1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1 dernières années n’est qu’une forme de reportage international. L’Europe menant cette immense enquête manifeste son génie méthodique
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Almanach 1925 (septembre 1925)
2« la centrale où l’on avait concentré la dynamite internationale qu’Ibsen voulait placer sous les arches de la vieille société », pour
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
3ur qui les limites de l’anarchie sont : chanter l’Internationale dans les rues, faire la noce, écrire un livre de tendances très moder
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
4is ce qui l’établit sans conteste dans une classe internationale — comme on dirait en style sportif — c’est l’aisance avec laquelle il
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
5ring est riche, « conformiste » à l’extrême, mais internationale. Cela permet à l’auteur autant qu’aux personnages de ne pas s’attarde
6 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Cahier de revendications [Présentation] (décembre 1932)
6r anticapitalisme n’est pas celui de la Troisième Internationale. Toutefois, la doctrine marxiste, en dehors de laquelle il s’est cons
7 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
7nant, l’éminent religieux déclara que ce concours international avait pour but de contribuer à la sauvegarde des hautes valeurs spiri
8 1933, Esprit, articles (1932–1962). Protestants (mars 1933)
8préciser et s’amplifier. Signalons enfin la revue internationale de la Fédération des étudiants, le Student World, qui sous l’impulsio
9 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
9inant l’éminent religieux déclara que ce concours international avait pour but de contribuer à la sauvegarde des hautes valeurs spiri
10 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
10r anticapitalisme n’est pas celui de la Troisième Internationale. Toutefois, la doctrine marxiste, en dehors de [p. 144] laquelle s’es
11 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
11st-à-dire la faiblesse de l’Allemagne sur le plan international. Les quatre hommes s’en vont à Buenos Aires, et, là, à bout de ressou
12 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
12es formules », « tragique faiblesse du socialisme international », « échecs en Allemagne » et ailleurs ; échec auprès de la jeunesse
13reconnaisse le « fait-nation » et la faillite des internationales qui n’ont pas su tenir compte de ce fait. Mais, ici déjà, le vague de
13 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
14e du fait patriotique naturel, la seule formule « internationale » qui reste possible est celle-ci : « Chaque pays est le plus beau du
14 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
15rivains, les moyens d’assurer au pays un prestige international qui nous donnerait peut-être davantage qu’une garantie d’économie : u
15 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
16té religieuse, toutes les résistances ont cédé. L’internationale ouvrière s’est effondrée sans faire usage de ses armes. Le capital es
16 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
17oit des peuples à disposer d’eux-mêmes, arbitrage international. Au nom du premier principe fut créé l’État tchèque, au nom du second
18iel de l’Allemagne, mais sur une base d’arbitrage international préfigurant ainsi un statut fédéral exclusif de toute hégémonie. 6. À
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
19u tribus, mais « une institution en quelque sorte internationale », commune à tous les peuples d’origine celtique, du fond de la Breta
18 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
20rivains, les moyens d’assurer au pays un prestige international qui nous donnerait peut-être davantage qu’une garantie d’autonomie :
19 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
21besoin d’abolir celles-ci, comme le voulaient les Internationales : si l’on garde le droit de les déborder dans plusieurs domaines, ell
22naître l’Europe : juges et négociateurs d’accords internationaux, cosmopolites ou « Suisses de l’étranger » 39 , directeurs d’unions u
23taires d’alliances œcuméniques, membres du Comité international de la Croix-Rouge, etc., etc. Le « Suisse international » est un homm
24ational de la Croix-Rouge, etc., etc. Le « Suisse international » est un homme qui peut et doit connaître l’Europe, [p. 195] par trad
20 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
25être les mêmes. (« Réactionnaires et capitalistes internationaux »)… Nos descendants diront de notre siècle qu’il fut celui des gogos
21 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
26 ; soit dans la médecine ; soit dans la politique internationale, nous sommes en train de pousser à fond une expérience sans précédent
22 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
27ndividuelles ou politiques, nos drames intimes ou internationaux, se révèlent comme des situations sans issue, reconnaissons l’œuvre d
23 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
28eur nationale que l’on peut parler de s ?, valeur internationale. Si une telle affirmation n’était réellement qu’un truisme de nos jou
29éellement qu’un truisme de nos jours, le problème international se poserait d’une façon très différente devant l’opinion publique. La
24 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
30’ailleurs conduit tout le reste. Une petite ville internationale de province, sans grand avenir, qui vit déjà sur son passé d’un siècl
25 1946, Lettres sur la bombe atomique. 9. Paralysie des hommes d’État
31 que le problème est mondial. La Bombe est un cas international, qui ne peut être résolu qu’à une échelle planétaire : or ces messieu
32Or ils ont à recevoir des députés. Seule une cour internationale, formée d’hommes désignés par la voie populaire, et qui n’auraient pa
26 1946, Lettres sur la bombe atomique. 10. La tâche politique du siècle
33danger d’un coup de force opéré contre le pouvoir international par une des nations constituantes : la guerre ne vient-elle pas d’éli
34e, une solution proche et définitive des conflits internationaux. L’idée, la nécessité et la possibilité [p. 65] pratique d’un gouvern
27 1946, Lettres sur la bombe atomique. 11. Tous démocrates
35universelle, chez les individus comme sur le plan international. Moi. — Pas d’accord ! Je distingue un espoir. Des trois régimes don
28 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
36es frontières, au lieu de multiplier les échanges internationaux, comme le bon sens et l’économie l’indiqueraient ? C’est parce que ce
37en ? En remettant le soin de diriger les affaires internationales à des hommes qui ne représentent pas les nations, mais l’humanité. Ca
29 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
38onseil œcuménique se trouve être de fait la seule Internationale en formation. On sait assez que les Internationales idéologiques et p
39nternationale en formation. On sait assez que les Internationales idéologiques et politiques se sont désintégrées au cours des deux der
40 de divergence et non de convergence, sur le plan international. On a vu les socialistes anglais collaborer avec les conservateurs an
30 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
41me se révolte au spectacle de la mauvaise volonté internationale des Soviets, de cette brutalité vis-à-vis de leurs sujets, de ce mépr
31 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
42me se révolte au spectacle de la mauvaise volonté internationale des Soviets, de cette brutalité vis-à-vis de leurs sujets, de ce mépr
32 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
43t d’artistes genevois, les premières « Rencontres internationales » réunirent à Genève des intellectuels venus des quatre coins du cont
44e pense, donc j’en suis ! [p. 49] Les Rencontres internationales de Genève marquèrent un premier réveil de la conscience européenne, a
33 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
45ut marquée à Montreux, un an après les Rencontres internationales, par le congrès de l’Union européenne des Fédéralistes. Les délégués
46odes fédéralistes. ⁂ L’an dernier, aux Rencontres internationales de Genève, le philosophe allemand Karl Jaspers déclarait que l’Europe
47 des nations, quand le jeu des forces réelles est international et opère à l’échelle des continents. Il pense encore en kilomètres, s
34 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
48rès se distingue de toutes les autres entreprises internationales par ce trait : il a placé sur le même plan que les commissions habitu
49 Congrès de La Haye (7-11 mai 1948) par le Comité international de coordination des mouvements pour l’unité européenne Préambule 1. L
35 1948, Suite neuchâteloise. I
50Voilà donc ce qui atteint chez nous à la « classe internationale » comme on dit dans le monde des sports. Ces quelques traits épars ne
36 1948, Suite neuchâteloise. VIII
51 réunions secrètes d’où devait sortir la Première Internationale, aussitôt confisquée par Marx.   De cette enfance il me reste un cauc
37 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rapport moral présenté par M. Denis de Rougemont (novembre 1952)
52e institution autonome, constituée en association internationale selon la loi suisse, et qu’il ne dépend ni du Conseil de l’Europe, ni
53le répéter. Mais par rapport aux autres instances internationales qui s’occupent également de la culture, comment le CEC définit-il son
38 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
54 dans la nation, ni dans les vastes organisations internationales, mais bien dans les communautés organiques et dans les foyers de créa
39 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Conférence de compositeurs, critiques musicaux et exécutants (décembre 1952-janvier 1953)
55asions de se rencontrer et d’établir des contacts internationaux, en sont pratiquement privés aujourd’hui. Cette situation tend à crée
56e est également peu satisfaisante du point de vue international. Peu de critiques ont la possibilité d’apprécier les jeunes composite
57musicale, qui devraient être discutés sur un plan international, restent sans réponse : ainsi la relation entre les techniques musica
58 la culture à élaborer le projet d’une conférence internationale de compositeurs, critiques musicaux et exécutants. Elle aura lieu au
59ire jouer et apprécier leurs œuvres. L’atmosphère internationale de cette rencontre contribuera à combattre l’esprit de provincialisme
60 musique contemporaine. 2. Enrichir le répertoire international (orchestres, opéras et solistes) de nouveaux noms et nouvelles œuvres
61contre. Le Centre a constitué un Comité d’honneur international qui comprend des compositeurs de renommée mondiale. Ont déjà accepté
62 décernera au cours de cette rencontre trois Prix internationaux aux trois meilleures œuvres qui auront été commandées à 12 jeunes com
63n Bulletin. ⁂ Le Comité exécutif de la Conférence internationale de musique et du Concours international de composition s’est réuni po
64nférence internationale de musique et du Concours international de composition s’est réuni pour la première fois, au CEC, le 13 janvi
65 l’attribution des prix au cours de la Conférence internationale de musique : du 5 au 11 avril 1954, à Rome. Le Comité procède ensuite
66onnera à la fois pour l’ensemble de la Conférence internationale de musique et pour le Concours de composition. Il est convenu que les
40 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
67, et précieuses à savoir, il apprendra à la masse internationale des hommes qui, pour avoir traversé le Léman de Genève à Villeneuve,
41 1953, La Confédération helvétique. Note de l’auteur
68ité de la Conférence permanente des hautes études internationales, dans le cadre du programme de l’Unesco. L’un des buts de cette série
42 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
69se ; Genève, avec Calvin, le centre de la Réforme internationale, dont l’influence devait s’étendre à la moitié de l’Europe, à l’Angle
70L’aristocratie suisse devint ainsi l’une des plus internationales de l’Europe, tant par les allégeances que par le sang. Quant aux sold
71 fondait la Croix-Rouge et établissait son comité international à Genève, le Conseil fédéral consacrait des sommes considérables au p
72ls que la Suisse. En même temps, des institutions internationales telles que l’Union postale universelle et l’Union monétaire latine ch
73[p. 49] elle se transforma en une vaste ambulance internationale. Des dizaines de milliers de prisonniers, malades ou grands blessés d
43 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
74 » (art. 89) et il en va de même pour les traités internationaux de longue durée. Tel est le droit de referendum. Le droit d’initiativ
44 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
75pays qui dépendent aussi étroitement des échanges internationaux. Il a fallu tourner la difficulté par une série de tours de force. Po
76plupart de ces sociétés sont établies sur un plan international, et la moitié des primes qui leur sont payées — un milliard de francs
77in à conclure des accords sur le plan national et international. Outre les associations patronales constituées par profession, il fau
45 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
78 organisent des séries de cours sur les relations internationales et sur le patrimoine commun à tous les Européens. Elles forment des i
46 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
79pes directeurs de l’histoire suisse et la mission internationale qui en découle : Les différentes chaînes qui constituent la puissant
80vec une obligation à la fois constitutionnelle et internationale. Au total, il s’agit moins d’un choix que d’une nécessité, et d’une f
81uerre, installée à Genève par les soins du Comité international de la Croix-Rouge, et qui a compté jusqu’à 3400 collaborateurs, en gr
82nt simplement ses couleurs. On sait que le Comité international de la Croix-Rouge, qui siège à Genève, est constitué uniquement par d
83comme siège d’un très grand nombre d’institutions internationales. La première en date fut la Croix-Rouge, bientôt suivie par l’Union p
84t suivie par l’Union postale universelle, l’Union internationale des télécommunications, l’Office central des transports internationau
85lécommunications, l’Office central des transports internationaux par chemin de fer, et les deux Bureaux de la propriété intellectuelle
86omme siège de la Société des Nations et du Bureau international du travail. Ainsi, de même que les cantons catholiques avaient mérité
87 L’Organisation mondiale de la santé, et l’Office international des réfugiés y ont été adjoints. Pour la seule année 1946, on a compt
88 que 127 institutions, commissions ou conférences internationales ont tenu leurs assises en Suisse, et ce nombre s’accroît rapidement d
89 librement associés — neutralité et collaboration internationale ne sont pas antinomiques ; et que, de plus, un petit pays neutre offr
90t-à-dire de la politique de présence sur la scène internationale. Le principe de cette présence n’étant plus discuté, restent à déterm
91ipation de la Suisse en tant qu’État aux conseils internationaux. C’est tout d’abord une vieille méfiance populaire, voire paysanne, e
92uter dans les capitales des voisins les problèmes internationaux. Rien ne s’oppose, dans la Constitution, à de tels déplacements, que
47 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
93 nation, ni dans les vastes organisations [p. 76] internationales, mais bien dans les communautés organiques et dans les foyers de créa
48 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
94alistes, et des nationalistes de tous les pays. L’internationale de l’anti-Europe n’en est pas encore au stade de la levée en masse. I
49 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
95che d’une bonne administration, d’une coopération internationale nécessaire, ou de l’application d’un idéal. On fait à cette « politiq
50 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
96taire, économique et politique, les organisations internationales existantes (telles que l’OTAN) prennent aujourd’hui les décisions pri
51 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux notes sur la souveraineté nationale (mai 1954)
97taire, économique et politique, les organisations internationales existantes (telles que l’OTAN) prennent aujourd’hui les décisions pri
52 1955, Preuves, articles (1951–1968). De gauche à droite (mars 1955)
98 Ce n’est qu’Esprit, revue française, autrefois « internationale ». Esprit ayant écarté le danger de la CED se félicite de constater q
53 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
99eaucoup de « concert des nations », et de « droit international », mais il est clair que ces États-Nations-Individus rendent tout ord
100ue ces États-Nations-Individus rendent tout ordre international impossible en principe, et par définition, puisqu’ils n’acceptent auc
101ble résistance des groupes locaux et des diverses internationales politiques et professionnelles. Ces réflexes de défense du corps soci
54 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
102économiques, intellectuels, sociaux, nationaux ou internationaux. Chacun devrait se charger d’une mission précise dans son milieu, en
55 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
103parle à Genève au cours des débats des Rencontres internationales. Mais rappelons sans relâche les conditions concrètes qui nous parais
56 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour les grands festivals de musique l’Europe est faite ! (octobre 1955)
104riat sera désormais chargé d’assurer les contacts internationaux des festivals, ainsi que d’aider à faire connaître tel d’entre eux da
57 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
105ait ce dernier comme « un agent de l’impérialisme international ». Cette bouffonnerie, probablement insurpassable, porte à sa perfect
106gne encore « l’autorité dans le mouvement ouvrier international ») a toujours et nécessairement raison, qu’il soit incarné par Stalin
58 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
107avage et la souveraineté nationale Une conférence internationale qui a passé curieusement inaperçue, c’est celle qui vient de se tenir
59 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Ce n’est pas au pied du mur… (juin-juillet 1956)
108ériences-pilotes d’éducation populaire, lancement international d’une collection d’ouvrages sur l’Europe, formule renouvelée du Prix
60 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Prix européen de littérature n’a pas été donné en 1956 (juin-juillet 1956)
109ant était remis à la presse le 14 juin : Le jury international du Prix européen de littérature composé de MM. Jean Giono, Hans Egon
61 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
110eaucoup de « concert des nations », et de « droit international », mais il est clair que ces États-Nations-Individus rendent tout ord
111ue ces États-Nations-Individus rendent tout ordre international impossible en principe, et par définition, puisqu’ils n’acceptent auc
112ble résistance des groupes locaux et des diverses internationales politiques et professionnelles. Ces réflexes de défense du corps soci
62 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
113bilités de contacts aux deux parties (Croix-Rouge internationale, échange de prisonniers, négociations secrètes menées en Suisse en 19
63 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
114e au nom des nôtres. En effet, le 2ᵉ Congrès de l’Internationale Communiste déclarait en 1920 : « Le Communisme se donne pour but l’ab
64 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
115lle le fut jamais) une affaire nationale, ni même internationale, parce qu’elle relève d’une politique de civilisation et non d’un tri
65 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
116lectuels On sait que, depuis 1946, les Rencontres internationales de Genève organisent en septembre une décade de débats centrés sur un
66 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
117neutralité l’a sauvée. De nombreuses institutions internationales viennent s’établir chez nous. L’Organisation des Nations unies (ONU)
67 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
118ous, un tel sondage n’avait été opéré à l’échelle internationale. Il s’agissait d’une part de mesurer le degré d’intérêt porté aux fes
119 propre à tout festival, qu’il se dise d’ailleurs international ou régional. L’insistance sur la qualité et sur le caractère exceptio
120cal de s’orienter. La suggestion de créer un jury international, qui aurait recours à ces critères pour décerner ou non l’étiquette d
121e à chaque festival sans renoncer à son caractère international, est le souci normal de toute entreprise européenne digne du nom. Cec
68 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
122oscope occidental. Enfin, le lac Léman et la Cité internationale de l’Europe. Calvin, Rousseau, Voltaire, Mme de Staël, et la pédagogi
123tre des Alpes, la Papauté, la SDN, la Croix‑Rouge internationale… Mais je m’égare. J’étais parti pour vous rappeler que le choix d’un
69 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
124la Commission de pédagogie sportive. — Conférence internationale de compositeurs, critiques et interprètes musicaux à Rome (5-16 avril
70 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
125 les problèmes d’autonomie ». Un groupe d’experts internationaux constitue le Comité de surveillance. La presse locale rend compte des
71 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
126 nationales de professeurs, sous l’impulsion de l’Internationales Schulbuchinstitut, dont le siège est à Brunswick. Cependant que les c
72 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Editeuropa (septembre 1959)
127retenus sont susceptibles de trouver une audience internationale, condition de leur succès commercial et de leur utilité pour la cause
128casion d’une réunion qui coïncidait avec la Foire internationale du Livre, à Francfort : « … choisir d’un commun accord et publier sim
129stige et de la publicité résultant d’un lancement international. Peut-être est-il permis d’imaginer que si le pool Editeuropa surmont
73 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
130école « noire » et les films de la Nouvelle Vague internationale, pour le grand public. Que verra dans tout cela, de prime abord, le t
74 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
131aix entre les chrétiens, en organisant la société internationale en vue de la reprise de la Terre Sainte. Il faut surtout organiser de
132is développe alors un projet détaillé d’arbitrage international entre les Princes, qu’il admet d’ailleurs « souverains », ce qui ne f
133e : le Concile convoqué par le pape ; l’arbitrage international, très en usage depuis le xiie siècle ; les sanctions de l’arbitrage,
134une Cour de Justice ; d’une procédure d’arbitrage international ; d’une force armée commune ; et d’un budget fédéral, alimenté d’aill
135apital de l’assistance mutuelle et de l’arbitrage international : Quatrièmement, nous voulons que si par hasard quelqu’un ou quelque
75 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
136s d’autres continents pose le problème d’un droit international qui sera fondé au début du xviie siècle par Hugo Grotius, à partir d
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
137ectionné sous la direction d’une sorte d’académie internationale ; coordination politique, sous la direction d’institutions internatio
138ation politique, sous la direction d’institutions internationales ; réconciliation des Églises, qui se donneraient un Consistoire mondi
139ujet de la langue qui sera employée dans la Diète internationale, mais ce sera certainement le latin ou le français. Le premier serait
140e au milieu des fous. 101 Bluntschli, juriste international suisse du xixe siècle : Sa faconde bavarde et délayée a drapé l’idé
77 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.6. En marge des grands plans, l’utopie prolifère
141uverain » appliquerait aux États un Code de droit international, et désignerait en cas de besoin les forces armées chargées d’exécute
78 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
142, et le précurseur de la coopération scientifique internationale 139 . Nous citerons les pages de l’Esquisse où il prévoit avec lucidi
79 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
143tilitarisme : il a lancé l’idée d’une législation internationale dans ses Principles of International Law, terminés en 1789, mais publ
144législation internationale dans ses Principles of International Law, terminés en 1789, mais publiés seulement après sa mort en 1843.
145essais traitant des Objets et des Sujets du droit international, de la Guerre et de la Paix. C’est dans le quatrième essai, « A Plan
146que Française. L’essai revêt la forme d’un traité international divisé en 6 articles préliminaires, [p. 173] 3 « articles définitifs 
147élaboration d’une constitution pacifique de droit international. Le pas le plus important de tous était sans contredit la découverte
148t des guerres, une nouvelle Constitution de droit international peut naître et se développer plus rapidement qu’on est en droit de l’
80 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
149tient à rien d’autre qu’au fait que la communauté internationale n’a pas encore de lois morales et de principes fermes, comme il en ex
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
150de ses despotes ! Et il propose une organisation internationale dirigée par la France républicaine. Mais comme tant d’autres, il reto
151 l’idée d’une Fédération et d’une Cour de justice internationales, dans lesquelles il voit le couronnement nécessaire de l’ère historiq
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
152on, c’est dans le [p. 236] sens mazzinien d’une « Internationale des nationalistes » : c’est donc pour préserver les libertés locales,
153ion française et la constitution de la fraternité internationale sur le globe… La République exercera, par la lueur de ses idées, par
154lberg l’un des plus célèbres professeurs de droit international de son temps. L’expérience vécue du fédéralisme suisse le met en mesu
155st qu’il était mal posé. L’exemple d’une nation « internationale » par essence permet au contraire d’imaginer ce que serait un État fé
156sse, elle possède au plus haut degré un caractère international… Les parties dont elle est composée sont liées indissolublement aux a
157politique des Suisses doit conserver un caractère international dans le domaine des rapports culturels. Plus la véritable nationalité
158vec la communauté culturelle et plus ce caractère international de la nationalité suisse aura sa juste valeur. Il est devenu pour la
159alise un jour, la nationalité suisse de caractère international devra s’incorporer à la communauté de la Grande Europe. De cette faço
160taire, c’est-à-dire de structure fédéraliste. « L’Internationale des nationalismes » préconisée par les prophètes de Quarante-huit, év
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
161le en compta trente et une (plus deux territoires internationaux) redessinées ou inventées selon les principes les plus contradictoire
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
162onférence de Lausanne, les premières « Rencontres internationales de Genève » (septembre 1946), avaient posé d’une manière mémorable, d
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
163es du libéralisme, du socialisme et de la finance internationale ; il n’est pas jusqu’aux civilisations orientales qui n’aient pris co
164e de porter ainsi préjudice à la cause de la paix internationale ou d’accroître l’hostilité entre l’Europe et les sociétés non europée
165ropéenne la place qui lui revient dans la société internationale de l’avenir, il faut nous défaire des fausses représentations du pass
166des écrivains : elle a miné et vicié toute la vie internationale de l’Europe moderne, elle a trouvé sa revanche dans la guerre europée
167ujettes au changement. … même le nationalisme fut international, et les conflits de l’impérialisme moderne démontrent une convergence
168olitique du livre, on peut concevoir des journaux internationaux. Tout cela a été tenté avant la guerre de 1939. Aujourd’hui ces réali
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
169ontinent en un groupement politique et économique international. Si la Paneurope est créée, en tant que puissance mondiale à droit ég
170enne, 25 États vivent côte à côte dans l’anarchie internationale, sans qu’un pareil état de choses conduise à la plus terrible catastr
171upart des problèmes qui ont troublé les relations internationales au cours de ces dernières années. … L’Union fédérale devra posséder e
172ations-Unies et des autres organisations ou union internationales auxquelles ils sont parties. (d) Les questions relatives à la Défense
173ression progressive des restrictions aux échanges internationaux… En fait, le Traité instituant le Marché commun est moins « supranat
87 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Guide européen de l’enseignement civique [introduction] (1960-1961)
174eunes à la vie démocratique et à la compréhension internationale ». L’accent est mis sur la démocratie à instaurer, et sur le sens soc
175 considérer le Monde par rapport à la « situation internationale de la Suisse », tandis qu’au contraire, en Italie et en Allemagne, la
88 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
176s peuples et la nécessité de meilleures relations internationales. Il y consacrera sa vie. Ce jeune Polonais sans nation, mais non pas
177le n’a plus d’existence politique, ni sur le plan international ni sur le plan domestique. La partie russe est opprimée et sans voix 
178t un facteur stratégique et politique sur le plan international. En novembre 1914, Asquith charge Retinger d’une mission aux États-Un
179recevoir une telle leçon au début de mon activité internationale. » Sitôt de retour en Europe, Retinger reprend — et non sans succès s
180ocation la plus constante : établir des relations internationales entre les organisations non-officielles des différents pays et contin
181que latine, en 1924, et qu’il obtient des secours internationaux pour les victimes syndicalistes de la dictature de Pilsudski. Durant
182rant la seconde guerre, J.H.R. siégera au congrès international des syndicats, à la fois comme délégué du Mexique et comme délégué de
183 du parti ; diverses démarches dans le cadre de l’Internationale socialiste ; enfin les premières manifestations de ce qui deviendra s
184esure de ses divers engagements dans la politique internationale, de 1916 à 1924. En 1924, il tente pour la première fois, avec le par
185us tard, en 1923, lorsque la Fédération syndicale internationale l’a dépêché auprès du général, alors président du Conseil, pour essay
186chenk, Miss Josephy, Adler. Les Nouvelles équipes internationales de Robert Bichet, et le Mouvement socialiste pour les États-Unis d’Eu
187 que j’avais donnée un an plus tôt aux Rencontres internationales, mais par mes écrits plus anciens sur « l’engagement de l’intellectue
188. 47] Hollande et Italie. Il transforme le Comité international des mouvements pour l’Europe unie en Mouvement européen et il en devi
189 ajouta : « Vous ne voulez pas faire de politique internationale, mais vous en avez fait avec la Croix-Rouge, et c’est une raison de f
89 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
190’une cour de justice, d’une procédure d’arbitrage international, d’une force armée commune et d’un budget commun. Tout cela, beaucoup
90 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
191constitue en outre un moyen d’accès aisé à la vie internationale… L’intérêt paraît ici, comme ailleurs, plus efficace que la contraint
192xième leçon), [p. 77] mais parce que son commerce international représente en valeur plus du double de celui des États-Unis, et près
91 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
193es et publications, dir. Dr Dankwortt). Institut international des civilisations différentes, Bruxelles. (Huit congrès de 1949 à 196
194volumes. A édité en 1955 un très utile Répertoire international des centres d’études des civilisations et de leurs publications, qui
195lications, qui devrait être mis à jour.) Société internationale pour les études comparées des civilisations, Salzbourg. (Premier cong
196Salzbourg. (Premier congrès en 1961.) En Inde : l’International Centre, New Dehli, 1958, a entrepris l’étude des cultures différentes
197différentes, en s’inspirant des travaux du Centre international de Tokyo. 1 b) Institutions permanentes spécialisées Dans la plupar
92 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux mille volumes sur l’Europe (février 1963)
198 avril) avec l’appui déterminant de la Communauté internationale des libraires, dont le siège est à Delft. Plusieurs centaines de libr
93 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Enquête sur l’enseignement civique dans les pays européens [Avant-propos] (mai 1963)
199e éducation européenne. 2. Réunion d’un séminaire international pour examiner les méthodes de la campagne. 3. Élaboration d’un guide
200e. 3. Élaboration d’un guide du maître. 4. Stages internationaux de formation européenne des enseignants. 5. Stages régionaux et natio
201ître en 1964) et le programme de plusieurs stages internationaux. Le premier de ces stages se tint à Bruxelles en début janvier 1963 s
94 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour une métropole régionale Aix-Marseille-Étang de Berre [Avant-propos] (juillet 1963)
202ional, mais posséder en même temps un rayonnement international. Le Festival d’Aix, qui satisfait à ces deux critères avec tout l’écl
95 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
203e De l’Allemagne, qui rétablissent la circulation internationale des idées, malgré les Jacobins et le Premier Empire. Benjamin Constan
204isse possède au plus haut degré un caractère très international », et c’est ce type d’union pluraliste qui peut seul assurer la paix
205 que la même année 1946, les premières rencontres internationales de Genève prennent pour thème « l’esprit européen ». Mais tout cela,
206itique. Elle ne pourrait qu’y perdre son prestige international, et cette réserve originale qui fait qu’on la distingue encore parmi
207 prix — serait « illusoire 140  ». « La situation internationale actuelle, économique, politique et militaire a, en fait, complètement
208 d’en prendre d’autres plus risquées, sur le plan international. En devenant d’une certaine manière le bien commun de toute l’Europe,
209ênantes. À Genève, depuis le temps de la SDN, vie internationale et vie locale se croisent et se traversent sans fusion ni mélange, le
96 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
210olitique du Conseil fédéral. Les premiers traités internationaux qui la définissent et la sanctionnent sont les traités de Vienne et d
97 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
211n et les autonomies et à prôner une « nationalité internationale » analogue à la nationalité intercantonale de la Confédération suisse
98 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
212 (art. 89) ; et il en va de même pour les traités internationaux conclus pour une durée de plus de quinze ans. Tel est le droit de réf
99 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
213 de Vorort, agit surtout au plan national et même international. Mais là encore, le nombre élevé des membres, la variété de leurs déf
100 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
214 dilemme « indépendance ou dépendance » au niveau international s’évanouit donc à l’examen du sens concret de ses deux termes. Qu’en
215dans ce domaine un maximum d’accords européens et internationaux. Sur quoi certains milieux privés et les journalistes toujours prompt
216ur d’une intervention de l’État, voire d’ententes internationales : les dimensions de la tâche l’indiquent. Elles débordent évidemment