1 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
1que nous disent Brett et les autres de cet état d’irritation perpétuelle où vivait Lawrence : « Je suis épuisé — Par l’effort que
2 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
2éprimer gravement la pensée. Seule, et d’abord, l’irritation de notre sensibilité éthique nous avertit du danger et nous presse de
3 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
3nd plutôt irritable, intellectuellement. Mauvaise irritation contre tout et rien, sans prétexte. Elle ne se précise guère que lors
4 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
4es-mêmes, tout autrement que nous l’imaginions. L’irritation chronique que je ressens au contact des « gens » qui m’entourent, c’e
5 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
5celui-là par plus d’un trait, ne fût-ce que par l’irritation instantanée des préjugés qu’il provoque pour peu qu’on l’énonce. Quel
6 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
6rmule frappante pour donner tous les signes d’une irritation incompressible. Il a fini par me traiter de littérateur, ce qui dans
7 1948, Suite neuchâteloise. IV
7s, ces ascendances ? Rien, dit l’époque, non sans irritation. Une science assez récente, mais déjà démodée, pensa réduire l’orguei
8 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
8lise et l’Évangile, furent ses constants sujets d’irritation, de nostalgie ou de perplexité ? Le paradoxe n’est qu’apparent. Qu’on
9 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
9nous y parvenons, ce ne sera qu’en surmontant les irritations évidentes qu’il nous arrive de nous causer réciproquement, à mesure q
10 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
10le cynisme était la seule issue d’une perpétuelle irritation contre le train du monde, qu’on ne peut plus changer. Je suis ami de
11 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
11’un tableau de mœurs à la Hogarth. On partage les irritations de l’auteur, on acclame sa syntaxe et son vocabulaire, on rit souvent
12 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
12’un tableau de mœurs à la Hogarth. On partage les irritations de l’auteur, on acclame sa syntaxe et son vocabulaire, on rit souvent
13 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
13glise et l’Évangile furent ses constants sujets d’irritation, de ferveur ou de nostalgie ? Le paradoxe n’est qu’apparent. Qu’on n’
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.6. Goethe
14sir entre les deux mondes. Tantôt, il exprime son irritation devant la complexité de nos relations humaines et leur absence de cor
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
15rire et comment justifier l’espèce particulière d’irritation que provoquent ces regards apparemment timides mais directs, sérieux
16 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Une réflexion sur le mode de vie plutôt que sur le niveau de vie (2 juin 1970)
16ien, mais en cache un meilleur. À part beaucoup d’irritations, quelques bagarres et quelques bâtards, les Espagnols, Italiens, Turc
17 1971, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Pourquoi j’écris (30-31 janvier 1971)
17 série : émotion, allergie positive ou délectable irritation, esprit d’imitation naïve ou vaniteuse (selon que l’on sera bon ou ma
18 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
18e » qui aujourd’hui nous avertissent non pas de l’irritation de Jéhovah, mais d’une espèce d’allergie de la Nature et de l’homme n