1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
1s donc, j’étais encore au bal. Cette constatation machinale ne correspond à rien dans mon esprit. Peut-être que j’ai perdu la not
2 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
2nipulent, mains de joueurs et de maniaques, mains machinales et qu’aucun charme ne soumet : ce sont les mains des agités, et non p
3 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
3ue blessée. Comme une prière muette en moi, toute machinale et tout obscure… [p. 118] ⁂ — « Stupidité ! Cela ne peut mener qu’à d
4 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
4ue blessée. Comme une prière muette en moi, toute machinale et tout obscure.   24 mai On dirait que l’homme n’est pas fait pour d
5 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
5e gare, à Saarbrücken, c’est le « Heil’ler » tout machinal (le Heil Hitler déjà rodé) des ouvriers entrant dans la buvette qui m
6 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
6urope : le sens et le sel de nos vies, au-delà du machinal et de l’animal. Quels seront les bénéficiaires de la détente ? Beau