1 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
1rité bourrue mais raffinée, cette ivresse verbale jugulée par une constante mauvaise humeur, tout cela compose une atmosphère p
2 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
2aux luttes politiques : il supprime les partis et jugule la presse. L’État fasciste enfin résume et codifie officiellement l’i
3 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
3emandait à se développer en lui ; du fait qu’il a jugulé démon, magie et titanisme, et qu’il est devenu classique, faut-il con
4 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
4 la conscience d’une politique positive, visant à juguler l’anarchie des États. Voici d’abord des pages peu connues de Machiave
5 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.6. En marge des grands plans, l’utopie prolifère
5c’est toujours pour assurer la paix, et donc pour juguler les souverainetés que l’on se propose d’unir les puissances chrétienn
6 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
6lturelle, c’est-à-dire la paix par la fédération, jugulant l’anarchie des États souverains ; la prospérité par une économie à la
7 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
7ait comprendre aux Européens qu’il était temps de juguler leurs sanglants chauvinismes, et cela devait amener, nous l’avons vu,
8 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
8e et la culturelle : — la paix par la fédération, jugulant l’anarchie des États souverains ; — la prospérité par une économie à
9 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
9le ans durant lequel Satan, principe du mal, sera jugulé, ce qui signifie l’exploitation de l’homme par l’homme et surtout par