1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1des étudiants au crâne rasé se promènent un roman jaune à la main. L’un après l’autre, dans cette paresse de jour férié, les
2 et des collines basses, de l’autre côté de l’eau jaune et verte… Quel est donc ce sommeil « dans la nuit de la vie » — et ce
2 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
3 h Des cris mouraient vers les berges du fleuve jaune, entre les deux façades longues que la ville présente au couchant, da
4eux des rues. Le long de l’Arno, les façades sont jaunes et roses près de l’eau, puis perdent dans la nuit leurs lignes graves
3 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
5 Fiesole, il peint Florence avec des roses et des jaunes jamais mièvres, sous l’œil méfiant des fascistes qui le prennent pour
4 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
6papa-maman et l’Habitude, leur marraine aux dents jaunes. Ah ! perdre, perdre ; et c’est toujours à qui perd gagne ! Sauter fo
5 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
7ttirait les mouches ? (Le verre en était toujours jaune.) Je n’ai ni le droit ni l’envie de dire du mal des petits-bourgeois.
6 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
8es, couvertes du haut en bas d’affiches rouges et jaunes et d’inscriptions cascadantes, à l’orientale (on pense au mot bazar,
9entale (on pense au mot bazar, qui sonne rouge et jaune aussi). Soudain se dresse une énorme maison de pierre brune, puis une
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
10illir sans fin contre soi l’eau de ce beau Danube jaune qui est le plus inodore des fleuves. Dormir. Sans avoir pu retrouver
11a Toison d’Or, sur la fourrure du dolman rouge ou jaune, laisse pendre son petit mouton. Aiguillettes, brandebourgs, aigrette
12ncore, en retard le Président du Conseil, maigre, jaune et rigide dans son costume noir et or. Si le comte Bethlen venait à l
13ite ville aux rues de terre brûlante, aux maisons jaunes basses, ville sans ombre, sans arbres, et nous [p. 419] montons vers
8 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
14es de la plaine du Hortobágy, aux longues maisons jaunes immensément alignées, autour d’une place rectangulaire qui ressemble
15t que, vers le soir, tu t’éveilles dans une lueur jaune, ne sachant plus en quel endroit du temps tu vis, — c’en est fait, to
9 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
16illir sans fin contre soi l’eau de ce beau Danube jaune qui est le plus inodore des fleuves. Dormir. Sans avoir pu retrouver
17a Toison d’Or, sur la fourrure du dolman rouge ou jaune, laisse pendre son petit mouton. Aiguillettes, brandebourgs, aigrette
18ore, en retard : le président du Conseil, maigre, jaune et rigide dans son costume noir et or. Si le comte Bethlen venait à l
19ite ville aux rues de terre brûlante, aux maisons jaunes basses, ville sans ombre, sans arbres, et nous montons vers la maison
20es de la plaine du Hortobagy, aux longues maisons jaunes immensément alignées, autour d’une place rectangulaire qui ressemble
21t que, vers le soir, tu t’éveilles dans une lueur jaune, ne sachant plus en quel endroit du temps tu vis, — c’en est fait, to
10 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
22des étudiants au crâne rasé se promènent un roman jaune à la main. L’un après l’autre, dans cette paresse de jour férié, les
23 et des collines basses, de l’autre côté de l’eau jaune et verte… Quel est donc ce sommeil « dans la nuit de la vie » — et ce
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
24 la droite. Un nageur passe à travers les reflets jaunes, roses, verts, des maisons à façades triangulaires. Couleurs d’un cré
25ont, et avant de disparaître au coin d’une maison jaune, se retournent. Ce petit monde enclos par le pont et l’écluse, je m’e
12 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
26donne. Échappée sur des étangs couverts de mousse jaune. (Tout à fait réveillé et attentif, maintenant.) Jardin anglais. Soud
27s hôtes d’une immense demeure en briques roses et jaunes, entourée de prairies aux bosquets vaporeux. Des parterres de fleurs
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
28 de lumière blanche qu’elles rayonnent — ainsi le jaune est plus clair que le vert. Dante estime qu’il en va de même pour les
14 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
29 cette place, qui est un vaste rectangle de terre jaune, les habitants plantèrent à la Révolution un arbre de la Liberté. Cet
30odeste, peintes en tons clairs et simples, blanc, jaune ou vert. La couleur des volets s’harmonise avec chaque façade d’une m
31nt de fixer le prix du chou-fleur, des enveloppes jaunes, du peloton de ficelle et du kilo de riz. Mes vêtements, citadins mai
32’ai cessé d’acheter des cigarettes, je fumais des jaunes comme celles-là, le jour où l’État les a augmentées de deux sous parc
33deux flux, d’immenses plateaux rocheux, pourpres, jaunes et noirs se révèlent au-delà de la plage, nouveau pays tout grouillan
15 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
34le tilleul immense et les lauriers. Un grand vase jaune brille au bord du bassin. Le reflet de l’eau tremble au plafond et su
35heminées d’usines grattent le bas d’un grand ciel jaune. On distingue à peine le village de N. parmi les rangées de peupliers
36du paysage desséché. Ciel gris mouvant, une barre jaune à l’horizon. Et sur le petit toit au-dessous de moi, tout près, souda
37ie enfantine. Point de touristes dans les ruelles jaunes, ni d’autos sur le quai. Il y a près de Cassis une petite anse qui es
16 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
38du paysage desséché. Ciel gris mouvant, une barre jaune à l’horizon. Et sur le petit toit au-dessous de moi, tout près, souda
17 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
39 cette place, qui est un vaste rectangle de terre jaune, les habitants plantèrent à la Révolution un arbre de la Liberté. Cet
40odeste, peintes en tons clairs et simples, blanc, jaune ou vert. La couleur des volets s’harmonise avec chaque façade d’une m
41nt de fixer le prix du chou-fleur, des enveloppes jaunes, du peloton de ficelle et du kilo de riz. Mes vêtements, citadins mai
42deux flux, d’immenses plateaux rocheux, pourpres, jaunes et noirs se révèlent au-delà de la plage, nouveau pays tout grouillan
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
43mière douloureuse du troisième acte — l’obsession jaune des fiévreux — peut traduire à ma vue le sens profond de l’exil des a
19 1939, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Billet d’aller et retour (décembre 1939)
44enat des façades de briques renversées dans l’eau jaune des canaux suffisent à expliquer cette harmonie solide, luxueusement
20 1941, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La route américaine (18 février 1941)
45. Trois pistes blanches délimitées par des lignes jaunes et noires, entre lesquelles se déplacent lentement, de droite à gauch
21 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
46enat des façades de briques renversées dans l’eau jaune des canaux suffisent à expliquer cette harmonie solide, luxueusement
22 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
47. Voici Perpignan dans un tourbillon de poussière jaune, des châteaux sarrazins, le camp désert d’Argelès où furent rassemblé
48ne voit plus que le fond. Tristesse, eau tiède et jaune des robinets du Ritz, rues étroites et fétides, pleines de mendiants,
23 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
49défilaient dansantes et tremblotantes ces lettres jaunes : « Roosevelt emporte l’État de New York par 247 810 voix de majorité
24 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
50au Brésil, les Blancs et les Indiens, et même les Jaunes sur la côte du Pacifique. Seule l’Argentine fait exception, n’ayant d
51ennes qui sont [p. 143] plutôt des Esquimaux fort jaunes, perdus dans le sud et dont l’existence même est contestée par les na
25 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
52ue au puits des rues luisantes, dos longs d’autos jaunes ou noires, harmonie fauve des façades, circulation vibrante aux pieds
26 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
53enfilade, petite tranchée d’asphalte et de brique jaune et rose dans un chaos géométrique, c’est bien New York… Si je me reto
27 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
54t remontent vers nous sans ralentir. Une femme en jaune, suivie d’un homme. Comme ils s’approchent, on voit qu’elle tient la
55pomme, et son torse paraît nu dans un fin sweater jaune. Elle rit, jette la pomme, et nous salue de la main. Le jeune homme m
28 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
56nous arrivons devant une maison de bois peinte en jaune clair, ornée de géraniums aux fenêtres. C’est là qu’habite la mère de
29 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
57 pas distinguer les noms des rues sur ces maisons jaunes ou grises et si basses. Je cherche à voir, le nez contre la vitre, et
30 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
58ue au puits des rues luisantes, dos longs d’autos jaunes ou noires, harmonie fauve des façades, circulation vibrante aux pieds
59enfilade, petite tranchée d’asphalte et de brique jaune et rose dans un chaos géométrique, c’est bien New York… Si je me reto
60nous arrivons devant une maison de bois peinte en jaune clair, ornée de géraniums aux fenêtres. C’est là qu’habite la mère de
61t remontent vers nous sans ralentir. Une femme en jaune, suivie d’un homme. Comme ils s’approchent, on voit qu’elle tient la
62pomme, et son torse paraît nu dans un fin sweater jaune. Elle rit, jette la pomme et nous salue de la main. Le jeune homme mi
63. Trois pistes blanches délimitées par des lignes jaunes et noires, entre lesquelles se déplacent lentement, de droite à gauch
31 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
64 pas distinguer les noms des rues sur ces maisons jaunes ou grises et si basses. Je cherche à voir, le nez contre la vitre, et
32 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
65enfilade, petite tranchée d’asphalte et de brique jaune et rose dans un chaos géométrique, c’est bien New York… Si je me reto
33 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
66t remontent vers nous sans ralentir. Une femme en jaune, suivie d’un homme. Comme ils s’approchent, on voit qu’elle tient la
67pomme, et son torse paraît nu dans un fin sweater jaune. Elle rit, jette la pomme, et nous salue de la main. Le jeune homme m
34 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
68de leur grade académique, longs capuchons rouges, jaunes, bleus ou violets, attachés sous le rabat et pendant sur le dos. Tout
35 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
69artères de Pest, le Pont des Chaînes sur les eaux jaunes du Danube, puis ces ruelles de Buda, qui montent sur les flancs d’un
36 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
70de leur grade académique, longs capuchons rouges, jaunes, bleus ou violets, attachés sous le rabat et pendant sur le dos. Tout
37 1947, Vivre en Amérique. Épilogue. La route américaine
71. Trois pistes blanches délimitées par des lignes jaunes et noires, entre lesquelles se déplacent lentement, de droite à gauch
38 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
72trois vitesses. Sol de dalles grises polies, murs jaunes et beaucoup de meubles. Quand je sonne, trois serviteurs paraissent a
73et compliqués, entre de hautes façades peintes en jaune. Statuettes vêtues de soie et de fleurs dans des niches, comme à Napl
74ples traits, non sans l’avoir mêlée d’un colorant jaune d’or ou vermillon. ⁂ Quartier purement indien du centre de Bombay : c
75d’un violet sombre, semée de fleurs gris-clair et jaunes. Pantalons blancs étroits, souliers de soie noire, tête nue. Un princ
39 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
76dernier défi au Soleil disparu derrière l’horizon jaune de la mer d’Occident. C’est le cri de l’âme « exilée », qui ne s’arra
40 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
77sme. Quelques Blancs, je l’espère, et beaucoup de Jaunes, les Rouges n’étant plus qu’un souvenir. L’action fille du rêve Nos
41 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). François Fontaine, La Nation frein (juin-juillet 1956)
78aires : celui du monde communiste, celui du monde jaune, celui du monde musulman seront surmontés ou non selon que nous devie
42 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
79dernier défi au Soleil disparu derrière l’horizon jaune de la mer d’Occident. C’est le cri de l’âme « exilée », qui ne s’arra
43 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
80ui en couperait le plus, les touffes parfumées du jaune safran ; mais la princesse, cueillant à pleines mains les roses respl
44 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
81iiie siècle, puis par les Russes et par le péril jaune au xixe , et finalement par les Deux-Grands-qui-ont-la-Bombe. Mais en
45 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
82chent les rives, et la piste d’ardoise aux lignes jaunes écarte largement les forêts basses et denses aux couleurs de l’été in
83nue bordée d’arbres immenses aux petites feuilles jaune vif et de larges bandes de gazons ; en retrait, des maisons de bois b
46 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
84 Malplaquet, deux régiments bernois aux parements jaune et bleu, couleur de la famille von May, l’un servant Louis XIV et l’a
47 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
85. Le château qui domine la petite ville en pierre jaune fut celui des rois de Bourgogne transjurane, au xe siècle, puis des
48 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
86t en Suisse les bancs de bois peints en faux bois jaune clair. On s’attendait à être interrogé dans les trois langues nationa
49 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
87 du CICR (69 ans, veston léger « avec petite rose jaune au revers laissant voir un admirable gilet blanc ») se trouve chargé
50 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
88ur les murs des villes bretonnes, des affichettes jaunes clament : « La Bretagne crève ! Pas d’emplois nouveaux, fermeture d’u
51 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
89rait fait frémir Lénine ! — on reparle d’un péril jaune, en attendant le péril noir. Je n’y crois guère. Notre éclipse n’est
52 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
90s, on jouait des opéras dans des décors de marbre jaune. Et dans la forteresse Lobrienac paraissait le spectre d’Hamlet. Tous