1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1, et une nuit, nous fîmes le procès de toutes les jouissances humaines. L’espèce de sincérité terroriste dans laquelle nous nous ob
2 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
2hes, cherchant uniquement à se satisfaire dans la jouissance présente. La structure même de ses romans est un indice révélateur, c
3 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
3ensée sans douleur, contre une bourgeoisie que la jouissance du téléphone et de l’ascenseur console de sa déchéance morale, déchéa
4 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
4la création. Et le but du loisir, ce n’est pas la jouissance, mais la création. Nous n’avons pas le goût du vide. Par cet acte, tr
5 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
5la création. Et le but du loisir, ce n’est pas la jouissance, mais la création. Nous n’avons pas le goût du vide. Par cet acte, tr
6 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
6ui assimilaient de plus en plus la culture à la « jouissance » d’un consommateur distingué. Mais ici, l’équivoque matérialiste se
7 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
7 son mépris des fins humaines du crédit, et de la jouissance actuelle des biens terrestres. Une seule chose intéresse le théologie
8 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
8ui assimilaient de plus en plus la culture à la « jouissance » d’un consommateur distingué. Mais ici l’équivoque matérialiste se m
9 1936, Esprit, articles (1932–1962). Erskine Caldwell, Le Petit Arpent du Bon Dieu (novembre 1936)
9 les égoïsmes de la vie sexuelle, la vision d’une jouissance infinie, tout cela ne fait que donner satisfaction au besoin humain d
10 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
10e, l’enrichir d’imprévu, de risques exaltants, de jouissances toujours plus violentes ou flatteuses. C’est tout le possible qui s’o
11 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
11 référer à rien qui « juge » et qui « mesure » la jouissance qu’on en tire. Seul un respect acquis de l’ordre [p. 240] social sout
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
12. Il s’élance vers l’instant suprême où la totale jouissance est de sombrer. ⁂ Les mots du Jour ne peuvent décrire la Nuit, mais l
13est la Mort — et l’on perd ce que l’on avait — la jouissance de la vie. Mais cette perte n’est pas sentie comme un appauvrissement
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
14t l’agapè chrétienne ; c’est l’Éros grec, qui est jouissance, et jouissance d’une naturelle et surnaturelle Beauté… gardant jusqu’
15ienne ; c’est l’Éros grec, qui est jouissance, et jouissance d’une naturelle et surnaturelle Beauté… gardant jusqu’en ses plus sub
16e mariage devient possible, qui signifie non plus jouissance de l’Éros, mais fécondité de l’Agapè. Ainsi la mystique orthodoxe app
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
17 les égoïsmes de la vie sexuelle, la vision d’une jouissance infinie, tout cela ne fait que donner satisfaction au besoin humain d
18. 258] désirs anodins, d’ailleurs ramenés vers la jouissance des choses, c’est-à-dire totalement invertis par rapport à l’amour co
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
19e, l’enrichir d’imprévu, de risques exaltants, de jouissances toujours plus violentes ou flatteuses. C’est tout le possible qui s’o
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
20 référer à rien qui « juge » et qui « mesure » la jouissance qu’on en tire. Seul un respect acquis de l’ordre social soutient enco
17 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
21 pardon nous replonge dans le mal, avec la sombre jouissance masochiste des « après moi le déluge » et des « tant pis pour moi ».
18 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IV : L’accusateur (5 novembre 1943)
22 pardon nous replonge dans le mal, avec la sombre jouissance masochiste des « après moi le déluge » et des « tant pis pour moi ».
19 1947, Doctrine fabuleuse. 7. Angérone
23 par mille étreintes successives, il s’élève à la jouissance imaginaire et désespérément consciente de l’Être. L’aube point. L’esp
20 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
24Il n’en demande pas la définition. Il en exige la jouissance immédiate, à n’importe quel prix. En ce milieu du xxe siècle, c’est
21 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
25 à l’objet de son espérance celui d’une immédiate jouissance. La même ardeur l’anime, le même élan de foi, mais il croit voir soud
22 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
26 à l’objet de son espérance celui d’une immédiate jouissance. La même ardeur l’anime, le même élan de foi, mais il croit voir soud
23 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
27passion plutôt que de s’y opposer réellement ; la jouissance en est accrue, la victoire est certaine et l’obstacle n’est qu’un sti
24 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
28es que dans la mesure où elles nous procurent une jouissance. La divinité n’est un objet d’amour que parce qu’elle représente une
29 en elle la forme de son plaisir, la source de sa jouissance. Dans la joie de la possession, la souffrance du désir [p. 235] est p
30propre nature essentielle, qui est la joie. Toute jouissance, tout plaisir est une expérience du divin… Mais l’amour parfait est c
31: « Celui qui cherche l’amour dans l’espoir d’une jouissance est la victime du désir. Le sage accepte les plaisirs sensuels quand
25 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
32rsé à proportion de trois jours par année pour la jouissance de leur maison ou habitation… Les organes de la Confédération sont e
26 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
33e dont le but sera d’assurer à chacune d’elles la jouissance des avantages que le ciel leur a donnés, ainsi que de maintenir une p
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
34 peuple nombreux : là, une industrie créatrice de jouissances appelait les richesses de tous les climats, et l’on voyait s’échanger
35, là où maintenant, dans le tourbillon de tant de jouissances, le cœur et les yeux ne peuvent suffire à la multitude des sensations
28 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
36ux arts, de nouveaux objets d’envie, de nouvelles jouissances et commodités de la vie, il n’en subsiste pas moins, en général, une
29 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.4. Napoléon et l’Europe
37 eût proposé pour la prospérité, les intérêts, la jouissance et le bien-être de l’association européenne. Il eût voulu les mêmes p
38uelle perspective alors de force, de grandeur, de jouissances, de prospérité ! Quel grand et magnifique spectacle ! … Quoi qu’il en
30 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
39, d’honneur de province, qui serait à la fois une jouissance et une vertu. Mais la jalousie de l’autorité les surveille, s’alarme,
31 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
40passion plutôt que de s’y opposer réellement ; la jouissance en est accrue, la victoire est certaine et l’obstacle n’est qu’un sti
32 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
41es que dans la mesure où elles nous procurent une jouissance. La divinité n’est un objet d’amour que parce qu’elle représente une
42 en elle la forme de son plaisir, la source de sa jouissance. Dans la joie de la possession, la souffrance du désir est pour un in
43propre nature essentielle, qui est la joie. Toute jouissance, tout plaisir est une expérience du divin… Mais l’amour parfait est c
44: « Celui qui cherche l’amour dans l’espoir d’une jouissance est la victime du désir. Le sage accepte les plaisirs sensuels quand
33 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
45roportionnée, qui sans augmenter le nombre de ses jouissances, pouvoit lui donner sur eux un ascendant funeste à la liberté ; l’Ass
34 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.3. Interaction de l’économique et du politique
46ite, aboutirait nécessairement à les priver de la jouissance de leur présente autonomie : elles devraient tout demander à l’État,
35 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
47tte sentence courtoise signifie que fin amors est jouissance du désir, non du plaisir ; mais on peut en étendre le sens jusqu’à vo
36 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
48ogrès matériel incontestable, de la Démocratie de jouissance qu’il permet, et des régimes totalitaires qui en résultent. L’illimit