1 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
1 à ce que nos psychologues appellent une conduite magique. Or il est délicieux de réaliser une idée fixe injustifiable : c’est
2 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
2 à ce que nos psychologues appellent une conduite magique. Or il est délicieux de réaliser une idée fixe injustifiable : c’est
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
3 goethéennes. ⁂ Rimbaud enfant écrit des poèmes « magiques » puis renonce à la magie, et se tait. Goethe, initié dans sa jeuness
4 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
4tère des origines : souvenirs, mythologies, rites magiques, culte ancestral ou religion d’État. C’est là ce que j’appellerai une
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
5ordent au contraire une efficace illimitée au vin magique. Rien de plus significatif que ces variantes, comme nous le verrons.)
6elle naître et les unir, à la faveur de ce destin magique ? Dans tout le Roman, dans ces milliers de vers, je n’en ai trouvé qu
7i cherche à diminuer le rôle de cette « emprise » magique, se verra condamné à rendre la passion moins inhumaine plus acceptabl
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
8s, tantôt [p. 127] des rites sacrés ou des gestes magiques, parfois aussi des disciplines profondes élaborées par des mystiques
9mystérieuse beauté : il s’embarque sur une barque magique » et parvient à une terre merveilleuse. « Il se lasse à la fin de ce
10à l’aventure de Tristan malade, en quête du baume magique. D’autre part, plusieurs récits de ce cycle irlandais figurent les pr
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
11st pas nécessaire de supposer ici quelque pouvoir magique des sons et du langage sur nos actes. L’adoption d’un certain langage
12 de Canacée qui possédait la bague et les miroirs magiques, et finalement les « illustres bardes » qui chantèrent d’une voix gr
8 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
13rt, Monstrelet, Chastellain, La Marche…] une clef magique à l’aide de laquelle ils s’expliquaient les événements contemporains.
9 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
14s inutiles et bizarres, chargés de significations magiques. Ensuite, au xviiiᵉ, il n’est resté que la nudité du décor. La discip
15 soutenus par une double croyance dans le pouvoir magique du langage, et dans la liberté infinie de l’homme, capable de refaire
10 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
16tère des origines : souvenirs, mythologies, rites magiques, culte ancestral ou religion d’État. C’est là ce que j’appellerai une
11 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
17érieur à notre être. Pour dissiper cette illusion magique, reportons-nous à ce que la Bible vient de nous apprendre au sujet de
12 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
18rospérité. Nous sommes encore en pleine mentalité magique. Comme de petits enfants en colère, nous battons la table à laquelle
19er le mal en le niant : c’est encore la mentalité magique. Nous pensons que celui qui dénonce le mal comme [p. 93] fondamental
13 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
20de la lumière descendante, pouvoir prophétique et magique. Mais l’assimilation de la clairvoyance en général avec cette puissan
14 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VIII : Le Diable démocrate (3 décembre 1943)
21er le mal en le niant : c’est encore la mentalité magique. Nous pensons que celui qui dénonce le mal comme fondamental doit êtr
15 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
22rospérité. Nous sommes encore en pleine mentalité magique. Comme de petits enfants en colère, nous battons la table à laquelle
16 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
23nnes. [p. 24] ⁂ Rimbaud enfant écrit des poèmes « magiques » — puis renonce à la magie, et se tait. Goethe, initié dans sa jeune
17 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
24seule maladie qui tout ensemble nourrit la menace magique et trouve son antidote dans une magie dominée. La magie est ainsi, po
18 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
25ient. Peter lui donne son ombre contre une bourse magique, d’où il pourra tirer un or inépuisable. Désormais riche, mais privé
19 1947, Doctrine fabuleuse. 11. Le nœud gordien renoué
26: signe d’alliance et de prise du pouvoir. Cercle magique et couronne royale. Signe aussi de fécondité. Qu’une intrigue se noue
20 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
27t-il pas justement de créer par quelque opération magique [p. 146] le temps qui manque, le sens qui manque, l’espoir et la visi
21 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
28sations sacrées de l’Antiquité, les civilisations magiques de l’Asie et les modernes entreprises totalitaires, l’Europe nous app
29nd contraste avec le monde antique, avec le monde magique de l’Asie, avec le monde collectiviste. Je dis que nos valeurs modern
30humain en général, ni pour maintenir par la vertu magique d’un acte sacrificiel les rythmes du Cosmos et les lois de la fécondi
31rs. Elles risqueraient de faire rater l’opération magique de l’œuvre d’art. Je ne dis pas qu’entre l’Occidental, qui tend à s’a
22 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
32ssion. Il fleurit sur l’abîme qui sépare l’Orient magique de l’Occident tragique, et cet abîme n’est autre que le vertige de l’
33t pas la personne qui se détache d’abord du corps magique de la tribu, mais c’est l’individu profanateur. Celui-ci fonde une Ci
34n de leur guérison soudaine d’un coup de baguette magique. Couper ces fièvres aurait un effet dévastant : ne serait-ce pas nous
23 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
35e, douées d’intentions autonomes : cette démarche magique ne doit plus nous tromper. Les penseurs d’aujourd’hui qui adoptent ce
24 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
36t la forme d’une initiation (au sens religieux ou magique), tandis que la formation morale se confond avec un dressage de l’ind
37re, au contraste entre les collectivismes (sacré, magique ou totalitaire) et l’individualisme ? Oui sans doute, mais à conditio
25 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
38re autre chose. Kassner m’offre ce mot : le corps magique, et il le commente en ces termes 11  : « Âme corporisée, ou corps spi
39vec un Moi qui n’est qu’un simple centre. L’homme magique, le corps magique n’a pas d’ironie ni de paradoxe, parce qu’il n’a ni
40st qu’un simple centre. L’homme magique, le corps magique n’a pas d’ironie ni de paradoxe, parce qu’il n’a ni contraire ni cont
41histoire n’ont plus de pointe ni de but. Le monde magique est en forme de Boule, infinie et tout-englobante. En Occident, le mo
42devient conscient et se détache, échappe au corps magique, s’isole enfin, mais c’est pour mieux se perdre en son accomplissemen
43coup paraît la société, en lieu et place du corps magique. Yin-Yang Dans le Symbole central de la pensée chinoise (le cercle
44r dans Kassner, au chapitre où il décrit le corps magique : Une histoire d’Hérodote traite d’un grand du royaume qui, en échan
26 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
45s Anciens est basée sur le rite, et dans le monde magique elle n’est que rite. Seule la croyance moderne aux « lois de la scien
46toi-même », cette foi libère l’individu des liens magiques, réforme en l’assumant le monde antique, crée l’idée de personne qui
27 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
47ques. Apport grec. — L’homme se détache du corps magique en lequel se mêlaient sans fin ni formes nettes les vivants et les mo
48ermer le cycle, et tout recommencera : grégarisme magique et liens du sang, réinvention de l’individu puis de ses excès, vide s
28 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
49ssion. Il fleurit sur l’abîme qui sépare l’Orient magique de l’Occident tragique, et cet abîme n’est autre que le vertige de l’
50t pas la personne qui se détache d’abord du corps magique de la tribu, mais c’est l’individu profanateur. Celui-ci fonde une Ci
51n de leur guérison soudaine d’un coup de baguette magique. Couper ces fièvres aurait un effet dévastant : ne serait-ce pas nous
29 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
52re statistique, ou cellule transitoire d’un corps magique sans fin. Combien d’individus sont-ils donc nés et morts depuis qu’il
30 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
53re, douées d’intentions autonomes. Cette démarche magique ne doit plus nous tromper. Les penseurs d’aujourd’hui qui adoptent ce
31 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
54re statistique, ou cellule transitoire d’un corps magique [p. 403] sans fin. Combien d’individus sont-ils donc nés et morts dep
32 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
55absolument tout en étant un autre, d’une créature magique qui soit nous tout en possédant l’avantage, sur toutes nos imaginatio
33 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
56ne en sournoise malice » qui composaient, au sens magique du mot, les charmes de cette prose et son autorité. J’écrivais : Dan
57tre le visage. Entre les deux « abîmes » du monde magique, qui est le monde sans mesure d’avant le drame, d’avant l’idée et la
34 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
58absolument tout en étant un autre, d’une créature magique qui soit nous tout en possédant l’avantage, sur toutes nos imaginatio
35 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
59ne en sournoise malice » qui composaient, au sens magique du mot, les charmes de cette prose et son autorité. Voici donc cette
60tre le visage. Entre les deux « abîmes » du monde magique, qui est le monde sans mesure d’avant le drame, d’avant l’idée et la
36 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
61nsacrent, (par les idoles et les yantras — signes magiques et invariables —, par les rites quotidiens omniprésents, par le régim
37 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
62e l’instinct. Naturisme mystique. (C’est l’utopie magique, quelquefois réalisée, du trèfle à quatre : transformer la tige de l’
38 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — ii. Misère et grandeur de saint Paul
63t lui-même d’appliquer aux morales ritualistes et magiques de son temps. Il nommait cela : « discerner les esprits ». Et il disa
39 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
64 qu’on la considère comme résultant d’une crainte magique, soit qu’on la considère comme visant à « élever » et « animer » le j
65uel passe outre et surmonte les vieilles craintes magiques, — sauf dans le cas des névroses mentionnées. Ceci dit, le vajrolî mu
66 vie prolongée ») par où l’on rejoint la croyance magique ; mais aussi un progrès dans la Voie spirituelle, vers le détachement
40 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
67ses suivent leur cours : nous poursuivons l’image magique d’une Science suprême et d’une Connaissance universelle, que nous n’a
41 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
68nsacrent, (par les idoles et les yantras — signes magiques et invariables —, par les rites quotidiens omniprésents, par le régim
42 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
69dividualistes et communautaires, rationalistes et magiques. Et c’est l’Église qui va tenter d’opérer la synthèse improbable de t
43 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
70onnues et qui va des peintures de Lascaux, pièges magiques, jusqu’aux pièges cosmiques de nos laboratoires, le fédéralisme n’app
44 1968, Preuves, articles (1951–1968). Marcel Duchamp mine de rien (février 1968)
71iendrait, et pour mieux l’attirer — vieux procédé magique — Consuelo avait peint son image : une tête de cheval à la craie sur
45 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
72a technique en Europe : effort plus ascétique que magique, et plus rigoureux qu’hédoniste, de maîtrise et de transformation de
73en avait pas encore), mais au contraire des rêves magiques ou religieux, affectifs, poétiques, généralement humains. Dis-moi ce
46 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
74sations sacrées de l’Antiquité, les civilisations magiques de l’Asie et les modernes entreprises totalitaires, l’Europe nous app
75humain en général, ni pour maintenir par la vertu magique d’un acte sacrificiel les rythmes du cosmos et les lois de la fécondi
76rreur. Elle risquerait de faire rater l’opération magique de l’art. Je ne dis pas qu’entre l’Occidental, qui tend à s’affirmer
47 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
77fre de la crainte morbide de perdre une puissance magique qui n’existe pas ! Il s’agit beaucoup moins de le réfuter que d’évite
48 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
78peut être dû qu’à des circonstances plus ou moins magiques (p. 253) Quoi de commun à ces deux vieilles nations annexées au Dom
79maine, femme ou homme, savoir secret ou puissance magique, ou quoi encore ? » (Vita.) (Que n’ai-je connu plus tôt cette phrase
80é par le retard du plaisir exerçait une puissance magique. « La chasteté — à condition que les esprits animaux eussent été au p
49 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). C.J.B. l’Européen, 1891-1974 (printemps 1974)
81e de stature imposante et d’autorité calme, assez magique, un conteur fascinant, un humoriste redoutable, un grand chasseur de
50 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
82leur réelle à cette forme plastique, musicale, ou magique. Et sans plus de souci de l’intégrer à notre tradition chrétienne 123
51 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
83nt, et les transforme en minerai. Cette opération magique lui permet d’affirmer qu’il nous reste du cuivre et du zinc non pas p
52 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
84adiant l’apparence d’une présence sacrée ; l’idée magique, enfin, et des plus primitives, que le roi détient l’énergie, en est
53 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
85ntière était réglée par des coutumes impératives, magiques, sexuelles, économiques. Mais déjà, dans les mégalopoles dont on calc
54 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
86es consommateurs. En lieu et place de la croyance magique à l’expansion indéfinie et à tout prix, laquelle motive dans la popul
55 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
87 n’abolira les leçons surprenantes. Un triangle magique La collaboration entre les universités cantonales de la Suisse roman