1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
1. 1152] sujet de vaste envergure, et brûlant, une intrigue puissante, des personnages d’une belle richesse psychologique. En fer
2 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
2iques. Une œuvre d’une seule coulée, presque sans intrigue, sans cette orchestration de thèmes qui faisait la richesse du Songe,
3 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
3 travers de situations complètement démodées et d’intrigues usées jusqu’à la corde, jusqu’à la corde pour les pendre, ha ha ha !
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
4s le décor des « hauts-lieux » autre chose qu’une intrigue de palaces ? p. 548 i. « Littérature alpestre », Foi et Vie, Par
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
5our »… [p. 53] Mais de quoi s’agit-il dans cette intrigue monotone et serrée, et dont se perd à chaque instant le fil conducteu
6 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
6 exemple, n’hésitent pas à prendre au sérieux une intrigue romanesque à la Bourget. On s’est trop arrêté à l’insolite du style c
7 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
7er en rond. Voici l’histoire en bref, — non pas l’intrigue ! tout cela est propre. Le jeune Kolka, prolétaire de bonne souche, p
8 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
8este à savoir pourquoi tel figurant jeté dans une intrigue insaisissable devient tout à coup un acteur, et se met à se comporter
9 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
9formule fasciste, dirions-nous aujourd’hui –, les intrigues « légales » pour faire raser les temples — il suffisait de faire entr
10 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
10ces, autour d’un centre solidement établi sur les intrigues et les routines des comités. Il y a un Front populaire et un Front na
11 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
11e ses actes. D’où naît une certaine littérature d’intrigues [p. 161] pour laquelle il est clair que Ramuz n’est pas doué. La form
12par exemple n’hésitent pas à prendre au sérieux l’intrigue d’un roman bourgeois. On [p. 163] s’est trop arrêté à l’insolite du s
12 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
13ent du peuple par des députés livrés à toutes les intrigues des puissances occultes. En réalité, la « démocratie » hitlérienne et
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
14voudraient aimer ? de cette vie attentive et sans intrigue, de cette « lenteur [p. 132] des choses » dont la moitié des hommes t
14 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
15 pour les dérèglements insensés et les sanglantes intrigues du Palatin. L’immense majorité des citoyens, n’ayant plus de vie prop
15 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
16ement du pays par des députés livrés à toutes les intrigues des puissances occultes. [p. 83] En réalité, la « démocratie » hitlé
16 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
17e. Presque toutes les complications qui servent d’intrigues à nos auteurs se ramènent au schéma monotone des ruses de la passion
18 dialectique mortelle pourra de nouveau mimer des intrigues épiques ou politiques. Et l’aventure reprendra son départ dans une te
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
19éciser et cerner les principales difficultés de l’intrigue : mais en fin de compte, la solution se trouve simplement reculée.
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
20etons, en ce sens que la part épique — combats et intrigues — y est réduite au minimum, tandis que le développement tragique de l
21il est non moins clair que le cadre du roman, son intrigue et ses thèmes directeurs se prêtaient au projet du poète d’une manièr
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
22e. Presque toutes les complications qui servent d’intrigues à nos auteurs se ramènent au schéma monotone des ruses de la passion
20 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
23 Vous serez un rebut social. Vous rappelez-vous l’intrigue centrale du Wilhelm Meister ? Goethe conduit son héros d’épreuves en
21 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
24ualité donne prise au Diable. Et certes il ne s’y intrigue pas davantage que dans nos créations les plus abstraites. Il est même
22 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
25 et conduite sociale. D’où naît une littérature d’intrigues pour laquelle il est clair que Ramuz n’est par doué. Mais la forme mê
26le n’hésitent pas à [p. 172] prendre au sérieux l’intrigue d’un roman bourgeois. On s’est trop arrêté à l’insolite du style chez
23 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
27: « Au lieu de développer comme tout le monde une intrigue qui démarre dans le quelconque de la vie pour mener lentement vers la
24 1946, Présence, articles (1932–1946). Le Nœud gordien renoué (avril 1946)
28couronne royale. Signe aussi de fécondité. Qu’une intrigue se noue, elle gouverne aussitôt les personnages qui la vivent. Un mar
25 1946, Réforme, articles (1946–1980). À hauteur d’homme (1er juin 1946)
29erdus dans le détail de polémiques éphémères et d’intrigues puérilement compliquées, ridiculement inefficaces dans l’ensemble, qu
26 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
30is pas le livret d’Hofmannsthal, et compris mal l’intrigue de la Femme sans ombre. Je voyais une actrice parcourir la scène en h
27 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
31couronne royale. Signe aussi de fécondité. Qu’une intrigue se noue, elle gouverne aussitôt les personnages qui la vivent. Un mar
28 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
32ie. Hollywood en a fait un héros qui traverse les intrigues du fascisme comme Roland transperçait les Sarrazins. Bon garçon, le c
29 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
33ed, ne vous laissez jamais prendre au piège d’une intrigue complexe et qui menace de tirer à conséquence : telle est la grande m
30 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
34 États restaient [p. 44] souverains —, livrée aux intrigues des agents français qui excitaient le peuple contre les oligarchies,
31 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
35eurs siècles de luttes sourdes ou déclarées, et d’intrigues diplomatiques avec les puissances voisines, qui soutenaient les catho
32 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
36d fut typiquement celui d’une vocation. Toute son intrigue consiste dans le dévoilement progressif du sens et de la fin de cette
33 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
37ectronique, l’énergie nucléaire et solaire, les « intrigues des trusts », les « menées souterraines de Moscou », l’« impérialisme
34 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
38e ville où il prend ses vacances. Coup de foudre. Intrigue démente pour posséder l’enfant, dont il épouse d’abord la mère. Cette
39intériorise, l’action devient introspection, et l’intrigue aventure spirituelle… Ce processus est-il irréversible ? Fait-il prév
35 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — h. Pour une mythanalyse de la culture
40 des mythes, dans les troubles complexités et les intrigues apparemment insanes de l’érotique contemporaine. Entre les sciences d
36 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
41e ville où il prend ses vacances. Coup de foudre. Intrigue démente pour posséder l’enfant, dont il épouse d’abord la mère. Cette
42intériorise, l’action devient introspection, et l’intrigue aventure spirituelle… Ce processus est-il irréversible ? Fait-il prév
37 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
43d fut typiquement celui d’une vocation. Toute son intrigue consiste dans le dévoilement progressif du sens et de la fin de cette
38 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
44 sournoisement, et calcule avec ruse ses [p. 114] intrigues… La réflexion lui fait défaut… Il n’a besoin d’aucun préparatif, d’au
45t et de la volupté et il jouit des chasses et des intrigues de la connaissance — qu’il poursuit jusqu’aux étoiles les plus hautes
39 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.8. « Europa vel regnum Caroli »
46occidentaux se dessine vaguement dans l’ombre des intrigues pré-nationales, et sera le champ de l’ambition « romaine » des Empere
40 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
47os usurpations, l’extravagant prosélytisme ou les intrigues de nos prêtres, détruire ces sentiments de respect et de bienveillanc
41 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
48urs, — le Cabinet de l’Humanité le théâtre de son intrigue. Le plan qui suit se fonde sur deux propositions fondamentales : 1. L
42 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
49s projets sournoisement, et calcule avec ruse ses intrigues… La réflexion lui fait défaut… Il n’a besoin d’aucun préparatif, d’au
50t et de la volupté et il jouit des chasses et des intrigues de la connaissance — qu’il poursuit jusqu’aux étoiles les plus hautes
43 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
51age en mer. Non sans d’incroyables difficultés et intrigues ingénieuses, Retinger réussit enfin à obtenir à crédit un passage pou
52s — qu’il a connu sur le cargo — [p. 32] dans les intrigues politiques et sociales d’une extrême violence qui devaient aboutir ul
53révolutions locales, grèves, meurtres et sauvages intrigues politiques. On comprend donc pourquoi, lorsque Retinger fut pour la p
44 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
54ire dans ce pays : cafés, revues, coteries, prix, intrigues, éditeurs. Il y eut enfin l’essor de Genève au temps de la SDN, et la
55ts du cœur en tous ses âges, beaucoup plus qu’à l’intrigue sociale ; et jamais à l’agitation des grandes journées de la vie inte
45 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jean Paulhan (19-20 octobre 1968)
56açon de couper court aux confidences, plaintes et intrigues qui assiègent en permanence un directeur.) Chaque jour, d’un large be
46 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
57es, mairie, marchés, cafés, lieu de rencontres, d’intrigues, de flirts, de criée des journaux et de manifestations. La possibilit
47 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
58es, mairie, marchés, cafés, lieu de rencontres, d’intrigues, de flirts, de criée des journaux et de manifestations. La possibilit
48 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
59on les vrais partisans d’une cause qui survit à l’intrigue déjouée. Derrière l’agitation régionaliste naissante, il y a bien aut
49 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
60es, mairie, marchés, cafés, lieu de rencontres, d’intrigues, de flirts, de criée des journaux et de manifestations. La possibilit
50 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Témoignage sur Bernard Barbey (7-8 février 1970)
61rop polis. Une fois fermé le livre, on oublie son intrigue et la justesse de l’analyse pour ne plus évoquer que des visions où s
51 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Le testament de Tristan (14-15 novembre 1970)
62er d’elle et de la Cour, de nouveau, écœuré par l’intrigue des « barons félons » (son premier départ volontaire, en 1946). Certe
631961, annonçant un second retrait devant d’autres intrigues prévisibles. Et l’on sait quel en fut le prétexte allégué : l’instaur
52 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
64ries politiciennes de gauche et de droite, et les intrigues dérisoires (mais si sérieuses !) de nos ministres qui s’épuisent en «
53 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
65té, les points d’application, les structures ou « intrigues » de toute action civique, responsable. Le civisme commence au respec
54 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
66ne se produit qu’une fois, mais elle minimise les intrigues (qu’elles soient annuelles, séculaires ou millénaires) qui se déroule
55 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
67rnier venu dans l’histoire de nos rêves. Voyons l’intrigue. Ford observe d’abord que le public ne s’intéresse aux voitures autom