1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1ous y perdons graduellement l’intelligence de nos instincts, la conscience de nos limites naturelles, tout ce qui servirait de fr
2 des ensembles et des proportions ; rééduquer les instincts du corps et de l’âme ; vouloir une foi… La morale de demain sera en r
3ois ; ils ne craignent pas de choisir parmi leurs instincts, ni de les améliorer  10 . Tout ceci est assez nouveau. (Après tant d
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
4i Gide écrit ailleurs : « En chaque être, le pire instinct me paraissait le plus sincère. » La sincérité spontanée, vertu modern
3 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
5orte de suicide du genre humain, par perte de son instinct de préservation, d’autorégulation et d’alternances. Tel est ce sophis
4 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
6ence, si je puis dire. Alors ce sera au tour de l’instinct d’intégrer la raison. Je crois que nous approchons de ce temps. Et qu
5 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
7sée allemande depuis Goethe : c’est à l’Orient, d’instinct, que cette pensée va demander non point seulement sa revanche, mais s
8us que Nietzsche, type du déchiré, qui glorifie l’instinct perdu, en véritable sentimental.   L’instinct mène au plaisir par l’a
9e l’instinct perdu, en véritable sentimental.   L’instinct mène au plaisir par l’acte ; le sentiment à la mélancolie, par le ref
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
10e de l’homme la maîtrise et le déploiement de ses instincts ? Ici, pas d’autres empêchements que ceux-là justement qui donnent sa
7 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
11sais quelle complaisance qui les faisait éviter d’instinct tout point de vue pratiquement bouleversant ? D’autre part, n’est-ce
8 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
12nt soutenue qu’elle informe peu à peu une sorte d’instinct, libérant l’attention consciente. C’est ainsi que le voyant audacieux
9 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
13ns l’homme est le plus animal, le plus soumis aux instincts de brutalité. Le spirituel à la Von Papen, ou le [p. 16] matériel à l
10 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
14 la race, jouent dans le monde le même rôle que l’instinct dans l’homme. La culture du xixe siècle a voulu les ignorer et nous
11 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
15 régression vers la barbarie, mais qui flatte les instincts et les passions, et satisfait le rêve nostalgique d’un retour à la na
12 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
16 la race, jouent dans le monde le même rôle que l’instinct dans l’homme. La culture du xixe siècle a voulu les ignorer et nous
13 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
17peu trop perspicace. Ils ont au fond raison, leur instinct a raison, qui veut qu’on n’abatte le mal, cette négation perpétuelle,
14 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
18mais allés jusqu’au bout de nos forces. Il y a un instinct profond, dans tout homme, qui réclame cette épreuve totale de ses for
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
19lleurs cette élite s’ennuyait, elle allait donc d’instinct vers ceux qui s’amusaient à la brusquer. Ces coquetteries morbides d’
16 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
20aduit tout naturellement — en vertu d’un très sûr instinct — par un refus d’user de la mesure linguistique commune aux chancelle
17 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
21ion rationaliste, dont le crédit repose sur notre instinct de fuite devant les responsabilités. Comme si le désordre régnant, ce
22nt séparés de leur peuple et de ses plus profonds instincts ? Le problème est nouveau. Il est mieux qu’amusant. Les disciplines
18 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
23de gouverneur de Kiel : c’est lui que, par un sûr instinct, le Grand État-Major, qui joue sa dernière carte, fera nommer ministr
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
24s qui se défendent avec la seule obstination de l’instinct, au niveau le plus bas où l’homme puisse vivre sans misère, sans ambi
20 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
25s, de confiance obscurément [p. 141] accordée à l’instinct ou à « la Vie », ou à la solidarité de l’espèce humaine, malgré tout.
26ter plus que les indications très équivoques de l’instinct. Est-ce bien cela qu’exigent les « anti-intellectualistes » ? Que l’o
27l’absence de l’esprit, c’est l’appel [p. 162] aux instincts, aux intérêts urgents, presque toujours contraires, en fin de compte,
28le. Souvent éprouvé. Les grands soulèvements de l’instinct vers la clarté, notre raison les repousse au lieu de les transfigurer
29e abri des buissons de lauriers. Ah ! les beaux « instincts primitifs » ! Le bonheur idyllique de la nature ! Littérateurs, allez
21 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
30isme petit-bourgeois. Ce « peuple »-là n’a plus d’instinct. Et les chansons dites populaires ne sont même plus en musique : c’es
22 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
31le. Souvent éprouvé. Les grands soulèvements de l’instinct vers la clarté, notre raison les repousse au lieu de les transfigurer
32e abri des buissons de lauriers. Ah ! les beaux « instincts primitifs » ! Le bonheur idyllique de la nature ! Littérateurs, allez
23 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
33ulu « redonner à l’homme civilisé la force de ses instincts primitifs ». Comme si l’instinct primitif ne poussait pas l’homme à e
34la force de ses instincts primitifs ». Comme si l’instinct primitif ne poussait pas l’homme à exploiter son semblable, pour peu
35stait pas justement à réfréner ou à détourner cet instinct d’exploitation vers d’autres objets, artificiels, créés ! (arts, tech
24 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
36n faisant, démontré que la propriété n’est pas un instinct permanent, mais au contraire un besoin de l’esprit — le nécessaire vi
25 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
37ésisté un seul jour au réveil brusque de certains instincts. Mais je ne vais pas redire ici ce que je suis en train d’écrire aill
38mais allés jusqu’au bout de nos forces. Il y a un instinct profond, dans tout homme, qui réclame cette épreuve totale de ses for
39Dieu cosmique, non révélé, non incarné, qui est l’instinct sublimé de la masse, le bain tiède où se dissout le moi jadis pécheur
26 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
40igieuses. Et cette immense « mystification » de l’instinct faussant ses rythmes naturels, invertissant sa direction, exaltant le
41rnel et angoissé avec la créature de chair et ses instincts asservissants. L’apparition de la passion d’Amour devait donc transfo
27 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
42onde et secrète passion. Le mythe s’empare de l’« instinct de mort » inséparable de toute vie créée, et il le transfigure en lui
43religion primitive. Religion antérieure à notre « instinct » moderne, et qui détient l’intime secret de la passion, au-delà de c
44t), indifférente, sinon hostile au bonheur et à l’instinct vital, elle exige un retour au monde réel, tandis que la fidélité cou
45’est Éros, et non pas Agapè, qui a glorifié notre instinct de mort, et qui a voulu le « spiritualiser ». Mais Agapè se venge d’É
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
46the exprime ces réalités, dans la mesure où notre instinct l’exige, mais il les voile aussi dans la mesure où le grand jour de l
47t de « contenir », précisément, les poussées de l’instinct destructeur : car la religion, en l’attaquant, l’exaspérait. Les chro
48 de le soustraire au jugement, amour du risque et instinct de prudence. Interrogez celui qui use d’un tel langage, demandez-lui
49 sans doute la plus inarrachable des racines de l’instinct de la guerre en nous. ⁂ De cette extrémité tragique, illustrée, avoué
29 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
50ixe . Qu’on nous montre dans la nature, ou dans l’instinct, les esquisses grossières de faits « spirituels », aussitôt nous croy
51dire et protester d’avance : si je constate que l’instinct et le sexe connaissent une dialectique spontanée, analogue à certains
52s’impose parfois une certaine continence, quasi d’instinct, dans l’intérêt même de l’espèce ? Lycurgue, législateur de Sparte, i
53orait dans la chasteté un obstacle instinctif à l’instinct, ayant pour fin de rendre les guerriers plus valeureux. Or la vertu d
54 facteur « étranger » seul capable de détourner l’instinct de son but naturel et de transformer le désir en une aspiration indéf
55sir de la mort que l’on ne puisse « ramener » à l’instinct de mort décrit par Freud et par les plus récents biologistes. Mais on
56s touche dans le Roman ? Parler de déviation de l’instinct, c’est ne rien dire puisqu’il s’agit de savoir, précisément, quel est
57que homme porte dans son cœur et qu’il assimile d’instinct à la définition de la beauté, n’est-ce pas le souvenir de la mère « f
58ue la cortezia était une simple idéalisation de l’instinct sexuel. À l’inverse, il serait excessif de [p. 108] soutenir que l’id
59 par cela même qu’elles veulent le transcender, l’instinct sexuel, ou comme dit Platon dans le Banquet : « l’amour de gauche ».
60omplexes ignorés mais d’autant plus actifs ; et d’instincts hérités bien moins de quelque nature animale que de coutumes totaleme
61ientes et, de ce fait, aisément confondues avec l’instinct. Elles furent tantôt des artifices cruels, tantôt [p. 127] des rites
62ueil, « humaniste » qui la compense. Angoisse : l’instinct sexuel est ressenti comme un destin cruel, une tyrannie ; orgueil : c
30 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
63suppose l’intervention d’un agent étranger, que l’instinct livré à lui-même éliminerait aussi vite que possible. Les animaux ne
64Il faudrait expliquer pourquoi c’est toujours à l’instinct sexuel que l’on a tenté de « ramener » la mystique, et cela bien avan
65me que la mystique résulte d’une sublimation de l’instinct, il suffira de changer le sens de la relation constatée, et d’écrire
66ens de la relation constatée, et d’écrire que « l’instinct » en question résulte d’une profanation de la mystique primitive. ⁂ C
67en, grand [p. 170] Daimon qui, de la ferveur de l’instinct de procréation, s’élève en se purifiant à la ferveur divine, mais n’e
68né » tout ce qu’on pouvait — et un peu plus — à l’instinct sexuel « dévoyé ». Le xixe siècle, dans l’ensemble, n’est jamais plu
69 « fou d’amour » — mais l’excès de l’esprit sur l’instinct. « L’amour existe lorsque le désir est si grand qu’il dépasse les lim
70 Or le [p. 186] fait de dépasser les limites de l’instinct, définit l’homme en tant qu’esprit. C’est ce fait seul qui nous perme
71 animal est incapable de mentir, de dire ce que l’instinct ne fait pas, d’aller au-delà du nécessaire et au-delà de la satisfact
72ur, c’est au contraire l’élan qui va au-delà de l’instinct et qui, par là, ment à l’instinct. Le responsable d’un tel mensonge n
73va au-delà de l’instinct et qui, par là, ment à l’instinct. Le responsable d’un tel mensonge ne saurait être que « l’esprit ». (
74entre l’Éros divinisant et l’Éros prisonnier de l’instinct. De là vient que la passion « enthousiaste », la joy d’amor des troub
31 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
75urs fait naître le langage. Dès qu’elle dépasse l’instinct, dès qu’elle devient vraiment passion, elle tend du même mouvement à
76’est à la fois l’espèce pure, la spontanéité de l’instinct, et l’esprit pur dans sa danse éperdue au-dessus de la mer des possib
77à « cristalliser ». Mais on ne voit pas comment l’instinct se déciderait à commettre l’erreur nécessaire à cette opération rusée
78e l’erreur nécessaire à cette opération rusée. (L’instinct seul, livré à lui-même.) Je crois, comme Ortega, que la solution sten
79s — ce n’est pas encore expliquer cette erreur. L’instinct ou la nature n’ont pas coutume de se tromper de la sorte… S’il y a er
80nt nous tourmenter n’est plus qu’une maladie de l’instinct, rarement mortelle, régulièrement toxique et déprimante, toute aussi
81ont partie intégrante de l’ordre social établi. L’instinct de conservation rend en effet cet ordre tolérant à l’égard de ce qui
82rêtait aux complicités les plus sournoises avec l’instinct, qu’elle excitait par sa volonté même de le nier. L’ambiguïté du lang
83u dernier siècle, à ce renversement des rôles : l’instinct devenant le vrai support d’une rhétorique dont les figures lui prêten
84prêtent désormais un semblant d’idéalité. 20. L’instinct glorifié Comme à la rose de Guillaume de Lorris répond la rose de Jea
85’est plus le sentiment que l’on idéalise, c’est l’instinct. Je songe à une certaine école de romanciers anglo-américains, qui fl
86uérira de votre goût du péché, cette maladie de l’instinct génésique. Ce que vous appelez morale, c’est ce qui nous rend méchant
87raie divinité, qui est la Vie. Et la vie, c’est l’instinct libéré de l’esprit, la grande puissance solaire qui broie et magnifie
88morale et se retremper dans le flux cosmique de l’instinct, c’est l’idéal de nos poètes du primitivisme solaire, mais la pratiqu
89’on prétend s’enfoncer dans le flot primitif de l’instinct, dans le larvaire, dans le non-fait, dans l’« infait », c’est-à-dire
90l n’est pas au terme d’un mouvement d’abandon à l’instinct énervé et au ressentiment de la chair. Il n’est pas caché mais perdu.
91restait une rhétorique. Elle pouvait exprimer nos instincts naturels, mais non sans les dévier, tout insensiblement, vers quelque
92is vit se répandre dans la conscience profane l’« instinct de mort » longtemps refoulé dans l’inconscient ou canalisé dès sa sou
93 l’amour. Nous la prenions pour un printemps de l’instinct et pour une renaissance des forces dionysiaques persécutées par un so
32 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
94ses depuis le xixe siècle sur la question de l’« instinct combatif » [p. 265] dans ses relations avec l’instinct sexuel 168 . F
95nct combatif » [p. 265] dans ses relations avec l’instinct sexuel 168 . Faute de quoi, je me bornerai à soulever un certain nomb
96courir aux théories de Freud pour constater que l’instinct de guerre et l’érotisme sont fondamentalement liés : les figures cour
97ultiples et changeantes relatives à la genèse des instincts, je m’en tiendrai à quelques rapprochements formels entre les arts d’
98aison naturelle, c’est-à-dire physiologique, de l’instinct sexuel et de l’instinct combatif. Mais il serait vain de chercher des
99-dire physiologique, de l’instinct sexuel et de l’instinct combatif. Mais il serait vain de chercher des ressemblances entre la
100our et mort sont reliés par l’ascèse, comme par l’instinct sont reliés désir et guerre. Mais ni cette origine religieuse, ni cet
101religieuse, ni cette complicité physiologique des instincts de combat et de procréation ne suffisent à déterminer l’usage précis
102évasion romantique, en même temps qu’un frein aux instincts. Le formalisme minutieux de la guerre s’oppose aux violences du sang
103ne où s’opère la synthèse à peu près parfaite des instincts érotiques et guerriers et de la règle courtoise idéale : c’est le ter
104n’était plus question de condamner la vie. Et « l’instinct de mort » semblait neutralisé. ⁂ C’est sur cette Italie heureuse, imm
105 spectacles de l’Inquisition avaient déchaîné les instincts démoniaques ». Artillerie et massacre des civils : la guerre moderne
106e représentait un effort pour donner un style à l’instinct. La guerre classique est un effort pour conserver et recréer ce style
107dès la Révolution française — ce déchaînement des instincts collectifs et des passions catastrophiques. Que reprochent les stratè
108our. C’est que la guerre échappe à l’homme et à l’instinct ; elle se retourne contre la passion même dont elle est née. Et c’est
109ue plutôt que des prévisions de la psychologie. L’instinct combatif est déçu. De 1914 à 1918, l’explosion habituelle de sexualit
110 en fait la non-possession. Elle n’exprime plus l’instinct sexuel normal, ni même la passion qui l’utilise et le transcende, mai
111uerre, à la menace permanente que la passion et l’instinct de mort font peser sur toute société. La réponse du xiie siècle avai
33 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
112rnel et angoissé avec la créature de chair et ses instincts asservissants. L’apparition de la passion d’Amour devait donc transfo
34 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
113onde et secrète passion. Le mythe s’empare de l’« instinct de mort » inséparable de toute vie créée, et il le transfigure en lui
114religion primitive. Religion antérieure à notre « instinct » moderne, et qui détient l’intime secret de la passion, au-delà de c
115t), indifférente, sinon hostile au bonheur et à l’instinct vital, elle exige un retour au monde réel, tandis que la fidélité cou
116’est Éros, et non pas Agapè, qui a glorifié notre instinct de mort, et qui a voulu l’ » idéaliser ». Mais Agapè se venge d’Éros
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
117 à celle de Freud, qui voit une antithèse entre l’instinct de mort et Éros. L’analyse du mythe nous a montré que cette antithèse
36 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
118e son secret, si bien masqué par le prétexte de l’instinct. Aux sommets de [p. 63] l’esprit révolté, on verra Nietzsche, cent an
119comme nous aimions le croire, une exultation de l’instinct, tout porte à supposer que cette passion n’est pas toujours liée au s
120te est comme le moraliste un ennemi vigilant de l’instinct : car s’il le glorifie c’est par esprit de polémique, c’est qu’il veu
37 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
121 régression vers la barbarie, mais qui flatte les instincts et les passions, et satisfait le rêve nostalgique d’un retour à la na
38 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
122e siècle n’est plus qu’une dégénérescence de cet instinct démocratique. Il veut tout unifier, réglementer, centraliser, décolor
123qu’elle est en quelque sorte contre-nature, car l’instinct normal de tout homme le pousse toujours à prendre parti ; et qu’enfin
39 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
124e ses lacunes. Elle est toujours une revanche des instincts, une nostalgie des éléments concrets que l’idéalisme, en son orgueil
125influence du mouvement des communes italiennes, l’instinct germanique de la liberté armée, la rivalité entre l’Empereur et les g
126ntradictoires, de la révolution européenne 36 . L’instinct contrecarré devient conscience ; la coutume attaquée devient programm
40 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
127onniers de l’ordre intarissablement prodigue de l’instinct. Mais l’homme a reçu le pouvoir de parler, de créer, et de dénaturer.
41 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
128roduit de toute communauté vivante. Je parle d’un instinct aussi fondamental et naturel que la sexualité. Il est incontestable q
129 77] Certains intellectuels incrimineront alors l’instinct religieux, cette « survivance ». Et nous lirons encore des jérémiades
130 a tort d’avoir soif de religion ? de tromper cet instinct rendu furieux par des siècles de privations ? Elle dénoncera vainemen
42 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
131on pense qu’il est plus « sincère » de suivre son instinct que de garder parole, que le bonheur vaut mieux que la vérité, et que
132es qui nous protégeaient contre les paniques de l’instinct. La morale bourgeoise est trop faible. Quand les romanciers attardés
43 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
133morales, aux suggestions parfois aveuglantes de l’instinct ou aux pressions de l’intérêt momentané ; l’absolu d’un bien et d’un
44 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
134dre intarissablement prodigue et infaillible de l’instinct. Mais l’homme a reçu le pouvoir de parler, de créer et de dénaturer.
45 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable XI : Le Diable dans nos dieux (24 décembre 1943)
135pour les tempéraments rationalistes, le Dieu de l’instinct et de la passion pour les hyper-civilisés, le Dieu du succès pour les
46 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
136nt soutenue qu’elle informe peu à peu une sorte d’instinct, libérant l’attention consciente. C’est ainsi que le voyant audacieux
47 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
137ce entre idées et actions, croyances et intérêts, instincts et conduite sociale. D’où naît une littérature d’intrigues pour laque
138sais quelle complaisance qui les faisait éviter d’instinct tout point de vue pratiquement bouleversant ? D’autre part, n’est-ce
139. Celui de ce croquis n’est que l’indication d’un instinct prédateur peut-être russe, nullement vaudois. Ceci marqué, nous resto
48 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
140 de jugement qui tient compte des puissances de l’instinct, reconnaît leurs excès mortels — au lieu de les ignorer, nier et refo
49 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
141que de paraître exagérer sa peine. Car il pense d’instinct, comme Talleyrand, que « ce qui est exagéré n’est pas sérieux ». Ce q
50 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
142eut dominer sa vie et la construire avec tout son instinct à l’image d’une vision de l’esprit. Le corps et l’âme chantent alors
51 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
143ue mesure — celle de l’esprit — indépendante de l’instinct, c’est ce qu’induisent à supposer les deux observations suivantes : l
52 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
144e son secret, si bien masqué par le prétexte de l’instinct. Aux sommets de l’esprit révolté, on verra Nietzsche, cent ans plus t
145 comme nous aimions le croire une exultation de l’instinct, tout porte à supposer que cette passion n’est pas toujours liée au s
146te est comme le moraliste un ennemi vigilant de l’instinct : car s’il le glorifie, c’est par esprit de polémique, c’est qu’il ve
53 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
147une névrose collective, d’une poussée subite de l’instinct de mort. On proposait une cure des masses et la nationalisation des É
54 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
148que l’on soit en droit d’y voir une « révolte des instincts », ou d’y dénoncer je ne sais quelle « vague de barbarie nouvelle ».
149s timides, la violence primitive et la santé de l’instinct soient justement [p. 133] les vraies créatrices de tabous, et que la
150s qui tentaient follement de faire « comme si » l’instinct sexuel pouvait être passé sous silence ou nié ; les sexologues qui te
151tenteront follement de faire « comme si » ce même instinct souffrait des mesures, rationnelles ; les producers de Hollywood qui
55 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
152être aussi, et plus probablement, parce qu’un sûr instinct les prévenait de rationaliser les principes de leur vie politique. Il
153 antiracisme déclaré et d’un anti-nationalisme. L’instinct contrecarré devient conscience ; la coutume attaquée devient programm
56 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
154 il restait, pour lui, problème. Gide avait peu d’instinct religieux, et moins encore de goût pour la métaphysique. Il préférait
155ude envers le christianisme et son mystère. Peu d’instinct religieux chez cet homme, alors que le christianisme, l’Église et l’É
57 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
156lement au-delà de toute raison, mais au-delà de l’instinct même et du plaisir. C’est ce qui jette Tristan et Iseult dans la mort
58 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
157mme par là-même, cette confédération. Cherchez, d’instinct, la « famille royale » qui « fit la Suisse ». Vous ne trouverez même
59 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
158e élire par le peuple, ont été repoussées comme d’instinct dès leur apparition. Elles visaient à politiser l’exécutif, et la trè
60 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
159stante du principe — et l’on pourrait dire : de l’instinct — fédéraliste, chez les Suisses, que la structure des organisations s
61 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
160struction et de l’éducation la part du jeu et des instincts fondamentaux. Ils se fondent sur une psychologie de l’enfance beaucou
62 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
161nos intellectuels, de ce qu’on pourrait appeler l’instinct fédéraliste. Qu’en est-il de la connaissance du fédéralisme lui-même 
162moins une doctrine qu’une pratique. Il suppose un instinct politique opposé à l’esprit de système et au rationalisme rhétorique.
63 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
163 l’on voit que l’esprit de recherche n’est pas un instinct animal, mais une passion spirituelle. Je ne saurais mieux le définir
64 1955, Preuves, articles (1951–1968). De gauche à droite (mars 1955)
164ilités de la capitulation son raisonnement et son instinct. » Qui parle ainsi ? Au nom de quelle puissante « action » qui a « co
65 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
165essuscitent parmi nous le sacré, c’est-à-dire cet instinct religieux que la Foi véritable transcende. Elles mesurent la dérive d
66 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
166té animale de tuer pour survivre, la maladie, les instincts tyranniques, la mort. Bientôt, les plus spirituels d’entre les hommes
67 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
167essuscitent parmi nous le sacré, c’est-à-dire cet instinct religieux que la foi véritable transcende. Elles mesurent la dérive d
68 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
168té animale de tuer pour survivre, la maladie, les instincts tyranniques, la mort. Bientôt, les plus spirituels d’entre les hommes
69 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
169 région, tandis que les partis régionaux savent d’instinct qu’ils ne resteront forts qu’autant qu’ils limiteront leur ambition à
70 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
170si dans leurs efforts pour réprimer et contenir l’instinct [p. 17] sexuel que dans leurs tentatives (rares et périphériques, voi
71 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
171sion « vie sexuelle » est encore impensable). Les instincts sont classés, les passions définies, et la religion codifiée. Instinc
172, les passions définies, et la religion codifiée. Instincts et passions font « le monde », y renoncer c’est entrer en religion. R
173é 9 , enfin reconnue pour autre chose qu’un « bas instinct » ou une simple fonction physiologique, se trouve qualifiée par l’esp
72 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — e. Invasion de l’érotisme au xxe siècle
174e 14 . C’est donc avec ces mythes, non pas avec l’instinct ou avec « l’éternelle luxure » sans horizon, que la pensée des spirit
175Sans doute, et tout d’abord, d’avoir eu peur de l’instinct qu’elle voulait réprimer. Au lieu de justifier ses rigueurs en décriv
176té défoulée « se déchaîne » ? Bien sûr que non. L’instinct ne dépend pas des modes, ni la nature de la culture, — du moins pas s
73 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
177nts ans, si toute l’humanité continue d’obéir à l’instinct de reproduction ; — cette menace peut nous inciter à séparer de plus
178es impulsions qui outrepassent les exigences de l’instinct et se heurtent aux décrets du social. Elle est aussi le domaine de ce
74 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
179e son secret, si bien masqué par le prétexte de l’instinct. Aux sommets de l’esprit révolté, on verra Nietzsche, cent ans plus t
180 comme nous aimions le croire une exultation de l’instinct, tout porte à supposer que cette passion n’est pas toujours liée au s
181 est, comme le moraliste, un ennemi vigilant de l’instinct : car s’il le glorifie, c’est par esprit de polémique, c’est qu’il ve
75 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
182r même, salvatrice. L’amour humain repose sur un instinct qui, élevé au rang d’inclination, trouve son expression suprême, uniq
183accent non sur l’ascèse, mais sur la maîtrise des instincts : [p. 130] La civilisation d’un peuple se manifeste dans l’unité di
184 peuple se manifeste dans l’unité disciplinée des instincts de ce peuple : la philosophie maîtrise l’instinct de connaissance, l’
185nstincts de ce peuple : la philosophie maîtrise l’instinct de connaissance, l’art maîtrise l’instinct créateur de formes et l’ex
186rise l’instinct de connaissance, l’art maîtrise l’instinct créateur de formes et l’extase, l’Agapè maîtrise l’Éros, etc. 38
187ant énuméré six moyens de brider la violence de l’instinct sexuel (éviter les occasions, implanter la règle dans l’instinct, cré
188 (éviter les occasions, implanter la règle dans l’instinct, créer le dégoût par la satiété, associer à l’instinct une idée marty
189nct, créer le dégoût par la satiété, associer à l’instinct une idée martyrisante ou de honte, dissocier et disperser ses forces,
190éalité « la volonté de combattre la violence d’un instinct est en dehors de notre puissance ». Dans le procès de maîtrise d’un i
191otre puissance ». Dans le procès de maîtrise d’un instinct : [p. 131] … l’intellect n’est que l’instrument aveugle d’un autre
192tellect n’est que l’instrument aveugle d’un autre instinct, qui est le rival de celui dont la violence nous tourmente, que ce so
193ue nous croyons nous plaindre de la violence d’un instinct, c’est au fond un instinct qui se plaint d’un autre instinct. 40 P
194re de la violence d’un instinct, c’est au fond un instinct qui se plaint d’un autre instinct. 40 Passage capital pour mon pro
195’est au fond un instinct qui se plaint d’un autre instinct. 40 Passage capital pour mon propos ! Ce que Nietzsche y appelle «
196al pour mon propos ! Ce que Nietzsche y appelle « instincts rivaux » se ramène en fait à deux possibilités ou puissances rivales
197on invoque ici, ne sont, à parler proprement, des instincts. L’érotisme commence précisément avec l’usage non-instinctif du sexe
198 l’amour, que Nietzsche suggère comme un possible instinct rival, est la passion de l’âme par excellence. La lutte entre les deu
199e l’âme par excellence. La lutte entre les deux « instincts » n’est donc pas autre chose que la lutte entre les deux puissances d
200heur : ne nous y trompons pas. — Mais c’est notre instinct de connaissance qui est trop développé pour que nous puissions encore
201ste : elle est même pour lui « l’essentiel ». Cet instinct « naturel du mâle » serait aussi un « instinct raisonnable ». (Saluon
202et instinct « naturel du mâle » serait aussi un « instinct raisonnable ». (Saluons au passage cette nouveauté.) « J’ai cueilli u
203era jamais à l’érotisme, qui est dépassement de l’instinct et des faims animales. Il n’intéresse pas plus que les pariades des a
76 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
204 restait, pour lui, un problème. Gide avait peu d’instinct religieux, et moins encore de goût pour la métaphysique. Il préférait
205ude envers le christianisme et son mystère. Peu d’instinct religieux chez cet homme, alors que le christianisme, l’Église et l’É
206zsche, « l’âme mortelle… l’âme coordonnatrice des instincts et passions ». Pour Gide, « un faisceau d’émotions, de tendances, de
77 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
207a parfois tenté d’attribuer ce mouvement, né de l’instinct, à la révélation d’un amour angélique. La passion romantique trouve i
208ndre avec les exigences de la mort au faux-moi, l’instinct de mort… Contre cet ascétisme non-transfigurant, Nietzsche n’écrit pa
209u plan de l’individuel, du générique. Capté par l’instinct qu’il excite au-delà des exigences naturelles, il ira fatalement s’ép
210esthésie, l’âme retombe alors dans les liens de l’instinct, qui est la puissance impersonnelle par excellence, et s’épuise à s’e
78 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
211’imaginaire ; et qu’en tant qu’il ne serait qu’un instinct animal, il n’aurait rien à voir avec l’amour. Les animaux ne font pas
212arce qu’elle est, chez l’homme, autre chose que l’instinct. Dans la mesure où, sans perdre l’instinct, elle s’ordonne à des fins
213 que l’instinct. Dans la mesure où, sans perdre l’instinct, elle s’ordonne à des fins nouvelles qui ne sont plus celles de l’esp
214 sensuel tend aussitôt à redescendre au plan de l’instinct. Mais alors que le désir animal est simplement déterminé par le renou
215ois dimensions (esprit, âme, chair) sans perdre l’instinct, s’attacher, se flétrir. [p. 256] Correspond au Corps et à la sensat
216 Déviations typiques : Don Juan. Aberrations de l’instinct. Naturisme mystique. (C’est l’utopie magique, quelquefois réalisée, d
217ée, du trèfle à quatre : transformer la tige de l’instinct en quatrième feuille). Conception de l’amour : la gourmandise. « Ce
79 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
218ffres sont absurdes : ils montrent en effet que l’instinct parfaitement animal de croître et de multiplier, si la croyance aveug
219t un moyen de l’érotisme, un moyen de maîtriser l’instinct [p. 280] pour l’ordonner à certaines fins plus « idéales », — nous di
220 : pour le sublimer, soit en plaisir détaché de l’instinct, soit en amour, soit en adoration de l’Éternel Féminin au sens mystiq
221nt du concret par l’effet d’un désir détaché de l’instinct et tourné vers l’essence divine. La cortezia des troubadours décrit à
80 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
222er, ou je me trompe fort. N’est-il pas vrai que l’instinct et le jugement, ces deux fils aînés de la nature, nous enseignent à c
223s, corrompraient leur loi naturelle, qui est leur instinct : les hommes insociables corrompent l’instinct de la nature humaine.
224ur instinct : les hommes insociables corrompent l’instinct de la nature humaine. [p. 135] C. — Ainsi l’homme, déguisé sous la l
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.1. La Révolution Française et l’Europe
225ur la terre une volonté particulière qui croise l’instinct universel, je m’y oppose ; cette résistance est un état de guerre et
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
226bstinent à nous livrer l’Orient ; par une sorte d’instinct de nationalité européenne, ils nous refoulent en Orient pour ne plus
227s « âmes modernes », grâce à cette confusion. Nos instincts se dispersent maintenant de tous côtés, nous sommes nous-mêmes une so
228« sens historique » signifie presque le sens et l’instinct propres à comprendre toutes choses, le goût et le tact pour toutes ch
229transforme rapidement le sentiment national en un instinct qui échappe au contrôle de la raison. Du même coup, le nationalisme c
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
230 sur les puissances extérieures du chaos et sur l’instinct où ces puissances se sont réfugiées avec leur rancune. Ce n’est pas s
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
231ne, Barrés en France — leur enseignent à adorer l’instinct qui les divise, à mépriser l’intelligence qui pourrait les unir. Le x
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
232tie de leur substance même. Le potier sait cela d’instinct. La civilisation, en particulier, est une question de forme… Souvent,
86 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
233r même, salvatrice. L’amour humain repose sur un instinct qui, élevé au rang d’inclination, trouve son expression suprême, uniq
234’accent non sur l’ascèse mais sur la maîtrise des instincts : La civilisation d’un peuple se manifeste dans l’unité disciplinée
235 peuple se manifeste dans l’unité disciplinée des instincts de ce peuple : la philosophie maîtrise l’instinct de connaissance, l’
236nstincts de ce peuple : la philosophie maîtrise l’instinct de connaissance, l’art maîtrise l’instinct créateur de formes et l’ex
237rise l’instinct de connaissance, l’art maîtrise l’instinct créateur de formes et l’extase, l’Agapè maîtrise l’Éros, etc. 112
238ant énuméré six moyens de brider la violence de l’instinct sexuel (éviter les occasions, implanter la règle dans l’instinct, cré
239 (éviter les occasions, implanter la règle dans l’instinct, créer le dégoût par la satiété, associer à l’instinct une idée marty
240nct, créer le dégoût par la satiété, associer à l’instinct une idée martyrisante ou de honte, dissocier et disperser ses forces,
241éalité « la volonté de combattre la violence d’un instinct est en dehors de notre puissance ». Dans le procès de maîtrise d’un i
242otre puissance ». Dans le procès de maîtrise d’un instinct, « l’intellect n’est que l’instrument aveugle d’un autre instinct, qu
243tellect n’est que l’instrument aveugle d’un autre instinct, qui est le rival de celui dont la violence nous tourmente, que ce so
244ue nous croyons nous plaindre de la violence d’un instinct, c’est au fond un instinct qui se plaint d’un autre instinct. » 114
245re de la violence d’un instinct, c’est au fond un instinct qui se plaint d’un autre instinct. » 114 Passage capital pour mon p
246’est au fond un instinct qui se plaint d’un autre instinct. » 114 Passage capital pour mon propos ! Ce que Nietzsche y appelle
247al pour mon propos ! Ce que Nietzsche y appelle « instincts rivaux » se ramène en fait à deux possibilités ou puissances [p. 12]
248’on invoque ici, ne sont à parler proprement, des instincts. L’érotisme commence précisément avec l’usage non instinctif du sexe
249 l’amour, que Nietzsche suggère comme un possible instinct rival, est la passion de l’âme par excellence. La lutte entre les deu
250e l’âme par excellence. La lutte entre les deux « instincts » n’est donc pas autre chose que la lutte entre les deux puissances d
251heur : ne nous y trompons pas. — Mais c’est notre instinct de connaissance qui est trop développé pour que nous puissions encore
87 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
252ste : elle est même pour lui « l’essentiel ». Cet instinct « naturel au mâle » serait aussi un « instinct raisonnable ». (Saluon
253et instinct « naturel au mâle » serait aussi un « instinct raisonnable ». (Saluons au passage cette nouveauté.) « J’ai cueilli u
25437] jamais à l’érotisme, qui est dépassement de l’instinct et des faims animales. Il n’intéresse pas plus que les pariades des a
88 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
255] parfois tenté d’attribuer ce mouvement, né de l’instinct, à la révélation d’un amour angélique. La passion romantique trouve i
256ndre avec les exigences de la mort au faux-moi, l’instinct de mort… Contre cet ascétisme non-transfigurant, Nietzsche n’écrit pa
257u plan de l’individuel, du générique. Capté par l’instinct qu’il excite au-delà des exigences naturelles, il ira fatalement s’ép
258esthésie, l’âme retombe alors dans les liens de l’instinct, qui est la puissance impersonnelle par excellence, et s’épuise à s’e
89 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
259onduire l’individu de l’ignorance au savoir, de l’instinct à la raison critique, du royaume du sacré indiscutable et protecteur
90 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
260on honnêteté absolue, en ses dons de chef, en son instinct politique. Le général est redevenu président du Conseil en exil. Reti
91 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
261a passion des armes, ou disons plus crûment : à l’instinct combatif, au goût primitif de la lutte. p. 40 11. L’article 7
92 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
262ar, désormais, ce n’est plus le déchaînement de l’instinct combatif qui sera le moteur de la guerre, ni l’honneur sa seule justi
93 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
263hacune garde ses droits et allégeances. C’est à l’instinct républicain et collégial (c’est-à-dire antimonarchique, antiunitaire,
94 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
264sse comme si, dans l’ancienne Suisse, une sorte d’instinct autonomiste avait refoulé l’emploi du terme doctrinal, dont les tenan
95 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
265e élire par le peuple, ont été repoussées comme d’instinct dès leur apparition. Elles visaient en effet à politiser l’exécutif,
266incongru à ceux des Suisses qui associent comme d’instinct le port des armes à la liberté (selon les vieilles coutumes germaniqu
96 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
267stante du principe — et l’on pourrait dire : de l’instinct — fédéraliste, chez les bénéficiaires de cette économie, rien ne la d
97 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
268aussure suit la même conduite à Genève, comme par instinct, s’il est un instinct patricien. (L’intellectuel du xxe siècle cherc
269onduite à Genève, comme par instinct, s’il est un instinct patricien. (L’intellectuel du xxe siècle cherche au contraire à s’im
270struction et de l’éducation la part du jeu et des instincts fondamentaux. Ils se fondaient sur une psychologie de l’enfance beauc
98 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
271 comprenait pas et s’il ne sentait pas, presque d’instinct, qu’il ne peut y avoir de liberté effective là où il n’y a pas de res
99 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
272 invétérées jusqu’à se confondre avec une sorte d’instinct acquis, non seulement chargées d’histoire (oubliée, d’autant plus act
100 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
273oit par là que l’esprit de recherche n’est pas un instinct animal, mais une [p. 119] passion spirituelle. Je ne saurais mieux le