1 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
1de gazon ras, en teintes plates et pâles comme le lavis d’un architecte, oui, pourquoi pas ce bonheur au lavis et au compas ?
2 d’un architecte, oui, pourquoi pas ce bonheur au lavis et au compas ? La courbe d’une auto sur le gravier devant ces façades