1 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
1toires, ses subventions, ses missions, ses grands instituts, organise la découverte, on verra dans ce palais comment, dans la phy
2 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
2, Éducation nationale, Encyclopédies officielles, Instituts de propagande, revues d’un certain monde ou même de deux, etc.). — Et
3 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
3 eux possédaient la pleine assurance de l’être. L’Institut de l’Opinion Planétaire publia les premiers résultats d’une enquête-é
4 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
4ui sont associés. Mais pour cette fin précise les instituts de culture [p. 159] mondiaux couvrent un terrain trop vaste, tandis q
5ux couvrent un terrain trop vaste, tandis que les instituts nationaux se limitent à un domaine trop étroit. Un Centre européen de
6SCO, couvrent un champ trop vaste, tandis que les instituts nationaux se limitent à un domaine trop étroit, de telle sorte qu’il
5 1948, Suite neuchâteloise. V
7alier de Malte, membre correspondant [p. 54] de l’Institut. L’un de ses fils fut décapité au lendemain de l’affaire de Quiberon,
6 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
8s un exemple précis. Dès qu’il s’agit de créer un institut de recherches, d’enseignement ou de culture, en Europe, quelqu’un pro
9it de la culture américaine, à tel point que tout institut que l’on croit à tort ou à raison « soutenu par les Américains » en t
10versement, les donateurs virtuels proposent à des instituts de culture de s’occuper de la « productivité », à des économistes d’é
7 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
11s un exemple précis. Dès qu’il s’agit de créer un institut de recherches, d’enseignement ou de culture, en Europe, quelqu’un pro
12it de la culture américaine, à tel point que tout institut que l’on croit à tort ou raison « soutenu par les Américains » en tir
13nversement, les donneurs virtuels proposent à des instituts de culture de s’occuper de la « productivité », à des économistes d’é
8 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
14soutiennent matériellement, sans plus tarder, les Instituts de culture européens (et non pas seulement nationaux), tels que Bruge
9 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
15détail les possibilités de coopération. Quant aux instituts culturels européens, l’une des raisons d’être du CEC était de leur of
16 premier essai. L’AIEE groupe déjà la plupart des instituts européens « sérieux », mais n’a pas encore entrepris les travaux en c
10 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
17es ; les festivals de musique ou de théâtre ; les instituts de recherches et d’enseignement ; les laboratoires, etc. C’est là que
11 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
18alancier intégral et le spiral de compensation. L’Institut chronométrique de l’Observatoire de Neuchâtel, qui donne l’heure à to
19upe Interpharma, de Bâle, disposait en 1939 de 35 instituts de recherches pour 57 fabriques. Un économiste anglais, H. N. [p. 97]
12 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
20] parfois tirées par l’Amérique des théories de l’Institut Rousseau, il est incontestable que l’avant-garde pédagogique de Genèv
21rnées jusqu’ici au secteur privé (kindergarten ou instituts d’études secondaires fréquentés surtout par des étrangers). Quant aux
22fédéral, l’École polytechnique de Zurich, soit un institut de recherches et de préparation pratique, dans lequel, par définition
23t étroit avec les applications industrielles, les instituts fédéraux, les banques et les établissements techniques de tout le pay
13 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
24es ; les festivals de musique ou de théâtre ; les instituts de recherches et d’enseignement ; les laboratoires, etc. C’est là que
14 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
25près dix ans d’école) peut entrer dans un des 800 instituts techniques existant en URSS (pour 33 universités seulement). L’éducat
15 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
26clut à la dissolution nécessaire du PC. « Si leur institut est contraire aux lois du Royaume, on ne peut s’empêcher de dissoudre
16 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
27ture, du Collège de l’Europe, mise à l’étude d’un Institut européen de recherches nucléaires, et coordination par le CEC des org
28éen ». — Création (à Bruges) de l’Association des instituts d’études européennes (AIEE), [p. 3] à la suite de plusieurs réunions
29du Service de conférences. — Premier Annuaire des Instituts d’études européennes. — Commission mixte [p. 4] pour la création d’un
30. — Commission mixte [p. 4] pour la création d’un Institut technologique européen. — Ouverture d’un service de Documentation et
31s, des recherches en cours ou à entreprendre, des instituts et des savants disponibles et compétents. C’est dire que le moment es
17 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
32ar le Prof. Lajugie (de Bordeaux), directeur de l’Institut d’économie régionale du Sud-Ouest, et par ses étudiants. Deux journée
33ues, de plusieurs rédactions de revues et de deux instituts de sociologie. Ces derniers vont mener une enquête sur « la populatio
18 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
34vailler dans cet immense domaine. Une vingtaine d’instituts d’enseignement universitaire, ou de recherches et de documentation, s
19 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
35 notre société et de son évolution. Nécessité d’instituts techniques 4. Les écoles supérieures existantes ont pour fonction d’e
36naires, ou de groupes de recherches dirigées. Des instituts européens spécialisés répondraient à cette nécessité. Ils offriraient
37a Renaissance, formés autour d’un maître. De tels instituts ou séminaires sont actuellement envisagés, en formation ou déjà formé
38 politiques, économiques, culturelles. De même, l’Institut prévu par l’art. 9 du Traité de l’Euratom ne se limiterait pas à un e
39européennes. Inconvénients de la dispersion des instituts 5. Le besoin créera sans nul doute des instituts de ce genre. Mais il
40 instituts 5. Le besoin créera sans nul doute des instituts de ce genre. Mais ils naîtront d’initiatives dispersées. Ils auront à
41 présenterait pas d’inconvénients majeurs, si les instituts restaient purement techniques. Mais comme ils prévoient tous — et for
42on est évidente : en groupant en un même lieu les Instituts envisagés pour — les ingénieurs, — les spécialistes en sciences nuclé
43dministratif pourrait également servir à tous les instituts, et certains moniteurs d’études pourraient s’occuper de deux ou plusi
44’études pourraient s’occuper de deux ou plusieurs instituts, simultanément ou pour des sessions successives. [p. 29] On aurait a
45it d’organiser, entre les sessions des différents instituts, ou parallèlement à l’une ou l’autre de ces sessions, des stages d’ét
46ée de la manière suivante : 1° création de 4 ou 5 instituts d’études avancées (post-universitaires), complétées par un enseigneme
47ignement général sur l’Europe ; 2° réunion de ces instituts en un seul Centre européen d’enseignement post-universitaire ; mise e
20 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
48e et nécessaire de laisser libre de tous liens un Institut dont la mission est justement de voir plus loin, de préparer le terra
49lturelles. Les associations se sont multipliées : Instituts de recherches nucléaires, d’enseignement européen dans les université
50s, des recherches en cours ou à entreprendre, des instituts et des savants disponibles et compétents. C’est dire que le moment se
21 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
51après 10 ans d’école) peut entrer dans un des 800 instituts techniques existant en URSS (pour 33 universités seulement). L’éducat
22 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
52 fondement de notre unité — plus d’une centaine d’instituts, associations, maisons de l’Europe et fondations 48 , qui se proposen
53n, grâce aux efforts multipliés d’une trentaine d’Instituts universitaires d’études européennes et de vastes groupements éducatif
23 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
54(Recherches et publications, dir. Dr Dankwortt). Institut international des civilisations différentes, Bruxelles. (Huit congrès
55 la plupart des pays d’Europe et aux États-Unis : instituts d’études indianistes, africanistes, arabisantes, etc. En France, on c
56isantes, etc. En France, on compte au moins vingt instituts de ce genre, en Grande-Bretagne une quinzaine, aux États-Unis une tre
57, aux États-Unis une trentaine. En Inde, quelques instituts se spécialisent dans l’étude de l’Iran, de l’Islam, de l’Afrique, ou
58e l’Afrique, ou d’autres cultures orientales. Ces instituts sont presque tous rattachés à une université, et répartissent leurs a
59es, enseignement, publications. D’autre part, les instituts nationaux de culture du type British Council, Pro Helvetia, Alliance
60 plupart des publications (revues ou volumes) des instituts nationaux universitaires sont en général consacrées à l’étude d’une s
61, sur les « textbooks » en Inde et en Europe. Les instituts des civilisations comparées de Bruxelles et de Salzbourg tiennent des
62 n’ont pas à se plaindre (en Occident du moins) : instituts, fondations, revues, éditeurs, bourses d’études, colloques, suffisent
63ut ainsi répondre aux demandes de chercheurs et d’instituts d’outre-mer, qui ne disposaient jusqu’ici que de sources d’informatio
64l a constitué ses propres archives sur vingt-cinq instituts d’études européennes, vingt-trois festivals de musique, et sur les fo
24 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour une métropole régionale Aix-Marseille-Étang de Berre [Avant-propos] (juillet 1963)
65ion du Centre européen de la culture, et du jeune Institut d’études européennes qui vient d’être créé dans ses murs. D’autre par
25 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
66sterdam), et une série d’initiatives groupant des instituts universitaires, des festivals de musique, des éditeurs, des éducateur
26 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
67 et les subdivisions de ces facultés, et tous les instituts spécialisés qui autour d’elles ou en elles, prolifèrent. Dans la page
68 souvent fortuites d’écoles professionnelles et d’instituts de recherches n’ayant plus d’autres liens réels que ceux d’une admini
69generale, aux étudiants de toutes les facultés et instituts spécialisés. Je n’y crois guère. La presque totalité des expériences
70 Pour y répondre, il faut envisager la création d’instituts ou de centres de synthèse, établis à l’échelle européenne, je veux di
71rmettrait d’envoyer beaucoup de professeurs à cet institut de recyclage et de remise en question générale, et c’est aussi ce que
72ue je souhaite que vous tiriez de mes propos, cet institut de synthèse serait idéalement ce dont on parle un peu partout, plus o
27 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
73alancier intégral et du spiral de compensation. L’Institut chronométrique de l’observatoire de Neuchâtel, qui « donne l’heure au
28 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
74surplus satisfaisante. Une enquête conduite par l’institut Gallup pendant l’été de 1963, dans six pays d’Europe et aux États-Uni
75is il y a mieux. À la question posée par un autre institut de sondage de l’opinion publique : « D’une manière générale, diriez-v
76 de Saussure fonde la linguistique générale, et l’Institut Rousseau fonde la pédagogie moderne. Tandis qu’à Zurich, qui a vu rev
77ions internationales, de rencontres, de revues, d’instituts de recherches. [p. 205] Ce tableau de foyers qui s’allument, s’éteig
78État fédéral, le Polytechnicum de Zurich, soit un institut de recherches et de préparation technique et professionnelle au premi
79t étroit avec les applications industrielles, les instituts fédéraux, les banques et les établissements techniques de tout le pay
80eul canton. Quitte à multiplier parallèlement des instituts para- et post-universitaires, les uns hautement spécialisés, les autr
29 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
81sterdam), et une série d’initiatives groupant des instituts universitaires, des festivals de musique, des éditeurs, des éducateur
30 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
82i, de nombreuses associations professionnelles et instituts d’enseignement ou de recherches. Mais les fédéralistes en tant que te
31 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
83isfait de sa condition : [p. 8] interrogés par un institut de sondages d’opinion, 93 % des Suisses se disent « très heureux » ou
32 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
84 tous côtés surgissent, dans nos divers pays, des instituts qui veulent travailler pour l’Europe. Coordonner toutes ces initiativ
33 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
85s d’un article de M. Jean Thibaud, directeur de l’Institut français de Physique atomique. « Dans le domaine de la physique, écri
86n des instituteurs dans un esprit supranational — Instituts européens existants ou à créer — Équivalence des diplômes et des cour
87réer, telles le Collège d’Europe à Bruges, et les Instituts d’études européennes ; mais aussi une Université européenne, des Lycé
34 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.3. Naissance du Centre
88nt, c’est que les choses se fassent. L’idéal d’un institut comme le nôtre doit être de disparaître une fois que tout est fait, e
35 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
89e et nécessaire de laisser libre de tous liens un Institut dont la mission est justement de voir plus loin, de préparer le terra
90lturelles. Les associations se sont multipliées : instituts de recherches nucléaires, d’enseignement européen dans les université
91mation des futurs citoyens de l’Europe. Certes, l’Institut universitaire d’études européennes ne dépend pas du CEC, mais il n’eû
92l’Europe fédérale. Ou faudrait-il créer un nouvel Institut par thème nouveau ? Ce serait d’une mauvaise économie intellectuelle
93une. Tout semblait en effet préparer le CEC, et l’Institut qui est dans ses murs, à se saisir d’un thème majeur en lequel vienne
36 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
94 et les subdivisions de ces facultés, et tous les instituts spécialisés qui autour d’elles ou en elles, prolifèrent. Dans cette p
95ns quasi fortuites d’écoles professionnelles et d’instituts de recherches n’ayant plus d’autres liens réels que ceux d’une admini
96ale, pour les étudiants de toutes les facultés et instituts spécialisés. Je n’y crois guère… Presque toutes les expériences tenté
97nous faut donc envisager maintenant la création d’instituts de synthèse établis à l’échelle européenne, précisons : supranational
98rmettrait d’envoyer beaucoup de professeurs à cet institut de recyclage et de remise en question générale, et c’est aussi ce que
995, puis Leibniz et son Ars Combinatoria. Mais cet Institut de synthèse, ne serait-il pas idéalement ce dont on parle un peu part
37 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
100récis qu’ont à résoudre les industriels, et qu’un institut spécialisé comme le Battelle Memorial s’est donné pour mission d’étud
38 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.7. Pour une politique de la recherche
101t plus l’aide aux créateurs individuels, mais aux instituts de recherches, bureaux d’études et séminaires, œuvres d’éducation, fo
102un ministère national. Elle suppose l’existence d’Instituts de la conjoncture culturelle à l’échelle internationale, et c’est bie
103Qu’avons-nous de ce genre, en Europe ? Quantité d’instituts nationaux — ministères, conseils de la recherche et fondations spécia
39 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
104 n’ont pas à se plaindre (en Occident du moins) : instituts, fondations, revues, éditeurs, bourses d’études, colloques, suffisent
40 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
105 fondement de notre unité — plus d’une centaine d’instituts, associations, maisons de l’Europe et fondations, qui se proposent to
41 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
106x ans d’école) peut entrer dans un des huit cents instituts techniques existant en URSS (pour trente-trois universités seulement)
42 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
107omposais le dossier de votre unité, les meilleurs instituts d’étude de l’opinion des six pays de la Communauté économique sondaie
43 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
108 sur 7 000 élèves, le professeur G. Vincent, de l’Institut d’études politiques de Paris, constate que l’École d’aujourd’hui [p. 
44 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
109I et II), Saint-Étienne, Besançon, et de nombreux instituts universitaires qui s’y rattachent. Objectifs : favoriser la mobilité
45 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Nouveau départ (printemps 1974)
110à 250 pages des Cahiers mis à la disposition de l’Institut universitaire d’études européennes. Ils publieront des monographies s
111tratif, traités dans les cours et séminaires de l’Institut, ou faisant l’objet de mémoires de thèses ou de diplômes. Parmi les p
46 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
112ues au Centre européen de la culture (CEC) et à l’Institut universitaire d’études européennes (IUEE) de Genève remontent à 1963
113ut que transmettre ses vœux à Berne et à Paris, d’instituts sans pouvoir et de chercheurs isolés, risquent bien de ne pas suffire
47 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
114andue » peut écrire dès 1972 Herman Kahn 85 . Des instituts se [p. 132] fondent, des colloques s’organisent, des centaines de vol
48 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
115s résultats et réduit de moitié sa subvention à l’institut coupable d’objectivité scientifique et de divulgation d’informations
49 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Avertissement
116rsité de Genève. Jacques Freymond, Professeur à l’Institut universitaire des hautes études internationales, Genève. Orio Giarini
117Directeur The Ecologist, Londres. Otto Hieronymi, Institut Battelle, Genève. Alexander King, Économiste, membre fondateur du Clu
118ub de Rome, Paris. Alexandre Marc, Professeur à l’Institut des hautes études européennes, Nice. Patricia Mayo, Auteur et sociolo
119Sociologue, Genève. Henri Schwamm, Professeur à l’Institut universitaire d’études européennes, Genève. [p. 9] Manfred Siebker,
50 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
120d’hui 38 festivals en 18 pays ; l’Association des instituts d’études européennes (de 34 universités dans 10 de nos pays) ; la Com
121er l’efficacité d’organismes tels que le CEC, les instituts universitaires d’études [p. 46] européennes et les quelque cinquante
122e formation européennes menés depuis 1946 par les instituts culturels et les chercheurs indépendants qui ont étudié, enseigné et
51 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
123organisés par les fédéralistes européens, par les instituts universitaires d’études européennes (il en existe une quarantaine), e
52 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Annexes
124, Alsace). La Région lémano-alpine, étudiée par l’Institut universitaire d’études européennes de Genève, engloberait la Suisse r
125gionalisation et la décentralisation réunie par l’Institut danois.) 1. L’organisation politique de l’Europe en Régions est la co