1 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean-Louis Vaudoyer, Premières Amours (août 1927)
1èvrerie ni vulgarité la grâce un peu trouble et l’insidieuse mélancolie. Un détail piqué adroitement, papillon dont frémissent enc
2 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Chançay (mars 1937)
2s jeux.) L’un pose au petit groupe cette question insidieuse : qu’est-ce que créer ? (Depuis le temps qu’on en parle à l’O.N…) Il
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
3t par là que son œuvre agit encore sur nous, plus insidieuse et fascinante pour notre sensibilité que la restauration esthétique d
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
4u, voici l’envahissement de l’Europe par une plus insidieuse tyrannie. Jusqu’au jour où Wagner, d’un seul coup, dressera le mythe
5 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
5e quartier une espèce de solennité énigmatique et insidieuse, qui tient du rêve et de la vie animale. Tout est menu, félin, miséra
6 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
6me appuyées par les moyens de persuasion les plus insidieux ou brutaux. Qu’il faille faire l’Europe est maintenant évident. Mais
7 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (I) (août 1958)
7poser cette question préalable, et qu’ils croient insidieuse, on peut dire tranquillement que la seule différence entre les deux t
8 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
8 sans art : après une scène nocturne d’un comique insidieux et digne du modèle, où l’on voit Proust lunaire, distrait et intense