admirant ces merveilleux enfants… Songe
13es frappait la vitre de ma petite chambrette et m’inondait de lumière. Eh bien, mon ami, eh bien ! ce soleil couchant du premier