1 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
1s sûr instinct — par un refus d’user de la mesure linguistique commune aux chancelleries et à l’Église : la requête est écrite en fr
2 Réforme. Considérée du point de vue de la mesure linguistique, la Renaissance n’est qu’un essai de restauration artificielle du lat
2 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
3’organismes déjà existants, religieux, culturels, linguistiques, idéologiques ou économiques, à condition qu’ils aient ceci de commun
3 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
4organismes politiques, administratifs, culturels, linguistiques, religieux, qui n’ont pas les mêmes frontières, et qui se recoupent d
4 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
5es frontières rigides à des réalités culturelles, linguistiques, économiques et administratives, qui n’ont aucune raison de se recouv
5 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
6t, en deçà et au-delà de nos divisions actuelles, linguistiques, religieuses, et politiques, une entité européenne bien vivante, un s
7es frontières rigides à des réalités culturelles, linguistiques, économiques et administratives, qui n’ont aucune raison de se recouv
6 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
8 de ces bassins corresponde au degré d’importance linguistique et culturelle qu’ont en Suisse la civilisation germanique, la françai
9sé moral » qui se creusait entre les deux groupes linguistiques. Le miracle fut que la violence des passions politiques n’ébranla pas
7 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
10s coutumes cantonales ou avantagerait la majorité linguistique. Les fédérations qui composent l’Union syndicale suisse, et surtout c
8 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
11n Suisse romande ; et dans chacun de ces domaines linguistiques, il en est de rurales et de citadines, les unes pauvres et les autres
12ement le genius loci dans les différentes régions linguistiques et religieuses. Celles de Genève, Lausanne et Neuchâtel sont français
9 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
13dans laquelle vivent les différents groupes, tant linguistiques que religieux, ne paraît nullement frapper les Suisses. Bien qu’ils s
10 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
14les œuvres des trois principales [p. 163] régions linguistiques, les autres niant qu’une telle culture ait jamais existé, qu’elle soi
11 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
15ndre et professer la génétique selon Lyssenko, la linguistique selon Staline, ou l’histoire selon les prochains aveux de Beria ! Les
12 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
16ective telle que les graves divisions nationales, linguistiques et idéologiques qui nous fascinent aujourd’hui, apparaissent transito
13 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
17ective telle que les graves divisions nationales, linguistiques et idéologiques qui nous fascinent aujourd’hui, apparaissent transito
14 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Editeuropa (septembre 1959)
18compte, en effet, de l’inégalité des huit marchés linguistiques représentés dans le pool, des coutumes très différentes, des traditio
15 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
19ment, aux Indes et en Perse. Et c’est cette unité linguistique qui, en se ramifiant toujours davantage, donna naissance à ce que nou
20 attribue à des groupes ethnographiques ou plutôt linguistiques, une souveraineté analogue à celle des peuples réellement existants.
16 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
21diversités régionales, religieuses, idéologiques, linguistiques, et ne les rend pas fécondes, mais au contraire, explique le sentimen
17 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux mille volumes sur l’Europe (février 1963)
22s — Géographie — Histoire — Arts — Littérature et linguistique — Religion — Éducation — Problèmes politiques de l’Union — Aspects ju
18 1964, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Il nous faut des hommes de synthèses (19-20 septembre 1964)
23l’étude de la « pensée sauvage » découvre dans la linguistique générale de Ferdinand de Saussure, science des systèmes de signes, l’
19 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui (décembre 1964)
24l’étude de la « pensée sauvage » découvre dans la linguistique générale de Ferdinand de Saussure, science des systèmes de signes, l’
20 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
25s coutumes cantonales ou avantagerait la majorité linguistique. Les fédérations qui composent l’Union syndicale suisse, et surtout c
21 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
26Burckhardt. Ethnographie sociologique : Bachofen. Linguistique générale : Ferdinand de Saussure. Psychologie de l’inconscient collec
27ut donc commencer par faire violence aux réalités linguistiques si l’on veut les amener à coïncider approximativement avec les fronti
28ltures nationales, du seul fait de la composition linguistique de leur État. Ils sont en mesure de savoir mieux que d’autres que la
29une fois de plus : Ferdinand de Saussure fonde la linguistique générale, et l’Institut Rousseau fonde la pédagogie moderne. Tandis q
30 dans l’ensemble à l’importance des trois groupes linguistiques principaux. Voici la statistique des langues parlées par la populatio
31bilité remarquable caractérise globalement l’état linguistique de la Suisse. Cependant, de grandes différences se manifestent à l’ex
32cinquante-sept ans, la science qu’il a créée : la linguistique générale. La précocité de son génie fait songer à celle des mathémati
33 songer à celle des mathématiciens modernes et sa linguistique est fondée sur une science des signes (la sémiologie) qui est en trai
34d, on découvre que la nature elle-même fait de la linguistique… Saussure a révolutionné l’ensemble des sciences de l’homme. Je consi
35, mais reflètent le genius loci et les diversités linguistiques et religieuses. Celles de Genève, Lausanne et Neuchâtel sont français
36dans laquelle vivent les différents groupes, tant linguistiques que religieux, ne paraît guère frapper les Suisses. Bien qu’ils se co
22 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
37prétés. Et pour cela, on mobilise ethnographie et linguistique 147 , mythographie et analyse littéraire, psychologie de l’inconscien
23 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jacques Chenevière ou la précision des sentiments (22-23 octobre 1966)
38e sérieux de la littérature. Et tout le reste est linguistique, dirait Verlaine s’il revenait parmi nous. p. 27 v. « Jacques
24 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
39ucturelle que spirituelle, au-delà des diversités linguistiques. [p. 33] c) Les styles et les écoles sont des facteurs de ressemblan
25 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
40que, psychologie, sociologie, ethnologie, et même linguistique depuis peu — se mettent en devoir et en mesure de remplacer les préce
26 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
41u’il n’en ait ni la pluralité ethnique [p. 40] et linguistique, ni le caractère d’universalité. Il se rêve et se veut fermé, complet
27 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
42liminer soigneusement tout esprit de nationalisme linguistique ou économique, ou toute dialectique matérialiste visant à faire de l’
43é locale ou nationale — politique, religieuse, ou linguistique — doit reconnaître en fait qu’elle est minoritaire dans l’ensemble du
28 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
44tion européenne au-delà et en deçà des diversités linguistiques et raciales devient évidente dès que l’on considère nos formes d’expr
29 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
45u-dessous de nos récentes divisions nationales et linguistiques, qui se révèlent alors, en vérité, relativement superficielles. Le di
30 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.4. Université et universalité dans l’Europe d’aujourd’hui
46’étude de la « pensée sauvage », découvre dans la linguistique générale de Ferdinand de Saussure, science des systèmes de signes, l’
31 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
47tatisé, était donné par des réalités ethniques et linguistiques. Respecter les « personnalités nationales », c’était donc proprement
48ructurale que spirituelle, au-delà des diversités linguistiques. c) Les styles et les écoles sont des facteurs de ressemblance ou de
32 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
49, bien qu’il n’en ait ni la pluralité ethnique et linguistique, ni le caractère d’universalité. Il se rêve et se veut fermé, complet
33 1971, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Au défi de l’Europe, la Suisse (31 juillet-1er août 1971)
50ais l’inverse. Sans unité géographique, ethnique, linguistique, religieuse, économique ou culturelle, la Suisse n’est rien hors du f
34 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
51uisse romande et le val d’Aoste au nom de l’unité linguistique, elle devrait s’amputer, pour le même motif, de près de la moitié de
35 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
52critères non économiques (militaires, politiques, linguistiques, prétendument historiques, etc.). Les régions ethniques, constituées
53s du Burgenland, etc. La répression de la liberté linguistique exerce sur une part importante de la population européenne une action
54uisse romande et le val d’Aoste au nom de l’unité linguistique, elle devrait s’amputer, pour le même motif, de près de la moitié de
36 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
55 », une économie dite « nationale », et une unité linguistique dont on conçoit mal le rapport avec l’économie ou les ressources du s
37 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
56s motifs soient de nature ethnique ou économique, linguistique ou géographique, traditionnelle ou prospective, ce qui est frappant,
57rse, ethniques [p. 13] ou sociaux, économiques ou linguistiques, écologiques ou politiques. Mais si l’on considère l’ensemble de ces
58e. Motifs ethniques d’abord. Il y a les problèmes linguistiques du Sud-Tyrol et de l’Alsace, de la grande Occitanie ou du petit Jura
38 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
59e nos régions révélerait des « états antérieurs » linguistiques, culturels, et socio-économiques dont nul ordinateur jamais n’abolira
60éphémère. Le Mezzogiomo ne connaît aucun problème linguistique mais une immense pauvreté. Si la Communauté européenne et le gouverne
61. 303] Hiérarchie des motifs Le motif ethnique ou linguistique a servi ici ou là, de détonateur, souvent au sens technique du terme.
39 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
62yaient divisées chacune en une dizaine de Régions linguistiques [p. 317] autonomes 176  ? Qu’est-ce que les habitants de la Botte ont
40 1978, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Bof ! disent les jeunes, pourquoi ? » (1er décembre 1978)
63 aux réalités les plus différentes ; culturelles, linguistiques, économiques, sociales, religieuses ou idéologiques, et jusqu’au sous
41 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
64néralement tenue pour progressiste, des minorités linguistiques, à la dissolution systématique des communautés ethniques, à la suppre
65thnies, groupes historiques et minorités [p. 115] linguistiques englobées, contre leur gré le plus souvent, dans un État national plu
66e se dessiner là même où nul problème ethnique et linguistique, et nul défi économique ne suffiraient à les caractériser. On a vu le
67 elles ne correspondent pas à des particularismes linguistiques ou ethniques, mais seulement aux besoins que leur nom même indique, d
68nt de cette pluralité : c’est que les communautés linguistiques allemandes, françaises, italiennes, ladines ou romanches, qui cohabit
42 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Annexes
69 pour leurs identités culturelles, coutumières et linguistiques. En France, le général de Gaulle a été le premier à déclarer que la f
43 1979, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979)
70t opposer que la réalité vérifiable des problèmes linguistiques posés par notre union 22 . Le français a rapidement pris une positio
71sera simplement impossible de maintenir le régime linguistique actuel, par lequel tout national pourra toujours se faire traduire to
72 pour leurs identités culturelles, coutumières et linguistiques. En France, le Général de Gaulle a été le premier à déclarer que la f
44 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Madame de Staël et « l’esprit européen » (été 1980)
73 par excellence, n’est pas seulement nationale et linguistique, elle est aussi dans [p. 8] l’opposition climatérique, historique, cu