1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hugh Walpole, La Cité secrète (décembre 1929)
1oir. Pendant qu’il est encore ébahi du fracas, le juif survient avec une méthode simplifiée pour l’exploitation des ruines.
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Alfred Colling, L’Iroquois (décembre 1926)
2in rencontre, dans l’inévitable bar, le couple de juifs espagnols qui va l’entraîner avec son mauvais cœur, dans une aventure
3 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
3imposer pourtant. M. Lecache présente le problème juif avec une obstination à ne rien cacher qui le mène profond. Une famill
4à ne rien cacher qui le mène profond. Une famille juive dans le Marais. Le père est un tailleur, biblique, austère et probe,
5ssement pittoresque dans la description du milieu juif, prend une âpre rapidité avec l’ascension de Jacob et ses luttes. On
4 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
6istes ou terroristes, Européens expérimentateurs, juifs russes méthodiques — s’émeuvent les masses de coolies, d’ouvriers arm
5 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
7 Dans les dancings, un peuple de fêtards modérés, Juifs et ressortissants de la Petite-Entente, applaudissait chaque soir ent
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
8n Hongrie. Il y a de petits nobles déclassés, des juifs, des paysans, des communistes, de grands nobles, et des tziganes. D’a
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
9 Dans les dancings, un peuple de fêtards modérés, Juifs et ressortissants de la Petite-Entente, applaudissait chaque soir ent
8 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
10ses les avaient tous tués au Morgarten ! — et mes Juifs de grogner d’aise. La noblesse germanique fait encore des enfants et
11lassique, l’accent profond et nasillard d’origine juive ; une main pend sur l’ébène, succombant à ses bagues. On voudrait que
9 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
12n Hongrie. Il y a de petits nobles déclassés, des juifs, des paysans, des communistes, de grands nobles, et des tziganes. D’a
10 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
13urope bourgeoise, résignée à laisser ce monde aux Juifs, puisque tout est perdu, mais héroïquement attachées à leur terre, à
11 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
14e païen est une légende, et une légende d’origine juive, car elle remonte à Heine. Elle est un mythe, au moyen duquel on peut
12 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
15ser de recettes morales inventées par les anciens juifs, Kant, Joseph Prudhomme ou le pasteur Charles Wagner. Tel est l’aspec
13 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
16xplique simplement par le fait que Trotski est un Juif. Voilà, n’est-ce pas, deux points de vue inconciliables et contradict
14 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
17 ni sur des origines communes. « Il n’y a plus ni Juif ni Grec », écrit saint Paul. Elles ne tiennent compte ni de la race,
18pirituelle, à partir de laquelle il n’y a plus ni Juifs ni Grecs. Elle ne demande pas : que crois-tu ? qu’espères-tu ? mais e
15 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
19xplique simplement par le fait que Trotski est un Juif. Voilà, n’est-ce pas, deux points de vue inconciliables et contradict
16 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
20ne bouchère, un banquier, une dactylo, un peintre juif — c’était dans son atelier — et une grande vedette de music-hall dont
17 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
21d’autant plus absurde que ce livre — écrit par un juif ! — a été condamné en Allemagne. p. 292 n. « Kasimir Edschmid, D
18 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
22 en présence du Verbe divin incarné dans un homme juif, l’acte de foi impossible à l’homme, celui que Pierre fit lorsqu’il d
19 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
23entre les pharisiens, nommé Nicodème, un chef des juifs, qui vint, lui, auprès de Jésus, de nuit, et lui dit : Rabbi, nous sa
20 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
24erons pas à la civilisation sous prétexte que les juifs allemands en ont donné, selon vous, une caricature. Il faut que nos l
21 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
25onnu de civilisation plus finaliste que celle des Juifs sous l’ancienne alliance. La grandeur d’Israël est d’avoir incarné un
22 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
26ndance bourgeoise, en Allemagne de son ascendance juive.) La culture officielle aura pour premier objectif de développer excl
23 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
27ion, leur lutte contre la mort et l’anarchie. Les Juifs ont eu la Loi et la prophétie ; les Grecs, l’homme dans la cité ; les
24 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sur l’esprit incarné (février 1936)
28pposition de Pilate et des docteurs nationalistes juifs qui criaient avec la populace : Crucifie ! et relâche Barabbas — oppo
25 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
29uisse exciter immédiatement : c’est ainsi que les Juifs deviendront les 200 familles du racisme 57 , les « ennemis de la nati
26 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
30 nous montre que le système de propriété chez les Juifs est presque communiste ! Jésus est l’ami des pauvres, des péagers. Ma
27 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
31st d’une classe particulière, dispersée comme les Juifs le sont chez les Gentils. Pourquoi ne l’ai-je compris vraiment qu’à l
28 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
32 nous montre que le système de propriété chez les Juifs est presque communiste ! Jésus est l’ami des pauvres, des péagers. Ma
29 1937, Esprit, articles (1932–1962). Robert Briffaut, Europe (janvier 1937)
33a, nous apprend M. Briffaut, parce qu’une baronne juive avait refusé de coucher avec un certain prince Nevidoff, propriétaire
30 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
34d’un état-major de SS ou de SA. Les propriétaires juifs qui n’ont pas émigré essayent de louer un ou deux étages. Nous avons
35rop luxueusement 1900, mais ils sont réservés aux juifs, comme j’aurais dû le voir par cette indication : für n. a. (pour non
36t de drapeaux qu’il faut teindre dans le sang des juifs. Fin de novembre 1935 Huit semaines de séjour, quatre d’enseignemen
37s sur les mesures vexatoires prises à l’égard des juifs (c’est très simple : ils ne peuvent ni rester ni partir), il en vient
38accompli, ou à penser l’irréversible. Et l’esprit juif sans doute plus que tout autre : c’est pourquoi il est libéral. Rien
39re : c’est pourquoi il est libéral. Rien de moins juif, à mon sens, que Marx.) Ce qui est passé, c’est une forme de culture,
40d’écrire ailleurs 6 . Je noterai simplement qu’un juif, cultivé, libéral et bourgeois, ne peut vraiment concevoir l’hitléris
41 lui demeure impénétrable — loin de là ! bien des juifs le partagent — mais c’est une conception du monde fondée sur la force
42eurs injuste, ou inexact, de dire en général : le juif. Ici même, j’en distingue au moins trois espèces des plus diverses. L
43ngue au moins trois espèces des plus diverses. Le juif dont je viens de parler se confond presque avec le type européen du l
44s les premiers dans une classe où se trouvent des juifs… Ou bien le ressentiment n’est pas le seul fait des gauches ; ou bie
45erons pas à la civilisation sous prétexte que les juifs allemands en ont donné, selon vous, une caricature. Il faut que les l
46 inquiets, opposants complices. Et seuls mes amis juifs me donnaient du régime une interprétation étonnamment conforme aux pr
31 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
47aquer dans le christianisme : les obscènes contes juifs, le dogme du péché originel (né de la volonté de domination mondiale
48inel (né de la volonté de domination mondiale des juifs) ; le dualisme de l’âme [p. 79] et du corps, d’origine juive ; la nég
49 dualisme de l’âme [p. 79] et du corps, d’origine juive ; la négation de la vie ; l’immoralité de l’amour du prochain sans ch
32 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
50uisse exciter immédiatement : c’est ainsi que les juifs deviendront les 200 familles du racisme 21 , les « ennemis de la nati
33 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
51ont passées », dit saint Paul, « il n’y a plus ni Juif ni Grec, et tu es mon frère en la cité nouvelle si tu partages mon es
52 conversion à partir de laquelle il n’y a plus ni Juifs ni Grecs aux yeux de l’esprit. Elle ne demande pas : que crois-tu ? q
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
53 ni sur des origines communes. « Il n’y a plus ni Juif ni Grec », écrit saint Paul. Elles ne tiennent compte ni de la race,
54pirituelle, à partir de laquelle il n’y a plus ni Juifs ni Grecs. Elle ne demande pas : que crois-tu ? qu’espères-tu ? mais e
35 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
55n, tout était réglé par le droit d’État. Chez les Juifs, c’était la Loi de Moïse qui ordonnait toute l’existence dans ses plu
56is que la pensée. Mais aujourd’hui que la Loi des Juifs, le droit et la théologie sont méprisés ou ignorés, [p. 77] maintenan
36 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
57n, tout était réglé par le droit d’État. Chez les Juifs, c’était la Loi de Moïse qui ordonnait toute l’existence dans ses plu
58is que la pensée. Mais aujourd’hui que la Loi des Juifs, le droit et la théologie sont méprisés ou ignorés, maintenant que to
37 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
59ôme. Et tout d’abord, le Diable est une invention juive. C’est-à-dire que le Diable est juif comme l’automobile est américain
60e invention juive. C’est-à-dire que le Diable est juif comme l’automobile est américaine, ou comme la Panzerdivision est all
61En fait, l’idée première du Diable fut donnée aux Juifs par l’Orient et ses mystères dualistes, lorsqu’Israël était captif à
38 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
62pirituelle, à partir de laquelle il n’y a plus ni Juifs, ni Grecs. Elle ne demande pas : [p. 69] que crois-tu ? qu’espères-tu
39 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
63r, de l’étranger, du Traité de Versailles, ou des Juifs, ou des Soviets, ou des Ploutocrates anglo-saxons, donc des autres, t
40 1942, La Vie protestante, articles (1938–1978). Perspectives d’avenir du protestantisme (2 janvier 1942)
64t le pardon, à partir desquels « il n’y a plus ni juif ni grec ». Elle ne demande pas « Que crois-tu ? Qu’espères-tu ? », ma
41 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
65ble ? C’est le Dieu qui donna la Loi, le Dieu des Juifs « qui ne tient pas le coupable pour innocent. » Pourquoi demeure-t-il
42 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le mensonge allemand (16 août 1945)
66t. « Quelques-uns de mes meilleurs amis sont des Juifs… » commença le bonhomme antisémite, affirmant son humanité et sa parf
67t que des mensonges propagés à l’étranger par les Juifs, les ploutocrates américains, les démocrates et les bolcheviks ! » Qu
68 Nazi, celui qui accuse dans la même phrase « les Juifs, les ploutocrates américains, les démocrates et les bolcheviks ». Et
43 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le dernier des Mohicans (11 octobre 1945)
69isait l’an dernier restricted, signifiant que les Juifs n’étaient pas désirés. Des lois « contre les préjugés de race » ayant
44 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
70assable une fois de plus, ni fuyard, ni riche, ni juif, ni businessman, ni détrôné, voyageur ordinaire d’une époque qui ne l
45 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
71Hitler interdirait leur jazz, persécuterait leurs juifs, étatiserait leur industrie, supprimerait la presse libre et la radio
46 1946, Journal des deux Mondes. 11. Intermède
72re, nous trouvions qu’il y avait [p. 175] trop de juifs réfugiés. Des gens frappés par le malheur, où que ce soit, il y en a
47 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
73dernier : restricted, [p. 215] signifiant que les Juifs n’étaient pas désirés. Des lois « contre les préjugés de race » ayant
74a vente d’un grand hôtel à une nouvelle direction juive. Là-dessus, il devient éloquent. — Et savez-vous que ces Juifs ont le
75sus, il devient éloquent. — Et savez-vous que ces Juifs ont le toupet de faire payer la pension beaucoup plus cher aux chréti
76 Pour nous, c’est dix dollars de plus que pour un Juif ! — Mais cet hôtel, si je ne me trompe, était restricted l’an dernier
77 qui avons commencé. Et les mesures prises par ce Juif sont de bonne guerre. De plus elles sont conformes au génie juif, tel
78nne guerre. De plus elles sont conformes au génie juif, tel que l’ont façonné nos persécutions. Au lieu d’interdire brutalem
79ofit. — Eh bien, puisque vous abordez la question juive, parlons-en ! Mais je tiens à vous dire tout d’abord que quelques-uns
80d que quelques-uns de mes meilleurs amis sont des Juifs… Il fournissait ainsi la mesure de sa grande liberté d’esprit. Puis
81aire. Désormais, je commencerai toute défense des Juifs en affirmant que « quelques-uns de mes meilleurs amis sont antisémite
82juillet 1945 Le mensonge allemand. — Au problème juif, la défaite de l’Allemagne est en train d’ajouter le problème alleman
83t que des mensonges propagés à l’étranger par les Juifs, les ploutocrates américains, les démocrates et les bolcheviks ! » Qu
84 Nazi, celui qui accuse dans la même phrase « les Juifs, les ploutocrates américains, les démocrates et les bolcheviks ». Et
48 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
85ou sur des origines communes : « Il n’y a plus ni Juif ni Grec. » Elles ne se fondent pas sur la classe ou la race, ni sur q
49 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
86ytériens, pentecôtistes, méthodistes, luthériens, Juifs réformés, hindouistes, huguenots, Science divine, congrégationnaliste
50 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
87s [p. 41] yeux que la question noire, la question juive et la question indienne en Amérique du Nord. (Et, vraiment, ce n’est
51 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
88ytériens, Pentecôtistes, Méthodistes, Luthériens, Juifs réformés, Hindouistes, Huguenots, Science divine, Congrégationalistes
52 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
89elle, est aujourd’hui en majorité catholique. Les Juifs, les Noirs, les Irlandais, les Polonais, les Italiens qui forment ens
53 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
90aux — chinois, allemand, italien, tchèque, nègre, juif, etc. — qui n’ont de commun que la saleté et l’ordonnance géométrique
54 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
91oyen-Âge, on avait oublié qu’il y eût un problème juif. Tout se passe comme si l’écrasement du foyer même de ce mal infernal
55 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
92en que ces régimes sont populaires comme les lois juives de Vichy étaient juives, comme les bagnes d’enfants sont enfantins. «
93populaires comme les lois juives de Vichy étaient juives, comme les bagnes d’enfants sont enfantins. « Populaires », oui, pour
56 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Découverte de l’Europe (octobre 1949)
94de deux mille ans qu’on la connaît : la mort d’un Juif obscur, près de Jérusalem, a fait moins de bruit, en son temps, que l
57 1949, Le Semeur, articles (1933–1949). « Les protestants et l’esthétisme » (février-mars 1949)
95le nombre des écrivains catholiques, protestants, juifs et athées correspond à peu près au nombre des catholiques, protestant
58 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
96 était aussi monstrueuse que celle de millions de juifs par Hitler au nom du racisme, et compromettait au surplus un idéal un
59 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
97ui-même n’était pas celui que l’on croit, mais un juif espagnol converti, qui avait conçu l’idée d’obtenir du Mogol l’or néc
60 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
98 Ce scandale pour les Grecs, cette folie pour les Juifs, ce désordre aux yeux des Romains, cet avatar de plus aux yeux des Or
99u’il déclare périmée n’est pas seulement la Thora juive (quoi qu’il en pense) mais c’est le système entier du monde antique,
61 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
100 « résulte » de rien. Esaïe l’avait vue, mais les Juifs l’ont niée, et pas un historien ne la rendra plausible : ils calculen
62 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
101re, ni davantage à la personne. Seule la religion juive fait exception dans le monde antique. Ses Prophètes ont cru que Jahvé
63 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
102omme, dans cet Ulysse au cœur chrétien, d’origine juive, qui sera fondateur d’Empire. Et son vrai nom est Cristobal Colon 50
64 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
103re, ni davantage à la personne. Seule la religion juive fait exception dans le monde antique. Ses prophètes ont cru que Iahvé
65 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
104 la personne du citoyen ; et que, de la tradition juive, nous viennent les notions de la foi, du monothéisme jaloux, et du pr
105de côté tous les apports qui ne sont ni grecs, ni juifs, ni romains, c’est-à-dire les apports germaniques, celtes, arabes, ir
106nie préétablie entre, par exemple, le prophétisme juif et le sens grec de la mesure ; ou entre le sens critique d’un Socrate
66 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
107enté sur le tronc abrahmique, d’où sont issus les Juifs, les chrétiens, et l’Islam. Que serait l’Ange pour nos psychologues ?
108Pour les sages de l’Iran, il est ce moi. Barakat, Juif passé à l’Islam, écrit en 1165 : « … pour chaque âme individuelle, ou
67 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
109utres attendus — au nom du commandement donné aux Juifs de croître et de multiplier. C’est aussi l’argument que l’on opposa a
68 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
110ctée. Elle n’est ni corrompue par le commerce des Juifs, comme chez les Italiens ; ni empoisonnée par le voisinage des Turcs
69 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
111nol, le Chinois et le Tartare, le Chrestien et le Juif ou Mahometain ? Je dis que telles inimitiez ne sont que politiques, e
112… Toutes ces Religions (il a parlé des chrétiens, juifs, mahométans et même des païens) se fondent sur preuves, allèguent leu
70 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
113 vues à Rome, le christianisme, issu de la nation juive, s’étend aux gentils de toute race ; il leur confère par le baptême l
114les hymnes à la gloire du fils de Dieu qui est né juif et sujet d’Hérode. Voici déjà un Européen presque achevé. Un droit co
115 intellectuelle, de l’homme… c’est à la tradition juive, magnifiquement épanouie dans l’Évangile, que nous la devons. Les pro
71 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
116a racine de l’art de l’Extrême-Orient, et l’Éthos juif est à la racine de tout Éthos qui s’affirme dans le monde. Toute scie
72 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
117nté sur le tronc abrahamique, d’où sont issus les juifs, les chrétiens, et l’Islam. Que serait l’Ange pour nos psychologues ?
118Pour les sages de l’Iran, il est ce moi. Barakat, Juif passé à l’Islam, écrit en 1165 : « … pour chaque âme individuelle, ou
73 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
119aire de cet Ulysse au cœur chrétien, probablement juif d’origine, et fondateur d’empire — mais pour d’autres… Tout en lui, e
74 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
120mais c’est Karl Marx. Et qui était Karl Marx ? Un juif allemand, dont le père s’était fait protestant, et qui écrivait en An
75 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Universités américaines (12-13 janvier 1963)
121unisme russe est une création de l’Europe. (Marx, juif rhénan dont le père s’était fait, protestant, écrit au British Museum
76 1968, Réforme, articles (1946–1980). Vers l’Europe des régions ? (30 novembre 1968)
122 « Désormais, disait saint Paul, il n’y a plus ni Juifs ni Grecs ». Cette responsabilité de l’Europe s’oppose aux racismes et
77 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Vers l’Europe des régions [Entretien]
123 « Désormais, disait saint Paul, il n’y a plus ni Juifs ni Grecs. » Cette responsabilité de l’Europe s’oppose aux racismes et
78 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
124Avignon, et avec son appui réalise aux dépens des juifs qu’il fait dépouiller et des chevaliers du Temple qu’il fait exécuter
79 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
125parler de l’auteur du Capital. Karl Marx était un juif rhénan, dont le père s’était fait protestant, et qui écrivait en Angl
80 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
126l n’est pas sans intérêt de rappeler qu’Einstein, juif conscient dans un monde culturel pénétré de concepts chrétiens, ait e
127t. Nulle harmonie préétablie entre le prophétisme juif et la mesure grecque, le sens critique et la raison d’État, les relig
128ienne exprimée par saint Paul (« Il n’y a plus ni Juifs ni Grecs, ni esclaves ni hommes libres, ni hommes ni femmes, car vous
129 ce n’est pas Popov qui l’a inventé, mais bien un Juif allemand, dont le père était devenu protestant, et qui rédigeait au B
81 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
130Avignon, et avec son appui réalise aux dépens des Juifs qu’il fait dépouiller et des chevaliers du Temple qu’il fait exécuter
82 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les prophètes de la décadence (24 septembre 1970)
131ienne exprimée par saint Paul (« Il n’y a plus ni Juifs ni Grecs, ni esclaves ni hommes libres, ni hommes ni femmes, car vous
132 ce n’est pas Popov qui l’a inventé, mais bien un Juif allemand, dont le père était devenu protestant, et qui rédigeait au B
83 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
133ivées » les condamnations de Leningrad contre des Juifs qui n’ont d’autre tort que de l’être. D’ailleurs, la bonne ou mauvais
84 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
134istoire qu’on ne le pense : c’est celle du peuple juif devant ses grands prophètes !) Pour tout dire d’un mot : entre la pre
85 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
135re, pour lui substituer cet Européen typique : un Juif allemand, dont le père s’était fait protestant, et qui écrivait dans
86 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
136 de guerre ; alors qu’au Moyen Âge, le philosophe juif Maimonide pouvait écrire : « Avant le départ de l’armée, les hérauts
87 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
137angers qui menacent l’espèce : la cigarette, « le Juif international qui conspire contre le monde entier 100  », et surtout
88 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
138vées » les condamnations de Leningrad (contre des Juifs qui n’avaient d’autre tort que de l’être). D’ailleurs, la bonne ou ma
89 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Madame de Staël et « l’esprit européen » (été 1980)
139omain des institutions, mais aussi le prophétisme juif, antidote spirituel des rites, le sens germanique de la communauté, l
90 1980, Réforme, articles (1946–1980). Les Nations unies des animaux (13 décembre 1980)
140 commune aux trois grandes religions du Livre, la juive, la chrétienne et l’islamique, a été donnée par saint Paul, au chapit
91 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
141im dans sa cellule ; Robert Aron emprisonné comme Juif à Mérignac, puis caché dans un grenier à Vichy même, puis de nouveau