1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
1tin pâle des édifices, ne quitte plus, attiré par les premiers sophismes de l’aurore, ces corniches de craie où t’accoudant tu mêles
2 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
2. de la Garde : « J’étais servi — s’écrie-t-il. — Les premiers emblèmes venus à ma rencontre étaient justement les deux objets les p
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
3l’importance à la fois historique et symbolique : les premiers contacts de Goethe avec le mysticisme précédèrent de très peu une gra
4Saison : « Pas de partis de salut violents. » Dès les premiers instants de son accession au monde spirituel, il s’est mis en état de
4 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
5des faits réels, et couvrir ainsi la naissance et les premiers développements d’une intolérance « de gauche », d’un goût morbide de
5 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
6 l’ordre évangélique. Que dit donc l’Évangile ? « Les premiers seront les derniers », c’est-à-dire : ce que l’homme place au premier
7 ne parle jamais d’égalité. Il dit simplement que les premiers seront les derniers, et les derniers les premiers — dans le Royaume d
8les premiers seront les derniers, et les derniers les premiers — dans le Royaume de Dieu. Il adresse à chaque homme une vocation : l
6 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
9ct des peuplades indo-germaniques, les Grecs sont les premiers à se détacher, à prendre figure, donc à s’individualiser. Dans la tri
10l’élément sacré du groupe. On les expulse : voilà les premiers individus. Ceci est important : à l’origine, individu est synonyme de
11sme commercial, sont souvent cités [p. 204] comme les premiers types d’individus au sens moderne. Nous retrouvons ici cette liaison
7 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
12ssion détournée dans l’affirmation paradoxale que les premiers seront les derniers, ou que la vraie noblesse réside dans la misère.
8 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
13t de se reconnaître dans ces épithètes sommaires. Les premiers préféreraient qu’on les nomme des savants impartiaux et modestes ; le
9 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
14se d’être clairement perçue comme il arrive quand les premiers succès comblent nos appétits les plus violents, qui sont aussi, par m
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
15nt marqué, dans toutes les révolutions de masses, les premiers contacts du régime avec le domaine culturel. Le problème s’est donc p
11 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
16 que les idées existent indépendamment des faits. Les premiers y voient la garantie de ce qu’ils nomment liberté de penser. Ils se f
17 manifestations tangibles, en politique, évoquent les premiers pas d’un géant aveuglé par une lueur trop vive, qui titube et se reje
12 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
18on aussi risquée, que ces fragments n’étaient que les premiers termes d’une dialectique au cours de laquelle ils devaient être radic
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
19terait le rendement de leurs champs. Intrigué dès les premiers jours par l’allure et les façons de travailler si spéciales des gens
20 de réforme. Je sais bien ce qui m’arrêterait dès les premiers pas. Ces hommes n’ont pas ou n’ont plus coutume de se réunir, d’être
21r à eux quand on juge « le monde »… Nous mangeons les premiers légumes du jardin : salades et radis. Pour les carottes, il faut enco
22spirituelle de, etc. Parlons plutôt de nos bains, les premiers vrais bains de la saison, à la Grande Conche. Une plage immense, en a
14 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
23de créer (les philosophes en [p. 143] marche). Si les premiers triomphent (grâce à l’École et à l’appât des Assurances), la France e
15 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
24re, nos chances sont uniques, nous pourrions être les premiers. Mais à cette seule condition : de savoir au nom de quoi nous parlons
16 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
25r à eux quand on juge « le monde »… Nous mangeons les premiers légumes du jardin : salades et radis. Pour les carottes, il faut enco
17 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
26imé dans ce pays. Cette idée m’a peut-être égaré, les premiers jours. Variante moderne de l’illusion classique du voyageur. On passe
27 réglementairement se terminer. 6 novembre 1935 Les premiers jours, nous courions aux fenêtres chaque fois que la rue retentissait
28parents humiliés que leurs enfants ne sont jamais les premiers dans une classe où se trouvent des juifs… Ou bien le ressentiment n’
18 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
29sais ne seraient pas encore assez pour constituer les premiers éléments, tout balbutiants et empiriques, d’une science du « mariage
19 1938, Esprit, articles (1932–1962). Suite à « La passion contre le mariage » (décembre 1938)
30rotestait de ne pas lire le nom de Lawrence parmi les premiers de ceux qui se sont attaqués à la fausse passion) et la réponse de Ro
20 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
31Kuncz, sujet hongrois, se voit arrêté à Paris dès les premiers jours de la guerre. On l’envoie dans un camp à Perpignan. De là au « 
21 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
32s êtres dont c’est la patrie. Il a conçu [p. 314] les premiers doutes humains sur la réalité de son empire, sur son pouvoir abstrait
22 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
33nnes ? — Les dictateurs du Centre européen furent les premiers à s’apercevoir du paradoxe politique que nous venons de définir. Ils
23 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
34la chevalerie courtoise ne fut guère qu’un idéal. Les premiers auteurs qui en parlent ont [p. 34] l’habitude de déplorer sa décadenc
24 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
35 desquels ils vivaient ? On a rétorqué à cela que les premiers troubadours sont apparus dans le Poitou et le Limousin, tandis que l’
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
36es Pays-Bas 125 , chez les Lollards anglais, chez les premiers Frères Moraves (sinon chez les Hussites), mais aussi chez les hérétiq
37rs à mon repos fatales… Arrêtons ici la tirade : les premiers vers suffisent à attirer notre méfiance. Quoi, c’est le bonheur qui s
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
38uite à cet effet. Pendant une année entière, tous les premiers du mois, un chevalier anonyme viendra déployer, devant la fontaine, u
39le d’un Fichte et d’un Hegel, par exemple, furent les premiers appuis du nationalisme allemand. D’où le caractère de plus en plus sa
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
40avec la diffusion des « sciences humaines », dont les premiers balbutiements ont déjà modifié d’une manière perceptible la conscienc
28 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
41sais ne seraient pas encore assez pour constituer les premiers éléments, tout balbutiants et empiriques, d’une science du « mariage
29 1939, La Vie protestante, articles (1938–1961). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
42 catholiques et des protestants suisses. Mais dès les premiers jours de la Réforme, la question se posa de savoir auquel des deux ca
43tion politique. Or c’est précisément ce trait que les premiers réformés ont souligné. Ne conviendrait-il pas que les protestants, de
30 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
44 dans Esprit et dans L’Ordre nouveau. Ils étaient les premiers à le dire. Et l’on pensait qu’ils seraient les premiers à y croire, e
45emiers à le dire. Et l’on pensait qu’ils seraient les premiers à y croire, et à le prouver. Or, il ne paraît pas qu’à cette critique
46an des vieux partis » qui rassemble ordinairement les premiers éléments d’un groupe local. 2. C’est l’impuissance à « sortir du plan
31 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
47ct des peuplades indo-germaniques, les Grecs sont les premiers à se détacher, à prendre figure, donc à s’individualiser. Dans la tri
48l’élément sacré du groupe. On les expulse : voilà les premiers individus. Ceci est important : à l’origine, individu est synonyme de
49 capitalisme commercial, sont souvent cités comme les premiers types d’individus au sens moderne. Nous retrouvons ici cette liaison
32 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
50ès avoir tant critiqué. Je voudrais vous énumérer les premiers succès remportés, dans la bataille de la culture moderne, par l’espri
51 : ce sont précisément les hommes de science qui, les premiers, cessent d’y croire. Ils ont reconnu, depuis quelques années, que la
33 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
52re, nos chances sont uniques, nous pourrions être les premiers. Mais à cette seule condition : de savoir au nom de quoi nous parlons
34 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
53rs été liées dans notre histoire. C’est parce que les premiers Suisses avaient la passion de leurs libertés civiles et quotidiennes
35 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
54ative hégémonique dans la fédération, et cela dès les premiers jours, dès le [p. 187] temps où les Waldstätten s’unirent contre Zuri
36 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
55. [p. 210] 13. Neutralité perpétuelle. — Certes, les premiers Confédérés déclarèrent que leur alliance devait, s’il plaisait à Dieu
37 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
56ceux qui l’aiment, de Daniel à Jean de Patmos. Et les premiers à découvrir et saluer le Christ naissant, ce furent les Mages. Il ser
57 cessé de sourire, il est à son affaire, guettant les premiers plis de la panique à votre front. Que va devenir votre bonheur ? Pour
38 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
58l’importance à la fois historique et symbolique : les premiers contacts de Goethe avec le mysticisme précédèrent de très peu une gra
59Saison : « Pas de partis de salut violents ». Dès les premiers instants de son accession au monde spirituel, il s’est mis en état de
39 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
60é supérieure ? Telle est la question que posèrent les premiers romantiques allemands. « Ils admettent tous, écrit Albert Béguin 85 ,
40 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
61’oserait l’avouer. Après tout, nous ne sommes pas les premiers à croire que notre époque est l’époque même de la crise. S’il est jus
41 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
62 Européens passent par là, m’assure-t-on, pendant les premiers mois d’un séjour à New York. Écrit une cinquantaine de pages, [p. 123
42 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
63ime, quand les mouettes éclosent du rocher, quand les premiers remorqueurs se mettent à souffler fort dans la brume d’été flottant s
43 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
64our cela ! Quant au jeune poète dont vous avez lu les premiers essais (La Mort lente) il avait disparu dans les bois et nous revint
44 1946, Lettres sur la bombe atomique. 3. Le point de vue moral
65u travail américain. — Êtes-vous sûrs, répliquent les premiers, que c’est la Bombe qui a mis fin à la guerre ? Les Russes disent que
45 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
66s, dont nous pensions devenir les paysans, seront les premiers objectifs de la bombe. Nous ne les abandonnerons pas pour si peu. Nou
46 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
67disait à l’autre : « Messieurs les Anglais, tirez les premiers ! » il n’y aurait plus personne pour tirer en second, et retourner le
47 1947, Doctrine fabuleuse. 13. La fin du monde
68l’être. L’Institut de l’Opinion Planétaire publia les premiers résultats d’une enquête-éclair : il s’agissait d’une névrose collecti
48 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
69re la plus forte vente) et tous les trois étaient les premiers livres de trois femmes inconnues la veille : Betty Smith, Lillian Smi
70endrait pas. Et tout se passa fort décemment pour les premiers essais que je donnai à des revues sérieuses mais de tirage restreint.
49 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
71parce qu’il mènerait fatalement à la guerre. Pour les premiers, l’Europe n’est plus rien par elle-même et devrait s’attacher au plus
50 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
72ais ! J’admire votre génie : vous ne tirez jamais les premiers 7 . Mais à La Haye, c’était justement cela que les peuples attendaien
51 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
73sonne et de vocation, synthèse qui s’opéra durant les premiers siècles de notre ère, qui s’épanouit avec la Renaissance, et dont la
52 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
74l’Europe entière », tout cela paraît en germe dès les premiers traités auxquels la Confédération actuelle puisse faire remonter ses
75nt que ses membres souffrent et s’entredéchirent. Les premiers Suisses ne décidèrent donc pas de créer un État ou un régime nouveau.
76sont les cantons suisses qui ont créé et pratiqué les premiers, d’une manière qui n’a plus été égalée depuis lors, la politique de l
77le venir secourir, tous les cantons s’assemblent, les premiers appelés avertissant les autres. Mais avant toutes choses, ils envoien
78inctif de toute hégémonie devait se traduire, dès les premiers temps, par une sorte d’égalitarisme très particulier, qui a marqué et
53 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
79rs se distinguent de la France tout autrement que les premiers ne se distinguent de l’Allemagne. Il n’y a pas de dialectes romands.
80 par ailleurs qu’il ne fut pas sans influence sur les premiers pactes fédéraux. Leur parler courant est un dialecte semblable à celu
54 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
81Amérique) que la Communauté de défense, vont être les premiers à la croire inutile. Qu’avons-nous à y perdre, nous les fédéralistes 
55 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
82, et non les paragraphes. Entraîner l’opinion par les premiers permettra seul d’amender les seconds et d’obtenir leur ratification.
56 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
83 du communisme dans l’Asie. Mais prenons l’Inde : les premiers touchés par l’idéologie marxiste ont été les intellectuels éduqués en
84mble pas aller de soi. Il paraît même douteux que les premiers chrétiens se soient conduits en « révolutionnaires » au sens moderne
85 prendrait la relève de l’Empire défaillant. Mais les premiers chrétiens sont restés « conformistes » à l’égard des pouvoirs établis
57 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
86a-t-il dissocier les chefs et le Parti, sacrifier les premiers pour garder pur le second ? Ou dissocier le Parti et le Prolétariat ?
87hui, croient de moins en moins à ce qu’ils sont ? Les premiers quêtant les secrets d’une liberté que les seconds renient ? Ceci me r
58 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
88s observateurs étrangers ne sont pas les seuls ni les premiers à détecter. Un nombre croissant d’Américains, témoins ou victimes du
59 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
89 du communisme dans l’Asie. Mais prenons l’Inde : les premiers touchés par l’idéologie marxiste ont été les intellectuels éduqués en
90mble pas aller de soi. Il paraît même douteux que les premiers chrétiens se soient conduits en « révolutionnaires » au sens moderne
91 prendrait la relève de l’Empire défaillant. Mais les premiers chrétiens sont restés « conformistes » à l’égard des pouvoirs établis
60 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
92gressivement et d’y adapter ses conceptions. Pour les premiers chrétiens, ce qui rend supportable l’idée d’un temps vidé de rythmes
61 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
93t religieux, soit géographique. Un peu plus tard, les premiers astronomes vont décentrer cette Terre elle-même, dont Magellan vient
94mais ce sont pourtant ces derniers qui ont réussi les premiers tours du monde. Il serait vain de chercher à toutes les civilisations
95ècle, ce sont des moines qui rapportent à Byzance les premiers vers à soie du fabuleux pays de « Serinda », quelque part en Extrême-
62 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
96é en tant qu’institution sacrée par saint Paul et les premiers chrétiens, rendu pratiquement inutile par certaines inventions techni
97es folies, dans l’ordre éthique et religieux, que les premiers, les ayant mieux connues jadis, condamnent d’autant plus sévèrement.
63 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
98rance chez les Grecs, les Hébreux, les Romains et les premiers chrétiens, des digressions sur la magie, la morale et la philologie,
64 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le pouvoir des intellectuels (juillet 1957)
99ctuels — pas trop nombreux d’ailleurs — aient été les premiers à vouloir notre union prouve en faveur de leur lucidité ; qu’un Pouja
65 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
100[p. 55] de la situation : ils ont été somme toute les premiers à le faire, et les seuls jusqu’ici, autant que je sache. Le livre de
66 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
101e guerres franco-allemandes. Cette conviction fit les premiers fédéralistes parmi les dirigeants des mouvements de résistance. Elle
67 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
102ntion des badauds ; c) anticipations excitées sur les premiers satellites prévus, leur équipement, leur taille, leur faculté d’aller
68 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
103gressivement et d’y adapter ses conceptions. Pour les premiers chrétiens, ce qui rend supportable l’idée d’un temps vidé de rythmes
69 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
104n sens nouveau sentirait. J’imagine cependant que les premiers livres démodés à coup sûr avant la fin du siècle seront nos ouvrages
70 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
105 eut des années creuses et des périodes de crise. Les premiers donateurs se lassaient, ou s’en remettaient aux États, auxquels l’Ass
71 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
106a population. Une autre journée d’étude a examiné les premiers résultats. Une monographie, due à M. Yves Laulan, est en cours de réd
72 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
1070. C’est donc une industrie tout à fait nouvelle. Les premiers microsillons ont été consacrés, comme il fallait s’y attendre, surtou
73 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Editeuropa (septembre 1959)
108er la sortie de la « Collection européenne » dont les premiers volumes doivent paraître au printemps 1960, et s’échelonner à raison
109 1960, et s’échelonner à raison de 3 ou 4 par an. Les premiers titres proposés au choix des membres du pool, et retenus par l’assemb
74 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
110ostiques. Or ce sont les gnostiques qui ont tenté les premiers de passer de l’Éros à l’Esprit, par des moyens extrêmes de préférence
75 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — b. Naissance de l’érotisme occidental
111le, animant secrètement dès ce temps la poésie et les premiers romans (qui prennent leur nom de la Romania des troubadours), l’éroti
112ligieux. Kierkegaard, Baudelaire et Wagner furent les premiers à affronter de tout leur être les conséquences de cette révolution. P
76 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
113christianisme a formé l’Occident, en formant, dès les premiers Conciles, ses modèles de pensée en tension : Incarnation, Personnes d
114xistaient pas, ou leur demeuraient inconnues. Dès les premiers commentaires aux Védas, il apparaît que la négation du moi porte d’ab
115âme divine. Ainsi parlent tous les Upanishads, et les premiers écrits [p. 217] canoniques du bouddhisme : il faut éteindre le désir
116 fait écho : « La négation de l’Atman énoncée par les premiers bouddhistes porte sur l’Atman de l’ego relatif, non sur l’Atman de l’
77 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
117rs alors connu. C’est à la Bible, interprétée par les premiers Pères de l’Église, qu’entend remonter, dès le ive siècle de notre èr
78 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
118t la clarté du jour. Cependant les Grecs ont été les premiers à donner à ce continent le nom de la princesse enlevée par leur dieu
79 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.1. Sur plusieurs siècles de silence « européen »
119nglober les Turcs dans son système. Mais pourquoi les premiers appels à l’union des Princes de l’Europe n’ont-ils été lancés — en va
80 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
120part du genre humain dont il ne sait que trop que les premiers efforts d’unité se sont dessinés jusqu’alors contre le Saint-Siège, p
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
121it avec impétuosité sur l’empire romain ; à peine les premiers étaient-ils détruits, que d’autres occupaient leur place et présentai
122qui composent chacun d’eux ; cette inégalité, que les premiers progrès de la société ont augmentée et pour ainsi dire produite, tien
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
123’Amérique et ceux de l’Europe, consiste en ce que les premiers ont déjà mangé maintes tribus ennemies, tandis que les seconds savent
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
124ion plus étroite entre les États. Il est vrai que les premiers effets par lesquels cette sympathie politique se manifesta un peu par
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
125es protestants, qui n’ont qu’à se soumettre. Pour les premiers, le retour à Rome serait le seul moyen de « s’élever au plus haut niv
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
126, chez Baader et plusieurs de ses contemporains : les premiers Slavophiles ne furent pas Russes mais Allemands ! Friedrich von Schle
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
127nd débat des Slavophiles et des Occidentalistes. Les premiers n’ont vu dans l’œuvre de Pierre qu’une transgression des bases de la
128 mouvement démocratique en Europe : derrière tous les premiers plans politiques et moraux, désignés par une telle formule, s’accompl
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
129utour de nous, nous suivons clairement à la trace les premiers symptômes de notre événement, absolument semblable au premier par son
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
130es autres soustraits à la commune misère humaine, les premiers en tant que nation choisie par le destin pour être la maîtresse du mo
131gler ajoute, un peu plus loin : Les Romains ont, les premiers, par leur énergie pratique, donné à l’esclavage ce style gigantesque
132l’Empire : les seconds défendront l’Empire contre les premiers, prendront le haut commandement de l’armée, deviendront l’Empire : …
133t ce sont en fait les historiens romantiques qui, les premiers, ont étudié la civilisation médiévale pour elle-même, et non plus com
89 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
134christianisme a formé l’Occident, en formant, dès les premiers Conciles, ses modèles de pensée en tension : Incarnation, personnes d
135xistaient pas, ou leur demeuraient inconnues. Dès les premiers commentaires aux Védas, il apparaît que la négation du moi porte d’ab
136âme divine. Ainsi parlent tous les Upanishads, et les premiers écrits canoniques du bouddhisme : il faut éteindre le désir individue
137 fait écho : « La négation de l’Atman énoncée par les premiers bouddhistes porte sur l’Atman de l’ego relatif, non sur l’Atman de l’
90 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
138s observateurs étrangers ne sont pas les seuls ni les premiers à détecter. Un nombre croissant d’Américains, témoins ou victimes du
91 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
139taque d’Hitler contre l’URSS. Les Polonais furent les premiers et presque les seuls à le croire. Retinger rédigea aussitôt un mémoir
140orski. Le lendemain, il eut la joie de rencontrer les premiers officiers polonais libérés, et tout d’abord le général Anders, marcha
141ues chefs clandestins, il se mit à fréquenter dès les premiers jours les cafés de la capitale qu’il avait connus autrefois. Dans l’u
92 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
142grès, tant social et moral que purement matériel. Les premiers n’ont pas les scrupules et la mauvaise conscience qui étaient le fait
93 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
143es de « l’exploitation » européenne : le Dahomey. Les premiers contacts du Dahomey avec la civilisation européenne remontent à 1729,
94 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux mille volumes sur l’Europe (février 1963)
144de format courant, d’autres enfin craignaient que les premiers titres retenus ne soient pas de bonne vente dans leur pays. Qu’ils se
95 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
145commun pour l’Europe. De même qu’au xiii e siècle les premiers cantons avaient reçu l’immédiateté impériale pour défendre le col du
96 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
146ement de celui de leur pays d’origine. Tandis que les premiers confédérés, lentement, ville à ville, en trois siècles, étendront le
97 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
147le venir secourir, tous les cantons s’assemblent, les premiers appelés avertissant les autres. Mais avant toutes choses, ils envoien
98 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
148rs, les régiments portant le nom de leur colonel. Les premiers souverains alliés furent les rois de France. Le régiment Pfyffer, rec
99 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
149le et absolue de la politique du Conseil fédéral. Les premiers traités internationaux qui la définissent et la sanctionnent sont les
100 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
150uth. C’est alors auprès des maîtres allemands que les premiers compositeurs de Moscou et de Saint-Pétersbourg apprennent leur métier