1 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Marguerite Allotte de la Fuye, Jules Verne, sa vie, son œuvre (juin 1928)
1alembours, où les savants sont réellement dans la lune, ou bien descendent au fond des mers adorer la Liberté et jouer de l’
2 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
2 mes clefs il y a très, très longtemps… Et pas de lune ce soir, il serait dangereux de s’endormir. » Se penchant vers moi il
3ont l’autre moitié sera toujours cachée, ainsi la lune et sa moitié d’ombre. Et parce que tout revit en un instant dans cett
3 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
4 ce sont des restes de volcans — blanches sous la lune et toutes lustrées de rêches végétations. J’ai traversé l’angoisse lu
5mpartiment obscur, stores baissés, à l’abri de la lune. Le contrôleur a dû jouer un rôle dans mes cauchemars. L’aube m’éveil
6ent à l’heure. Par-dessous le store, je voyais la lune faire des bonds courts sur la plaine inondée de nuit. J’essayais de p
7re avec une volte-face.) Quelle heure est-il ? La lune se tient assez bien depuis un moment, c’est que la ligne est droite.
819. « Tous ceux qui quittent ce monde vont à la lune — lit-on dans les Upanishads. — Or si un homme n’est pas satisfait da
9ads. — Or si un homme n’est pas satisfait dans la lune, celle-ci le libère (le laisse aller chez Brahma) ; mais si un homme
10ez Brahma) ; mais si un homme y est satisfait, la lune le renvoie sur terre en forme de pluie. » Si je trouvais un jour l’Ob
4 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
11ait, dormait sous les treilles, divaguait sous la lune, hagard et fiévreux, mais comme abandonné par la grâce. Ce vagabondag
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
12 il y a très longtemps, très longtemps… Et pas de lune ce soir, il serait dangereux de s’endormir. » Se penchant vers moi il
13ont l’autre moitié sera toujours cachée, ainsi la lune et sa moitié d’ombre. Et parce que tout revit en un instant dans cett
6 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
14des [p. 107] restes de volcans — blanches sous la lune et toutes lustrées de rêches végétations. J’ai traversé l’angoisse lu
15mpartiment obscur, stores baissés, à l’abri de la lune. Le contrôleur a dû jouer un rôle dans mes cauchemars. L’aube m’éveil
16 km à l’heure. Par-dessous le store, je voyais la lune faire des bonds courts sur la plaine inondée de nuit. J’essayais de p
17re avec une volte-face.) Quelle heure est-il ? La lune se tient assez bien depuis un moment, c’est que la ligne est droite.
18 xix « Tous ceux qui quittent ce monde vont à la lune — lit-on dans les Upanishads. — Or si un [p. 117] homme n’est pas sat
19 si un [p. 117] homme n’est pas satisfait dans la lune, celle-ci le libère (le laisse aller chez Brahma) ; mais si un homme
20ez Brahma) ; mais si un homme y est satisfait, la lune le renvoie sur terre en forme de pluie. » Si je trouvais un jour l’Ob
7 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
21 de méditation, — des [p. 132] pièces vides où la lune avance comme un chat sur le lit conjugal, un salon glacé dont le parq
22je monterai jusqu’au signal, voir le pays sous la lune, je choisirai une maison isolée, la plus secrète dans les arbres de s
23andonnée dans sa tristesse. Par moments il y a la lune et le visage blanc de la femme debout contre le tronc. (Pour moi je d
24onc. (Pour moi je demeure dans l’ombre.) Quand la lune s’en va, il y a ce haut corps obscur qui vit tout près de moi dans so
25Un vent léger écartait une branche et la [p. 157] lune éclairait à longs traits nos visages. Je reconnus la jeune fille tzig
8 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
26ait, dormait sous les treilles, divaguait sous la lune, hagard et fiévreux, mais comme abandonné par la grâce. Ce vagabondag
9 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
27 le larron. Vous n’êtes pas tenté d’aller dans la lune parce que vous savez que c’est actuellement impossible. Mais vous ser
10 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
28 le larron. Vous n’êtes pas tenté d’aller dans la lune, parce que vous savez que c’est absolument impossible. Mais vous seri
11 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
29 — toutes les créatures, le soleil, la terre, la lune, les plantes, les animaux et les pierres parlaient et prophétisaient,
12 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
30le sommet de ? gratte-ciel se met à luire sous la lune, au-dessus des premiers nuages. Une grande nuit s’ouvre au travail pa
13 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
31le sommet des gratte-ciels se met à luire sous la lune, au-dessus des premiers nuages. Une grande nuit s’ouvre au travail pa
14 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
32t [p. 244] des gratte-ciel se met à luire sous la lune, au-dessus des premiers nuages. Une grande nuit s’ouvre au travail pa
15 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
33rtout la lumière du jour, et même la clarté de la lune. Il recherche la solitude pour y mener des réflexions désespérées. So
16 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
34cela : on en tient compte. En Russie on promet la lune aux ouvriers, mais en fait on leur ôte le droit de grève, et le droit
17 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
35s risque d’erreur que le régime qui lui promet la lune prépare en vérité le moderne servage. Les dictatures latines, slaves
18 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
36e Wall Street. À supposer que la découverte de la Lune et la navigation vers les planètes, qui n’est qu’un rêve encore pour
37ue l’URSS et les États-Unis lancent en commun des lunes artificielles. Un rocket nommé Coexistence ira porter dans le vide ce
38ques, lire les pensées… Demain nous irons dans la Lune, après-demain nous rajeunirons, et l’immortalité n’est plus une utopi
19 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
39pour un candidat inconnu, dont le parti promet la lune et quelques mesures techniques beaucoup moins claires. Comme il est d
20 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
40es mers, faire de l’or, rajeunir, voyager dans la lune, lire les pensées, tuer ou guérir sans contact… — tout est là, ou peu
41s, tuons à grande distance, et dialoguons avec la lune. Déjà nous connaissons les principes théoriques de réalisation de bie
21 1957, Preuves, articles (1951–1968). L’échéance de septembre (septembre 1957)
42se » ou « Paix en Algérie », c’est autant dire la Lune pour tous et pour tout de suite — n’ont certainement pas contribué à
22 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
43 l’avenir est aux USA, à l’URSS, à la Chine, à la Lune. — Qu’attendez-vous donc pour y aller ? Et qu’offrent-elles de mieux
23 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
44e, j’annonce dès aujourd’hui que l’arrivée sur la Lune d’une mission soviétique présidée par Khrouchtchev compensera de la m
45 taille, leur faculté d’aller faire le tour de la Lune pour commencer… Résultats que l’on pouvait escompter d’une telle camp
46ancement des premiers spoutniks : on attendait la Lune, on en est encore loin. Les problèmes de la Terre restent au premier
24 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
47endues sur Mars et sur Vénus. Les voyages dans la Lune sont devenus simple routine. De luxueux hôtels y ont été construits,
48ces deux pays nous précéderont sans doute dans la Lune, puis sur Mars et Vénus : ils ont moins de pudeur à rompre certains l
49perfectionnera, et quelque jour on ira jusqu’à la Lune. » Il prévoit aussi les microbes, quelques sens inconnus de l’homme,
25 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
50que. (J’entends bien sur cette Terre, non dans la Lune.)   Les grandes masses se dessinent. — Le voyage de Khrouchtchev a c
26 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
51les hommes un pouvoir comparable à l’action de la Lune sur l’océan et dans le corps des femmes ? Mais qu’est-ce que l’âme ?
27 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
52ête, pareilles au croissant demi-circulaire de la lune cornue. Il vint dans la prairie, et son apparition n’effraya point le
28 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.4. Cadmus ou la quête d’Europe
53le. Il achète donc une vache marquée d’une pleine lune blanche sur chaque flanc, la chasse devant lui sans répit à travers t
29 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.5. Les étymologies
54urope signifie « large face », synonyme de pleine lune et l’un des titres des déesses-Lune, Demeter à Labadie et Astarté à S
30 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
55r reçoit de lui son autorité temporelle, comme la Lune reçoit du Soleil la lumière qu’elle nous renvoie. De lui viennent l’a
31 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
56a façon de ces niais d’Athènes, qui estimoient la Lune de leur pays meilleure que celle des autres. Les sages et divins espr
32 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
57Cyrano de Bergerac et ses Estats et Empires de la Lune puis du Soleil, Swift et ses Voyages de Gulliver, Giovanni Paolo Mara
33 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
58 fatigues du voyage, repart dans la nuit, sous la lune, pour un pèlerinage aux monuments sacrés de l’ancienne capitale royal
34 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
59a façon de ces niais d’Athènes, qui estimaient la Lune de leur pays meilleure que celle des autres » ; et 3° remplacer la fo
35 1966, Preuves, articles (1951–1968). André Breton (novembre 1966)
60savait aimer un arbre, une feuille, une pierre de lune, ou le feu pâle d’une aigrette, autant qu’un de ces paysages que dans
36 1969, La Vie protestante, articles (1938–1978). La lune, ce n’est pas le paradis (1er août 1969)
61 [p. 1] La lune, ce n’est pas le paradis (1er août 1969) u Ce mois-ci, ce n’est pas
62té qui sera notre sujet de réflexion, mais sur la Lune. Il m’est venu une question, Denis de Rougemont, et j’ai envie de la
63cé il y a huit ou neuf ans : « Nous serons sur la Lune avant 1970. » Cela voulait dire : avant les Russes, aussi. Cela voula
64est-ce qu’on a choisi l’espace, concrétisé par la Lune, dans le cas qui nous occupe ? Je pense qu’il y a là une espèce de fu
65nt, ou est-ce que vous avez envie d’aller dans la Lune ? Je suis profondément déçu. Je suis dans un sentiment de désenchante
66dévalorise l’actualisation de la découverte de la Lune. Cyrano de Bergerac, par exemple, dans le fameux récit de son Voyage
67fameux récit de son Voyage dans les empires de la Lune et du Soleil, décrit la Lune comme quelque chose d’absolument idylliq
68ns les empires de la Lune et du Soleil, décrit la Lune comme quelque chose d’absolument idyllique, c’est le paradis terrestr
69nd on est prêt à la toucher, on s’aperçoit que la Lune est une malheureuse, vilaine chose, couverte de tuf volcanique, de la
70telligents, meilleurs que nous, qui habitaient la Lune. Eh bien ! on s’aperçoit qu’il n’y a personne. Il y a un texte qui m’
71 à l’époque où on envoyait le premier obus sur la Lune : c’est un texte de Werner von Braun, qui est un des pères du voyage
72von Braun, qui est un des pères du voyage dans la Lune, et qui nous décrit le paradis qui nous attend là-bas. Il nous dit qu
73e quand je pense à l’éventualité d’un exil sur la Lune, il me prend un amour passionné de la Terre, de la surface terrestre,
74 pas, car la recherche spatiale, l’arrivée sur la Lune notamment, est d’une part une concurrence entre les Américains et les
75évident qu’elle ne vaut plus rien si on va sur la Lune — où les rapports de productions ne sont en rien comparables à ce qu’
76it sa théorie. Il n’y a pas de prolétariat sur la Lune, pour l’instant. Justement, et on ne va pas en créer un, j’espère que
77le serait modifiée si deux hommes arrivent sur la Lune. Ils auront les mêmes problèmes de s’aimer activement, de s’entraider
78’ai une impression de frustration, à me dire : la Lune, ce n’est pas aussi beau, ce n’est pas aussi paradisiaque qu’on le pe
37 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
79 fascinante de ses paysages humanisés, puis de la Lune, dans sa gloire planétaire bleue, verte et blanche, nous avons su que
80clés de l’avenir européen. 2. Voir la terre de la lune, c’est voir nos frontières nulles, c’est voir le problème résolu. Mai
38 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
81e du rêve créateur : l’exemple des fusées vers la Lune et Vénus me suffira. Les plus grandes sommes — des milliards de dolla
39 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
82souveraineté d’incompétence. Et s’ils vont sur la Lune, c’est pour y planter un petit drapeau national, mais ce geste puéril
83ais ce geste puéril ne manque pas d’à-propos : la Lune représente, en effet, ce que les États feront de la Terre si on leur
40 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
84ssibilité mathématique d’envoyer une fusée sur la Lune. Et, en 1941, le professeur Campbell renouvelle cette démonstration e
85teaks aux algues. On achetait des billets pour la Lune où des hôtels avaient s’élever sous des dômes d’air artificiel, la Cr
41 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
86es âges — voler, aller sous l’eau, marcher sur la Lune, parler à grande distance, tuer de même et sans risques, voir ce qui
87tivité, le stalinisme, la décevante marche sur la Lune, ni même la crise de l’énergie. Tout ou presque semble indiquer à l’o
42 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
88tivité, le stalinisme, la décevante marche sur la Lune, ni même la crise de l’énergie. Tout ou presque semble indiquer à l’o
43 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
89ire tomber la pluie ou d’aller en week-end sur la Lune. De proche en proche, il devient manifeste que presque tout, dans la