1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1népuisable curiosité. Mais, de même que la France interrogeant l’Europe du xviiiᵉ prenait surtout conscience de son propre génie, l’
2 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
2. » Ce n’est plus l’homme que ces poètes viennent interroger sur les hauteurs, mais une sombre et surhumaine fatalité (Byron), ou
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
3 pour la première fois la voix d’un de nos aînés, interrogeant notre destin, lui poser en face des questions d’une accablante simpli
4 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
4ard qui dépasse les contingences humaines, et qui interroge virilement. Personne n’est plus loin de « l’inquiétude » ou de l’emba
5 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
5es. Nous appelons fumistes ces messieurs qui nous interrogent avec politesse sur nos intentions et nos buts, à seule fin de « cause
6 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une main, par C. F. Ramuz (juin 1933)
6dait pas de Ramuz un examen de conscience. S’il s’interroge, dans Une Main, c’est plutôt un examen de son corps. Examen forcé d’a
7 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
7ie du « tout naturel » incapable, par suite, de s’interroger sur les sources de son être. Les philosophes lui sont de peu de recou
8 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). L’Humanité de Jésus d’après Calvin, par Max Dominicé (24 mars 1934)
8a vie. Dans cette difficulté, le jeune théologien interroge Calvin. Que trouve-t-il ? Des arguments, une solution ? Non point : u
9 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
9 que Littré donne pour le seul mot : esprit, si j’interroge au hasard ceux qui veulent défendre « l’esprit » contre les menaces d
10 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
10un ordre inhumain, il ne sait plus penser sa vie. Interrogez ce vigneron, ce mécano, ce métayer ou ce rentier, sur son état : il v
11 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
11r que C. F. Ramuz. Vous croyez tout d’abord qu’il interroge simplement par curiosité, ou par une sorte de prudence, pour voir ven
12 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
12nt d’y porter remède, ne conviendrait-il pas de s’interroger sur les raisons profondes du mal ? Je ne les crois pas seulement maté
13 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
13e moyens sournois, méthodiquement. Mais si je les interroge sur leurs projets de résistance, ils se dérobent. Je parviens à leur
14e et d’économie. Nous chantions ensemble. On nous interrogeait. La plupart des soirées libres, nous les passions en commun à l’auber
15 10 mai 1936 Au café avec mes étudiants. Je les interroge sur leurs expériences de camp de travail. Ils en parlent avec nonchal
14 1938, La Vie protestante, articles (1938–1978). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
16 le matin vient et la nuit aussi ! Si vous voulez interroger, interrogez ! Convertissez-vous et revenez ! » Évasion ? Non pas. Réa
17ent et la nuit aussi ! Si vous voulez interroger, interrogez ! Convertissez-vous et revenez ! » Évasion ? Non pas. Réalisme. La fo
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
18ugement, amour du risque et instinct de prudence. Interrogez celui qui use d’un tel langage, demandez-lui raison de sa prédilectio
19 leurs oreilles, languissante et triste. Elle m’a interrogé un jour, et voici qu’elle me parle encore. Pour quel destin suis-je n
20e » orchestrée par le drame de Wagner : Elle m’a interrogé un jour, et voici qu’elle me parle encore. Pour quel destin suis-je n
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
21qui ai souligné.) Si le marquis de Sade avait été interrogé sur les mobiles secrets de sa morale, il se fût sans nul doute réfugi
17 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
22ros de Moritz) la fait dès l’enfance, lorsqu’il s’interroge sur ce qu’est devenue sa petite sœur : le vœu de retrouver la morte,
18 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
23de Paris, membre d’un comité de bienfaisance, fut interrogé un [p. 65] jour, devant moi, par un de ses collègues. Était-il vrai,
19 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
24e C.-F. Ramuz 17 . Vous croyez tout d’abord qu’il interroge simplement par curiosité, ou par une sorte de prudence, pour voir ven
20 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
25de Paris, membre d’un comité de bienfaisance, fut interrogé un jour, devant moi, par un de ses collègues. Était-il vrai, lui dema
21 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
26 Le matin vient et la nuit aussi ! Si vous voulez interroger, interrogez ; convertissez-vous et revenez ! » La forme du monde est
27ent et la nuit aussi ! Si vous voulez interroger, interrogez ; convertissez-vous et revenez ! » La forme du monde est durée, et c’
28ar grâce il peut rompre ce lien. « Si vous voulez interroger, interrogez ! », mais la réponse est : « Convertissez-vous ! » À la l
29peut rompre ce lien. « Si vous voulez interroger, interrogez ! », mais la réponse est : « Convertissez-vous ! » À la lumière jaill
22 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
30 pour la première fois la voix d’un de nos aînés, interrogeant notre destin, lui poser en face des question d’une accablante simplic
23 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
31ros de Moritz) la fait dès l’enfance, lorsqu’il s’interroge sur ce qu’est devenue sa petite sœur : le vœu de retrouver la morte,
24 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le mensonge allemand (16 août 1945)
32t personnes, au hasard de la rue, et se met à les interroger. « Êtes-vous nazis ? » Tous jurent que non. L’officier s’étonne, puis
25 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
33vice des recherches atomiques à Los Alamos, a été interrogé hier par un comité du Sénat. À la question : “Est-il vraisemblable qu
26 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
34dans la ville par des journalistes, et finalement interrogé sur ses impressions d’architecte, répondit, m’assure-t-on : « Les mai
27 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
35ur de bon. ⁂ Intermède douanier Après avoir été interrogé pendant une heure par deux fonctionnaires avides de mes « impressions
28 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
36t personnes, au hasard de la rue, et se met à les interroger. Êtes-vous nazis ? Tous jurent que non. L’officier s’étonne, puis se
29 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
37e de la nuit ? Deux jeunes Américains du convoi m’interrogent. Cet hôtel ne leur plaît qu’à moitié. Je les décourage d’aller cherch
30 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
38vice des recherches atomiques à Los Alamos, a été interrogé hier par un comité du Sénat. À la question : “Est-il vraisemblable qu
31 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
39e de la nuit ? Deux jeunes Américains du convoi m’interrogent. Cet hôtel ne leur plaît qu’à moitié. Je les décourage d’aller cherch
32 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
40uation politique. Nous nous mettons à table, je l’interroge avec nervosité sur les événements de l’avant-veille. Elle répond à pe
33 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
41ville par des [p. 12] journalistes, et finalement interrogé sur ses impressions d’architecte, répondit, m’assure-t-on : « Les mai
34 1948, Suite neuchâteloise. V
42rt le globe et vit chez l’étranger. Pourtant il s’interroge : comment l’eussent-ils reçu, gens de leur terre, lui le nomade ? Qu’
35 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
43 opinion, et qui l’exprime ? [p. 26] Les peuples, interrogés sur la question, seraient bien en peine d’en comprendre le sens. Ils
36 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
44uropéens se déclarent pour l’union, lorsqu’on les interroge. Il n’en fallut pas plus pour fédérer la Suisse. Mais l’opinion veut
37 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
45. Quelle opinion, et qui l’exprime ? Les peuples, interrogés sur la question, seraient bien en peine d’en comprendre le sens. Ils
38 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Cinquième lettre aux députés européens : « Méritez votre nom ! » (19-20 août 1950)
46uropéens se déclarent pour l’union, lorsqu’on les interroge. Il n’en fallut pas plus pour fédérer la Suisse. Mais l’opinion veut
39 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, on vous attend encore au pied du mur ! (4 octobre 1950)
47uropéens se déclarent pour l’union, lorsqu’on les interroge. Il n’en fallut pas plus pour fédérer la Suisse. Mais l’opinion veut
40 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
48urtout pas de complexes sexuels. Spender insiste, interroge anxieusement, se plaint de notre sens du péché. Les Indiens continuen
41 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
49e, nul refus de répondre, et nulle interdiction d’interroger, n’auront jamais raison de cette Question : elle nous juge et pose no
42 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
50e, nul refus de répondre, et nulle interdiction d’interroger, n’auront jamais raison de cette Question : elle nous juge et pose no
43 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
51s au contraire de réussir, et puis après ? — nous interrogeons anxieusement la sagesse différente de l’Orient. Aurait-elle réussi da
44 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
52e déclarer nos valeurs ? Ils nous obligent à nous interroger sur ce qui va de soi dans nos façons de penser et nos conduites habit
45 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
53xécuté À Strasbourg, il y a quatre ou cinq ans, j’interrogeais un député français dans les couloirs de l’assemblée, pendant que cell
46 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
54us passionne ? Les préférences qu’avoue le public interrogé devraient le porter, si l’on en croit l’enquête, vers une version amé
47 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
55us passionne ? Les préférences qu’avoue le public interrogé devraient le porter, si l’on en croit l’enquête, vers une version amé
48 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
56e, il arrive que le Don Juan de la connaissance s’interroge, et cela n’est pas dans le droit fil du personnage. Ou bien veut-il a
49 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — i. L’amour selon les évangiles
57le doigt sur la terre. Comme ils continuaient à l’interroger, il se releva et leur dit : Que celui de vous qui est sans péché jett
50 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.4. Cadmus ou la quête d’Europe
58 à Rhodes, puis en Thrace et de là, à Delphes. Il interroge l’oracle pour savoir où il trouvera Europe. La Pythie lui conseille d
51 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
59Quant à la grave question des préséances, Crucé s’interroge longuement. « Estant Catholique et François » il a bien ses idées là-
52 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.4. Pendant ce temps, l’Amérique du Nord…
60que du Nord… Tandis que l’Europe intellectuelle s’interrogeait ainsi sur son destin, l’Amérique décidait du sien. Elle devenait l’av
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
61r la libre « association » des nationalités. Il s’interroge sur les causes de cette défaite et les trouve dans la désunion des fé
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
62développe, à la source de la science, le besoin d’interroger Dieu contre Dieu. Cette impulsion, partie du livre de Job, traverse t
63’hui sa force. 281 Cependant, l’héritage grec, interrogé par l’homme du xxe siècle, tient en réserve bien d’autres réponses q
55 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
64nc la presse, qui fait l’opinion — n’a cessé de s’interroger sur ses vrais buts, sur ceux qu’elle peut et doit donner à ses rêves
56 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
65aire. 306 Sur la mission mondiale de l’Europe, interrogeons maintenant deux grands aînés qui eurent le droit de parler du Monde :
66Monde : peu d’hommes l’auront aussi passionnément interrogé leur vie durant, dans toutes les dimensions de sa réalité, physiques,
57 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
67e, il arrive que le Don Juan de la connaissance s’interroge, et cela n’est pas dans le droit fil du personnage. Ou bien veut-il a
58 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
68ilibre des contraires. Une journaliste américaine interrogeait récemment des pères de famille français sur l’éducation de leurs enfa
59 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
69 et lui dit hardiment qu’il veut aller en France. Interrogé sur son identité, ses qualités, Joseph se contente de montrer du doig
70tre jeune « amateur de sûreté nationale » vient l’interroger, et en dépit du sauf-conduit et du visa, le remet à la police, qui l’
71leau des vraies forces qui ont fait notre temps.) Interrogé sur les derniers jours de notre ami, Jan Pomian, qui fut longtemps so
60 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
72en et du théologien. Pour répondre à l’hindou qui interroge l’Occident sur son obsession de l’Histoire, du Temps, de l’Évolution
73ents de la planète, à l’heure où le Tiers Monde l’interroge avec une anxiété mêlée d’arrogance, à l’heure où elle s’interroge ell
74ne anxiété mêlée d’arrogance, à l’heure où elle s’interroge elle-même plus qu’elle n’a jamais fait dans son histoire. Cette liste
61 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
75en et du théologien. Pour répondre à l’hindou qui interroge l’Occident sur son obsession de l’Histoire, du Temps, de l’Évolution
76ents de la planète, à l’heure où le Tiers Monde l’interroge avec une anxiété mêlée d’arrogance, à l’heure où elle s’interroge ell
77ne anxiété mêlée d’arrogance, à l’heure où elle s’interroge elle-même plus qu’elle n’a jamais fait dans son histoire. [p. 17] Ce
62 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
78sont inséparables : essayer de penser l’un, c’est interroger l’autre. Les Suisses ont-ils suffisamment compris à quel point leur r
63 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
79s en faux bois jaune clair. On s’attendait à être interrogé dans les trois langues nationales. À mi-chemin entre l’instituteur et
80de d’association de la Suisse au Marché Commun, s’interroger sur l’avenir suisse est devenu notre sport national, et je ne vois pa
81Pendant l’entre-deux-guerres, en 1936, Karl Barth interrogé par des étudiants hongrois sur l’attitude du croyant dans la vie poli
64 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
82de forces infiniment complexes. Enfin, je me suis interrogé sur la fonction de nos élites créatrices et sur la morale civique dan
65 1967, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). J. Robert Oppenheimer (25 février 1967)
83t en vous enveloppant d’un regard bleu qui allait interroger au-delà de vous-même. Il avait une aura, il le savait, un prestige un
66 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
84au-delà de toute réponse et de toute permission d’interroger. Ce droit de demander que ma vie ait un sens, même si je ne trouve ou
67 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il faut réinventer l’Université (29 juin 1968)
85se (comme en France, naguère encore), celui qui s’interroge sur le destin de l’Université commence par brider sévèrement son imag
68 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
86e le même André Malraux quelques jours plus tard, interrogé par des jeunes gens à la radio, répond : « Faire l’Europe est la seul
69 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
87e — qui se dit satisfait de sa condition : [p. 8] interrogés par un institut de sondages d’opinion, 93 % des Suisses se disent « t
88ns quelles orientations il ne cesse d’évoluer. 1. Interrogé sur les raisons d’être d’une fédération au centre alpestre de l’Europ
70 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
89 encore un Centre ? Après vingt ans, si nous nous interrogeons sur la méthode du CEC, nous constatons qu’elle n’a cessé d’illustrer,
71 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.3. Conclusions sur l’avenir et la liberté de la culture
90siècle de Louis XIV ou du siècle d’Élisabeth ne s’interrogeait pas sur l’avenir des lettres ou de la culture en général ; il ne les
72 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
91en et du théologien. Pour répondre à l’Hindou qui interroge l’Occident sur son obsession de l’Histoire, du Temps, de l’Évolution
92les continents de la planète, où le tiers monde l’interroge avec une anxiété mêlée d’arrogance, tandis qu’elle s’interroge elle-m
93c une anxiété mêlée d’arrogance, tandis qu’elle s’interroge elle-même plus qu’elle n’a jamais fait dans son histoire. Quant aux r
73 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
94s techniques chimiques et biologiques) 26 à nous interroger sur le meilleur usage des pouvoirs inouïs qui sont devenus les nôtres
74 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
95précis varient de l’une à l’autre. À chacune de s’interroger ! Ne pouvant répondre à leur place, je ne dirai ici, à titre d’exempl
75 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
96 le même André Malraux, quelques jours plus tard, interrogé par des jeunes gens à la radio, répondait : « Faire l’Europe est la s
76 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Denis de Rougemont : l’amour et l’Europe en expert (24 décembre 1970)
97que de me demander ce que c’est que la mort, je m’interroge sur ce qu’est la vie. Là, je peux dire quelque chose : c’est un certa
77 1971, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Au défi de l’Europe, la Suisse (31 juillet-1er août 1971)
98re chose. Mais quoi ? Combien de nos compatriotes interrogés au hasard dans la rue seraient capables de le dire ? Alors on court i
78 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
99sondages montrent en effet que 65 % des personnes interrogées dans les pays de la CEE se déclarent favorables à l’union de l’Europe
79 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
100de révélations exaltantes à tous ceux qui se sont interrogés sur l’atmosphère poétique, morale et religieuse de notre pays à trave
101’une sorte d’angoisse, et je me suis sérieusement interrogé : n’avaient-ils pas raison, peut-être ? Sur bien des points de détail
80 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
102ire le premier dialogue entre l’homme et la Terre interrogée — labourée, fécondée, cultivée —, l’initiative fut assumée au nom de
81 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
103ion biologique de notre survie ». James Fawcett s’interroge : la société occidentale est-elle encore gouvernable ? A-t-elle encor
82 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Quand même il serait seul… (Sur un texte de George Orwell) (automne 1975)
104nal brésilien O Estado de São Paolo a eu l’idée d’interroger de par le monde, neuf écrivains, savants et philosophes. Voici cette
83 1977, L’Avenir est notre affaire. Introduction. Crise de l’Avenir
105ire le premier dialogue entre l’homme et la Terre interrogée — labourée, fécondée, cultivée — l’initiative fut assumée au nom de l
84 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
106a psyché, que ses tenants ne parviennent plus à s’interroger sincèrement à son sujet. D’où le blocage de l’information : celle que
85 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
107ils sont tous ensemble. 133   Aujourd’hui je m’interroge sur cette conclusion. Étais-je vraiment seul ? Et eux vraiment ensemb
86 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
108ndages montrent, en effet, que 65 % des personnes interrogées dans les pays de la CEE se déclarent favorables à l’union de l’Europe
87 1977, L’Avenir est notre affaire. Conclusion. « Sentinelle, que dis-tu de la nuit ? »
109ourquoi la Sentinelle de Juda, le grand prophète, interrogé sur l’avenir par la voix de l’angoisse humaine dit seulement : Conver
110 Le matin vient, et la nuit aussi. Si vous voulez interroger, interrogez ! Convertissez-vous et revenez !
111ent, et la nuit aussi. Si vous voulez interroger, interrogez ! Convertissez-vous et revenez !
88 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
112ourquoi la Sentinelle de Juda, le grand prophète, interrogé sur l’avenir par la voix de l’angoisse humaine dit seulement : Conver
113 Le matin vient, et la nuit aussi. Si vous voulez interroger, interrogez ! Convertissez-vous et revenez ! p. 145 y. « Pédago
114ent, et la nuit aussi. Si vous voulez interroger, interrogez ! Convertissez-vous et revenez ! p. 145 y. « Pédagogie des cata
89 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Université par l’Europe et vice-versa (hiver 1979)
115les continents de la planète, où le Tiers Monde l’interroge avec une anxiété [p. 39] mêlée d’arrogance, tandis qu’elle s’interrog
116xiété [p. 39] mêlée d’arrogance, tandis qu’elle s’interroge elle-même plus qu’elle n’a jamais fait dans son histoire. Quant aux r
90 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
117iotes, lorsqu’au début de février de cette année, interrogé sur l’élection du Parlement européen, « il avait eu un sourire avant
118 l’argument européen retrouve un intérêt relatif. Interrogée par le journal La Croix sur ses alliés dans la liste des droites, Sim
91 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Conclusions (été-automne 1984)
119n’est pas par hasard. Nous nous sommes longuement interrogés sur la manière de désigner cette chose, ce « machin » aurait dit un g