1 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
1de la vie profonde, qui voient encore des vérités invisibles, qui gardent, par quelle grâce ? un peu de cette connaissance active
2 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Prison. Ailleurs. Étoile de jour (mars 1929)
2t évanouie au cœur éclatant du jour scintillera l’invisible gage d’un amour perdu. p. 168 s. « Prison. Ailleurs. Étoile d
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
3outes sortes de faces et de paysages soudainement invisibles, je distingue le doux feu bleu de mon obsession. L’Objet Inconnu, — q
4u’on le possède… Tout près d’ici, peut-être, mais invisible. Lève-toi, pars, et sans vider ton verre, — il n’y a pure ivresse que
5i surent désirer de la voir, apparaît la « Loge » invisible. J’attends, j’appelle quelqu’un qui vienne me prendre par la main. Ai
4 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
6fait aussi négligeable que possible, pratiquement invisible, dans cette minuscule voiture. Déjà nous traversons la nuit rose et v
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
7e de tout l’effort qu’elle portait sur les choses invisibles. La vie, désormais sans au-delà, sans relation avec l’infini, se trou
6 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
8s voix qui passent. Allées et venues dans la fête invisible qui m’environne, ah ! que n’êtes-vous celles des désirs de l’amour !
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
9outes sortes de faces et de paysages soudainement invisibles, je distingue le doux feu bleu de mon obsession. L’Objet inconnu, — q
10u’on le possède… Tout près d’ici, peut-être, mais invisible. Lève-toi, pars, et sans vider ton verre, — il n’y a pure ivresse que
11qui surent désirer de la voir, apparaît la « Loge invisible ». J’attends, j’appelle quelqu’un qui vienne me prendre par la main.
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
12ns, — ce mystique avec naturel de ce qui nous est invisible. Tous deux orientent la réflexion vers le sens et vers le symbole con
13. [p. 145] Correspondances à vrai dire tellement invisibles et duperies tellement respectables pour la plupart des êtres qui peup
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
14fait aussi négligeable que possible, pratiquement invisible, dans cette minuscule voiture. Déjà nous traversons la nuit rose et v
10 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
15ut occupée à dompter ses dieux. Une haute menace, invisible à tout autre, l’accompagne sans trêve, et c’est d’elle qu’il tire ses
16 somnambule est désormais protégé par une cotte d’invisible silence. Vous pouvez lui parler sans le troubler : les mots n’atteign
17rmanique de la « Tarnkappe », du manteau qui rend invisible. ⁂ Cette similitude de forme dans le cours de la magie chez Goethe et
11 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
18ni au sein du désespoir et la joie de la Promesse invisible, — cette vision donnée à l’homme, est la plus propre à créer en lui l
12 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
19e chevillé au cœur le besoin d’obéir à des forces invisibles et de leur rendre un culte de latrie. Tous, nous servons ces dieux, t
13 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
20btil, d’autant plus respectable qu’il serait plus invisible. Et ce n’est pas non plus l’intelligence, ni la pensée, ni les fameus
14 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
21être qui joue tout sur la foi, c’est-à-dire sur l’invisible, contre toute vraisemblance. Prenons des exemples concrets. Un chréti
15 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
22ion serait pure, — si pure qu’elle en deviendrait invisible et qu’on pourrait n’en point parler. Mais les puissances mauvaises ré
16 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
23tement des hommes qui se reconnaissent à ce signe invisible et certain : ce sont des hommes, si grands qu’ils soient parfois, qui
17 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
24e chevillé au cœur le besoin d’obéir à des forces invisibles et de leur rendre un culte de latrie. Tous, nous servons ces dieux, t
18 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
25s’élève dans les airs et peu à peu rend son corps invisible, seule subsiste sa face hilare au-dessus des bourreaux pantois, qui s
26 précision) comme une espèce de vertébré monstre, invisible, mystérieusement répandu et vaporisé dans les choses afin d’y exaucer
19 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
27 aussi, dans ce refus de croire à la réalité tout invisible de « l’homme nouveau » — réalité de foi ? ⁂ Seule, l’attitude chrétie
20 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
28 et comme Dieu objet de la foi seule. Mais il est invisible aux mortels, et c’est pourquoi ils se rebellent contre lui, pour suiv
21 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
29ctuelle, tous ces rouages et ces ressorts presque invisibles qui conditionnent le sérieux technique de la pensée, tout cela est de
22 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
30ait digue, une haie de tamaris. À gauche, l’océan invisible derrière le mur ; à droite, des marais salants avec leurs cloisons dé
23 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
31 dans le silence, se prolonge une rumeur de foule invisible. 6 décembre 1933 Il fait très froid depuis quelques jours. Nous n’a
32tre ensemble, et surtout la jeunesse, d’ordinaire invisible, au point que je doutais même qu’elle existât. Elle était là. Elle oc
33e coque vide, et reprend, l’œil fixe, son travail invisible de mère. C’est beau. C’est fascinant. C’est grave et mystérieux, paci
24 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
34e, la rivière et la plaine. La petite ville reste invisible, massée au pied des rochers, en retrait sur notre gauche. À peine s’i
35ine. J’entends un bruit de bêche sur une terrasse invisible, au-dessous. Je vois un chien qui se promène de son petit pas élastiq
36re. — Clartés rationnelles : empruntées à l’Astre invisible. Matinée du lundi de Pâques, 7 heures Tout est trempé et ruisselant
25 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
37ine. J’entends un bruit de bêche sur une terrasse invisible, au-dessous. Je vois un chien qui se promène de son petit pas élastiq
38re. — Clartés rationnelles : empruntées à l’Astre invisible. Matinée du lundi de Pâques, 7 heures Tout est trempé et ruisselant d
26 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
39e coque vide, et reprend, l’œil fixe, son travail invisible de mère. C’est beau. C’est fascinant. C’est grave et mystérieux, paci
27 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
40’a semblé que la révolution redevenait à peu près invisible. Le phénomène est d’ailleurs bien connu : c’est aux premiers contacts
41ne clé. Quelque chose là-dessous. Quelque chose d’invisible, justement, et qui prime tout, à leur estime… Février 1936 À Franc
28 1938, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Le Poète et le Vilain (novembre 1938)
42hoses divines et humaines, si nous savons peser d’invisibles rayons d’énergie. Nos codes ne prévoient pas que l’assassin d’un nobl
29 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
43te divinité de l’Amour qui à jamais nous guidera, invisible, et renforcera sans cesse notre union. 155 Journal intime de Nova
44t idéal des « hommes [p. 240] élevés » de la Loge invisible de Jean-Paul. Elle se confond avec l’amour chez Novalis. Elle fut pou
30 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
45raon où l’on mette sur les cartes des « valeurs » invisibles au lieu d’espèces sonnantes. Alors « la tricherie » cesse d’être une
31 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
46e deux pieds fourchus, mais dont le corps restait invisible. Et le titre était : Nobody. Comme le chat de Cheshire dans Alice, l
47ble est devenue la Tarnkappe, le manteau qui rend invisible et que Satan lui-même agite devant nos yeux pour nous faire croire qu
48lle de la pensée, et c’est pourquoi ils nous sont invisibles ; des intelligences sans fraude, participant à l’omniscience du Créat
49ans l’instant ce qu’on voit, quitte à se fermer l’invisible et l’infini du possible divin. Saisissant la proie, l’on perd l’ombre
50 plus prudents. Son astuce sera donc de se rendre invisible au sein même de nos vraies tentations. C’est là qu’il va montrer patt
51eil et par l’inertie de nos âmes, devient presque invisible à la conscience humaine. Un vice, c’est une vertu désorbitée ou rédui
32 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
52e que l’amour ne soit pas criminel, d’une manière invisible peut-être, quand il dépasse les bornes d’une sobriété d’ailleurs pres
33 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
53ut occupée à dompter ses dieux. Une haute menace, invisible à tout autre, l’accompagne sans trêve, et c’est d’elle qu’il tire ses
54 somnambule est désormais protégé par une cotte d’invisible silence. Vous pouvez lui parler sans le troubler : les mots n’atteign
55ent le vieux mythe germanique du manteau qui rend invisible. ⁂ Cette similitude de forme dans le cours de la magie chez Goethe et
34 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
56 rassurant. Et pourquoi ? Parce que le chemin est invisible tant qu’on n’y est pas engagé. Parce que c’est un blasphème de l’homm
57s, n’est que promesse et vigilante prophétie de l’invisible. De Séir, une voix crie au prophète 35  : « Sentinelle que dis-tu de
58e que la dignité de l’homme est de marcher dans l’invisible et de prophétiser « en vertu de l’absurde. » L’homme ne peut être dét
59’élève dans les airs et peu à peu, rend son corps invisible ; seule subsiste sa face hilare, au-dessus des bourreaux indignés, qu
60 précision) comme une espèce de vertébré monstre, invisible, mystérieusement répandu et vaporisé dans les choses afin d’y exaucer
35 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
61rmant mon âme, m’entraîna au-devant d’une réalité invisible, divine, d’une ineffable splendeur. Un indicible ravissement me soule
36 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
62raînement. Il a trouvé le moyen de se rendre plus invisible encore à force de discrétion, en revêtant l’uniforme simple du GI. Ce
37 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
63 luxe, humanisé par tant de goût s’y rend presque invisible aux premiers regards. Laissons aux simples millionnaires [p. 195] les
64rai peuple de la vraie France ? Ce peuple naguère invisible, c’est le malheur le plus affreux de son histoire qui le révèle au mo
38 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
65, Mohawk ou Ticonderoga. Les maisons sont presque invisibles, dissimulées à l’ombrage des pins cascadant en désordre des hauteurs,
39 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
66aginable — et la circulation sera dégorgée dans l’invisible [p. 19] stratosphère… Quant aux voyages ? Ils vont mourir aussi, avec
40 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
67e qui ne ressemble à rien, par conséquent l’homme invisible en tant que personne, inaperçu en tant qu’individu, ou peut-être même
41 1947, Doctrine fabuleuse. 9. Don Juan
68raon où l’on mette sur les cartes des « valeurs » invisibles au lieu d’espèces sonnantes. Alors la tricherie cesse d’être une habi
42 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
69présentent-ils, comme s’ils venaient de tirer une invisible fermeture éclair. L’Américain s’ouvre, au contraire, comme sa bouche
43 1948, Suite neuchâteloise. V
70eds, par le cœur, et le rassemblement des nations invisibles, on nous dit que tout les oppose, qu’il faut choisir l’un contre l’au
44 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
71 qui ont pour effet de rendre la religion presque invisible dans les manifestations publiques, et fort timide dans ses revendicat
45 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
72ation : il s’agit de suivre un chemin qui demeure invisible tant qu’on ne se risque pas à y marcher. Cette « lumière sur mon sent
46 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
73s économiques et sociales, qui par nature restent invisibles à l’œil des agences de presse, mais sans lesquelles rien ne se ferait
47 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Ce n’est pas au pied du mur… (juin-juillet 1956)
74ans préparés sur mesure. Tout cela, c’est la part invisible et souvent décisive de l’action. Quelles qu’en soient les difficultés
48 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
75olutions. Certes, on peut ne pas voir la personne invisible, mais si l’on refuse d’y croire sans preuves « documentées » (il y a
49 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
76e et s’implique dans le cosmos des sciences, et l’invisible même s’y convertit sans cesse en matière composée d’énergie qui retou
50 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
77s ce qui se passe aux antipodes, parlons avec des invisibles, tuons à grande distance, et dialoguons avec la lune. Déjà nous conna
51 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
78e et vive au plus brûlant du débat de l’époque, « invisible et fréquente ainsi qu’un feu d’épines dans le vent » 67 . A. — Vos au
52 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
79de ce « prochain » visible dont la personne reste invisible… 3. Cette religion de l’Amour total (amour de Dieu, de Soi et du Proc
53 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
80 a l’impression d’inventer, un chemin qui demeure invisible tant qu’on ne se risque pas à y marcher. Cette « lumière sur mon sent
54 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 3. Don Juan
81haraon où l’on met sur les cartes des « valeurs » invisibles au lieu d’espèces sonnantes. Alors la tricherie cesse d’être une habi
55 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
82gurés, et comme frappés de respect pour un esprit invisible, ils s’arrêtèrent un instant, semblables à celui que l’enthousiasme a
83ages du mythe doivent être les esprits tutélaires invisibles et omniprésents, propices au développement de l’âme adolescente, et d
84ce qu’il connaît le signalement des protagonistes invisibles du drame toujours latent qui vient de se déclarer. ⁂ Il fallait donc
56 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
85, une contrepartie transcendante qui nous demeure invisible, ce qu’Ibn’Arabî désigne comme notre « individualité éternelle », not
86sent ainsi comme la contrepartie visible du monde invisible, mais premier, des archétypes. L’événement majeur, la scène capitale
57 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
87quand « la figure de ce monde passera », et que l’invisible sera vu. Quand tu le sais, l’amour commence, l’amour a déjà commencé,
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
88le de la nocivité de la culture pour le sens de l’invisible, à tout le moins de la nocivité temporelle d’un certain degré de cult
59 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
89gurés, et comme frappés de respect pour un esprit invisible, ils s’arrêtèrent un instant, semblables à celui que l’enthousiasme a
90ages du mythe doivent être les esprits tutélaires invisibles et omniprésents, propices au développement de l’âme adolescente, et d
60 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
91ce qu’il connaît le signalement des protagonistes invisibles du drame toujours latent qui vient de se déclarer.   Il fallait donc
61 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
92, une contrepartie transcendante qui nous demeure invisible, ce qu’Ibn ’Arabî désigne comme notre “individualité [p. 590] éternel
93sent ainsi comme la contrepartie visible du monde invisible, mais premier, des archétypes. L’événement majeur, la scène capitale
62 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
94rer ses forces contre des adversaires visibles ou invisibles, aller toujours plus loin dans l’inconnu, en naviguant avec astuce en
63 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
95es équilibres psychiques, par les champs de force invisibles qu’elles transportent, à la manière du Cheval de Troie. Et faut-il ra
64 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
96sans rupture jusqu’à nos jours. Devenue lentement invisible dans la complexité et l’enchevêtrement des successives confédérations
65 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
97mme » en Suisse le condamne à demeurer à peu près invisible. Comment veut-on qu’un étranger le voie ? Si cet étranger vient chez
98 ? Il a trois possibilités : essayer de se rendre invisible, — tenter de se rendre utile, — ou courir loin de la Suisse son avent
99tre État et les conditions de sa paix. Se rendre invisible, passer inaperçu. — Il y a ceux qui ne laissent rien paraître que leu
100 Burckhardt à sa manière fut aussi un grand homme invisible : refusant de succéder à Ranke dans la chaire d’histoire de Berlin, i
66 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
101s nationales désormais réduites au rôle mineur et invisible à l’œil nu que jouent les délimitations entre les cantons suisses : s
67 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
102s nationales désormais réduites au rôle mineur et invisible à l’œil nu que jouent les délimitations entre les cantons suisses : s
68 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
103matérialisme, soit les combinaisons précises mais invisibles de l’énergie. Notre technologie est ainsi la figure la plus ressembla
69 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 4. Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
104née d’une ville par suite de la dissociation d’un invisible point de matière. Ce sont ces réalités indescriptibles, et sans nom d
70 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
105de la vie profonde, qui voient encore des vérités invisibles, qui gardent, par quelle grâce ? un peu de cette connaissance active
71 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
106endre d’abord son lieu natal — non des frontières invisibles ni un pouvoir qu’on ne connaît que par ses contraintes. C’est affaire