1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Miguel de Unamuno, Trois nouvelles exemplaires et un prologue (septembre 1929)
1e les Trois nouvelles exemplaires ne suscitent un intérêt très profond : elles nous transportent au cœur de préoccupations des
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2tre lui-même, qui lui faisait mépriser son propre intérêt 6 … » c’est proprement la perversion d’une vertu qui se brûle elle-m
3 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
3: « L’analyse psychologique a perdu pour moi tout intérêt du jour où je me suis avisé que l’homme éprouve ce qu’il imagine d’ép
4troites empiriquement fournies par le sens de son intérêt propre, une analyse sincère ne puisse faire découvrir quelques riches
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
5 nous sommes revus. Mais je suis vos travaux avec intérêt, et il m’a paru que depuis quelque temps… enfin, comment dirais-je… j
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
6 variantes et enjolivures où je vois le véritable intérêt de ma vie. C’est vous dire que seule une certaine caresse de l’événem
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
7rire les effets. J’avoue prendre à cette étude un intérêt bien vif. Et cela fournit un merveilleux sujet de conversation, au ca
7 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
8, pour pouvoir continuer, il faut vendre ; dans l’intérêt de la production, il faut créer la consommation. La réclame s’en char
9roduction pour elle-même, non pas le plaisir ou l’intérêt véritable du client. Le besoin ayant disparu, la production devant se
8 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
10, toutes les « prises » où pourrait s’accrocher l’intérêt. Ils dispensent de tout contact direct avec ce dont ils traitent. Or
9 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
11n’a été possible que parce qu’elle était liée aux intérêts de la démocratie. Car il faut bien se représenter qu’elle n’était enc
12fréquents. Maintenant je vous demande un peu quel intérêt il y aurait à perfectionner l’instrument, à l’adapter aux particulari
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 6. La trahison de l’instruction publique
13 un ton plus grave).   L’école s’est vendue à des intérêts politiques. C’était là, nous venons de le voir, son unique moyen de p
11 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
14la tête de la métaphysique. Elle n’entend que ses intérêts. Elle eut naguère des insolences d’affranchi, dont les philosophes de
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Jullien du Breuil, Kate (avril 1930)
15sujet ni de la manière de M. Jullien du Breuil. L’intérêt de ce genre de livres — ils se multiplient — vient, à mon sens, de qu
13 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
16 fauteuils. Et on me regarde. J’ai beau feindre l’intérêt le plus singulier pour ce château sur la rive, ils en ont tant vu ! I
17: leur monde, avec leurs « problèmes du plus haut intérêt », le « prix de l’action » et leur morale qui ne parle que d’obligati
18evrait pas, au contraire, aggraver le cas ?) Or l’intérêt d’un récit de voyage ne réside pas dans sa vérité générale, mais bien
19 le plus beau mensonge atteint à peine le degré d’intérêt d’une vérité banale, et seulement à condition de lui ressembler, ne f
20. Ce qu’on prétend défendre, c’est son droit, ses intérêts. Mais, en Hongrie, le nationalisme est une passion toute nue, qui exp
14 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
21s inégal aussi, il ne lui est pas inférieur par l’intérêt humain, et sa qualité d’émotion n’est pas moins pure. C’est l’histoir
22res ou de difficultés extérieures, permet à notre intérêt de se concentrer uniquement sur les sentiments, et dès lors elle cons
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
23uvre commence son action en France au moment où l’intérêt passionné de beaucoup se porte à la rencontre du message de Karl Bart
16 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
24s les attire moins que le jeu des passions et des intérêts sociaux. Or, en face de la montagne, l’homme est seul. Sénancour, c’e
17 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
25hoses. Il se délivre progressivement de tous ses intérêts matériels et familiaux. Sa misère et son désespoir grandissent de jou
18 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
26er le temps [p. 41] de regarder autour d’elle ; l’intérêt que nous ne sûmes pas dissimuler nous trahit ; elle finit donc par ac
19 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
27 fauteuils. Et on me regarde. J’ai beau feindre l’intérêt le plus singulier pour ce château sur la rive, ils en ont tant vu ! I
28: leur monde, avec leurs « problèmes du plus haut intérêt », le « prix de l’action » et leur morale qui ne parle que d’ obligat
29evrait pas, au contraire, aggraver le cas ?) Or l’intérêt d’un récit de voyage ne réside pas dans sa vérité générale, mais bien
30 le plus beau mensonge atteint à peine le degré d’intérêt d’une vérité banale, et seulement à condition de lui ressembler, ne f
31. Ce qu’on prétend défendre, c’est son droit, ses intérêts. Mais, en Hongrie, le nationalisme est une passion toute nue, qui exp
20 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
32pas, pour de ténébreuses habiletés salonnardes, l’intérêt et la sympathie qu’on a pour vous, ou qu’on n’a pas. Nulle gêne d’auc
21 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
33 Nos gloires nous jugent C’est un fait digne d’intérêt, et que personne, croyons-nous, n’a relevé, que les grands « succès »
22 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
34ique, pensée purement conceptuelle et dépourvue d’intérêt humain concret. On lui dira que ce n’est pas si grave, que le monde n
23 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
35ité, et par là même de ne plus coïncider avec les intérêts, les habitudes de la classe, et la voilà jugée, raillée, emprisonnée
24 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
36orise à cette confrontation et me persuade de son intérêt humain. Et si tout cela reste absurde aux yeux de ceux pour qui seule
25 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
37flits d’idées qu’il s’agit, ni même de conflits d’intérêts. Mais pour nous, entrés dans la vie sous le coup d’une menace de fail
38eux qui voudraient bien continuer, ayant certains intérêts dans l’affaire. Entre eux, la masse des braves gens persuadés qu’aprè
39us, comme le marque Th. Maulnier, qu’un conflit d’intérêts ? Et d’intérêts qui ne sont pas les nôtres, qui ne sont pas les intér
40que Th. Maulnier, qu’un conflit d’intérêts ? Et d’intérêts qui ne sont pas les nôtres, qui ne sont pas les intérêts réels d’un ê
41s qui ne sont pas les nôtres, qui ne sont pas les intérêts réels d’un être aux prises avec la condition humaine ? Ni pour le men
42’est pas sauver des entreprises, des nations, les intérêts (?) du monde. Sylveire demande : que signifie « sauver le monde » ? R
26 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
43i intéresse chacun de nous. L’homme se prend d’un intérêt passionné pour la vie du monde. Et ce fait est nouveau dans l’Histoir
27 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
44ant peut-être été chrétiens, veulent en tirer des intérêts, abusent de ce qu’ils considèrent comme un privilège, le perdent par
45itaire ; ou sur un idéal de sécurité ; ou sur des intérêts plus bassement optimistes encore. Toutes ces formules d’« ordre chrét
46évangélique, et bientôt ne plus vivre que sur les intérêts de cet avoir. Mais si la foi, don de Dieu, et gratuit — « afin que nu
47scription : l’Esprit n’est plus avec ceux qui ont intérêt à le défendre. L’Esprit n’est plus avec ceux qui ont cru pouvoir l’ut
28 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
48’esprit a fini par être conservateur. Trop ont un intérêt précis à confondre l’ordre véritable avec le statu quo. L’esprit n’e
29 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
49eois qui défendaient ce qu’ils croyaient être des intérêts ont cédé la place aux gens de gauche qui défendent ce qu’ils croient
30 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
50r quelques centaines d’arrivistes appuyés par les intérêts de quelques milliers d’arrivés. Déjà certaine jeunesse française cess
31 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
51’ordre humain, et relèvent, pourrait-on dire, des intérêts de la pensée protectrice de notre condition. En tant qu’intéressés, a
32 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
52rine matérialiste à sa façon, — les marxistes ont intérêt à revendiquer à leur tour les droits de « l’esprit ». Tel étant, à pe
33 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
53ment au tragique le problème de l’aménagement des intérêts terrestres. Il les prend au sérieux dans la mesure où il croit : c’es
34 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
54ant peut-être été chrétiens, veulent en tirer des intérêts, abusent de ce qu’ils considèrent comme un privilège, le perdent par
55itaire ; ou sur un idéal de sécurité ; ou sur des intérêts plus bassement optimistes encore. Toutes ces formules d’ « ordre chré
56évangélique, et bientôt ne plus vivre que sur les intérêts de cet avoir. Mais si la foi, don de Dieu, et gratuit — « afin [p. 10
57scription : l’Esprit n’est plus avec ceux qui ont intérêt à le défendre. L’Esprit n’est plus avec ceux qui ont cru pouvoir l’ut
35 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
58tive. Il n’est qu’une extension intelligente de l’intérêt personnel. Il est à cet égard le contraire du service chrétien, leque
59liser la morale de ce monde, qui est une morale d’intérêts humains, alors que le commandement du Christ est un commandement de s
36 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
60flits d’idées qu’il s’agit, ni même de conflits d’intérêts. Mais pour nous, entrés dans la vie sous le coup d’une menace de fail
61eux qui voudraient bien continuer, ayant certains intérêts dans l’affaire. Entre eux, la masse des braves gens persuadés qu’aprè
62e « réussir ». N’est-ce donc plus qu’un conflit d’intérêts ? Et d’intérêts qui ne sont pas les nôtres, qui ne sont pas les intér
63’est-ce donc plus qu’un conflit d’intérêts ? Et d’intérêts qui ne sont pas les nôtres, qui ne sont pas les intérêts réels d’un ê
64s qui ne sont pas les nôtres, qui ne sont pas les intérêts réels d’un être aux prises avec la condition humaine ? Ni pour le men
65’est pas sauver des entreprises, des nations, les intérêts (?) du monde. On nous demande : que signifie « sauver le monde » ? Ri
37 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
66n. Partir des conflits quotidiens, des conflits d’intérêts et d’idéaux, des conflits qui naissent de la diversité des régions et
38 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
67duit les peuples ? me disent les politiciens. Les intérêts et les passions. La politique que vous définissez ne sert ni les uns
68re part, que les peuples n’entendent rien à leurs intérêts véritables, et que les tyrannies les plus absurdes ont la vertu d’exc
69 simpliste. Nous ramenons tout à l’homme et à ses intérêts humains. Quel homme ? Le meilleur ? Non, l’homme qui agit autrement q
70e, et qui pourtant ne se croit pas un ange. Quels intérêts ? Les plus « élevés » ? Non point, mais les plus dignes d’être revend
71l’homme responsable de son activité : ce sont les intérêts de son métier, de son ménage, de sa terre ; [p. 168] enfin ceux de so
72ctoires : le réactionnaire allègue la défense des intérêts d’une civilisation, ce qui peut apparaître « spirituel », mais il se
73 spirituel », mais il se trouve qu’à ses yeux les intérêts de la civilisation se confondent avec ceux de la classe possédante, q
39 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
74 — le sang, la famille — la cité est fondée sur l’intérêt commun et les contrats. Alors que la morale de la tribu dicte des dev
75me pas avoir entrevu la possibilité [p. 205] ou l’intérêt d’un tel problème. Mais ils ne parlent pas non plus de l’individu ou
40 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
76it pas autrement vis-à-vis de la nation et de ses intérêts supérieurs, que la moderne féodalité des trusts et des banques, et qu
77t d’un idéal communautaire, mais de passions et d’intérêts sans grande portée. Pour réfuter le colonel de la Rocque — petit jeu
78aîné dans la vie civique par devoir, au nom des « intérêts » de l’État, ou au nom des « intérêts » de la nation. La politique re
79u nom des « intérêts » de l’État, ou au nom des « intérêts » de la nation. La politique reste quelque chose d’extérieur à son êt
80un jeu beaucoup plus impur, c’est la bataille des intérêts, des orgueils et des appétits. Selon leur tempérament, les uns s’en d
81uit d’une part par un attachement borné aux seuls intérêts immédiats — les capitalistes n’ont pas vu plus loin que le bout de le
82 encore moins de chefs de partis aveuglés par les intérêts peut-être valables, mais limités et provisoires, de leurs électeurs.
41 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
83 désormais dans la personne, et non plus dans les intérêts d’un pouvoir ou d’une classe, voilà bien l’aboutissement de toute l’é
42 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
84 Parti[r] des conflits quotidiens, des conflits d’intérêts et d’idéaux, des conflits qui naissent de la diversité des régions et
43 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
85sont eux-mêmes des requins à l’eau de Coty. « Les intérêts sont les intérêts », affirment-ils. Voire ! Les intérêts de qui ? Pou
86 requins à l’eau de Coty. « Les intérêts sont les intérêts », affirment-ils. Voire ! Les intérêts de qui ? Pourquoi ? Et comment
87s sont les intérêts », affirment-ils. Voire ! Les intérêts de qui ? Pourquoi ? Et comment garantis ? C’est un paradoxe curieux q
88enir défendre le régime capitaliste au nom d’un « intérêt » de plus en plus fantomatique. Avec ceux-là non plus, nous n’avons p
44 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
89tional économique, « composé de représentants des intérêts économiques groupés dans le cadre professionnel et régional ». Nous a
90ort avec les mœurs, avec les sentiments, avec les intérêts généraux des hommes à qui ils s’adressent, et si ces hommes, à leur t
45 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
91tisme (effréné comme du mauvais Zola), [p. 847] l’intérêt humain faiblit, la critique littéraire reprend ses droits et proteste
46 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
92ieuse et somnifère, et une partie critique dont l’intérêt dépasse tout ce que les surréalistes nous ont donné jusqu’ici. Il y a
47 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
93mble si bien notre paresse, et peut-être certains intérêts, qu’il ne faut pas trop s’étonner de son triomphe universel. Professe
94s des clercs, soit pour rappeler au passage quels intérêts temporels concoururent à cette adoption pernicieuse. Mais pour l’affa
95] plus sûrement on livre celles-ci à l’empire des intérêts. Sorel a bien montré ce jeu dans ses Illusions du Progrès : le maximu
96folies collectives, des égoïsmes criminels, des « intérêts » injustes des puissants, qu’ils refusent la gloire, ou le pouvoir, o
97irmer que l’esprit n’est pas du monde, et que les intérêts du monde réel sont pour lui comme inexistants. Ce qui revient d’une p
98 culture du dernier siècle est responsable ; vu l’intérêt que présenterait pour l’humanité d’aujourd’hui, sans détriment du pre
99epousse à l’unanimité un spiritualisme complice d’intérêts devenus criminels ; — constate : que le problème de la culture est le
48 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ni gauche ni droite (août 1935)
100inoff derrière la gauche. Je leur devine quelques intérêts convergents, du côté d’Hitler par exemple. Staline veut une armée fra
49 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
101 restauration d’un langage efficace. C’est dire l’intérêt, au sens fort, de l’apport des poètes à la philosophie et à l’éthique
50 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
102le souvenir de son œuvre est pour beaucoup dans l’intérêt que je prends aux chroniques minutieuses de sa vie 33 . A-t-on remarq
51 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
103régime politique, dans la mesure où il heurte les intérêts des catégories les plus diverses de la population. Quant à nous, nous
52 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
104eau, et dont les suites pourront avoir un certain intérêt pour notre action. Soit qu’ils reprennent quelque vitalité, soit qu’i
105tions qui par elles-mêmes ne présentent pas grand intérêt, il arrive qu’on distingue le retournement de certaines réalités viva
106ifiées, il importe plus que jamais de définir les intérêts et les doctrines qui soutiennent et aggravent sans cesse l’antagonism
53 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
107t véritable. Là où Marx se contente d’opposer des intérêts contradictoires — ceux des patrons et ceux des employés, selon le sch
54 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
108e ceux qui n’ont d’autre parti que celui de leurs intérêts. Mais la reconnaissance de cet unique lieu commun suppose la suppress
55 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
109aperçoit qu’elles ne sont plus commensurables. L’intérêt de cette constatation me paraît double. Elle nous fait voir, première
56 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
110lle et provisoire a créé une communauté [p. 97] d’intérêts immédiats et vitaux entre les producteurs et les consommateurs de la
57 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
111re la jeunesse de la France, aurait pourtant tout intérêt à suivre d’aussi près qu’il est possible le développement d’une révol
112 compris que la mystique était plus forte que les intérêts, d’autant plus forte que la misère était plus grande. Qu’on ne dise p
113rait nier que le Dieu qu’il sert est immanent aux intérêts du Volkstum, et doit se confondre avec ces intérêts sous peine de mor
114térêts du Volkstum, et doit se confondre avec ces intérêts sous peine de mort. La Diesseitigkeit de la philosophie hitlérienne a
58 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
115u’impose sa réalisation, et qui lèsent beaucoup d’intérêts, dont certains sont honnêtes et d’autres moins. Car, quand bien même
59 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
116tisée, toute-puissante et toute dévouée aux seuls intérêts de l’État. (Des « soldats politiques », comme on dit en Allemagne.) L
60 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — Préambule
117e politique actuel, ou une classe, ou un groupe d’intérêts : je veux être vrai. Je ne puis donc me contenter ni de la simple coh
61 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
118eptionnelle et provisoire a créé une communauté d’intérêts immédiats et vitaux entre les producteurs et les consommateurs de la
119tisée, toute puissante et toute dévouée aux seuls intérêts de l’État. (Des « soldats politiques » comme on dit en Allemagne.) Le
62 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sur l’esprit incarné (février 1936)
120en tant qu’il veut porter l’empreinte de certains intérêts terrestres, et le méprise en tant qu’il cherche à s’affranchir de ce
121de Dieu, a jamais « porté l’empreinte de certains intérêts terrestres », et conséquemment, si l’on a le droit d’opposer esprit p
122’opposition esprit pur contre esprit asservi (aux intérêts politiques) évoque précisément pour un chrétien l’opposition de Pilat
63 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
123it pas autrement vis-à-vis de la nation et de ses intérêts supérieurs, que la moderne féodalité des trusts et des banques, et qu
124t d’un idéal communautaire, mais de passions et d’intérêts sans grande portée. Pour réfuter le colonel de la Rocque — petit jeu
125à idéologies, sur un plan qui n’est pas celui des intérêts vraiment humains, ni surtout de l’intelligence, mais bien des passion
126aîné dans la vie civique par devoir, au nom des « intérêts » de l’État, ou au nom des « intérêts » de la nation. La politique re
127u nom des « intérêts » de l’État, ou au nom des « intérêts » de la nation. La politique reste quelque chose d’extérieur à son êt
128un jeu beaucoup plus impur, c’est la bataille des intérêts, des orgueils et des appétits. Selon leur tempérament, les uns s’en d
129 nous sommes, pour dépasser le cercle vicieux des intérêts étroits, partiels, mal compris, meurtriers, où s’excite et se débat l
130uit d’une part par un attachement borné aux seuls intérêts immédiats — les capitalistes n’ont pas vu plus loin que le bout de le
131 encore moins de chefs de partis aveuglés par les intérêts peut-être valables, mais limités et provisoires, de leurs électeurs.
64 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
132sme égale droite, parce que l’Huma et le Popu ont intérêt à le lui faire croire. L’homme de droite croit aussi cela, parce qu’o
133 des « opinions », c’est-à-dire des groupements d’intérêts. Tandis que dans les dictatures nées d’une révolution de masses, donc
65 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
134ocratiques ou réactionnaires, qui font passer les intérêts de leur parti ou de leurs personnes avant ceux de la nation et de son
135l politicien dont l’action paraissait néfaste aux intérêts de la nation. Pour le reste, la tactique d’Hitler rappelle plutôt cel
66 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
136emettent à raconter des anecdotes subitement sans intérêt. Je ne sens pas qu’ils se méfient de moi. Simplement, ils n’ont jamai
137ndre ! Et malgré les persécutions de ceux qui ont intérêt à étouffer la vérité, etc. » La chevelure s’agite, les bras s’agitent
138e reste dans mon rôle en me dirigeant d’après mes intérêts. Cela va de soi. Il est probable qu’aucun homme du peuple ne s’est ja
139e de passion jalouse pour l’homme, avec ce même « intérêt personnel » que j’ai senti entrer en cause au moment où je découvrais
140ce spectacle — je ne sais pas comment expliquer l’intérêt presque indéfini que je prends à regarder de près une bestiole à son
67 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
141esprit, c’est l’appel [p. 162] aux instincts, aux intérêts urgents, presque toujours contraires, en fin de compte, aux intérêts
142resque toujours contraires, en fin de compte, aux intérêts réels… 25 novembre 1934 Culture de la bourgeoisie ? Vous montrez à
143vigilance que je n’en apporte à la défense de mes intérêts « objectifs »… Et ce jeu-là, je suis tellement le seul à en connaître
144ficient pas de la loi des assurances sociales ont intérêt à assister à la conférence. L’organisation lutte afin de faire accord
145temps sa vraie force. Il ne sait plus où sont ses intérêts, à quel niveau il faudrait les défendre. « Aliéné » par un ordre inhu
146ple tel qu’on le voit paraît tout ignorant de ses intérêts véritables. Mais c’est qu’il ne peut pas les exprimer très aisément.
147ous ? nous dit-elle, sur quelle classe, sur quels intérêts ? — Nous comptons sur l’effort des hommes les plus humains. C’est peu
68 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
148vigilance que je n’en apporte à la défense de mes intérêts « objectifs »… Et ce jeu-là, je suis tellement le seul à en connaître
69 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
149ls militent pour ou contre elle, soit qu’il y ait intérêt à faire voir que les écrits les plus « indifférents » militent toujou
150é. Mais la gloire posthume est un « titre » ; « l’intérêt » s’accumule avec le temps ; l’œuvre enfin devient présentable… On a
151 beau travail d’universitaire : l’absence de tout intérêt existentiel garantit « l’objectivité » de l’exposé… Le cas de M. Valé
152enre extrêmement ennuyeux à lire, quel que soit l’intérêt du sujet, donc à son détriment, surtout lorsqu’il s’agit d’un phénomè
70 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
153des. Sous prétexte de réalisme, et de défense des intérêts économiques, c’est la réalité européenne de la Suisse qu’on perd de v
154e réelle, communale et fédéraliste, mais au nom d’intérêts de classe qui ne sont ni démocratiques ni nationaux. [p. 28] La même
155français ou allemands, n’est plus qu’une presse d’intérêt local. Là encore, nos chances sont uniques, nous pourrions être les p
156dérale, ne peut être l’armée d’une classe, de ses intérêts, de son ordre. Il n’y aurait aucun avantage à combattre l’esprit de c
157des réalités qui se sont constituées par le jeu d’intérêts et de routines médiocres. Vous donnez par exemple une valeur positive
71 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
158emettent à raconter des anecdotes subitement sans intérêt. Je ne sens pas qu’ils se méfient de moi. Simplement, ils n’ont jamai
72 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
159 des Romains [p. 2] C’est par l’usage du prêt à intérêt que le capitalisme s’est introduit à Rome, et cela dès les vᵉ et ivᵉ
160la demande d’emprunt de Cincinnatus. Le taux de l’intérêt est, en effet, de 40 à 48 % (quarante-huit). Et la loi attribue au cr
161amais toucher à la forme de l’État. De là aussi l’intérêt morbide du « public » pour les dérèglements insensés et les sanglante
73 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
162ut pas mieux que leur guerre. Entre l’équilibre d’intérêts ( ?) économiques et de prestiges idéologiques ( ? ?) qu’est leur paix
74 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
163ns de l’unité allemande, de la prépondérance de l’intérêt allemand sur les intérêts de classe, et sur tout intérêt privé. Voilà
164de la prépondérance de l’intérêt allemand sur les intérêts de classe, et sur tout intérêt privé. Voilà la grande révolution, dan
165 allemand sur les intérêts de classe, et sur tout intérêt privé. Voilà la grande révolution, dans un pays où la vie intérieure
166’affirmez, préfère en général les principes à ses intérêts, pourquoi s’allie-t-elle avec Staline ? Il a fait pire que nous contr
167ts ; même défiance des « individus » et de tout « intérêt privé ». Ce parallélisme, ou plutôt cette identité d’attitude ne conc
75 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
168ssante que toutes les « raisons », que tous les « intérêts » du monde ? Et qu’enfin ce qui importe au dictateur, ce n’est pas te
76 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
169ocratiques ou réactionnaires, qui font passer les intérêts de leur parti ou de leurs personnes avant ceux de la nation et de son
170l politicien dont l’action paraissait néfaste aux intérêts de la nation. Pour le reste, la tactique d’Hitler rappelle plutôt cel
77 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
171es juridiques. Il se trouvait donc sanctifier les intérêts fondamentaux de l’espèce et les intérêts de la cité. Celui qui contre
172fier les intérêts fondamentaux de l’espèce et les intérêts de la cité. Celui qui contrevenait à ce triple engagement ne se renda
173intes sociales. Les questions de rang, de sang, d’intérêts familiaux, et même d’argent, sont en train de passer au second plan d
174nnutz geht vor Eigennutz ! Le bien commun prime l’intérêt particulier. Et par tous les moyens spectaculaires, pédagogiques, voi
78 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
175ès que les hommes se régleront sur la raison et l’intérêt : quand ils n’auront plus de passions, quand ils cesseront de préfére
176ation ; d’une timidité méprisable ; d’un calcul d’intérêt sordide… L’habitude des modernes, leur nature acquise, c’est d’exploi
177ui qui veut être trompé, parce qu’il y trouve son intérêt ; figures de rhétorique romanesque, et acceptables à ce titre, mais q
79 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
178remportée comme malgré elles et en dépit de leurs intérêts nationalistes. En proie à des luttes intestines sans grandeur, les Dé
80 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
179 n’étaient pas obscurs, ou s’il n’y avait quelque intérêt à obscurcir leur origine et leur portée pour les soustraire à la crit
180mais au contraire de leur montrer qu’ils ont tout intérêt à se quitter. Voyons ce point d’un peu plus près. [p. 42] L’endemai
181e manière dans les deux cas. Et il n’est pas sans intérêt de dégager cette dialectique de l’obstacle dans le Roman. Lorsque ce
81 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
182illusions spiritualistes. Mais je distingue mal l’intérêt d’un affranchissement qui consiste à « expliquer » Dostoïevski par le
183une certaine continence, quasi d’instinct, dans l’intérêt même de l’espèce ? Lycurgue, législateur de Sparte, imposait aux jeun
184e certaine ambiance de scandale, de snobisme et d’intérêt, suscitée par les dogmes centraux. Ce qui explique pas mal d’erreurs,
185t, cependant qu’il repose en fait sur des bases d’intérêt matériel et social, et se voit imposé aux époux sans qu’il soit tenu
186nt on voit bien pourquoi ils font défaut : trop d’intérêts se trouvaient ligués contre la diffusion de l’hérésie, sans parler de
82 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
187aques de l’esprit réaliste et de ce qu’on nomme l’intérêt civique — comme il apparaît de nos jours ? Alors que les mystiques et
188é » des plus beaux vers de Vigny. Cette absence d’intérêt naïf pour les formes quotidiennes de la vie facilitera le détachement
189nir de la rencontre, et ce n’est pas d’un immense intérêt. L’ascèse, la négation du monde créé, l’identification de l’attrait s
83 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
190venues entre-temps en Europe, et à l’encontre des intérêts réels les plus urgents. C’est ici que se marque le mieux le caractère
191 fatalités, aux lois de la raison humaine et de l’intérêt personnel. Illusion si l’on veut, mais sans laquelle nulle civilisati
192Et c’est de même que l’on « traite » un mariage : intérêt, convenance des rangs, apports territoriaux et financiers… La passion
193arce qu’elles allaient se donner comme but non un intérêt dynastique, mais la conquête ou la propagation d’idées philosophiques
194a surprise massive, brutale… Et il n’est pas sans intérêt non plus de noter que Waterloo fut une bataille perdue par excès de s
195 des guerres du xixe siècle. Il ne s’agit plus d’intérêts, mais de « religions » antagonistes. Or les religions ne transigent p
196es religions ne transigent point, à l’inverse des intérêts : elles préfèrent la mort héroïque. (De tous temps les guerres de rel
197au nom de la Nation, mais ce sont bel et bien des intérêts qui mènent le jeu, ainsi que l’a fort bien marqué le maréchal Foch, d
198« formes » et les conventions, mais des calculs d’intérêts privés, incapables de fournir les bases d’une communauté solide. La N
199on prestige romantique : le pavillon couvrait les intérêts de l’État, non les passions ou l’honneur des élites. Et l’État ne jou
84 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
200es juridiques. Il se trouvait donc sanctifier les intérêts fondamentaux de l’espèce et les intérêts de la cité. Celui qui contre
201fier les intérêts fondamentaux de l’espèce et les intérêts de la cité. Celui qui contrevenait à ce triple engagement ne se renda
202tes sociales. — Les questions de rang, de sang, d’intérêts familiaux et même d’argent, sont en train de passer au second plan da
203nutz geht vor Eigennutz ! (Le bien commun prime l’intérêt particulier.) Et par tous les [p. 315] moyens spectaculaires, pédagog
204t-garde de la littérature européenne, le regain d’intérêt pour le catharisme, l’exaltation de la « Femme-Enfant » salvatrice de
85 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
205ès que les hommes se régleront sur la raison et l’intérêt : quand ils n’auront plus de passions, quand ils cesseront de préfére
206ation ; d’une timidité méprisable ; d’un calcul d’intérêt sordide… L’habitude des modernes, leur nature acquise, c’est d’exploi
207ui qui veut être trompé, parce qu’il y trouve son intérêt ; figures de rhétorique romanesque, et [p. 340] acceptables à ce titr
86 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
208 l’amour qui conduit à la mort ; ici, ce sont les intérêts féodaux qui entraînent à des guerres sans fin. — Voici deux autres te
87 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
209 — le sang, la famille — la cité est fondée sur l’intérêt commun et les contrats. Alors que la morale de la tribu dicte des dev
210issent même pas avoir entrevu la possibilité ou l’intérêt d’un tel problème. Mais ils ne parlent pas non plus de l’individu ou
88 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
211tradiction, entre son comité de bienfaisance, les intérêts de sa banque, et le massacre des Chinois. Chacune de ces activités lu
212t. C’est bien simple. Nous allons proclamer que l’intérêt de l’État dont nous sommes devenus les maîtres est la seule règle de
89 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
213des. Sous prétexte de réalisme, et de défense des intérêts économiques, c’est la réalité européenne [p. 109] de la Suisse que l’
214e réelle, communale et fédéraliste, mais au nom d’intérêts de classe qui ne sont ni démocratiques ni nationaux. La même critique
215français ou allemands, n’est plus qu’une presse d’intérêt local. Là encore, nos chances sont uniques, nous pourrions être les p
216dérale, ne peut être l’armée d’une classe, de ses intérêts, de son ordre. Il n’y aurait aucun avantage à combattre l’esprit de c
217des réalités qui se sont constituées par le jeu d’intérêts et de routines médiocres. Vous donnez par exemple une valeur positive
90 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
218ion militaire à notre neutralité : il serait de l’intérêt des [p. 151] puissances belligérantes de ne point utiliser le passage
219a défendre que de la défendre au nom de nos seuls intérêts helvétiques, car elle ne peut et ne doit subsister qu’au nom de l’int
220 elle ne peut et ne doit subsister qu’au nom de l’intérêt de l’Europe entière. Seule, la mission positive de la Suisse rend un
221 sûreté dès qu’on la considère comme une mesure d’intérêt [p. 153] général en Europe. Rester neutres au nom d’un traité signé à
222de toute influence étrangère, sont dans les vrais intérêts de la politique de L’Europe entière. 32  » Et j’en arrive, ici, au ce
223tion particulière du citoyen chrétien sera dans l’intérêt de la Suisse, certes. Mais elle sera d’abord obéissance à la foi. J’i
224e « Dieu premier servi » de Jeanne d’Arc. Bref, l’intérêt qu’ils portent à la religion paraît subordonné à celui qu’ils portent
91 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
225e interaction de l’idéal et de la nécessité, de l’intérêt local et de l’intérêt commun, de la petite patrie et de l’Empire. Peu
226al et de la nécessité, de l’intérêt local et de l’intérêt commun, de la petite patrie et de l’Empire. Peu à peu, le Gothard per
92 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
227arti qui n’a d’autre programme que la défense des intérêts locaux contre le centre. Ceux qui se disent, chez nous, « fédéraliste
228s apparentées, ou une tendance religieuse, ou des intérêts corporatifs. Sur la base de programmes restreints, bien définis, l’on
93 1940, La Vie protestante, articles (1938–1961). « Dieu premier servi » (26 avril 1940)
229tion particulière du citoyen chrétien sera dans l’intérêt de la Suisse, certes. Mais elle sera d’abord obéissance à la foi. J’i
230ue le Dieu premier servi de Jeanne d’Arc. Bref, l’intérêt qu’elles portent à la religion paraît subordonné à celui qu’elles por
94 1940, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au sujet du Journal d’André Gide (janvier 1940)
231temps, voilà qui donnerait une idée de l’espèce d’intérêt que l’on prend à lire le Journal d’André Gide. Il est probable que, d
232 probable que, du seul point de vue de l’art, cet intérêt demeure impur : l’indiscrétion moderne va chercher derrière les forme
95 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
233 de documents écrits. Mais il est faux et dénué d’intérêt s’il prétend prouver quelque chose quant à la réalité du Diable. Car
96 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
234out Absolu qui transcende [p. 90] et qui juge nos intérêts « vitaux » (comme ils le sont toujours…). Il est juste et nécessaire
97 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
235: « Que faut-il que je fasse, je ne trouve plus d’intérêt à rien ? » il me vient à l’esprit ces phrases de Kierkegaard : « Comm
236é, dit une nation, mais vous voyez qu’il lèse mes intérêts vitaux. Alors plus rien ne tient, naturellement. Mais voici qui est n
237ent dit : ce qui est légal, c’est ce qui sert tes intérêts, qui sont les intérêts de la nation. [p. 157] N’est-ce pas ici le li
238gal, c’est ce qui sert tes intérêts, qui sont les intérêts de la nation. [p. 157] N’est-ce pas ici le lieu de se demander au no
239 que le momentané détruise le durable, et que les intérêts particuliers effacent l’intérêt général. [p. 163] Mais si l’on pense
240que le bonheur vaut mieux que la vérité, et que l’intérêt « vital » ne connaît pas de loi, alors on entre dans un monde où l’hi
241n pour sa vie quotidienne, l’absence de buts et d’intérêts puissants capables d’absorber nos rêves. Ce culte de la passion toujo
98 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
242s aveuglantes de l’instinct ou aux pressions de l’intérêt momentané ; l’absolu d’un bien et d’un mal déterminés et révélés par
99 1942, La Vie protestante, articles (1938–1961). Perspectives d’avenir du protestantisme (2 janvier 1942)
243 d’un Dieu transcendant et non pas fermée sur les intérêts d’un groupe. Par là, elle s’oppose radicalement à toute religion tota
100 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
244fin de tout Absolu qui transcende et qui juge nos intérêts « vitaux » (comme ils le sont toujours…). Mais, si je ressemble à un