1 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
1e. Plus tard, comme nous remontions les pentes de Malabar Hill par des chemins encaissés entre les murs de parc des grandes dem
2 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
2s éduqués en Angleterre, ou peuples de la côte du Malabar, très anciennement [p. 5] christianisés. Pour admettre l’idée de la r
3 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
3ns très anciennement christianisées de la côte du Malabar. Prenons la Chine : le père de sa révolution fut le converti Sun-Yat-
4 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
4ns très anciennement christianisées de la côte du Malabar. Prenons la Chine : le père de sa révolution fut le converti Sun Yat-
5 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
5lénisme. Dès le iiie siècle, la côte indienne du Malabar reçoit des missionnaires chrétiens : les voyages de Thomas l’Apôtre (
6 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
6 Afrique du Nord, en Inde du Sud — sur la côte de Malabar — et jusqu’en Extrême-Orient — on compte plus de soixante évêchés nes
7 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
7s éduqués en Angleterre, ou peuples de la côte du Malabar, très anciennement christianisés. Pour admettre l’idée de la révoluti