1 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
1a brume est venue comme une envie de sommeil. Une lampe dans la maison blanche nous a révélé proche la nuit. Nous nous sommes
2 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
2aux que ceux qu’il peint ou modèle, le soir, à la lampe, en compagnie de sa femme (elle peint aussi, d’un œil regardant le su
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
3ait le cœur. L’aube parut. On éteignit toutes les lampes, et les couples charlestonnaient plus furieusement dans l’ombre livid
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
4 un être ? [p. 586] 17. Insomnie J’éteignais la lampe et la veilleuse me rendait compagnon d’une momie bleuâtre, mais peut-
5 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
5 et les évocations, sous les bouteilles, — et les lampes meurent en jetant une longue flamme. À Venise, sous le brouillard qui
6 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
6tout à fait dans le genre d’Osaka, écrits sur des lampes carrées. Entre les stations, des étendues de toits de tuiles, avec de
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
7ait-ce un être ? xvii Insomnie J’éteignais la lampe et la veilleuse me rendait compagnon d’une momie bleuâtre, mais peut-
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
8ces et d’absences, — la chambre principale où une lampe arrose la pesante nappe aux dessins brodés, des verres, des coudes et
9ce et l’être, mais seulement une usure des nerfs. Lampe vide, la mèche se consume. Bois du lait, perds du temps, bats les lis
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
10 et les évocations, sous les bouteilles, — et les lampes meurent en jetant une longue flamme. À Venise, sous le brouillard qui
10 1936, Esprit, articles (1932–1962). Francfort, 16 mars 1936 (avril 1936)
11 debout, le bras levé. À huit heures sonnant, les lampes à arc s’éteignirent. Des flèches lumineuses gigantesques s’allumèrent
11 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
12prises déjà, s’étant couché fort tard, il a vu ma lampe allumée. Si cela continue, il me prendra pour un sorcier. [p. 184] Qu
13électrique a plus de « valeur culturelle » que la lampe à pétrole ; et l’eau courante que la pompe ; — et Babbitt que D. H. L
14eureux qu’un bourgeois, avec ma pompe à eau et ma lampe à pétrole. 21 mars 1935 Place aux vieux ! — Je lis dans un journal
12 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
15ne rumeur de marée, des trompettes au dehors. Les lampes à arc s’éteignent dans la salle, tandis que des flèches lumineuses s’
13 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
16en fureur parce que je lui demande d’éteindre une lampe qui me faisait mal aux yeux. Il la lance à terre et me fait une de ce
17ux, sans même que vous le sachiez, sauf quand une lampe s’éteint ? » 34. Le démon de la popularité De toutes les créatures
14 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
18n labyrinthe. Je suivais les tapis rouges, et les lampes rouges, comme lorsqu’on choisit une couleur au jeu de cartes, rouge o
15 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
19 retrouvons indiqué dans le chapeau, le verre, la lampe. Nous retrouvons le petit café vaudois autour duquel tourne la vie du
20ed saisi dans le mouvement du croquis. Et dans la lampe, il y a la mystique de l’objet utile : l’ustensile, si caractéristiqu
16 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
21vant ce papier blanc, où j’écris à la lueur d’une lampe à pétrole. [p. 39] Pourquoi sommes-nous là, quelque part, loin de to
17 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
22maison, près de la fenêtre, un petit arbre où des lampes électriques multicolores [p. 113] remplacent les bougies ; dans chaqu
18 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
23ux télétypes, visières vertes aux fronts sous les lampes dures, manches retroussées, fatigue, paniques locales entre des group
19 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
24es solitaires éteindre et [p. 192] rallumer leurs lampes. Une blonde platinée en peignoir rose ouvre son frigidaire, sort de l
20 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
25nt. Au fond d’une pièce vaste et noire une petite lampe fait une flaque rose. « Je ne trouve pas les prises ! explique-t-elle
21 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
26. Il n’y a plus que, tout près sur nos têtes, les lampes en veilleuses, et le ronron assourdi des moteurs. Une petite secousse
22 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
27ples et des solitaires éteindre et rallumer leurs lampes. Une blonde platinée en peignoir rose ouvre son frigidaire, sort de l
28t. Au fond d’une pièce vaste et noire, une petite lampe fait une flaque rose. « Je ne trouve pas les prises ! explique-t-elle
23 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
29. Il n’y a plus que, tout près sur nos têtes, les lampes en veilleuse, et le ronron assourdi des moteurs. Une petite secousse,
24 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
30ples et des solitaires éteindre et rallumer leurs lampes. Une blonde platinée, en peignoir rose, ouvre son frigidaire, sort de
25 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Souvenir d’un orage en Virginie (novembre 1946)
31nt. Au fond d’une pièce vaste et noire une petite lampe fait une flaque rose. « Je ne trouve pas les prises ! explique-t-elle
26 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
32 printemps, ou chaque soir la nuit. (Une première lampe s’est allumée. Quelqu’un dit : « Elle est là. ») Premier jugement,
27 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
33 noire, hérissées de demi-soucoupes : ce sont des lampes, et tout s’allume les soirs de fête. Nous entrons dans une rue sinueu
28 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
34urope — elle peut veiller avec sagesse près de sa lampe ou, demoiselle fort irréfléchie, s’endormir à côté de la lampe éteint
35oiselle fort irréfléchie, s’endormir à côté de la lampe éteinte — nul jour de joie ne l’attend. 196 Dans le poème intitulé
29 1966, Preuves, articles (1951–1968). André Breton (novembre 1966)
36ux télétypes. Visières vertes aux fronts sous les lampes dures, manches retroussées, fatigue, paniques locales entre des group
30 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
37ends le verset du psalmiste : « Ta parole est une lampe à mes pieds, une lumière sur mon sentier »… Je résume mon diagnostic,
31 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
38ence et entendent nous ramener au Moyen Âge, à la lampe à huile, voire à l’âge des cavernes ». Personne n’a jamais pu montrer
32 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
39ne rumeur de marée, des trompettes au-dehors. Les lampes à arc s’éteignent dans la salle tandis que des flèches lumineuses s’a