1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1 — démences de fatigués, prophétismes, excessives lassitudes ou faim de violences — on sent l’approche de quelque chose, catastrop
2e nous eussent acheté au prix d’un martyre… Cette lassitude facile à juger du dehors n’était pas ce qu’il y a vingt ans on nommai
3générations qui ne lèguent aux suivantes que leur lassitude : sachons au contraire profiter des démonstrations par l’absurde de q
2 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
4 chaleur, au long des quais sans bancs pour notre lassitude. Florence s’éloignait derrière nous qui suivions maintenant le sentie
5 d’autre nom que celui de l’instant, ô mélodieuse lassitude. Vivre ainsi simplement. Sans pensée, perdus dans un soir de n’import
3 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
6 mécanique me restitue chaque fois un peu plus de lassitude, un peu plus d’ennui. J’essayai donc de rêver. Mais cette rose oublié
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
7e autre danse reprenait. Je sentis une invincible lassitude me saisir et m’assis à l’écart. On me demandait, en passant, si j’éta
5 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
8ss, changer totalement d’atmosphère, passer de la lassitude à la turbulence, d’une propreté joliette à un désordre pittoresque, d
6 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
9s c’est le soir au camp, perpétuel. [p. 581] Une lassitude de steppe brûlante, des ondulations longues… Mais un cheval se cabre 
7 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
10laine. Mais c’est le soir au camp, perpétuel. Une lassitude de steppe brûlante, des ondulations longues… Mais un cheval se cabre 
8 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
11avec la présence d’un bruit universel ; c’est une lassitude douloureuse et bousculée au long d’un tunnel qui ressemble à la caver
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
12xigeait-elle pas qu’on mît fin à sa vie « non par lassitude ni par peur ou douleur, mais dans un état de parfait détachement de l
10 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
13s, mais aussi une certaine anxiété, peut-être une lassitude, semblaient dire : « Me voilà, c’est ainsi, tu devais t’y attendre, c
11 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
14uand les faits objectifs sont meilleurs que notre lassitude ne le pensait. Rendus conscients des forces véritables de l’Europe et
12 1951, Preuves, articles (1951–1968). Mesurons nos forces (avril 1951)
15uand les faits objectifs sont meilleurs que notre lassitude ne le pensait. Rendus conscients des forces véritables de l’Europe et
13 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
16l, réaction de l’État, dictature, sacré restauré, lassitude, vide de l’âme et retour des Barbares… [p. 69] C’est ici qu’intervie
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
17ience politique, et, vers la fin de sa vie, d’une lassitude désenchantée. Cet homme que le tsar Alexandre avait pu baptiser « le
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
18x de légères retouches, comptant peut-être sur la lassitude des citoyens ou sur l’épuisement des fonds de propagande de l’opposit
16 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
19paraît tenté de voir un symptôme de décadence, de lassitude, finalement de rejet de l’Europe ou tout au moins de sa culture. Mais
17 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
20es aux pays du tiers monde ; enfin à une certaine lassitude de la société de consommation. [p. 65] Le chômage n’est donc pas un