1 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Éluard, Capitale de la douleur (mai 1927)
1u bord des verres, se posent sur les cordes d’une lyre dont ils font grésiller l’accord, une patte en l’air, becquètent le c
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
2oix (d’Amour) paraîtra douce comme le chant de la lyre, si seulement vous lui coupez la queue 75 (Marcabru.) Chasteté déli
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
3e recherche mystique, qui ne laisse oublier ni la lyre ni l’épée symbolique du défi à la société constituée ! Est-il beaucou
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
4ien cette barque — où comme l’autre il emporte sa lyre — et ce « pouvoir » dont il se plaint tout en sachant qu’il l’a voulu
5 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
5lise et l’Empire, Dieu et César. 5. L’arc et la lyre d’Héraclite Dès l’aube de la philosophie occidentale, dans l’une de c