1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1n’a pas été sans quelques tours de passe-passe de logique, admirablement masqués d’ailleurs par des façons cavalières un peu in
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
2e (juin 1925) b Sous une « vague de rêves », la logique, dernier agent de liaison de nos esprits, va périr. C’est du moins ce
3 poème » cette mystification est [p. 776] dans la logique de ses principes, mais je lui conteste le droit de faire suivre son m
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
4ce qui peut servir d’antidote à sa fièvre et à sa logique. » On confond Japon et Arabie, Indes et Chine sous une dénomination q
4 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hugh Walpole, La Cité secrète (décembre 1929)
5ut se muer instantanément en révolte. Aucun cadre logique ne détermine l’avenir le plus proche. Il n’y a pas même des forces en
5 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
6 les décisions et les rend complices d’un dessein logique, peut-être lointain, en quoi consiste l’unité la plus réelle de l’ind
6 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
7e au grand dessein matérialiste de l’Occident. La logique, parlant par la bouche de Ford : « Inutile, donc à détruire. » Ford a
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 1. Mes prisons
8 des instituteurs : Faire de ces belles analyses logiques, et grammaticales, où tout retombait droit… Et de ces beaux problèmes
8 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Sherwood Anderson, Mon père et moi et Je suis un homme (janvier 1929)
9temps à faire aboutir la standardization à sa fin logique, ne pourrait-il pas être considéré un jour comme le grand tueur de so
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
10utant que les gestes sont gouvernées par la seule logique d’un rythme constamment imprévu. Il s’agit moins de comprendre que de
10 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
11, Gundolf, Rudolf Kassner… En France, hélas ! une logique verbale et le clair génie que l’on sait se chargent de tout réduire à
11 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
12 reculent devant l’audace de conclusions en toute logique inévitables. Car ce qui naît de l’Évangile n’a de sens que par le jai
13aïque nous le recommande. Non point à cause de la logique ni même d’une norme sociale. Mais à cause de la grandeur. ⁂ Ce livre
12 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
14utant que les gestes sont gouvernées par la seule logique d’un rythme constamment imprévu. Il s’agit moins de comprendre que de
13 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
15le fondement d’une morale des idées « par delà le logique et l’absurde ». Ah bien ! je connais quelques êtres entièrement en su
14 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
16régime social où tout se tient, mais par la seule logique de la décomposition nécessaire de principes faux en faits absurdes, l
15 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
17ut de suite, intenable in abstracto, intenable en logique rationaliste, comme toutes les positions existentielles, [p. 26] qu’i
18l’antinomie s’équivalent et peuvent s’annuler. La logique n’a le droit de conclure qu’à partir de concepts réduits au même ordr
16 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
19matérielle, — et va d’un mouvement rigoureusement logique jusqu’au système de sa folie. Mais l’irruption de cette « magie » est
20cice de choix, l’écriture, — cela n’a rien que de logique, et résulte de la définition même d’une telle yoga. Tout savoir doit
21se glissement de la réalité hors des cadres d’une logique statique et cartésienne nous porte en des régions nouvelles de l’espr
17 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
22vail sans jeu, c’est-à-dire du travail forcé. (La logique du langage ici nous guide sûrement.) Qu’une classe possédante en vien
18 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
23ous croirons être en droit de déduire par la voie logique. C’est pourtant cette inconcevable réalité qui donne un sens si grave
19 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
24t.   Peu nous importe les « conditions » purement logiques d’une vérité, qui, à nos yeux, demeure constamment jugée par une réal
25ure constamment jugée par une réalité qui juge la logique même. Ce sont les conditions actuelles de la vérité qui nous posent
26ne et non moins païenne à la valeur absolue de la logique, de l’histoire et des méthodes critiques de M. Goguel ? 3. Si notre c
20 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
27 plus guère à lui envier qu’un degré supérieur de logique dans l’application du système. L’État, sa politique, ses décrets, ses
21 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
28n’a pas à choisir, penchant vers des idées que la logique n’est pas seule à ordonner. Le mieux était de conserver à ces écrits
22 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
29s les écrits marxistes, plus intelligents et plus logiques surtout que ceux des fascistes et racistes. Prenez le dernier article
30ier article de Trotski contre Hitler. C’est d’une logique parfaite. Tout s’y enchaîne en une démonstration inattaquable, une fo
23 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
31’abord, et c’est cela qu’il faut bien retenir. La logique nous enseigne que la partie n’est pas plus grande que le tout. Ce qui
32urtant à se réclamer par ailleurs. La conséquence logique de l’individu, c’est l’étatisme, le fascisme ou la dictature stalinie
33and des deux et aboutît à une espèce d’abdication logique des doctrines libérales. Laissons aux communistes le soin de s’en réj
24 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
34l’antinomie s’équivalent et peuvent s’annuler. La logique n’a le droit de conclure qu’à partir de concepts réduits au même ordr
25 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
35e parce qu’il propose un chef, un cadre rigide et logique, une hiérarchie primant les libertés individuelles ; ceux de gauche,
26 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
36vail sans jeu, c’est-à-dire du travail forcé. (La logique du langage ici nous guide sûrement.) Qu’une classe possédante en vien
27 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
37s les écrits marxistes, plus intelligents et plus logiques surtout que ceux des fascistes et racistes. Prenez le dernier article
38ier article de Trotski contre Hitler. C’est d’une logique parfaite. Tout s’y enchaîne en une démonstration inattaquable, une fo
28 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
39éométrique, adoration intellectuelle ou sophismes logiques, ce sont autant de formes d’une espèce de fuite en avant, autant de t
40ne peut saisir le sens exact ? Ainsi se défend la Logique. Elle n’a pas tort. L’enfer logique est sans défaut. Le sens exact d’
41 se défend la Logique. Elle n’a pas tort. L’enfer logique est sans défaut. Le sens exact d’une question n’est donné que par la
42ar un paradoxe dont nous avons tenté de suivre la logique fatale, isole l’individu dans un monde désert ; alors que l’un et l’a
29 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
43dèrent le marxisme comme l’aboutissement [p. 711] logique de l’esprit bourgeois-capitaliste. Tous deux savent qu’il faut être p
30 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
44ent si « bourgeois », si prudents, si soucieux de logique, si incapables d’y atteindre, si aveuglés sur leurs contradictions ?
31 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
45ques que l’on est en droit de formuler quant à la logique dont elles ont l’air de vouloir procéder ». M’autorisant de cette rem
46tre le caractère proprement fantasmagorique de la logique hégélienne vulgarisée. Le langage est précisément ce qui sépare, et n
32 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
47la multiplication des points de vue irréels, mais logiques et simples. (C’est ainsi que l’on a cru pouvoir « appliquer » la méth
48st distingué, mais il faut encore le nourrir. Une logique vulgaire voudrait que l’État, qui l’honore, se charge aussi de l’entr
33 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
49rochain, dans un esprit voué à la plus torturante logique. p. 460 s. « Recherches philosophiques », La Nouvelle Revue fran
34 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
50au pays du monde ? Cela du moins ne manque pas de logique, malgré la première apparence. L’erreur courante, qui est celle du li
35 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
51C’est elle qui a su l’appliquer conformément à la logique du régime. C’est elle qui doit fatalement triompher. Cependant une di
36 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
52 », écrit M. de la Rocque. Et il ajoute, non sans logique : « J’ai imposé la priorité au plan d’action ». Mais qu’est-ce qu’un
37 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
53 se répondaient, où il était normal, salutaire et logique que les choses s’ordonnent à l’homme, et que l’homme s’ordonne à son
38 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
54vantage qu’un symbole. La raison de Descartes, la logique de Condillac, l’utopie d’une mathématique sociale telle que la rêva C
55rallèlement. Une série culturelle, obéissant à la logique interne de la raison, dont nous avons montré quelles étaient les fata
56ersante. Mais bientôt, entraîné malgré lui par la logique interne du rationalisme, Marx dépasse ce point de vue polémique, oubl
39 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
57, à corriger, à compliquer ce tracé trop aisément logique des fatalités rationnelles. Mais il ne s’agissait ici que de mettre e
58e n’est autre que la vérité de ce principe. Et la logique interne de celui-ci détermine le destin historique de celle-là. Conna
59le destin historique de celle-là. Connaître cette logique interne, c’est se mettre en mesure de prédire les développements de l
40 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
60n de notre recherche. Nous suivrons d’une part la logique de la pensée qui n’est que descriptive — pensée balance. Et d’autre p
61ensée par elle-même, l’opération est parfaitement logique. Imaginez la révolte de la balance contre son créateur, qui seul conn
62 la vie qu’elle abrite. Nous avons décelé dans la logique interne d’un certain rationalisme 73 l’origine de cette complicité t
63 en montrent déjà l’aboutissement impitoyablement logique. La machine, échappant aux mains de l’inventeur, dicte ses lois au pr
64s étatistes Au terme de cette brève analyse de la logique interne du désordre régnant, il sera bon d’insister quelque peu sur l
41 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
65es valeurs Partant d’une analyse impatiente de la logique interne du désordre régnant, — la pensée prolétarisée, — nous 104 av
66acun de ses points, parfois sans autre transition logique, à l’acte créateur. Nous avons constaté que cet acte fonde toute exis
42 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
67r l’Esprit saint, ils ne sauraient être, en bonne logique, ses juges. Il faut donc admettre ou bien que les Conciles sont le se
68à-dire que la foi défaille. Mais quelle cohérence logique, quelle continuité, quelles grandeurs visibles ou quel ascétisme, que
43 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sur l’esprit incarné (février 1936)
69gulièrement des études théologiques ou simplement logiques ». S’il m’est permis de faire ici un peu de théologie et un peu de lo
70mis de faire ici un peu de théologie et un peu de logique, je demanderai à M. Benda : 1° si les « docteurs » nationalistes qu’i
44 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
71et, ou plutôt dans cette mêlée shakespearienne de logique impitoyable et de bon sens populaire, d’anecdotes, de boutades et d’é
45 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
72, pourvu qu’il en avertisse. » Cette phrase de la Logique de Port-Royal, dont Claudel, s’il est réaliste, doit récuser la princ
46 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
73ile dans la plupart de nos précautions oratoires, logiques ou mondaines, et ce qu’il y a au contraire d’efficace dans l’affirmat
47 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
74t le monopole : tout catholique se doit, en bonne logique, de les faire siens puisqu’il croit au mérite des œuvres ; et tous le
48 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
75ile dans la plupart de nos précautions oratoires, logiques ou mondaines, et ce qu’il y a au contraire d’efficace dans l’affirmat
49 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
76 », et que les jeunes se voient contraints par la logique des circonstances à se montrer plutôt… « moraux ». On goûta beaucoup
77re jeunesse, [p. 618] lequel ne saurait, en bonne logique, expliquer les doctrines d’un Barrès ou d’un Sorel, — qu’au surplus n
50 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une idée de Law (janvier 1937)
78ts de suivre jusqu’au bout, et sans scrupules, la logique du capitalisme. Or, ce système étant de ceux qui ne se peuvent souten
51 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au dossier d’une vieille querelle (novembre 1937)
79ison, autant que leur sécurité. On trouve dans la Logique de Port-Royal, un dilemme assez comparable, « par lequel un ancien Ph
80ntentera les dieux. Donc on s’en doit mêler. » La Logique observe à propos du premier dilemme — ou sophisme — « qu’il n’est poi
52 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
81lé, Siciliens et Carthaginois. C’est ainsi que la logique rigide du système devait conduire au conflit armé avec Carthage, sour
82e l’enrichissement national. Une fois de plus, la logique capitaliste mène à la guerre. La vente des privilèges et offices étan
53 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
83 compris la profondeur de cette opposition, et sa logique impitoyable. Je crains que certains ne se figurent encore qu’elle rés
54 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
84es impersonnels. Mais enfin ce n’est pas l’erreur logique qui est grave, c’est l’erreur morale qu’elle suppose. Lorsqu’on incit
55 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une révolution refoulée (juillet 1938)
85 le premier dictateur venu tirera les conclusions logiques. Sera-t-il Français ? Je voudrais me tromper, croire au miracle. Je p
56 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
86eurs sujets de contes sont les plus abstraitement logiques. La logique enfantine est bien plus proche du raisonnement mathématiq
87e contes sont les plus abstraitement logiques. La logique enfantine est bien plus proche du raisonnement mathématique que de la
88r ces deux effets. Qu’en résultera-t-il ? Le rêve logique qu’est le conte de Carroll nous apparaît alors comme une série de var
89curieusement acharnées à [p. 329] lui opposer une logique qui, n’étant plus le fait des grandes personnes — « ce qui va de soi 
90» dont se compose le récit. Et parfois les pièges logiques ont une double détente par calembour. Tout cela est assez bien symbol
57 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
91t-elle. Et pour le coup, je m’y reconnais : cette logique est celle de la race. On sent des siècles de cartésianisme derrière c
58 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
92créateur, et les entorses qu’il fait subir à la « logique » d’observation courante, dans la mesure exacte où ces licences fourn
93ne description réduite à suivre en ses détours la logique interne du Roman puisse paraître vaguement injurieuse, je le sens bie
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
94lisme du Jour et de la Nuit, poussé à son extrême logique, aboutissait, du point de vue de la vie, au malheur absolu, qui est l
95 de liberté et de grâce. Plus pessimiste et d’une logique plus massive, le dualisme statue l’existence absolument hétérogène du
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
96, très platement, qu’il n’y a là qu’une faiblesse logique. « Cela fait, conclut-il, une inégalité de mœurs qui est vicieuse. »
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
97bre de questions, et surtout à les situer dans la logique du mythe, qui est mon vrai sujet. On peut penser d’ailleurs que l’exa
62 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
98reux de quelqu’un d’autre. Et il est parfaitement logique qu’on décide aussitôt de divorcer pour trouver dans le nouvel « amour
63 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
99es impersonnels. Mais enfin ce n’est pas l’erreur logique qui est grave, c’est l’erreur morale qu’elle suppose. Lorsqu’on incit
64 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
100, simple de lignes, clair et satisfaisant pour la logique. Fédérer, c’est tout simplement arranger ensemble des réalités concrè
65 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
101i nous atteint aussi, est mérité ; et qu’il était logique, inévitable, et qu’il n’y a plus qu’à [p. 201] en tirer les conclusio
66 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
102un mal organisé par des forces obscures, selon la logique mystérieuse et l’efficacité irrésistible de l’inconscient. Enregistro
103uelle nos déductions individuelles, ou localement logiques, apparaissent hasardeuses et provisoires, fragmentaires et superficie
104e sans réparer. C’est le mystère du suicide et la logique de Judas, la dernière tentation, la suprême utopie. [p. 41] 9. Le m
105teur qui tient le pardon pour une simple faute de logique, la grâce pour une erreur de calcul statistique. La duplicité inferna
106le habite ailleurs en temps normal. Poussé par la logique impérative du camouflage, obéissant au principe fatal de son existenc
67 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
107e. Il ne fait rien, il vous attend. Il connaît la logique de la passion. Il attend votre pire souffrance, son seul baume. Il a
108t que le malheur qu’elle va créer, en vertu de sa logique folle et des sophismes du Néant qui néantit. 57. Le coup de pistole
68 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable IV : L’accusateur (5 novembre 1943)
109teur qui tient le pardon pour une simple faute de logique, la grâce pour une erreur de calcul statistique. La duplicité inferna
69 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
110e sans réparer. C’est le mystère du suicide et la logique de Judas, la suprême utopie. p. 2 k. « Les tours du Diable V :
70 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
111nce physique, et va d’un mouvement rigoureusement logique jusqu’au système de sa folie. Mais l’irruption de cette « magie » est
112cice de choix, l’écriture, — cela n’a rien que de logique, et résulte de la définition même d’une telle yoga. Tout savoir doit
113se glissement de la réalité hors des cadres d’une logique statique et cartésienne nous porte en des régions nouvelles de l’espr
71 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
114en sourdine, s’expliquent de la manière la plus « logique » sitôt qu’on les rapporte à ce fait initial, mystérieux et d’apparen
72 1944, Les Personnes du drame. II. Liberté et fatum — 5. Luther et la liberté de la personne
115t le monopole : tout catholique se doit, en bonne logique, de les faire siens, puisqu’il croit au mérite des œuvres ; et tous l
73 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — III.3. L’Art poétique de Claudel
116, pourvu qu’il en avertisse ». Cette phrase de la Logique de Port-Royal, dont Claudel s’il est réaliste doit récuser la princip
74 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
117 deux factions. Je dis puissants : les uns par la logique, le bon sens et le réalisme, les autres par l’autorité et les passion
75 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
118ant sur la mémoire, [p. 126] l’érudition, le sens logique, la rapidité du raisonnement, etc.) doit donner un chiffre total supé
119le regarder, comme on résout un petit problème de logique pure. Il portait une mouche au menton. Le second était ivre. Le trois
76 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
120 signifie que la science domine sur l’émotion, la logique sur l’astuce vitale, la pensée discursive sur l’intuition, et la cult
77 1946, Lettres sur la bombe atomique. 5. Ni secret, ni défense
121approcher deux idées et d’en tirer une conclusion logique), est entre 6 et 35 pour 100. Est-ce peu ou beaucoup pour un peuple ?
78 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
122 deux factions. Je dis puissants : les uns par la logique, le bon sens et le réalisme, les autres par l’autorité et les passion
79 1946, Lettres sur la bombe atomique. 7. Tout est changé, personne ne bouge
123’écrive avec un style pesant de politicien et une logique de militaire des articles mesurés sur la folie du siècle ? Ce n’est p
80 1946, Lettres sur la bombe atomique. 14. Problème curieux que pose le gouvernement mondial
124ns. Je perdrais mon temps et le vôtre à fonder en logique, et dans l’Histoire, cette relation que le premier venu peut détecter
81 1946, Combat, articles (1946–1950). Ni secret ni défense (19-20 mai 1946)
125approcher deux idées et d’en tirer une conclusion logique) est au plus de 35 %. Est-ce peu ou beaucoup pour un peuple ? Je n’en
82 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
126e, la vérité elle-même s’y trouvant ordonnée à la logique de l’enchaînement des phrases. Autrement dit, le discours cartésien n
127médiat de multiplier le mystère et les absurdités logiques ? Voyez Kafka… Je me demande alors si le cartésianisme ne nous a pas
83 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
128trange lieu que ce coin du Tartare, où la pesante logique de la matière est abolie [p. 100] pour peu que l’homme se manifeste.
129 le recevoir en son lieu. À la limite, et dans la logique d’un mythe où l’homme s’identifie à l’une de ses tendances, celui qui
84 1947, Doctrine fabuleuse. 15. Antée ou La terre
130té ces derniers mots, qui choquent mon sens de la logique, mais j’ai quelques meubles de prix. J’ai même feint d’approuver ce «
85 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
131chez nous, n’est pas sensible aux artifices de la logique. Ainsi accommodé, votre papier a certainement gagné en efficacité. Je
132e : le discours en trois points, conduit selon la logique, et précédé d’excuses et de formalités, qui impatienteraient notre pu
133plus légère force de police, jouant le rôle de la logique. Enfin des haut-parleurs ou quelque groupe comique ferment la marche.
134icain jugera vaines et vaniteuses nos précautions logiques, nos excuses au lecteur, et notre goût du style cultivé pour lui-même
135sensations, ou bien leur juxtaposition sans liens logiques, peuvent y suffire, pense-t-il, dans la plupart des cas. Un dialogue
86 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
136e rationnel, et dialectique plutôt que simplement logique. Elle échappe aux catégories géométriques du rationalisme vulgaire, m
137imples de lignes, clairs et satisfaisants pour la logique, mais par là même infidèles au réel, vexants pour les minorités, dest
87 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
138difficile de le considérer comme particulièrement logique et réaliste. Qu’en est-il des conservateurs ? Conserver ce qui mérite
88 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
139ratique s’il accepte la loi de la majorité. Cette logique fait la nouveauté du daltonisme, encore qu’elle ne soit pas tout inco
140onds. On devine que ces conservateurs suivent une logique non daltonienne : ils partent d’un axiome inverse. Démocratie et soci
141ependant, pour l’étonnement des cartésiens, cette logique différente les conduit aux mêmes conclusions négatives. Au Parlement
89 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
142e dans sa majorité, les militants de l’Europe, la logique de l’Histoire, le réveil de notre espérance. Si vous n’acceptez pas,
90 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Quatrième lettre aux députés européens : En lisant le pamphlet du Labour Party (18 août 1950)
143ratique s’il accepte la loi de la majorité. Cette logique fait la nouveauté du daltonisme, encore qu’elle ne soit pas tout inco
144onds. On devine que ces conservateurs suivent une logique non daltonienne : ils partent d’un axiome inverse. Démocratie et soci
145ependant, pour l’étonnement des cartésiens, cette logique différente les conduit aux mêmes conclusions négatives. Au Parlement
91 1950, Journal de Genève, articles (1926–1982). Cinquième lettre aux députés européens : « Méritez votre nom ! » (19-20 août 1950)
146e dans sa majorité, les militants de l’Europe, la logique de l’Histoire, le réveil de notre espérance. Si vous n’acceptez pas,
92 1950, Combat, articles (1946–1950). Messieurs, on vous attend encore au pied du mur ! (4 octobre 1950)
147e dans sa majorité, les militants de l’Europe, la logique de l’Histoire, le réveil de notre espérance. Si vous n’acceptez pas,
93 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
148t indemne. Une psychose ne se réfute point par la logique et l’évidence ; elle exige d’autres formes de traitement. Essayons de
94 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
149oritaire, plus soucieux de noblesse morale que de logique. Son dédain mal dissimulé pour la culture américaine est celui d’un b
95 1951, Preuves, articles (1951–1968). Neutralité et neutralisme (mai 1951)
150es de réaliser ces fins. C’est une grave faute de logique que de subordonner les fins aux moyens. C’est une grave faute pratiqu
96 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
151a vérité. Il lui arrivait ainsi de s’arrêter à la logique exotérique d’un texte, disons à son seul sens éthique. Penchant bien
97 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
152nés selon les règles de l’efficacité et non de la logique abstraite, suggèrent l’image d’une montre de précision, avec ce qu’il
98 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
153 venons de les esquisser, présentent une certaine logique : c’est dire [p. 99] qu’elles ont été créées par les efforts humains
154 les solutions pratiques et limitées aux systèmes logiques, et les compromis complexes aux coûteux triomphes unilatéraux. Le rég
99 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
155-là, précisément, doit être la dernière, en bonne logique, à s’intégrer dans l’édifice que l’on projette, car ce n’est qu’au mo
100 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
156imer la seconde parce que la première blesse leur logique. Il repose en effet tout entier sur cette « logique du contradictoire
157gique. Il repose en effet tout entier sur cette « logique du contradictoire » que M. Stéphane Lupasco vient de formuler dans de