1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
1c’est elle qui donne au surréalisme ce petit côté jacobin si authentiquement, si déplorablement français. Et puisque nous en so
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
2us libres d’imaginer, bénéficiant de notre colère jacobine et de cette formidable expérience négative qui aura duré deux siècles
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
3t irrité (comme un Bloy), nullement moralisant ou jacobin (comme les marxistes), ni victime ni juge d’une bourgeoisie à laquell
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
4e. Cette révolte de la personne, c’est la révolte jacobine, c’est la révolte de 89, dans ce qu’elle garde de valable et de dynam
5 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
5èces d’hommes à vrai dire assez différentes : les jacobins et les ultramontains. Hitler, en unifiant la vieille Allemagne fédéra
6 fédéraliste, a terminé l’œuvre entreprise par le jacobin Bonaparte. Mussolini, en imposant à l’Italie le centralisme et la hié
7 comment l’antifascisme socialiste, rationaliste, jacobin, — unitaire ! — travaillait à l’éducation fasciste de ses militants.
6 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
8 du pouvoir qu’elle vient de renverser. Ainsi les Jacobins se firent centralistes comme les rois. Ainsi encore Staline et Hitler
7 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
9de glorifier ce « moins » — d’étiquette vaguement jacobine — aux dépens du « plus » réalisé par Louis XIV ? En vérité, l’on est
8 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
10ien d’irrationalisme romantique et de positivisme jacobin, et d’autre part les ressources humaines colossales et jamais exploit
9 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
11ien d’irrationalisme romantique et de positivisme jacobin, et d’autre part les ressources humaines colossales et jamais encore
10 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
12’ailleurs n’exclut pas une éloquence qu’on dirait jacobine si un humour très personnel ne venait sans cesse la rabattre au concr
11 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
13 [p. 1] Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936) y Au Français qui s’étonne et s’in
14n’est pas si différent de celui qui se posait aux Jacobins, mais les moyens de le résoudre seront nécessairement tout autres. Le
15e résoudre seront nécessairement tout autres. Les Jacobins, en effet, défendaient une révolution déjà faite, et s’appuyaient sur
16e Gardère sur Anacharsis Cloots et les spectacles jacobins, qu’on a pu lire dans notre numéro d’avril 1936.) L’analogie est à pe
17oire. Nous sommes là pour la créer. Vis-à-vis des jacobins bruns, nous ne pouvons [p. 5] nous en tenir à des critiques rétrospec
18: si l’Allemagne a commis l’erreur du centralisme jacobin, c’est en partie l’exemple de la France qui l’explique. Mais un exemp
12 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
19 a ranimé l’ardeur des habitants, pour la plupart jacobins. Plusieurs des discours de leurs chefs ont été consignés par miracle 
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
20te phrase si courante : il a la veine. Mais notre jacobin ne croit à la Raison et à la Science, mère du Progrès, que dans la me
14 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
21te phrase si courante : il a la veine. Mais notre jacobin ne croit à la Raison et à la Science mère du Progrès, que dans la mes
15 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
22us vaste que celui de « l’unification » à la mode jacobine ou classique. C’est l’unité originelle, et peut-être future et finale
16 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
23 a ranimé l’ardeur des habitants, pour la plupart jacobins. Plusieurs des discours de leurs chefs ont été consignés par miracle 
17 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
24, elle se distingue absolument de celle des clubs jacobins ou d’un Saint-Just, représentant en mission — ; elle sera au contrair
18 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
25ble étude de Pierre Gardère sur la psychologie du Jacobin : l’analogie des deux mouvements totalitaires y est illustrée d’exemp
26n terrible. Le Prussien Anacharsis Cloots, député jacobin de [p. 56] l’Oise, passe pour avoir inspiré Robespierre. La Conventio
19 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
27 [p. 86] Appendice iii Les jacobins en chemise brune Au Français qui s’étonne et s’inquiète, ou s’indign
28n’est pas si différent de celui qui se posait aux Jacobins, mais les moyens de le résoudre seront nécessairement tout autres. Le
29e résoudre seront nécessairement tout autres. Les Jacobins, en effet, défendaient une révolution déjà faite, et s’appuyaient sur
30oire. Nous sommes là pour la créer. Vis-à-vis des jacobins bruns, nous ne pouvons nous en tenir à des critiques rétrospectives.
31: si l’Allemagne a commis l’erreur du centralisme jacobin, c’est en partie l’exemple de la France qui l’explique. Mais un exemp
20 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
32), Hitler démasqua l’aspect original (et non plus jacobin) de la dictature totalitaire : l’impérialisme religieux, ou sacral. I
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
33passion. « La liberté ou la mort », hurlaient les Jacobins à l’heure où [p. 285] les forces ennemies paraissaient vingt fois sup
22 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Une simple question de mots (24 avril 1939)
34ngtemps l’un des plus malaisés, à cause du pathos jacobin dont les Allemands avaient souffert pendant l’Empire. Cette « liberté
23 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
35 du pouvoir qu’elle vient de renverser. Ainsi les Jacobins se firent centralistes comme les rois. Ainsi encore Staline et Hitler
24 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
36us vaste que celui de « l’unification » à la mode jacobine ou classique. C’est [p. 117] l’unité originelle, et peut-être future
25 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
37anière d’un Louis XIV, plus tard à la manière des Jacobins, provoque inévitablement le raidissement, puis la révolte des groupes
26 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
38des institutions conçues dans un esprit unitaire, jacobin, ou totalitaire, brimeraient nécessairement un ou plusieurs de ces gr
27 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
39visible » improvisée par les Français sur le type jacobin, c’est-à-dire centraliste, fut le théâtre des luttes entre les armées
40sme, fort surprenant de la part d’un héritier des jacobins : « La Nature, dit-il, a fait votre État fédératif ; vouloir la vainc
41 l’absolutisme monarchique, puis de la Révolution jacobine, la Suisse redevint la terre de refuge des exilés et des persécutés d
28 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
42des Romains, de l’Église catholique, et des clubs jacobins. Cette croyance, en fait illusoire, est la racine des pires impériali
43 dans des ouvrages savants, qui renvoie dos à dos jacobins rationalistes et dialecticiens marxistes, et que les hommes d’État de
29 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux notes sur la souveraineté nationale (mai 1954)
44olution française, en 1798. L’essai d’unification jacobine entrepris à ce moment-là sous le nom de « République helvétique une e
30 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
45on — « La liberté ou la mort ! », s’écriaient les Jacobins, et la mort était là, celle des autres d’abord, mais la Liberté se vo
46pher dans toute l’Europe l’idéologie unitaire des Jacobins, va susciter des nationalismes rivaux. Et c’est dans le pays qui aura
31 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
47r le mouvement même, qui définit la politique des Jacobins et des totalitaires de toute couleur. Il s’agit pratiquement de se ma
32 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
48le, parce qu’elle pousse à l’absurdité la logique jacobine d’une souveraineté suprême accordée à ce mythe : la Nation. Elle auto
33 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Relance européenne ? (février 1956)
49 correspond à un certain tempérament latin, voire jacobin. On enregistre l’échec global jusqu’à ce jour (l’Europe n’est pas enc
34 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
50ion — « La liberté ou la mort ! » s’écriaient les jacobins, et la mort était là, celle des autres d’abord, mais la Liberté se vo
51pher dans toute l’Europe l’idéologie unitaire des Jacobins, va susciter des nationalismes rivaux. Et c’est dans le pays qui aura
35 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
52ur le mouvement même qui définit la politique des Jacobins et des totalitaires de toute couleur. Il s’agit pratiquement de se ma
36 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
53st la formule fédéraliste, contraire à l’étatisme jacobin, totalitaire et centralisateur. La seconde condition permettant au bo
37 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
54sion de deux nationalismes, le traditionnel et le jacobin — le nationalisme confondu avec le nationalisme — constitue l’une des
38 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le crépuscule d’un régime (octobre 1957)
55puration éliminant l’opposition, selon le procédé jacobin. L’abolition des anciens privilèges, l’égalitarisme, la promotion des
39 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
56 une Europe fédérale. Le sacré national, ce culte jacobin dont Hegel et Fichte dirent le dogme après coup, fait de la Capitale
40 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (I) (août 1958)
57 de traditions louis-quatorziennes et de réflexes jacobins. Voilà le drame français. Et si l’on peut deviner que le chef du gouv
41 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
58algie secrète. Car l’un et l’autre sont issus des Jacobins, qui fournirent à l’histoire occidentale le type même du parti unique
59e du parti unique. C’est en partant de l’État des Jacobins que la France numérote ses républiques, et le « réflexe républicain »
60né procédant de ce traumatisme que fut la Terreur jacobine. Je parle évidemment des partis d’opinion ou d’idéologie, à la frança
42 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
61réalités antinomiques, ni par son triomphe isolé. Jacobins et réactionnaires, unitaires et séparatistes jugeront toujours que l’
43 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Heinz Gollwitzer, Europabild und Europagedanke (septembre 1959)
62ition nationaliste française (royaliste avant que jacobine) refoule au sens freudien du terme, caricature ou calomnie tout simpl
44 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.1. La Révolution Française et l’Europe
63ue tous les autres hommes de l’univers. Le refus jacobin de la formule fédéraliste, tant pour la France que pour l’Europe, le
64étymologique de Warburg — furent dénoncés par les jacobins comme traîtres à la Patrie, traîtres à la Nation, c’est-à-dire traîtr
65à se réclamer de la Révolution et de la tradition jacobine. D’où le malentendu permanent qui les oppose dès cette date, aux démo
66a France en une fédération de petits États. — Aux Jacobins, on agita gravement la question du fédéralisme et on souleva mille fu
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
67’on a nommé « il bizzarro agitatore », fut un des jacobins les plus éloquents de l’Italie, comme on peut en juger par le titre d
68opie de la République universelle et unitaire des jacobins, qui n’est autre qu’une version renouvelée du vieux mythe effrayant d
69méricains et le premier adversaire de l’idéologie jacobine. Héritier de Montesquieu, maître de Gentz, il nous apparaît comme le
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
70e l’Europe est en effet bien plus fédéraliste que jacobine. C’est aux liens supra-nationaux noués par la Réformation qu’il attri
71uelles Napoléon va tenter d’imposer la révolution jacobine à l’Europe. Dans l’un et l’autre cas, les moyens apparaissent contrai
47 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.4. Napoléon et l’Europe
72 souverains, etc., etc. Dans son esprit, demeuré jacobin — et nullement fédéraliste ! — la condition de toute union européenne
48 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
73la guerre se lie donc à une attaque contre l’idée jacobine de la nation centralisée. Par là même, Benjamin Constant se fait le p
74ion la plus fanatique à la Révolution libérale ou jacobine, à Napoléon, au nationalisme et à la démocratie. Convaincu que l’Euro
75unité la même idée formelle et coercitive que les jacobins exécrés ? Mme de Staël est de l’école fédéraliste, qui est aussi œcum
49 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
76rémités du siècle : entre la Réaction à la France jacobine et le dur pessimisme historique qui marquera la fin de l’ère des Nati
50 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
77elèvent plutôt de la source hébraïque. Ainsi, les Jacobins croyaient trouver dans Rome les prototypes de l’esprit révolutionnair
78 pas certain qu’il l’avait mieux comprise que les Jacobins ne firent de la Rome de Brutus. Rome a donc mauvaise presse dans l’in
51 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
79an ou plaidoyer, à la seule exception de ceux des jacobins. Il a certes inspiré Napoléon, puis Hitler, dans leurs brèves tentati
80e ». À cette croisade dont la devise serait « Les Jacobins partout ! » répond le projet tout contraire d’un Anglais, d’ailleurs
52 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
81 circulation internationale des idées, malgré les Jacobins et le Premier Empire. Benjamin Constant n’est pas seulement l’auteur
53 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
82pe même des Ligues est l’autonomie de chacun. Les jacobins n’y ont rien compris : cette absence de système les eût épouvantés. I
54 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
83des préjugés. (Rien de moins idéologique, au sens jacobin ou marxiste, ou même radical-socialiste, que les débats qui animent l
55 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
84a France en une fédération de petits États. « Aux Jacobins, on agita gravement la question du fédéralisme, et on souleva mille f
56 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
85 circulation internationale des idées, malgré les Jacobins et le Premier Empire. Benjamin Constant n’est pas seulement l’auteur
57 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
86 pâte d’une Europe une et indivisible, une Europe jacobine, saint-simonienne, rouleau compresseur écrasant sur son passage toute
87iformisée « une et indivisible » selon la formule jacobine reprise par les cinq républiques françaises successives, non seulemen
58 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
88 empare au nom du peuple, comme ce fut le cas des jacobins puis des « démocraties » plébiscitaires et totalitaires du xxe siècl
89nal par l’appareil étatique — qui est l’œuvre des jacobins et de Napoléon —, la nationalisation de l’État royal et l’étatisation
90eptible de réveiller et d’inquiéter les maniaques jacobins les plus invétérés (de gauche et de droite) ; e) enfin, des problèmes
91d’indignation et plus encore d’effroi les tenants jacobins, communistes, bismarckiens, churchilliens ou maoïstes du complexe sta
59 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
92de, celui de la République une et indivisible des Jacobins, de l’Empire napoléonien qui la continue, et des totalitaires du xxe
93x possible, n’est pas sérieux », pensent tous les Jacobins, et les sous-offs dont le saint patron fut « le Petit Caporal ».) 5
60 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
94quer à des Français non seulement cartésiens mais jacobins dans l’âme, que je me vis contraint de prendre conscience des princip
61 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
95 par l’uniformité qui fut celle de Louis XIV, des Jacobins, de Napoléon et de nos États totalitaires de toute couleur. [p. 24]
62 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
96, homogène et sans parties. Je laisse ce sens aux Jacobins et autres fanatiques de l’uniforme. Je parle d’unité au sens vivant,
63 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
97politique, non seulement des nationalistes et des jacobins en colère, mais de beaucoup de partisans des plus sincères d’une « un
98a France en une fédération de petits États. « Aux Jacobins, on agita gravement la question du fédéralisme et on souleva mille fu
64 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
99n. S’il n’eût pas été aveuglé par la superstition jacobine, il eût vu comme nous tous que la souveraineté absolue n’est qu’un my
100a rend un son patriotique et « vertueux » au sens jacobin. C’est pratiquement idiot, mais on ne s’en aperçoit que si c’est dit
65 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
101 empare au nom du peuple, comme ce fut le cas des Jacobins puis des « démocraties » plébiscitaires et totalitaires du xxe siècl
102nal par l’appareil étatique — qui est l’œuvre des Jacobins et de Napoléon —, la nationalisation de l’État royal et l’étatisation
103eptible de réveiller et d’inquiéter les maniaques jacobins les plus invétérés (de gauche et de droite) ; e) enfin, des problème
104d’indignation et plus encore d’effroi les tenants jacobins, communistes, bismarckiens, maurrassiens ou maoïstes, du complexe sta
105e : celui de la République une et indivisible des Jacobins, de l’Empire napoléonien qui la continue et des totalitaires du xxe
106x possible, n’est pas sérieux », pensent tous les Jacobins et les sous-offs, dont le saint patron fut « le Petit caporal ».) Le
66 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Le testament de Tristan (14-15 novembre 1970)
107e gosier d’un Français héritier de Louis XIV, des Jacobins et de Napoléon.) Il m’écrivait en 1962 à propos de mes Vingt-huit Si
67 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
108déologie. N’importe quelle idéologie, d’ailleurs, jacobine ou fasciste, marxiste ou maoïste, socialiste ou franquiste : le conte
109odèles bolcheviks, eux-mêmes copiés sur le modèle jacobin 83 de l’État « ultra-nationaliste » écrasant les autonomies et les s
68 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
110rale, c’est l’État national de type xixe siècle, jacobin et napoléonien, copié par plus de cent pays dans le monde entier, l’É
69 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
111ies polluantes. À cause de sa doctrine simpliste (Jacobins et Napoléon), de l’effacement systématique des pouvoirs régionaux dev
70 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
112 autre chose qu’à une tyrannie accrue. La Terreur jacobine aboutit à Napoléon. La Révolution d’Octobre aboutit à Staline. À ceux
71 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
113 elles, en dépit de leur manifeste absurdité. Les Jacobins, qui étaient en train de créer l’État-nation contre les petites patri
72 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
114n ne saurait mieux concourir à la grande ambition jacobine d’étatisation de la Nation. Logique de la centralisation étatique :
115s rois pour remédier aux troubles intérieurs, les Jacobins le poursuivent par la « levée en masse », le Comité de Salut public e
116es moyens de communication. Ainsi, dans le modèle jacobin, Paris devient le centre nerveux d’où part « le coup électrique de la
117, Prussien de naissance, et grand inspirateur des Jacobins. Condition d’une centralisation efficace : le dépérissement ou la sup
73 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
118n, toute la gloire du passé. C’est Louis XIV, les Jacobins, Bonaparte et Napoléon, et ce sont les États-nations qui voudraient b
119lique naturellement la rhétorique de la tradition jacobine — ou du moins, ce qui doit paraître rhétorique à celui qui ne sait pa
120ation que j’ai dite — la bodinienne justifiant la jacobine — s’est trouvée convenir au mieux à la société industrielle qui prena
74 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
121te où, désigne exactement la Nation et l’État des Jacobins ; une idéologie qui flotte dans les airs prête à s’abattre sur nos te
75 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
122i régnant. [p. 347] Lénine se définit comme « un jacobin lié à l’organisation du prolétariat », relève (non sans indignation)
123on) Rosa Luxemburg, en 1904 déjà ! Mais le modèle jacobin n’était pas plus lié à l’organisation de la bourgeoisie que sa copie
124à autre chose qu’une tyrannie accrue — la Terreur jacobine à Napoléon, la Révolution d’octobre à Staline. Quant à ceux qui aimen
76 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
125centralisatrice. Il édifie des États puissants et jacobins qui défendent acariâtrement les frontières tracées par l’arbitraire d
77 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
126, au sens précis de la Terreur exercée par l’État jacobin, ses dignitaires et sa police). Devant tout adversaire politique, idé
127u séparatisme. C’est le péché contre l’esprit des jacobins. Et le reste est fédéralisme, solidarité hypocrite permettant en réal
128. La réponse est gênante. Pour lui. La France des jacobins et de Napoléon est en effet le seul pays d’Europe qui ait imposé tout
129de leurs identités. Les héritiers de cette France jacobine ne conçoivent pas que l’Europe fédérée (ils ne savent pas ce que sign
130es, dès 1789. La culpabilité niée et refoulée des jacobins, des centralisateurs, des nationalistes à l’endroit des nations oppri
78 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
131ns redoutent les Régions au nom d’un égalitarisme jacobin qui voit dans toute « différence » une menace de dissidence, et dans
79 1979, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979)
132 Grand Dessein du Général en se rangeant au parti jacobin, antifédéraliste et anti-européen. V. État de l’évolution vers les
80 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
133s rois pour remédier aux troubles intérieurs, les jacobins le poursuivent par la « levée en masse », le Comité de salut public e
134es moyens de communication. Ainsi, dans le modèle jacobin, Paris devient le centre nerveux d’où part « le coup électrique de la
135, Prussien de naissance, et grand inspirateur des jacobins. Condition d’une centralisation efficace : le dépérissement ou la sup
136du communisme nationaliste 77 à l’extrême droite jacobine et du socialisme traditionnel à la droite « moderne » — c’est la Souv
81 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
137aïques » issues de l’Aufklärung, de la révolution jacobine, et surtout de Karl Marx, ont toutes fait et font encore preuve d’un