1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1. Mais la nostalgie de Bouvier l’entraîne à mille lieues des jardins de sourires qui s’épanouissent sur les toiles de Meuron.
2 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
2 décrire, on fera bien d’aller la chercher à cent lieues des « sanctuaires de l’esprit » : chez un révolutionnaire comme Sorel
3 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
3 voilà bien sa chance, ce sont des bottes de sept lieues ! Désormais il échappe à la vie, au voisinage et au dialogue. Son exi
4e Schlemihl éternel, ce symbole en bottes de sept lieues qui traverse encore notre vie, n’est-ce pas l’ombre de Chamisso ? Une
4 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
5r ; qu’ils allèrent chacun, à deux ou trois mille lieues l’un de l’autre, fonder par-tout de puissans Empires ; et que Javan s
5 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
6truire, et allant chercher la vérole à deux mille lieues de chez lui, c’est là l’homme naturel, et le Brésilien tout nu est l’
6 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
7rations sur le sol allemand [p. 269] même, à cent lieues des deux capitales, Berlin et Vienne, dont les souverains sont les se
7 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
8t triompher de la nature. Le chemin, qui a quatre lieues depuis Altdorf jusqu’à Airolo, n’a jamais moins de dix pieds de large
9e ce château d’eau. À peine distantes de quelques lieues du col : source du Rhin, source du Rhône, sources de l’Inn et du Tess
8 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
10ique de la France en carrés réguliers de dix-huit lieues de côté, comme le proposait Sieyès sous prétexte de simplifier les co
9 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
11ique de la France en carrés réguliers de dix-huit lieues de côté, comme le proposait Sieyès, sous prétexte de simplifier les c
10 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
12ique de la France en carrés réguliers de dix-huit lieues de côté, comme le proposait Sieyès sous prétexte de simplifier les co
11 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
13se la division de la France en carrés de dix-huit lieues de côté, le premier étant centré sur Paris, et il déplore qu’en touch
12 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
14voulait Churchill, mais « avec des bottes de sept lieues ! » 12 Il s’agissait alors, pour lui gaulliste, d’une Europe des Éta
13 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Utopie, technique. État-nation (printemps 1980)
15 le territoire de la France en carrés de dix-huit lieues de côté, à partir d’un carré de base centré sur Paris (Sieyès déplore