1 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
1iers : Par elle seule je serai sauvé ! Ou cette invocation d’Uc de Saint-Circ à une Dame sans merci : Je ne désire pas que Dieu
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
2sme errant, fils de la belle Nuit. Et la célèbre invocation : « Levez-vous vite, orages désirés qui devez emporter René dans les
3 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
3. 11] proclame un nouveau mythe. Il est comme une invocation à un dieu nouveau, une sorte de Gott mit uns aussitôt exaucé, puisque
4 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
4 ! Il proclame un nouveau mythe. Il est comme une invocation à un dieu nouveau, une sorte [p. 111] de Gott mit uns aussitôt exaucé
5 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
5e Nietzsche les motifs tristaniens du Désir, de l’Invocation à la Nuit, de la Délivrance du Temps et de l’Extase. Subitement, ce q
6 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
6e Nietzsche les motifs tristaniens du Désir, de l’Invocation à la Nuit, de la Délivrance du Temps et de l’Extase. Subitement, ce q
7 1968, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Hölderlin dans le souvenir des noms splendides (1968)
721 Reif sind, in Feuer getaucht, gekochet 22 Invocation du rythme, pouvoirs du signe 23 , tirets qui jalonnent un silence, et
8 ? L’émotion rénovée par ces fragments — départs, invocations, noms sacrés de l’Ionie — était-elle plus pure et plus vraie, plus ef
9 l’Un et du Divers. Poésie, c’est absence, appel, invocation. Tout bonheur est passé, tout présent est exil, et toute joie véritab
8 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
10équivalent, dans notre civilisation profane, de l’invocation au sacré. Contre-épreuve : ce même mot de liberté n’éveille aucune pa
9 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
11que le substitut laïc de l’argument d’autorité, l’invocation du « sérieux scientifique », remplaçant celle du dogme et de la tradi
10 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
12 refus. Sans se laisser intimider par la rituelle invocation des « impératifs » techniques, économiques, militaires, ou de « l’ind
11 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
13Elle fournit aux gouvernements l’arme absolue : l’invocation à « l’indépendance nationale en péril » — dans le domaine, au moins,
12 1977, L’Avenir est notre affaire. Conclusion. « Sentinelle, que dis-tu de la nuit ? »
14nt la volonté de puissance, qu’ils assimilent à l’invocation des faux dieux. Pour les Évangiles, la puissance est la plus grande d
13 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
15nt la volonté de puissance, qu’ils assimilent à l’invocation des faux dieux. Pour les Évangiles, la puissance est la plus grande d
14 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
16 jusqu’à ce que naisse au sein de l’être dénudé l’invocation, l’élan, le soulèvement vers le loisir profond des Bienheureux, vers