1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Otto Flake, Der Gute Weg (septembre 1929)
1rité. Aux prises avec les problèmes sociaux et le luxe le moins apaisant, tournés vers la Russie, vers le passé, vers l’Orie
2 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
2(Ce désir qui me rend fort pour — autre chose…) Ô luxe, ne pas aimer son plaisir ? Je reste candidat au salut. p. 144
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
3cents, maladroits, contradictoires… Un autobus de luxe s’était arrêté tout près de moi. Je vis un visage à l’intérieur se pe
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
4lle descend à sa rencontre parmi les éclairs d’un luxe mécanique, le visage dans sa fourrure. Elle découvre en passant près
5 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
5rdisé, des anarchistes. Car l’Esprit n’est pas un luxe, n’est pas une faculté destinée à amuser nos moments de loisir, il a
6 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
6chetés au détail dans une foire éclatante de faux luxe. La misère est de voir ici des femmes aussi ravissantes que celle-là
7 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
7ore un paradis perdu ! C’était bien notre dernier luxe, notre dernière gravité. C’était encore vivre sa vie. Mais ils s’achè
8 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
8tie des plaisirs dans une foire éclatante de faux luxe. La misère, c’est de voir ici des femmes aussi ravissantes que celle-
9 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
9régime de surenchère désespérée des sensations de luxe, dont elle constitue la publicité. Mais il s’agit bien de plaisirs !
10 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
10el qui ne vient qu’ensuite, c’est un spirituel de luxe, « gratuit » comme on disait naguère, sans efficace, sans responsabil
11 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
11s tant qu’ils sont que l’esprit est une espèce de luxe vénérable et volatil, une entité qui plane au-dessus de nos vies, aba
12iques, par suite, que la pensée n’est guère qu’un luxe — « signe extérieur » de la richesse, ou d’une condition sociale priv
12 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
13de capitaliste, la culture n’est plus guère qu’un luxe injustifié. Du simple fait qu’il y a des « masses », la culture se tr
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
14cultivé, plutôt que celle du créateur ; l’idée de luxe plutôt que celle de travail, de combat spirituel et de puissance en m
15 notre mesure, elle nous offre des nourritures de luxe, et nous avons besoin de pain de ménage. Elle nous offre des spéciali
16 dès qu’ils passèrent de l’ascétisme bourgeois au luxe féodal, ils subirent le jugement de la révolution. Ils pouvaient d’au
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
17l’intelligence, tantôt le Saint-Esprit, tantôt le luxe des délicats, tantôt les facultés créatrices de l’homme, ou encore un
15 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
18enfin je ne sais quelle supériorité humaine, quel luxe d’énergie ou d’invention qui, s’ils les possédaient vraiment, feraien
16 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
19 lui-même, populeux et canaille avec des îlots de luxe révoltant, des musiques féminines raffinées, quelques éclairs sur des
17 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
20enfin je ne sais quelle supériorité humaine, quel luxe d’énergie ou d’invention qui, s’ils les possédaient vraiment, feraien
18 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
21 intellectuelles passent plus qu’ailleurs pour un luxe. (Nulle part, je crois, les écrivains n’ont moins d’action sur la vie
19 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (I) (15 février 1937)
22étier, ces écrivains ! La littérature n’est qu’un luxe, elle n’a pas à nourrir son homme. Et l’on cite M. Duhamel, qui est m
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
23oute guère qu’un élément d’exquise perfection, de luxe heureux, dernière touche d’une fantaisie qui sent presque l’impertine
24s romantiques devient alors la vague obsession de luxe et d’aventures exotiques que les « romans de gare » suffisent à [p. 2
21 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
25Ce n’est pas rien ! Cela donne à Phèdre un air de luxe fou : pour fondre ce bijou de platine d’une suprême élégance, la plus
22 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
26ulture apparaît aujourd’hui comme une activité de luxe, et l’action seule est tenue pour sérieuse. En voici la preuve. Quand
27la culture. Pour celui-ci, l’esprit signifiera le luxe des délicats, et pour cet autre, l’activité révolutionnaire des créat
23 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
28 intellectuelles passent plus qu’ailleurs pour un luxe. (Nulle part, je crois, les écrivains n’ont moins d’action sur la vie
24 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
29ulture apparaît aujourd’hui comme une activité de luxe, et l’action seule est tenue pour sérieuse. En voici la preuve. Quand
30la culture. Pour celui-ci, l’esprit signifiera le luxe des délicats, et pour cet autre, l’activité révolutionnaire des créat
25 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Un climat tempéré (22 août 1945)
31u genre humain, des normes idéales de l’homme, le luxe même. La France, disposant des énergies que libère une nature amie de
26 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). La guerre est morte (5 septembre 1945)
32r les traces d’un grand philosophe, découvrira ce luxe inouï : la lenteur au sein du silence. p. 1 i. « La guerre est
27 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
33des parcs dont l’automne encore tiède glorifie le luxe songeur. C’est dans ce cadre trop parfait, cette ambiance d’innocence
28 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Le rêve américain (9 novembre 1945)
34rs plus large. Le soldat qu’un ancien paquebot de luxe ramène vers son pays du fond du Pacifique ou de l’Europe, dont il n’a
29 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
35 son, à l’éclairage, aux cravates et au faux-vrai luxe : elle doit tenir compte de tant d’exigences personnelles des stars,
36ay : tout y marche et ronronne comme un moteur de luxe, tout est faux, tout le monde est beau, jamais on ne voit percer la t
30 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Les enfants américains réclament des bombes atomiques (20 décembre 1945)
37La guerre encore ? Interférences de disette et de luxe, d’appétits ranimés et d’amertumes durables. Et Noël va tomber au mil
31 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
38es fauteuils sont espacés et pivotent ; classe de luxe et classe de grand luxe, coaches et pullman cars. J’ai pris un coach.
39s et pivotent ; classe de luxe et classe de grand luxe, coaches et pullman cars. J’ai pris un coach. Je me suis enfoncé dans
40es de côté, dont on ne voit que les résidences de luxe dans leurs parcs, et quelques rues des quartiers nègres dont chaque m
32 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
41u genre humain, des normes idéales de l’homme, le luxe même. La France, disposant des énergies que libère une nature amie de
33 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
42e le gothique dans ses églises, ses résidences de luxe, ses universités, quand l’Europe, patrie du gothique, construit des é
43venues à angle droit. Hors série, modèle de grand luxe, elle s’orne d’arbres, de silence et de grands portiers galonnés. Une
44is par avance la nostalgie. Le soir vient dans un luxe américain d’ocres, de roses, d’argents et d’éclats d’or sur les fenêt
34 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
45laire. Que dire de l’intérieur, sinon que tant de luxe, humanisé par tant de goût s’y rend presque invisible aux premiers re
46l n’est tout cela qu’en second lieu, et comme par luxe. Dans le fond et d’abord, il est sérieux, plus qu’aucun autre peuple
35 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
47la guerre encore ? Interférences de disette et de luxe, d’appétits ranimés et d’amertumes durables. Et Noël va tomber au mil
36 1946, Lettres sur la bombe atomique. 2. La guerre est morte
48r les traces d’un grand philosophe, découvrira ce luxe inouï : la lenteur au sein du silence. C’est la grâce que je vous sou
37 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
49des parcs dont l’automne encore tiède glorifie le luxe songeur. C’est dans ce cadre trop parfait, cette ambiance d’innocence
38 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
50es fauteuils sont espacés et pivotent ; classe de luxe et classe de grand luxe, coaches et pullman cars. J’ai pris un coach.
51s et pivotent ; classe de luxe et classe de grand luxe, coaches et pullman cars. J’ai pris un coach. Je me suis enfoncé dans
52venues à angle droit. Hors série, modèle de grand luxe, elle s’orne d’arbres, de silence et de grands portiers galonnés. Une
53is par avance la nostalgie. Le soir vient dans un luxe américain d’ocres, de roses, d’argents et d’éclats d’or sur les fenêt
39 1946, Présence, articles (1932–1946). Le Nœud gordien renoué (avril 1946)
54te corde nouent à la grâce l’ambition, marient au luxe fou l’avarice ingénieuse, resserrent dans les liens d’un calcul insti
40 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
55venues à angle droit. Hors-série, modèle de grand luxe, elle s’orne d’arbres, de silence et de grands portiers galonnés. Une
56is par avance la nostalgie. Le soir vient dans un luxe américain d’ocres, de roses, d’argents et d’éclats d’or sur les fenêt
41 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Noël à New York (décembre 1946)
57La guerre encore ? Interférences de disette et de luxe, d’appétits ranimés et d’amertumes durables. Et Noël va tomber au mil
42 1946, Réforme, articles (1946–1980). Vues générales des Églises de New York (12 octobre 1946)
58ces sanctuaires, le même parfum de chêne ciré, de luxe, de dignité, de dévotion correcte… Le goût de la cérémonie Un diman
43 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
59te corde nouent à la grâce l’ambition, marient au luxe fou l’avarice ingénieuse, resserrent dans les liens d’un calcul insti
44 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
60ntradictoires. Le soldat qu’un ancien paquebot de luxe ramène vers son pays du fond du Pacifique, ou de l’Europe, dont il n’
61 pense à l’Europe en ruines qui s’offre encore le luxe morbide d’entretenir, au seul profit des Russes, la guerre des classe
45 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
62 son, à l’éclairage, aux cravates et au faux vrai luxe ; elle doit tenir compte de tant d’exigences personnelles des stars,
63ay : tout y marche et ronronne comme un moteur de luxe, tout est faux, tout le monde est beau, jamais on ne voit percer la t
64ces sanctuaires, le même parfum de chêne ciré, de luxe, de dignité, de dévotion correcte…   Un dimanche matin à New York : v
46 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
65us entretenir à grands frais comme des malades de luxe, ingrats et susceptibles. Elle cherche à nous aider pour que nous ne
47 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
66ulture véritable n’est pas un ornement, un simple luxe, ni un ensemble de spécialités qui ne concernent pas l’homme de la ru
48 1950, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Europe et sa culture (novembre 1950)
67 parfaitement préventive qu’elle peut s’offrir le luxe de disparaître en tant qu’activité distincte de répression. Elle est
68tions officielles, un ornement peut-être vain, un luxe des classes possédantes, ou un ensemble de spécialités et de techniqu
69, sans responsabilité, et d’un rôle de produit de luxe, alors c’est le sens même de notre civilisation occidentale qui se tr
49 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
70coupole. À l’intérieur, deux rues de boutiques de luxe, de cafés et de librairies aboutissent dans le hall central ouvert su
50 1951, Preuves, articles (1951–1968). Culture et famine (novembre 1951)
71ure, elle consiste à tenir cette dernière pour un luxe, à la confondre avec la lecture des romans, c’est-à-dire avec ces bri
51 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
72s turbines, c’est sérieux, la culture n’est qu’un luxe, et que l’important, c’était de lutter d’abord contre le communisme,
52 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Culture et politique européenne (octobre 1952)
73esse de reléguer la culture à sa place d’objet de luxe (croit-on), pour se pencher sur les problèmes bien plus « urgents » q
74t le reste. Négliger la culture, la tenir pour un luxe, serait agir à l’encontre du génie de l’Europe, de son idée de l’homm
53 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
75e départ, vers la spécialisation, les produits de luxe, et surtout vers les industries de transformation, dans lesquelles l’
76 grandes fortunes ne sont guère plus voyantes. Le luxe ne s’étale pas en fêtes et en extravagances, et se manifeste plutôt p
54 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
77 Naguère encore, l’Europe pouvait se permettre le luxe de la division ; aujourd’hui ce n’est plus possible » (Toynbee).   R
55 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
78s turbines, c’est sérieux, la culture n’est qu’un luxe, et que l’important était d’abord de lutter contre le communisme, qu’
56 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
79aux ou le surnaturel. Mais un confort moral et un luxe matériel largement partagé par toutes les classes. L’Occidental retou
57 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
80peuples, l’URSS et les USA pourraient se payer le luxe de se déclarer neutres et de se conduire comme tels. Mais, au fait, n
58 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
81coup, nous aurons dit que la culture n’est pas un luxe pour nos peuples, mais une nécessité vitale. L’Europe, c’est très peu
82coup, nous aurons dit que la culture n’est pas un luxe pour nos peuples, mais une nécessité vitale. Qu’est-ce que l’Europe ?
59 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
83s de la tyrannie. Ils tiennent la culture pour un luxe. Mais c’est elle qui a produit leurs richesses. Car ce ne sont pas eu
60 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
84 de la culture, à faire voir qu’elle n’est pas un luxe, mais une nécessité vitale pour tous nos peuples. En effet, leur nive
61 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.6. En marge des grands plans, l’utopie prolifère
85 qui peut leur être de nécessité, d’utilité ou de luxe. 107 p. 113 102. Il s’agit donc d’un des Cent projets de par
62 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
86a petitesse des états, qui, jointe aux besoins du luxe et à la diversité des climats, rend les uns toujours nécessaires aux
63 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
87s, peut-être de deux enfans, dont l’éducation, le luxe et le despotisme avaient corrompu le caractère et les inclinations. C
64 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
88vons emprunté que des apparences trompeuses et le luxe inutile. 232 Mais dans une lettre de 1835, il pousse cette autocri
65 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
89s masses ne les écouteraient, ils se donnaient le luxe de prévoir le pire, surcompensant par une lucidité désespérée le cyni
66 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
90e départ, vers la spécialisation, les produits de luxe, et surtout vers les industries de transformation, dans lesquelles l’
91 grandes fortunes ne sont guère plus voyantes. Le luxe ne s’étale pas en fêtes et en extravagances pompeuses : il se manifes
67 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
92a culture d’une part, qu’ils considèrent comme un luxe réservé à une élite disposant de loisirs, et la vie politique, économ
93i l’art serait-il seul à rester une spécialité de luxe, réservée aux seuls artistes professionnels ? Alors que la vie quotid
94cation artistique, au lieu de rester une sorte de luxe, de branche accessoire, ou de spécialité auxiliaire et « optionnelle 
68 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
95s s’y perdent, et quelques chevalets de peinture. Luxe inouï de la solitude et du silence. Un rideau de pins et l’eau tout d
69 1969, La Vie protestante, articles (1938–1978). La lune, ce n’est pas le paradis (1er août 1969)
96us dit que nous aurons là-bas des hôtels de grand luxe, avec des paysages extraordinaires. Alors on arrive à se demander auj
70 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
97parfaitement préventive, qu’elle peut s’offrir le luxe de disparaître en tant qu’activité distincte de répression. Elle est
98tions officielles, un ornement peut-être vain, un luxe des classes possédantes, ou un ensemble de spécialités et de techniqu
71 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
99 de la culture, à faire voir qu’elle n’est pas un luxe, mais une nécessité vitale pour tous nos peuples. En effet, leur nive
72 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
100, et que la culture sur ce petit cap n’est pas un luxe, mais la condition même de notre vie. Et nous avons à créer la synthè
73 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
101ort entre la culture, qu’ils considèrent comme un luxe réservé à une élite disposant de loisirs, et la vie politique, économ
102i l’art serait-il seul à rester une spécialité de luxe, réservée aux seuls artistes professionnels ? Alors que la vie quotid
103cation artistique, au lieu de rester une sorte de luxe, de branche accessoire, ou de spécialité auxiliaire et « optionnelle 
74 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.5. Le rôle de la recherche en Europe
104es [p. 123] c’est sérieux, la culture n’est qu’un luxe, et que l’important, c’était de lutter d’abord contre le communisme,
75 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
105 villes, nos mœurs, le cadre de nos vies et notre luxe matériel, quelque peu idéalisé. Désormais la comparaison entre leur s
76 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.7. Pour une politique de la recherche
106coup, nous aurons dit que la culture n’est pas un luxe pour nos peuples, mais une nécessité vitale. Tout cela n’est pas nouv
77 1976, Réforme, articles (1946–1980). À propos du Concorde (21 février 1976)
107e quoi ! L’idée vraiment moderne du progrès et du luxe s’oppose radicalement à cette manie démodée de la vitesse et du fraca
108est le contraire de ce que Concorde symbolise. Le luxe suprême de demain, je l’ai défini au lendemain d’Hiroshima : la lente
78 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
109e quoi ! L’idée vraiment moderne du progrès et du luxe s’oppose radicalement à cette manie démodée de la vitesse et du fraca
110le contraire de ce que « Concorde » symbolise. Le luxe suprême de demain, je l’ai défini au lendemain d’Hiroshima : « La len
79 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
111être illettré mais milliardaire, peut se payer le luxe de bafouer. Tel est le tableau qu’offrent nos grands Pouvoirs. Ils es
80 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 7. Première histoire de fous : l’Auto
112rdisé, des anarchistes. Car l’Esprit n’est pas un luxe, n’est pas une faculté destinée à amuser nos moments de loisir. Il a
81 1979, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (printemps 1979)
113ins probable que la Communauté puisse s’offrir le luxe, de plus en plus ruineux, de traduire tous ses documents obligatoirem