1 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
1sse passer un petit examen aux principes de cette institution passionnément détestée. Vous allez voir comment ils bafouillent leur
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
2rs cette complicité, si évidente à l’origine de l’institution, se manifeste encore de nos jours et d’une façon non moins flagrante,
3 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
3ou marxistes, pour lesquels la crise est dans les institutions. Il paraît supposer une rénovation intérieure, celle précisément que
4 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
4ssession serait en quelque sorte garantie par des institutions de plus en plus humaines, de plus en plus semblables, — oh ! tout ext
5hristianisme ; à cette défection élevée au rang d’Institution ecclésiastique, qui aujourd’hui prétend [p. 916] durer et se défendre
5 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
6arxiste qui ne veut voir dans les Églises que des institutions de classe. Cette position simpliste de problèmes vieux comme le monde
6 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
7° que dans l’ordre, immédiatement consécutif, des institutions et des lois, je ne vois rien de plus néfaste que la fameuse législati
7 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
8lle dont l’objet n’est autre que de soumettre les institutions aux exigences vitales de la personne concrète.   IV — Aucune confusio
9pouvoir efficace et valable disparaît, et que les institutions dans lesquelles il s’est jadis incarné subsistent, pesant de tout leu
8 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Positions d’attaque (décembre 1933)
10l’avons définie. 5° Dans l’« Ordre nouveau », les institutions reproduisent à tous les degrés le conflit et la tension qui définisse
11nsion qui définissent la personne en acte. 6° Ces institutions sont : — dans le domaine politique : la petite patrie décentralisatri
9 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
12 concrète de la personne. Enfin de la traduire en institutions et coutumes. Ou, tout au moins, d’indiquer les limites, la formule et
13diquer les limites, la formule et les buts de ces institutions.
10 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
14on de la personne, module universel de toutes les institutions. Cette politique s’oppose au gigantisme totalitaire ; elle s’oppose à
11 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
15es les sociétés que vous voudrez, bouleversez les institutions, organisez le monde par la contrainte ou dans la liberté, vous ne fer
12 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
16 que l’homme primitivement bon a été gâté par des institutions sociales irrationnelles, et qui l’ont exploité. (Mais d’où vient cet
13 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
17ssession serait en quelque sorte garantie par des institutions de plus en plus humaines, de plus en plus semblables, — oh ! tout ext
18hristianisme ; à cette défection élevée au rang d’Institution Ecclésiastique, qui aujourd’hui prétend durer et se défendre contre l
14 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
199) et fonder sur cet individu toutes [p. 157] les institutions, et la morale, c’est méconnaître la nature concrète de l’homme, qui c
20concrète de l’homme, qui comporte le conflit. Les institutions, n’ayant pas compté avec l’homme concret, n’ont pas compté avec le pr
21 personne et fonder sur cette personne toutes les institutions, c’est reconnaître la nature concrète de l’homme, qui comporte le con
22ncrète de l’homme, qui comporte le conflit. Les institutions qui comptent avec l’homme concret, comptent avec le principe de tout
23ociale doit et peut être immédiatement traduit en institutions économiques par exemple. Dans L’Ordre nouveau, la véritable cellule s
15 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
24tactique qui se pose, en même temps que celle des institutions à construire. Le premier manifeste publié par L’Ordre nouveau, en 193
25oulait rattacher d’une façon immédiate toutes les institutions. Telle est la « primauté du spirituel » qu’il ne cessa d’invoquer au
16 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
26e la langue des pays voisins et l’esprit de leurs institutions. Mais ceux qui veulent des techniciens, des ingénieurs et des banquie
27éfinition du rôle de l’État, limité et fort, et l’institution du service civil.) C’est en vertu de notre conception de la personne
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
28es les sociétés que vous voudrez, bouleversez les institutions, organisez le monde par la contrainte ou dans la liberté, vous ne fer
18 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
29— Marxisme) et fonder sur cet individu toutes les institutions, et la morale, c’est méconnaître la nature concrète de l’homme, qui c
30ncrète de l’homme, qui comporte le conflit. Les institutions, n’ayant pas compté avec l’homme concret, n’ont pas compté avec le pr
31 personne et fonder sur cette personne toutes les institutions, c’est reconnaître la nature concrète de l’homme, qui comporte le con
32ncrète de l’homme, qui comporte le conflit. Les institutions qui comptent avec l’homme concret, comptent avec le principe de tout
33e sociale O.N. peut être traduit immédiatement en institutions économiques par exemple. Pour nous, la véritable cellule sociale, c’e
19 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
34pour montrer que les amorces de la plupart de nos institutions qu’on y trouve sont autant de caricatures ou de trahisons. La critiqu
20 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
35 vivre, qui conduira nécessairement à changer les institutions. Nous ne sommes pas un groupe d’agitateurs ou d’hommes de main au ser
21 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
36t de leur accession à la personne. La plupart des institutions actuelles pourraient être gardées comme cadres, une fois leur « espri
22 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
37és, et certains privilèges théoriques (tels que l’institution des chambres mi-parties, ou la délégation auprès du roi), exaspère le
23 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
38rmes d’une conscience fédéraliste qui appelle des institutions Ordre nouveau. Enfin, un peu partout, l’idée qu’il faut organiser les
24 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
39rque encore Renan : « L’Esprit prophétique et les institutions qui en naissent, au moins virtuellement, interdisaient le développeme
40e la Foi, qui est risque, et la Doctrine, qui est institution. Chassé de sa patrie par les Romains, persécuté par les chrétiens pou
25 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
41le seul but de toute activité humaine et de toute institution publique. » — « L’empire est un État socialiste-racial, — populaire,
26 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
42 qui sait ce qui appartient essentiellement à son institution, ce qui doit être dispensé diversement, selon les temps et les conjon
43r leur propre sens ce qui était la substance de l’institution d’avec ce qui ne l’était pas ? » La Réforme, par Luther et Calvin, ré
27 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
44e referai pas une fois de plus le procès de cette institution. J’indiquerai cependant un aspect précis et significatif de cette « p
45damentaux à faire valoir dans ce domaine : 1° Les institutions sont au service des personnes ; en particulier, l’édition est un moye
28 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
46. Car personne n’ignore qu’il y a des gens ou des institutions qui ont le droit de commander, et qui commandent, et qui pourtant n’o
47 se soustraire. L’autorité n’est le fait ni d’une institution en soi, ni d’une charge, ni d’un grade, ni d’une tradition, ni de la
48 c’est d’être instituante. Le pouvoir, en tant qu’institution, est naturellement matériel. L’autorité, au contraire, en tant que cr
29 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
49e la langue des pays voisins et l’esprit de leurs institutions. Mais ceux qui veulent des techniciens, des ingénieurs et des banquie
50éfinition du rôle de l’État, limité et fort, et l’institution du service civil.) C’est en vertu de notre conception de la personne
30 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
51s de la pré-Renaissance, il s’agit de trouver les institutions qui permettent de réaliser la libération correspondante » 48 . [p. 3
52t la suppression de la condition prolétarienne. L’institution du Service civil, dont nous avons donné le plan général, et que notre
31 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
53e. D’intéressantes précisions budgétaires sur les institutions de bienfaisance fondées par le docteur lui-même, ou tout au moins à s
32 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
54 d’une manière encore plus frappante. Certes, nos institutions n’ont guère changé depuis un siècle, et c’est pourquoi l’on s’imagine
33 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
55 d’une manière encore plus frappante. Certes, nos institutions n’ont guère changé depuis un siècle, et c’est pourquoi l’on s’imagine
34 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
56 La géographie et l’histoire, l’agencement de nos institutions, les méfiances de C. F. Ramuz et la confiance de Liehburg, tout indiq
57ré à leur acquisition, on pourrait apporter à nos institutions de haute culture, à nos savants, artistes ou écrivains, les moyens d’
58aurer l’actualité perdue d’une tradition ou d’une institution ? Pour réveiller leurs pouvoirs créateurs, leur perpétuelle nouveauté
35 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
59e. D’intéressantes précisions budgétaires sur les institutions de bienfaisance fondées par le docteur lui-même ou tout au moins à so
36 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Gösta Berling, par Selma Lagerlöf (novembre 1937)
60réer un pays tout entier, avec ses classes et ses institutions, ses armes, ses charrues et ses machines, ses légendes, son histoire,
37 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
61te dans la société qui incarne cet ordre dans des institutions. Est-il besoin d’ajouter d’ailleurs que ces déclarations ne visent nu
62avons dit plus d’une fois dans cette revue, — les institutions de la société O.N. ne fonctionneront que si elles sont servies par un
63donc essentiellement [p. 47] veiller à ce que les institutions principales — service civil, minimum vital… — soient gérées par l’Éta
64ce de l’État et en une déviation impérialiste des institutions révolutionnaires. Comment le Conseil suprême sera-t-il en mesure de p
65r ces jugements globaux sur le fonctionnement des institutions ? On peut envisager diverses modalités : par exemple, la nomination d
66l » soit assurée par un fonctionnement normal des institutions. Il devra également être en mesure d’intervenir dans les cas « partic
67 trahir, séparer les unes des autres les diverses institutions que nous préconisons, on ne peut envisager leur fonctionnement commun
38 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
68ques jugements de principe sur la valeur de cette institution. Je les connais assez, personnellement, pour m’assurer que s’ils ne m
39 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
69puissance à la réduire dans les cadres actuels. L’institution matrimoniale se fondait en effet sur trois groupes de valeurs qui lui
70ïens, s’est toujours entouré d’un rituel dont nos institutions gardèrent longtemps les éléments : rites de l’achat, du rapt, de la q
71de toute manière à la ruine du mariage en tant qu’institution sociale. 3. « Aimer, c’est vivre ! » Dès le xiie siècle provençal,
72ses font un honorable effort de redéfinition de l’institution et des devoirs moraux qu’elle implique 91 . Les humanistes reprennent
40 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
73de Croce, et définir enfin le mariage comme cette institution qui contient la passion non plus par la morale, mais par l’amour. [
74 l’attitude religieuse des Occidentaux, et dans l’institution la plus typique de leur morale : le mariage, qu’il sera désormais pos
75uve le sens d’une fidélité gagée au moins sur des institutions solides, à la mesure de la personne. Il se peut que les excès mêmes d
41 1938, Esprit, articles (1932–1962). Suite à « La passion contre le mariage » (décembre 1938)
76précise l’auteur : à savoir que « les modalités d’institution du sacrement » restent, selon lui, hypothétiques. Pour l’objet de mon
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
77e mal constaté, faut-il en rejeter la faute sur l’institution du mariage, ou au contraire, sur « quelque chose » qui la ruine au cœ
78e Roman ne manque pas une occasion de rabaisser l’institution sociale, d’humilier le mari — roi aux oreilles de cheval, toujours si
43 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
79manation des petits peuples ou tribus, mais « une institution en quelque sorte internationale », commune à tous les peuples d’origi
80s 13 . On a pu rapprocher ce collège sacerdotal d’institutions tout à fait identiques chez les autres peuples indo-européens : mages
81a condition de la femme n’ayant pas été, dans les institutions féodales du Midi, moins humble et dépendante que dans celles du Nord.
82et se trouvaient mis à l’abri des femmes. « Cette institution qu’on appelle généralement du nom anglo-normand de fosterage s’est ma
83tion de telles traditions hérétiques et de telles institutions qui les condamnaient farouchement, les obligeant par cette condamnati
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
84imentales et les coutumes. Le mariage redevient l’institution de base : il atteint un point d’équilibre où les siècles suivants aur
85 d’une gravité urgente, puisqu’on sait bien que l’institution matrimoniale repose sur des bases financières et non plus religieuses
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
86puissance à la réduire dans les cadres actuels. L’institution matrimoniale se fondait en effet sur trois groupes de valeurs qui lui
87ïens, s’est toujours entouré d’un rituel dont nos institutions gardèrent longtemps les éléments : rites de l’achat, du rapt, de la q
88de toute manière à la ruine du mariage en tant qu’institution sociale définie par la stabilité. 3. « Aimer, c’est vivre ! » Dès l
89ses font un honorable effort de redéfinition de l’institution et des devoirs moraux qu’elle implique 193 . Les humanistes reprennen
90 toujours : c’est la durée. Or le mariage est une institution faite pour durer — ou n’a pas de sens. Voilà le premier secret de la
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
91de Croce, et définir enfin le mariage comme cette institution qui contient la passion non plus par la morale, mais par l’amour. 6
92 l’attitude religieuse des Occidentaux, et dans l’institution la plus typique de leur morale : le mariage, qu’il sera désormais pos
93uve le sens d’une fidélité gagée au moins sur des institutions solides, à la mesure de la personne. Il se peut que les excès mêmes d
47 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
94ance. Ainsi encore, au temps de la Réformation, l’Institution chrétienne de Jean Calvin. Mais dans l’époque moderne, les Églises on
48 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
95ré à leur acquisition, on pourrait apporter à nos institutions de haute culture, à nos savants, artistes ou écrivains, les moyens d’
96aurer l’actualité perdue d’une tradition ou d’une institution ? Pour réveiller leurs pouvoirs créateurs, leur perpétuelle nouveauté
49 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
97re la difficulté pratique de leur dosage dans les institutions. À cet égard, le mouvement personnaliste français (surtout le groupe
50 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
98 l’humour est nécessaire pour la bonne marche des institutions, dans un ordre social presque entièrement profane. Voici comment. Le
51 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
99 s’assurer de son Chef céleste afin de garantir l’institution nouvelle contre les risques de l’esprit, tout en se prévalant déjà d’
100 : il faut mourir pour naître de nouveau. Étrange institution dont le seul but est de planter au sein du monde un principe de boule
52 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
101ppé de constater qu’au sujet de la Suisse, de ses institutions, de sa neutralité, radicaux et conservateurs ou catholiques et protes
53 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
102lés de manière [p. 18] à inspirer le respect de l’institution et l’orgueil d’y appartenir. Mais aussitôt que vous serez un membre r
54 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
103rit de corps, de traditions administratives, et d’institutions « vénérables », formalistes et inefficaces. Ensuite, tous ces fonctio
55 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
104e nous disons). Le mariage à l’américaine est une institution d’un type nouveau. Il se fonde sur l’égalité économique et légale des
56 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
105de doctrines tendant au [p. 160] renversement des institutions américaines ? » Vous pouvez répondre que vous êtes alcoolique et anar
106part le cas de l’Immigration Service, déjà nommé, institution spécifiquement américaine dans ce sens qu’on n’en connaît point aille
57 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
107porter à l’homme, de mesurer à l’homme toutes les institutions. Cet homme de la contradiction (s’il la domine en création) c’est cel
108on) c’est celui que j’appelle la personne. Et ces institutions à sa mesure, à hauteur d’homme, traduisant dans la [p. 34] vie de la
58 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
109 Suisse, et sur l’impossibilité de transposer ses institutions à l’échelle continentale, je répondrai que l’objection est valable si
110trangers s’étonnent de l’extrême complication des institutions suisses, de cette espèce de mouvement d’horlogerie fine que composent
111res différentes. Il est clair que des lois ou des institutions conçues dans un esprit unitaire, jacobin, ou totalitaire, brimeraient
59 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
112. Pour assurer ces libertés organisées, certaines institutions seront nécessaires. Nous voulons, au-dessus des États, de toute urgen
113ons aboutit à la Cour suprême, c’est-à-dire à une institution dont la fin n’est pas la puissance, ni le maintien par la police d’un
114enture de quelque chose qui dépasse largement les institutions nécessaires et les discussions juridiques qu’on peut entretenir à leu
115en conséquence le [p. 108] cadre de la vie et les institutions. Cela signifie enfin, et pour tout résumer : se demander sans cesse,
116dépasse en créations : un acte, une œuvre, ou une institution. Il devient infidèle à lui-même et au génie formateur de l’Europe, lo
117es démocrates, mais d’établir, en fait, certaines institutions qui garantissent les libertés réelles. Peu nous importent les questio
118 réclamaient des mesures précises, et surtout des institutions, calculées de manière à nous conduire au-delà des souverainetés natio
119t pas moins le programme fédéraliste. Les grandes institutions que proposait Montreux ont été adoptées en principe à La Haye : la Co
60 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
120evêt un sens presque majestueux, je veux dire des institutions. [p. 144] En second lieu, ce congrès se distingue de toutes les autr
121 objectif sera donc de proposer l’établissement d’institutions propres à garantir l’exercice effectif des droits et des devoirs de l
122i doit rester le but principal de l’Union exige l’institution d’une Cour suprême, instance supérieure aux États, et à laquelle puis
123iberté et la justice, et de créer les lois et les institutions qu’implique son idéal de la personne. L’heure est venue de rallier po
124sorte qu’il [p. 162] n’existe pratiquement aucune institution européenne capable d’accomplir les tâches ci-dessus définies ; Consid
125uropéenne ; Considérant que l’établissement d’une institution supranationale telle qu’une Cour suprême, comme organe de contrôle ju
61 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
126t par nos origines, nos habitudes sociales et nos institutions, notre point de vue politique et nos intérêts économiques… » Je ne sa
62 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
127fondé à Genève, le Centre européen de la culture, institution qui a pour but principal de fédérer nos forces culturelles afin de ré
63 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
128ts avaient dressées ; 2° aider les groupes et les institutions que les fiscs, les douanes et la bureaucratie s’étaient unis pour étr
64 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
129 pas. C’est une culture. Ce n’est pas une somme d’institutions, de partis et de préjugés tombés du ciel ou donnés par la nature, c’e
65 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
130d’hui ? Je rappellerai d’abord que le CEC est une institution autonome, constituée en association internationale selon la loi suiss
66 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
131t d’eux ; mais aussi chez les fonctionnaires de l’institution elle-même, comme le prouve le départ de leur chef. Il doit y avoir un
67 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
132alez sur l’échelle commune des États d’Europe ses institutions cantonales ; vous avez autre chose que le « timbre-poste » dont vous
68 1953, La Confédération helvétique. Note de l’auteur
133ettre la comparaison entre les aspirations et les institutions diverses des peuples étudiés », il était convenu que « les monographi
69 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
134maintenir, en cet endroit précis de l’Europe, des institutions conformes à l’esprit du vaste mouvement des Communes. C’est ainsi que
135it à la faveur d’un inextricable enchevêtrement d’institutions, une tradition de libertés civiques dont on put mesurer toute l’impor
136tages matériels que la Suisse. En même temps, des institutions internationales telles que l’Union postale universelle et l’Union mon
137-dire à la fois d’une fonction et d’un ensemble d’institutions. La fonction, nous l’avons définie en décrivant le Gothard et son rôl
138e l’alliance des égaux : la fédération. Quant aux institutions, leur connaissance sommaire va nous mettre en mesure d’apercevoir pou
70 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
139 [p. 59] Chapitre II. Les institutions politiques La Commune Comment devient-on Suisse ? En obtenant l’agré
140n citoyen suisse » 8 . Dans notre description des institutions suisses, nous ferons bien de suivre le même ordre, celui qui va de ba
141s, Unterwald et Appenzell) ont conservé l’antique institution de la Landsgemeinde : là le pouvoir législatif est exercé par l’ensem
142es plus récents et des meilleurs observateurs des institutions suisses, M. André Siegfried, ayant assisté à la Landsgemeinde de Glar
143s et celles d’un chef de l’État, est sans doute l’institution la plus originale de la Suisse. Ses membres sont élus pour quatre ans
144it l’organe. La lutte qu’il a entreprise contre l’institution d’impôts fédéraux et pour la réduction de l’appareil bureaucratique s
145gnifier que le peuple suisse est satisfait de ses institutions et ne se pose pas de question de principe à leur sujet. Elles lui ont
146 passionnent les luttes de partis, tandis que des institutions saines et qui fonctionnent sans accroc sont normalement un peu ennuye
147ertes, le tableau que nous venons d’esquisser des institutions et coutumes politiques de la Suisse illustre ces déclarations. Encore
71 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
148 [p. 91] Chapitre III. Institutions et aspirations économiques Nous ne tenterons pas, dans ce chapitre, d
149on fédérale, que nous avons décrit en parlant des institutions politiques. Certes, la lutte est serrée entre les libéraux et les dir
72 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
150re, mais aussi sur l’histoire, la géographie, les institutions politiques, la neutralité, les assurances, l’entraide, et la morale e
73 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
151la Bible et les Évangiles. Calvin ne publiera son Institution qu’en 1536, et ne s’installera définitivement à Genève qu’en 1540. Or
152laïque, gage de la paix confessionnelle : c’est l’institution du « Jeûne fédéral », jour fixé pour la repentance et l’action de grâ
153ns de la solidarité humaine, dans l’équilibre des institutions qui en résultent, — dans la paix helvétique. p. 142 39. Chez les
74 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
154ien articulés, c’est l’attachement commun à leurs institutions, c’est le lien fédéral, le pacte perpétuel, juré devant Dieu sur une
155distinguait davantage par son climat moral et ses institutions. Certes, l’esprit réalisateur et moderne de l’industrie et du commerc
156iquée dans le reste de l’Europe. Elle demeure une institution unique en son genre. Et il n’est pas concevable qu’elle puisse être «
157de la Suisse comme siège d’un très grand nombre d’institutions internationales. La première en date fut la Croix-Rouge, bientôt suiv
158ts. Pour la seule année 1946, on a compté que 127 institutions, commissions ou conférences internationales ont tenu leurs assises en
159es Nations unies. Elle est entrée dans toutes les institutions d’ordre culturel, juridique, humanitaire, ou même économique dépendan
75 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
160t d’eux ; mais aussi chez les fonctionnaires de l’institution elle-même, comme le prouve le départ de leur chef. Il doit y avoir un
76 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
161ée de toutes parts, ne peut pas s’appuyer sur des institutions continentales, elle va se désintégrer, et avec elle non seulement nos
162eu plus de discrédit jeté par elles-mêmes sur les institutions parlementaires, un peu plus d’atlantisme pour ne pas faire l’Europe,
77 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
163andon de nos souverainetés », mais au contraire l’institution d’une souveraineté nouvelle, et cette fois-ci réelle. Dans quelle mes
78 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
164ue aux directives dégagées par cette réflexion. L’institution reprend ses droits et ses devoirs quand s’éteignent les projecteurs c
79 1954, Preuves, articles (1951–1968). Politique de la peur proclamée (novembre 1954)
165uvoir collégial. Il est normal d’admettre que les institutions politiques de la Russie doivent être adaptées, comme celles des autre
80 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
166ent : le rejet violent des « choses vieilles », l’institution d’un ordre neuf. Le converti rejette la Loi, morte pour lui — c’est l
167s voit pas s’en prendre au régime impérial ni à l’institution de l’esclavage, par exemple 11 , lesquels ne seront pas abolis pour d
81 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
168nce. Ce n’est pas la scolastique qui a supprimé l’institution de l’esclavage en Europe, mais l’amélioration des techniques agricole
82 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). François Fontaine, La Nation frein (juin-juillet 1956)
169s nos hommes d’État, parlementaires et managers d’institutions inter- ou supranationales : il est bref, il remplace avec bonheur les
170té moderne d’hommes libres, auprès desquelles les institutions américaines paraîtront « historiques ». Ils peuvent modeler le régime
83 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe s’inscrit dans les faits [Introduction] (novembre 1956)
171mais cohérent de conduites morales et sociales, d’institutions politiques, de traditions et de créations communes. Sur cette base d’
84 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
172 la négation de nos croyances communes, et de nos institutions. Ils représentent le point d’Orient dans notre sphère. En revanche, l
85 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
173 une communauté. Celle-ci réclame un cadre et des institutions. Or, au plan politique et social, c’est le monde romain qui existe se
86 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
174 la Cité maintenue par les cadres du Droit et des Institutions dûment hiérarchisées. Ce puritanisme social, cette morale du service
175 par les communistes, s’accrocher néanmoins à des institutions quasi-sacrées, — comme la souveraineté nationale — qui l’empêchent à
176 donc sans résistance, sans vraie répugnance, les institutions de l’État romain 31 . » Or l’Église, on l’a vu, apportait, dans une s
87 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
177ent : le rejet violent des « choses vieilles », l’institution d’un ordre neuf. Le converti rejette la Loi, morte pour lui — c’est l
178s voit pas s’en prendre au régime impérial ni à l’institution de l’esclavage, par exemple 37 , lesquels ne seront pas abolis pour d
88 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
179nce. Ce n’est pas la scolastique qui a supprimé l’institution de l’esclavage en Europe, mais l’amélioration des techniques agricole
89 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
180s et de l’esclavage organisé. Condamné en tant qu’institution sacrée par saint Paul et les premiers chrétiens, rendu pratiquement i
90 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
181iècle devait éliminer le principal obstacle à son institution. Les études orientales en Occident ne sont devenues systématiques qu’
91 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
182iolerait son statut légal et l’esprit même de ses institutions. Au surplus, elle se suiciderait, d’une manière à vrai dire inédite :
92 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
183me. Il ne peut être question de l’utilisation des institutions gouvernementales bourgeoises qu’en vue de leur destruction. » Quand o
93 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
184onnaissance mutuelle, mais d’allégeance aux mêmes institutions. Et nous, Européens de diverses nations qui allons, une fois de plus,
94 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
185 fut le ressort intime du plan Schuman. Grâce aux institutions qu’elle a fait naître, le problème qu’elle voulait résoudre est dépas
186 au cours de ces dernières années. 2. Il faut des institutions techniques. Trop d’obstacles psychologiques, traditionnels ou soi-dis
187s une pression des masses qui les élisent. Et les institutions européennes seront bloquées par les Parlements si ceux-ci ne subissen
95 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Au seuil d’une année décisive (février 1957)
188e réaliser l’union. [p. 4] Le programme de notre institution tient presque tout entier dans ces deux paragraphes. Notre but généra
96 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
189 voisins. Sa neutralité l’a sauvée. De nombreuses institutions internationales viennent s’établir chez nous. L’Organisation des Nati
190 donc pas empêcher la Suisse de coopérer avec les institutions qui ont pour but d’unir nos peuples. Les intérêts de la Suisse et ceu
191taires des autres pays d’Europe, mais coopère aux institutions économiques européennes. Ses intérêts propres sont inséparables de ce
97 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Promesses du Marché commun [Avant-propos] (décembre 1957)
192que les répercussions possibles du Traité sur les institutions, les formes de gouvernement et les relations de l’Europe nouvelle ave
98 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
193l’Europe moderne. Et la proximité des principales institutions mondiales, qui effraie certains, me paraît au contraire des plus conf
194séculaire des troupes suisses fut de défendre les institutions et les symboles d’intérêt général européen : l’idée de fédération, dè
99 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
195 européen auquel le CEC doit se placer. Quant à l’institution elle-même, qu’en est-il ? Une constatation de [p. 5] fait s’impose :
196s de travail. Il est aujourd’hui la plus ancienne institution existante à l’échelle européenne 21 . Et si l’on compare ses activit
197[p. 6] intégration plus poussée. À l’heure où les institutions économiques et politiques de l’Europe naissante proclament leur volon
100 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
198jectifs généraux auxquels le CEC et tant d’autres institutions se dévouent presque sans appuis mais avec la passion lucide de ceux q