1 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
1 la pensée paulinienne, calvinienne, luthérienne, kierkegaardienne, dialectique… », — et « loyauté » par « humilité » ? Il me semble qu’
2 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Quelques œuvres et une biographie de Kierkegaard (26 mai 1934)
2nt combler la plus grave lacune de la littérature kierkegaardienne en France. On ne saurait trop insister sur l’utilité de ce livre. Il
3 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
3ne, appartient à la première période de la pensée kierkegaardienne. La question que pose cette œuvre, c’est celle de la foi, dans l’abso
4 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
4l’admiration ». Rien n’est plus conforme au style kierkegaardien que la manière dont M. Tisseau a publié ces quatre petits volumes de
5ard… Tout le reste est littérature, « littérature kierkegaardienne » évidemment, « admiration » et non « imitation ». Mais peut-on publi
5 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
6etour de Nietzsche (mai 1937) af Après la vague kierkegaardienne, qui marque un léger retrait dans les revues et la librairie — en att
6 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
7oit de cité qui pour d’autres va de soi. Angoisse kierkegaardienne, dans sa source, mais qui, faute d’aboutir à un Alleluia ! se rabat s
8e, même chrétienne d’inspiration ? Et la personne kierkegaardienne, fondée dans la pure transcendance, ne peut-elle pas à tout instant d
7 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
9ce qu’elle assume et souffre l’exception, au sens kierkegaardien du terme. Elle exile celui qui la vit. Elle le destine à contester co
8 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
10 fois, par un étrange paradoxe, de la dialectique kierkegaardienne comme son cadet Kafka, et de la société autrichienne d’avant 1914 com
9 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
11 et la décision positive du spirituel, l’érotisme kierkegaardien noue sa problématique absolument nouvelle, « psycho-sensible », donc
10 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
12ce qu’elle assume et souffre l’exception, au sens kierkegaardien du terme. Elle exile celui qui la vit. Elle le destine à contester co
11 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
13, serait-il vraiment chrétien selon la conception kierkegaardienne ? Le développement qui suit rétablit l’exigence existentielle. Le suj
14t, que l’Individu. Or on sait que cette catégorie kierkegaardienne par excellence désigne l’homme isolé par l’esprit, — isolé de la foul
15i crée l’Individu. Tel est le paradoxe proprement kierkegaardien. L’amour ne va pas de n’importe qui à tout le monde, mais d’un seul,
16ui élève l’homme. » Mais combien plus précisément kierkegaardienne tant par l’esprit que par le ton, et par l’évocation de Socrate — cet
12 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
17 fois, par un étrange paradoxe, de la dialectique kierkegaardienne, comme son cadet Kafka, et de la société autrichienne d’avant 1914, c
13 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
18rait-il vraiment « chrétien » selon la conception kierkegaardienne ? Le développement qui suit rétablit l’exigence existentielle. Le suj
19ue « l’Individu ». Or on sait que cette catégorie kierkegaardienne par excellence désigne l’homme isolé par l’esprit, — isolé de la foul
20ée « l’Individu ». Tel est le paradoxe proprement kierkegaardien. L’amour ne va pas de n’importe qui à tout le monde, mais d’un seul,
21ui élève l’homme ». Mais combien plus précisément kierkegaardienne, tant par l’esprit que par le ton, et par l’évocation de Socrate — ce
14 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
22niste par son sens civique et communautaire, mais kierkegaardien par son affirmation d’un Dieu totaliter aliter et sans commune mesure
15 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
23niste par son sens civique et communautaire, mais kierkegaardien par son affirmation d’un Dieu totaliter aliter et sans commune mesure