1 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
1ci Alban devant une bête qu’il devra combattre le lendemain : « Salaud, cochon, saligaud ! » Il l’apostrophait ainsi tout bas, s
2 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
2, [p. 104] je ne saurai jamais rien… (sinon qu’au lendemain je n’avais plus un sou). Je n’ai jamais revu l’étranger. Quelquefois
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
3ement prosaïque à la fois et bêtement heureux. Le lendemain était le premier jour du printemps. Les rues riaient. Le ciel descend
4parole quand je vins lui souhaiter le bonsoir. Le lendemain, ses cheveux avaient légèrement blanchi. Il me regardait avec une ter
4 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
5et mit la lettre dans la première boîte venue. Le lendemain, il reçut une réponse : « Vous avez commis une erreur, cher ami, mais
5 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
6ant et nous sommes rentrés en Europe. Mais dès le lendemain, m’échappant du programme, il a bien fallu que je recherche le chemin
7itoire, mais plus symbolique qu’efficace. Et sans lendemain. Ce mélange, en toutes choses, d’enfantillage et de grandeur, d’imagi
6 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
8vibrant et nous sommes rentrés en Europe. Mais le lendemain, m’échappant d’un programme admirable, nourrissant et officiel, il a
9itoire, mais plus symbolique qu’efficace. Et sans lendemain. Ce mélange, en toutes choses, d’enfantillage et de grandeur, d’imagi
7 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
10 étrange, et que l’on eût difficilement prévue au lendemain de la guerre, c’est sur la notion — et la pratique — du service néces
8 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
11rritent de nos cris. Il est vrai que certains, au lendemain de la guerre, ont trop souvent crié au loup, par goût des atmosphères
9 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
12de qu’on serait sûr de retrouver bien en place le lendemain. L’angoisse qui plane vaguement, et parfois précisément, sur la civil
10 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
13rritent de nos cris. Il est vrai que certains, au lendemain de la guerre, ont trop souvent crié au loup, par goût des atmosphères
11 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
14. La dictature « de transition » fut installée au lendemain de la révolution d’Octobre pour assurer provisoirement le régime nouv
12 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
15le, lui tirent dessus. Il s’échappe et revient le lendemain. Il prêche dans le quartier des prostituées, souvent lapidé. Épuisé p
13 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
160] cette révolte un certain ascétisme : celui des lendemains amers de débauche. Il y a aussi dans la doctrine déterministe qu’elle
14 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
17ntes, enfin l’espèce d’incertitude insouciante du lendemain dans laquelle on parvient assez vite à composer son équilibre, sont p
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
18t pas elle, c’est sa plate raison qui prépare les lendemains de la révolution. Le sentimentalisme auquel s’abandonne Rousseau peut
16 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
19i était fondée sur la raison s’est résolue dès le lendemain de son succès, en une pratique qui est une tyrannie, tandis que la do
17 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
20onsidérés dans leurs rapports avec la culture, au lendemain de la prise du pouvoir. Il m’apparaît que ce parallèle met en lumière
18 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
21es de Marx, non moins que ceux de Sorel. Jusqu’au lendemain de la guerre, il était difficile de mettre en doute la sincérité de s
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
22pédalant contre le vent dans l’obscurité. Mais le lendemain il n’en reste rien qu’un peu de courbature dans les jambes. 16 déce
23Il soufflait très vite, il avait l’air malade. Le lendemain nous le trouvions mort. Et je l’avais oublié là, sans sépulture, cach
24jours. Pour la raison très simple que le souci du lendemain [p. 59] provisoirement écarté, je serais tombé dans le journal intime
25 ne s’agit plus de rien que de trouver le pain du lendemain, et c’est le cas du très grand nombre. D’autre part, ceux qui « jouis
26ucher ! Ils mangent et on va se coucher. C’est le lendemain matin que j’ai vu qu’ils avaient pris la chèvre. Des hommes mariés de
20 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
27ns bouger, et s’envole d’un coup vers le soir. Le lendemain, il est là, de nouveau, posé sur une tuile ronde. Il y a quelque chos
28us d’emploi, et ne sait plus de quoi sera fait le lendemain. — Admettez que cela ne vous empêche pas de vivre assez bien, à votre
29le seuil de la remise. Un beau soleil luit sur ce lendemain de bataille. Pendant des heures, la petite chienne Marquise, — c’est
21 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
30pédalant contre le vent dans l’obscurité. Mais le lendemain il n’en reste rien qu’un peu de courbature dans les jambes. 16 décemb
31Il soufflait très vite, il avait l’air malade. Le lendemain nous le trouvions mort. Et je l’avais oublié là, sans sépulture, cach
22 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jacques Benoist-Méchin, Histoire de l’armée allemande depuis l’armistice (mars 1937)
32ecompose autour de l’aventure du GQG prussien, au lendemain de l’armistice. La thèse de l’auteur paraît aussi solide qu’inattendu
23 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
33ns bouger, et s’envole d’un coup vers le soir. Le lendemain, il est là de nouveau, posé sur une tuile ronde. Il y a quelque chose
34le seuil de la remise. Un beau soleil luit sur ce lendemain de bataille. Pendant des heures, la petite chienne Marquise, — c’est
24 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
35la pauvreté. Ce goût qu’elle donne à l’attente du lendemain et des signes providentiels. Et toutes les joies qui n’ont pas de nom
25 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
36 nos rapports, c’est une passade, une erreur sans lendemain » et tantôt : « C’est tellement vital pour moi, tellement plus import
37core une tentation de la passion que ce souci des lendemains qui obsède aujourd’hui tant de fronts ? Notre vie ne se joue pas dans
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
38 nos rapports, c’est une passade, une erreur sans lendemain », et tantôt : « C’est tellement vital pour moi, tellement plus impor
39core une tentation de la passion que ce souci des lendemains qui obsède aujourd’hui tant de fronts ? Notre vie ne se joue pas dans
27 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). « Le matin vient, et la nuit aussi » (7 juin 1939)
40Comme si le désordre était sans précédent et sans lendemain prévisible. Et pourtant le désordre dure. Il se confond avec notre vi
41es et des nuits plus terribles que les nôtres, au lendemain des grandes invasions, du cinquième siècle au huitième de notre ère,
28 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
42ecueils de documents sur Nicolas que publiait, au lendemain de la guerre, Robert Dürrer, historien du canton d’Unterwald. C’est u
29 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
43 se dire encore « de droite » ou « de gauche » au lendemain de la guerre d’Espagne et du Pacte germano-russe ? Les Espagnols se s
30 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
44oute défense efficace du pays. C’est pourquoi, au lendemain des prises de contact préalables organisées entre diverses personnali
45lure des traités théoriques et des compromis sans lendemain, mais nous donnons à leurs militants la possibilité de nouer des lien
31 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
46emande pas que nos paroisses décrètent du jour au lendemain le partage de tous les biens et décident d’établir un régime communis
32 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
47rre, à payer des ambulances pour l’Angleterre. Le lendemain même de l’élection, toute la presse qui venait de soutenir Willkie av
33 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
48es aux choses religieuses : sujets des sermons du lendemain, nouvelles des missions et de nombreuses activités sociales, programm
49cesseront de les souligner et de les détailler le lendemain, c’est qu’ils sont réellement essentiels à la compréhension de la dém
34 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
50uie qui est diabolique, mais c’est de le faire au lendemain d’un discours où l’on invoque « le droit des peuples à disposer d’eux
51, les peuples de la terre vont s’éveiller dans un lendemain d’ivresse, une gueule de bois mondiale. — Que se passe-t-il ? J’ai tr
35 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
52scente de lit. Puis elle s’endormit, fatiguée. Le lendemain, il vivait encore. — Pourquoi t’ai-je battu ? lui dit-elle ? Si tu ne
36 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
53es vertus devant mes yeux non comme une utopie de lendemains meilleurs, car l’Ecclésiaste avait raison, « les hommes ne savent rie
37 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
54lités stéréotypées, voilà les films américains au lendemain de la guerre. Les critiques, les échos de presse, et même les spectat
55et violacée de Stokowsky. Par malchance, c’est au lendemain de la première de Fantasia à Buenos Aires que j’ai rencontré Walt Dis
38 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
56es fragments. Le « journaliste » est l’homme sans lendemain. 5 avril 1939 Ce chef d’État offre, dit-on, d’évacuer une île dont
57 le désordre était sans précédent [p. 24] et sans lendemain prévisible. Et pourtant le désordre dure. Il se confond avec notre vi
58es et des nuits plus terribles que les nôtres, au lendemain des grandes invasions, du cinquième siècle au huitième de notre ère,
39 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
59st encore Valéry qui écrivait prophétiquement, au lendemain de la victoire (celle de 1918) : « Nous autres civilisations, nous sa
60rouvé une chambre immense pour nous quatre. Et le lendemain nous étions accueillis dans cette Quinta toute hérissée de grilles et
40 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
61orte quoi, que n’importe qui d’autre a pu dire le lendemain. Il est clair qu’on n’atteint le public américain que par la radio et
41 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
62versation s’est arrêtée à mon entrée. Le [p. 137] lendemain, j’ai mon accident en faisant quelques balles à San Isidro, la maison
63e journal : c’est un article qui doit paraître le lendemain, où l’on discute mes idées sur le Diable. — Qu’en savez-vous ? Je n’
42 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
64ondait hier et qu’on ne trouve plus nulle part le lendemain. La viande parfois, ou le whisky, ou le beurre, ou les cigarettes. Le
43 1946, Journal des deux Mondes. 16. Journal d’un retour
65ubliée. Mais que dire de la foule que j’ai vue le lendemain aux trottoirs des Champs-Élysées. Je me disais : non, ce n’est pas vr
44 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
66Paris a été fêtée un soir à New York, démentie le lendemain, confirmée quelques jours plus tard. Effet manqué. C’était pourtant,
45 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
67uilibre et que la radio ne cesse de ronronner. Le lendemain on se pose en Floride, sur un terrain loué d’avance. (Querelle dans l
46 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
68946) au Comment un Américain juge la France Au lendemain de la démission d’un nième cabinet à Paris, un Américain me disait :
47 1946, Journal de Genève, articles (1926–1982). Journal d’un retour (11-12 mai 1946)
69ubliée. Mais que dire de la foule que j’ai vue le lendemain aux trottoirs des Champs-Élysées ? Je me disais : « Non, ce n’est pas
48 1946, Réforme, articles (1946–1980). À hauteur d’homme (1er juin 1946)
70de la politique. Car celle-ci ne commencera qu’au lendemain de la proclamation des résultats. Votez donc, mais ce geste nécessair
49 1946, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Monsieur Denis de Rougemont, de passage en Europe, nous dit… [Entretien] (4 mai 1946)
71icains en écoutent énormément, et les oublient le lendemain. J’ai donc écrit un livre sur la Suisse, en collaboration avec Mme Ma
50 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
72qu’à s’endormir, ou bien à passer à l’attaque. Ce lendemain d’une guerre de Trente Ans ne ressemble guère à une victoire, il faut
51 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
73drai donc l’express du soir. J’arrive à Berlin le lendemain. Sur le seuil de notre villa de Zehlendorf, ma femme m’attend, grave
52 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
74ures, à la veille d’une épreuve décisive. Mais le lendemain il reparaît peu avant le match, affreux à voir, le visage taché de bo
75rre, et quand je me réveille couvert de terre, le lendemain matin, je me sens propre ! La forêt, le fouillis, les feuilles, c’est
53 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
76rre, à payer des ambulances pour l’Angleterre. Le lendemain même de l’élection, toute la presse qui venait de soutenir Willkie av
54 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
77lités stéréotypées, voilà les films américains au lendemain de la guerre. Les critiques, les échos de presse, et même les spectat
78et violacée de Stokowsky. Par malchance, c’est au lendemain de la première de Fantasia à Buenos Aires que j’ai rencontré Walt Dis
79e efficacité d’un type nouveau. Et les editors du lendemain disent que c’est cela qui porte et qu’il faut imiter… [p. 95] Vue g
80es aux choses religieuses : sujets des sermons du lendemain, nouvelles des missions et de nombreuses activités sociales, programm
81cesseront de les souligner et de les détailler le lendemain, c’est qu’ils sont réellement essentiels à la compréhension [p. 107]
55 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
82s-Unis : non, dit-elle, si nous nous suicidons au lendemain d’une rupture ou d’une trahison, c’est simplement que nous n’aimons p
56 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
83 15. Comment un Américain moyen juge la France Au lendemain de la démission d’un énième cabinet à Paris, un Américain me disait :
57 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
84 rassemble ici décrit la situation de l’Europe au lendemain de sa libération. Le second propose une doctrine pour la reconstructi
85 passée dans notre siècle à l’action politique au lendemain de la révolution russe, puis sous le régime hitlérien, elle se révèle
86’effet de choc que produisit dans nos esprits, au lendemain de l’autre guerre, la phrase fameuse de Valéry sur l’Europe « petit c
87un premier réveil de la conscience européenne, au lendemain d’une victoire humiliée. L’Europe passait alors — 1946 — par une cris
58 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
88évoyait le serment du Jeu de Paume, qui marqua le lendemain un tournant de l’Histoire. Ce que je sais, c’est notre volonté, et c’
89ne, ou disons : la meilleure — ou bien reste sans lendemain, ou bien prépare un lendemain totalitaire. Quels seront les lendemain
90 ou bien reste sans lendemain, ou bien prépare un lendemain totalitaire. Quels seront les lendemains de La Haye ? Quels résultats
91répare un lendemain totalitaire. Quels seront les lendemains de La Haye ? Quels résultats tangibles avons-nous obtenus ? J’en vois
92é du xxe siècle. J’entendais répéter partout, au lendemain du Congrès de La Haye : — Pour nous, Continentaux, c’est l’Europe qui
93lle résume l’opinion de la presse continentale au lendemain du Congrès de La Haye. Aux Anglais de la corriger, si elle les choque
59 1948, Suite neuchâteloise. V
94] de l’Institut. L’un de ses fils fut décapité au lendemain de l’affaire de Quiberon, sous la Terreur, deux ans après que sa peti
60 1948, Suite neuchâteloise. VI
95mé « Lassagne, Neuchâtelois », vint s’enfermer au lendemain de sa chute « dans une cabane au bord du lac ». Brève retraite, dont
61 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
96évoyait le serment du Jeu de Paume, qui marqua le lendemain un tournant de l’Histoire. Ce que je sais, c’est notre volonté, et c’
62 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
97s. Ce projet fut mis au point très rapidement, au lendemain du congrès de La Haye. Par l’intermédiaire de M. Bidault, il fut prés
63 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
98Je crois que la sublime réponse à la question des lendemains nous a été donnée une fois pour toutes par la sentinelle d’Ésaïe : « 
64 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
99identaux, et frénétiquement applaudi, reparaît le lendemain dans les éditoriaux, les jours suivants dans mille échos, lettres à l
65 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
100omprends qu’il avait dit : « J’ai un studio… » Le lendemain matin, très tôt, nous arrivons chez lui, ma femme et moi. Le studio e
101 les livres dont je pourrais avoir besoin… Dès le lendemain, j’y pénètre, bien sûr. Des housses couvrent les meubles, une sorte d
66 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
102r sens, si vraiment nous cessions de croire qu’un lendemain plus vaste et plus libre reste ouvert. De plus, il serait faux de pen
103Paradis datait d’avant l’évolution. L’idée que le lendemain puisse apporter des innovations imprévues, que les petits-fils puisse
67 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le dialogue Europe-Amérique (août-septembre 1952)
104s pays. À Paris et à Rome, où il avait conquis au lendemain de la guerre d’importantes positions stratégiques dans les lettres, l
68 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le dialogue Europe-Amérique (juin-juillet 1952)
105s pays. À Paris et à Rome, où il avait conquis au lendemain de la guerre d’importantes positions stratégiques dans les lettres, l
69 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
106 alliances jurées fut le pacte de 1291 (conclu au lendemain de la mort de Rodolphe de Habsbourg). Ce fut aussi la seule qui réuss
107le, [p. 38] et son corps fut écartelé et brûlé le lendemain. Sa fin tragique termina le drame shakespearien de la Renaissance hel
108humains ». Il appliqua lui-même ces principes, au lendemain de sa victoire. La guerre du Sonderbund, que l’on a souvent comparée
70 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
109érale, conçue dans un esprit de réconciliation au lendemain de la guerre du Sonderbund, garantit le libre exercice de tous les cu
71 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
110nt ainsi dépendre de la protection helvétique. Au lendemain de la guerre, le Palais des Nations restant vide, par suite de la dis
72 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
111 rentré chez lui, pleure toute la nuit. « Mais le lendemain, écrit-il, je fus comme d’ordinaire, et même plus pétillant d’esprit
73 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
112tution, Hamilton, Jay et Madison, entreprirent au lendemain de Philadelphie de publier une longue série d’articles discutant le p
74 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
113tution, Hamilton, Jay et Madison, entreprirent au lendemain de Philadelphie de publier une longue série d’articles discutant le p
75 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
114olitique par les six pays du Plan Schuman. Dès le lendemain s’ouvrait à Rome une Table Ronde, convoquée par le Conseil de l’Europ
76 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
115e ce serait fermer l’Europe aux armées rouges. Au lendemain de Diên Biên Phu et des humiliations de Genève, l’Europe saura-t-elle
77 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
116image de leur névrose nationaliste, préparant les lendemains humiliés que l’on sait. De Gasperi voulait l’Europe unie [p. 15] parc
117— qu’on se rappelle son discours à la Chambre, au lendemain du meurtre de Matteotti — était en réalité un « tory de gauche », sel
118ts de voix secouant des meetings informes et sans lendemain. Il n’était pas « grand orateur », et s’en plaignait parfois avec hum
78 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
119 Objectivement, la situation pouvait paraître, au lendemain de Berlin, l’une des plus favorables que nous ayons vécues depuis lon
120e ce serait fermer l’Europe aux armées rouges. Au lendemain de la chute de Diên Biên Phu et des humiliations de Genève, l’Europe
79 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux notes sur la souveraineté nationale (mai 1954)
121nacées 9 . La solution qui s’imposa finalement au lendemain de la guerre civile dite du Sonderbund (1847) peut être qualifiée soi
80 1955, Preuves, articles (1951–1968). De gauche à droite (mars 1955)
122éricaines annulèrent leurs commandes off shore au lendemain du vote du refus de la CED… » (Esprit, p. 665.) Les gens du MRP, etc.
81 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
123e s’occidentaliser dans le pire sens du terme, au lendemain d’une révolution certes réelle mais importée. Il en va du nationalism
82 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
124ociations de couloirs le remettent en question le lendemain. Un groupe d’évêques menace de s’en aller. On échange des députations
125rt par les premières assises du christianisme, au lendemain de son triomphe temporel. (Nicée se place douze ans seulement après l
83 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
126ue j’ai dits. Erreur sur la Bombe. J’écrivais au lendemain d’Hiroshima : « La Bombe n’est pas dangereuse du tout. C’est un objet
127 dire que nous multiplions déjà — comme en vue de lendemains qui auront le temps de chanter — les occasions de mieux comprendre no
84 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
128valables. Ce ne serait guère qu’une parlotte sans lendemain entre A et a, ou entre A et non-B, ou entre A et 1/22e de B. [p. 4]
85 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
129met de rappeler que l’acte d’accusation publié au lendemain de la mort de Beria dénonçait ce dernier comme « un agent de l’impéri
130is K. et ses amis ont bien d’autres problèmes. Au lendemain de la mort de Staline, que pouvaient-ils donc faire, sinon ce qu’ils
131s, en effet, et quelle tête peuvent-ils faire, au lendemain du XXᵉ congrès, s’ils sont honnêtes ?   Ils invoquaient le bien de la
132 défunt et ses successeurs ; attribuer du jour au lendemain tout le mal qui s’est fait sous Staline à un « culte de l’homme » qu’
133l faut à présent renier 54  ; déclarer du jour au lendemain que le mouvement de l’Histoire oblige à changer le signe d’un acte su
86 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Relance européenne ? (février 1956)
134elance européenne » est apparu dans la presse aux lendemains de l’échec de la CED devant le Parlement français. Cette origine de l
87 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
135ociations de couloirs le remettent en question le lendemain. Un groupe d’évêques menace de s’en aller. On échange des députations
136rt par les premières assises du christianisme, au lendemain de son triomphe temporel. (Nicée se place douze ans seulement après l
88 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
137e s’occidentaliser dans le pire sens du terme, au lendemain d’une révolution certes réelle mais importée. Il en va du nationalism
89 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
138] j’ai décrite, si j’essayais d’anticiper sur nos lendemains, et ceux-ci ne seront point marqués par nos hypothèses même exactes,
90 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
139ue j’ai dits. Erreur sur la Bombe. J’écrivais au lendemain d’Hiroshima : « La Bombe n’est pas dangereuse du tout. C’est un objet
140 dire que nous multiplions déjà — comme en vue de lendemains qui auront le temps de chanter — les occasions de mieux comprendre no
91 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (II) (avril 1957)
141es s’ils le veulent », ajoute-t-il sans rougir au lendemain de Budapest !) voilà le plan du héros de la Nouvelle Gauche française
92 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
142ue j’ai décrite si j’essayais d’anticiper sur nos lendemains, et ceux-ci ne seront point marqués par nos hypothèses même exactes,
93 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
143’Europe entière sont inséparables. Résumé 1. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la Suisse est le seul pays intact au c
94 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
144l’homme et ne feront rien sans lui. J’écrivais au lendemain d’Hiroshima : La Bombe n’est pas dangereuse du tout. C’est un objet.
145, et nous sûmes aussitôt ce qui nous attendait le lendemain : une marche de 80 kilomètres. Ce colonel avait raison. L’énergie est
95 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
146verses régions du continent ont entrepris, dès le lendemain de la dernière guerre, de rallier à la cause européenne les forces vi
96 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
147insi, le roman de Pasternak ne vint au jour qu’au lendemain du « dégel » soviétique : rien n’est encore gagné, mais quelques-uns
97 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
148sner son irréfutable présence. Bâtons rompus Au lendemain de la dernière guerre, des amis lui avaient ménagé une assez plaisant
149essifs consacrés par Kassner à Rilke, de 1926, au lendemain de la mort du poète, jusqu’au trentième anniversaire de cette mort. D
98 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
150insi, le roman de Pasternak ne vint au jour qu’au lendemain du « dégel » soviétique : rien n’est encore gagné, mais quelques-uns
99 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
151 rentré chez lui, pleure toute la nuit. « Mais le lendemain, écrit-il, je fus comme d’ordinaire, et même plus pétillant d’esprit
100 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
152, sans mémoire (il lui faut le Catalogue !), sans lendemain et sans nostalgie, il court, vole et se réjouit, jusqu’à ce qu’il but
153mme sans nom. » Cet homme sans nom, sans passé ni lendemain, c’est l’un de ces cavaliers sortis des temps où les hordes nomades a
154e grand plaisir multipliés par les aventures sans lendemain, couples heureux dans la durée de leur amour, tourments bienheureux d