1 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
1iens « qui vous faufilent des douceurs au bas des jambes », jusqu’à ces chats qui griffent et lèchent alternativement, « en vr
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Girard, Connaissez mieux le cœur des femmes (juillet 1927)
2s seraient épargnés si nous ne regardions que les jambes des femmes » dit-il, pour vous apprendre ! — sans se douter que rien
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
3sur l’asphalte mouillé. Les pieds dans l’eau, les jambes fatiguées, les paupières lourdes, et ce chant désespéré qui vous appe
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
4’ouvre pour dégager le mouvement obsédant de deux jambes, l’harmonie de leurs arabesques à trois dimensions mêlées avec une le
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
5 des suites. Quand cesserez-vous de nous faire la jambe, pardon escuses, avec ce thème à condamnations par contumace. Il y a
6 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
6 manteau de velours rose laissait découvertes des jambes extrêmement hautes tandis que sa tête frisée jetait des insolences su
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
7l de l’eau Où s’asseoir ? Le pont est encombré de jambes de dormeuses ; il faudrait réveiller tant de beautés redoutables pour
8 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
8pourquoi je nageais à brasses prudentes avec, aux jambes, l’imperceptible angoisse de rencontrer une onde trop légère. Mais po
9 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
9bérément notre fantôme. Il avance sans bouger les jambes. Nous suivons à tâtons. Ce que je pressentais ne tarde pas à se produ
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
10l de l’eau Où s’asseoir ? Le pont est encombré de jambes de dormeuses ; il faudrait réveiller tant de beautés redoutables pour
11 pourquoi je nageais à brasses prudentes avec aux jambes l’imperceptible angoisse de rencontrer une onde trop légère. Mais pou
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
12llier bleu… Tout d’un coup le sommeil me vide les jambes. La nuit se ferme à l’imagination, cette nuit qu’il eût fallu vivre t
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
13té.   Tacite prétend que l’élan est un animal aux jambes dépourvues d’articulations, en sorte qu’il ne peut se coucher et doit
13 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
14bérément notre fantôme. Il avance sans bouger les jambes. Nous suivons à tâtons. Ce que je pressentais ne tarde pas à se produ
14 1932, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La pluie et le beau temps (Dialogue dans une tête) (1932)
15j’aimais me promener à la lisière des forêts, les jambes nues sous la pluie. L’herbe était pleine de sales limaces et de petit
15 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
16nvention comme autant d’emplâtres à coller sur sa jambe de bois. On se demande, non sans scepticisme d’ailleurs, s’il admettr
16 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
17nvention comme autant d’emplâtres à coller sur sa jambe de bois. On se demande, non sans scepticisme d’ailleurs, s’il admettr
17 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
18os visages glacés. « Tire le gramophone entre tes jambes, là, sous ton imperméable, que le cuir ne soit pas mouillé. » (C’est
18 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
19énorme et goutteuse. Elle a des douleurs dans les jambes, et m’en parle d’abord, pour me mettre en confiance. Je sens bien qu’
20 n’en reste rien qu’un peu de courbature dans les jambes. 16 décembre 1933 Derrière la même pile d’assiettes où je crois avo
21e part, les oblige à baisser le buste au maximum, jambes écartées, pour gratter la terre sablonneuse, d’autre part, les empêch
22 porte, appuyée sur un court bâton. C’est donc la jambe qui ne va plus. D’où cela vient-il ? — C’est depuis qu’ils m’ont pris
23sse des anguilles, quelques crabes, deux ou trois jambes. Bon. C’est ce qu’il faut pour manger. Ils rentrent d’avoir tiré le s
24et mangent la pêche. J’avais ajouté deux ou trois jambes, donc, mais moi je n’en mange pas. Tantôt, ils s’en vont à leur ouvra
25 des dieux ! Armés de treilles à long manche, les jambes nues, nous courons sur les roches tapissées d’algues sombres dont le
26ous les suivons, dans l’eau jusqu’aux genoux, les jambes caressées de courants froids, de courants tièdes, de [p. 115] poisson
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
27me fait le petit appoint. Elle s’est « coupé » la jambe, cela fait bien cinq ans déjà, et « touche » pour cette jambe cassée
28fait bien cinq ans déjà, et « touche » pour cette jambe cassée et d’ailleurs dûment guérie, 20 sous par jour. Au dernier exam
20 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
29 n’en reste rien qu’un peu de courbature dans les jambes. 16 décembre 1933 Derrière la même pile d’assiettes où je crois avoir
30ne part les oblige à baisser le buste au maximum, jambes écartées, pour gratter la terre sablonneuse, d’autre part les empêche
21 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
31énorme et goutteuse. Elle a des douleurs dans les jambes, et m’en parle d’abord, pour me mettre en confiance. Je sens bien qu’
32ère de midi. Armés de treilles à long manche, les jambes nues, nous courons sur les roches tapissées d’algues sombres dont le
33ous les suivons, dans l’eau jusqu’aux genoux, les jambes caressées de courants froids, de courants tièdes, de poissons, de cra
22 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
34extant une hernie ; sa femme aussi, prétextant sa jambe « coupée ». (Bonne occasion pourtant de la décrocher un peu pour touc
23 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
35its. Mais une blessure récente qu’il a reçue à la jambe se rouvre par l’effort. Marc et les barons, alertés par le nain, font
24 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
36 vie. Dans une anfractuosité de rocher, assis les jambes pendantes sur une grosse pierre, un idiot, un goitreux, à corps grêle
25 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
37gart ! » La Hollande écrasée. Je traîne encore la jambe gauche, suite de cette déchirure du ménisque. On me renvoie à Berne.
26 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
38apeaux et des enfants sur les genoux et entre les jambes des voyageurs : le roulement seul peut tasser tout cela [p. 83] et vo
27 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
39u’il ne vient plus de trains, dormant le long des jambes et des dos de voisins qui ne sentent pas bon, mauvaise humeur et peu
28 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
40t chaud fait claquer les pans du peignoir sur mes jambes nues, m’embrasse tout entier, m’apaise. Je me sens absolument libre,
29 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
41Petit Prince couché sur le ventre et relevant les jambes. Tonio rit comme un gosse : « Vous direz plus tard en montrant ce des
30 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
42out est calme et bien ordonné, quitte à mettre la jambe sur le bras du fauteuil. Leurs images sont frappantes, leurs idées pe
31 1947, Doctrine fabuleuse. 1. Premier dialogue sur la carte postale. La pluie et le beau temps
43j’aimais me promener à la lisière des forêts, les jambes nues sous la pluie. L’herbe était pleine de limaces et de petits esca
32 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
44e devrais m’asseoir dans un fauteuil, croiser les jambes, regarder l’objectif, et tenir à la main un grand verre de whiskey ?
33 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
45e, extravagante, empanachée, levant très haut les jambes et marquant la mesure. Puis vient le groupe des officiels et des bann
34 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
46tête contre les parois et lui mordait souvent les jambes : divorce accordé. La loufoquerie américaine se donne libre carrière
35 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
47levée d’un mètre. Des hommes assis sur le rebord, jambes pendantes, me regardent. Au pied de l’arbre, une petite fontaine et u
36 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
48e, Madame, une seule fois, et montrez ensuite vos jambes à qui vous voudrez ». À ses amis de Paris : « On fabrique ici beaucou
37 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
49e, Madame, une seule fois, et montrez ensuite vos jambes à qui vous voudrez. » À ses amis de Paris : « On fabrique ici beaucou
38 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
50s dans ses énormes mains d’infirme — paralysé des jambes dès le berceau — mais sa maîtrise n’exerçait d’autres sanctions, sur
39 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
51s dans ses énormes mains d’infirme — paralysé des jambes dès le berceau — mais sa maîtrise n’exerçait d’autres sanctions, sur
40 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
52s de cactées. Ses vêtements sont en lambeaux, ses jambes en sang quand il atteint la route. Il ne voit pas de charrette, mais
53her. Trois jours plus tard, il était paralysé des jambes et des mains. Le médecin diagnostiqua une polynévrite — probablement
54 photo et recherchait « un homme âgé paralysé des jambes »… Après deux journées de nouveaux déplacements très pénibles, en tra
55puyer sur quelqu’un pour franchir une marche, ses jambes obéissant mal à sa volonté) il entreprit l’action européenne qu’il av
41 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
56 cigarettes, blouses, cahiers et livres, et leurs jambes sur des poufs ou le bras d’un fauteuil. Le professeur annonce que la
42 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
57ui demandaient l’hospitalité. Il leur coupait les jambes si elles dépassaient, ou les leur étirait à l’aide de cordes si elles
43 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
58ui demandaient l’hospitalité. Il leur coupait les jambes si elles dépassaient, ou il les étirait à l’aide de cordes si elles é
44 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
59lème des déchets est réglé. » — Le mensonge a les jambes courtes, dit un proverbe, et celui-ci s’est révélé d’activité rapidem
45 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Utopie, technique. État-nation (printemps 1980)
60ent immuns remplaçant reins ou pancréas, mains ou jambes, bientôt le cœur, en attendant la parfaite programmation des cerveaux