1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Colin, Van Gogh (août 1925)
1essins sont de gauches copies de Millet. Mais son manque de talent ne le rebute pas. Une divine violence le travaille. Elle ja
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
2 l’impression qu’il a réussi ce grand roman… Qu’y manque-t-il ? Un style ? L’absence de style, n’est-ce pas le meilleur style po
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
3 qu’ils ont peut-être appris dans Barrès. Il leur manque une certitude foncière, une foi en la valeur de l’action. C’est pourq
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, Mon corps et moi (mai 1926)
4on corps et moi (mai 1926) u Les témoignages ne manquent pas sur la détresse morale de la génération surréaliste. Mais tandis
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
5losophes, et trop philosophe aux littérateurs. Il manque à M. Fernandez un certain recul par rapport à ses idées, on le sent u
6 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jacques Spitz, La Croisière indécise (décembre 1926)
6asses à souhait, qui manifestent, avec un certain manque de conviction et des poses de mannequins, les tendances contradictoir
7 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Barbey, La Maladère (février 1927)
7e. On ne sait ce qui la retient : son amour ? son manque d’amour ? Pour Jacques, il souffre d’une incurable adolescence, d’un
8 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
8r sur tout ce qui est profond en nous, et elle ne manque guère à ce devoir sacré ». M. Jaloux évite le péril d’un réalisme tro
9 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Lecache, Jacob (mai 1927)
97) ah Voici un livre dur et sans grâces, qui ne manque pas d’une beauté assez brutale, pour nous choquer et s’imposer pourta
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
10hère de l’« art pur » n’est pas respirable. Il ne manque rien à Orphée, sinon peut-être cette indispensable « part de Dieu » —
11 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
11ut ne dure pas 20 minutes. Et c’est heureux. Nous manquons d’entraînement dans le domaine du merveilleux moderne. Un peu plus et
12 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
12r sur ce qu’il y a de profond en nous, et elle ne manque guère à ce devoir sacré. » (Edmond Jaloux.) [p. 138] Entre un monsie
13 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
13sse. École savait le mythe du voyage, et qu’on ne manque pas le train bleu d’un désir. Elle était donc venue. Il la suivait en
14 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
14s quelques [p. 184] réactions élémentaires qui ne manquent jamais de succéder au moindre vol. » J’ajouterai, cher Monsieur, que
15 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
15ature entre 17 et 19 heures : vraiment, il ne lui manque plus rien — que l’envie. Mauvais travail. Il a perdu le sens religieu
16 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Princesse Bibesco, Catherine-Paris (janvier 1928)
16ou quelques « pointes » faciles mais cela même ne manque pas de naturel… On peut regretter que ce livre ne réalise pas une syn
17 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Louis II de Bavière ou Hamlet-Roi (décembre 1928)
17’ailleurs, réussir un livre attrayant sur une vie manquée n’était pas un problème aisé : Guy de Pourtalès l’a résolu d’une faço
18 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
18ards aux dérangements, même violents, que cela ne manque jamais de provoquer, je me propose de marquer ici la distinction clas
19 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
19enne Suisse, à l’usage du peuple souverain qui ne manque pas d’en être flatté. Et puis, quelle est cette préparation à la vie
20 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
20meilleur parti possible de l’exercice ; car il ne manque à ce système, avouez-le, que [p. 37] juste la spontanéité nécessaire
21 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
21phone ou de la balalaïka. Soyez certains qu’il ne manque à cette plaisanterie, pour prendre corps, que l’appui intéressé d’un
22viens de décrire la marche nécessaire  11 . On ne manquera pas d’insinuer qu’à l’origine de tout ceci il y a surtout de la [p. 4
22 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
23 l’évolution normale de l’humanité, comme vous ne manquerez [p. 52] cependant point de le dire, avec ce sens du cliché qui est un
24es jeux nouveaux que l’humanité de demain ne peut manquer de s’inventer. Je ne puis m’empêcher de voir une intention providenti
23 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
25d’échapper à la mécanique. Bref, elle perpétue ce manque [p. 58] d’imagination dont les conséquences seront matériellement cat
24 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Julien Benda, La Fin de l’Éternel (novembre 1929)
26re part, de plus impertinents [p. 639] que moi ne manqueront pas de faire observer que la « fin de l’éternel », la chute de l’idée
25 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Souvenirs d’enfance et de jeunesse, par Philippe Godet (avril 1929)
27ans les familles. Et qu’importe si la perspective manque souvent à ces récits : ce n’est point un paysage d’âme qu’on y cherch
28ssin d’ailleurs est élégant. Mais comme tout cela manque de chair. Et de rêve. Est-ce qu’en ce temps-là on ne se nourrissait v
26 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
29direction : il y réussirait trop aisément. Ce qui manque à l’homme moderne, c’est un principe d’harmonie qui lui garantisse le
27 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
30ru simultanément, et l’on annonce Hypérion. Il ne manquera plus que les longs poèmes de la maturité — mais ceux-là difficilement
28 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
31a besoin et en qui l’on chérit surtout ce dont on manque : touchantes annexions, pieux mensonges du cœur qui traduisent, à tou
29 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
32que les romans [p. 346] « mondains » de Baring ne manquent pas à cette tâche, et c’est là l’important. Le mérite le plus rare de
30 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
33 plus significatifs de ce temps. Non pas que nous manquions de témoignages sur les conditions d’existence du prolétariat mondial,
31 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Gide ou le style exquis (à propos de Divers) (octobre 1931)
34 sociale. Mais à cause de la grandeur. ⁂ Ce livre manque d’ange et de bête. Il est merveilleusement intelligent. On n’y parle
35ement exprimé et mûri. Mais comme aussi tout cela manque d’enthousiasme, d’« endieusement », selon l’étymologie de Unamuno. Ne
32 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
36me seul répond à l’homme épouvanté 27 . Il nous manque une étude sur les critiques protestants du xixe siècle. L’on serait
33 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
37r cette vision de la réalité humaine : la vie est manque et compensation de ce manque ; contradictions et dépassement de ces c
38humaine : la vie est manque et compensation de ce manque ; contradictions et dépassement de ces contradictions 2 . Le monde la
39nce du réel, mais la repousse comme le signe d’un manque à la loi. Il y a une contrepartie. Celui que hante le sens du péché —
34 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
40n attend dans ces circonstances, une fois de plus manquait le rendez-vous que j’avais demandé au hasard d’arranger. Mais le thèm
41ibuait à une certaine anémie des sentiments, à un manque de caractère aussi. La fidélité véritable est une œuvre d’art qui dem
35 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
42a besoin et de qui l’on chérit surtout ce dont on manque : touchantes annexions, pieux mensonges du cœur qui traduisent, à tou
36 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
43’il traduit et porte un réveil de la foi, ne peut manquer de libérer des forces créatrices. Or les temps vont nous y contraindr
44ts poétiques, ces perspectives bouleversantes qui manqueront toujours aux œuvres nées sous le signe fatal du moralisme. La grande
37 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
45téraire la plus parfaite avec Werther. Et nous ne manquons pas de témoignages écrits de cette époque qui permettent d’imaginer c
46me un monde autonome. Il doit être envisagé comme manquant de quelque chose. Or, ce « quelque chose » aux yeux de la foi, consti
38 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
47it fou de ne pas le partager.) Je lui reproche de manquer d’exigence vis-à-vis de l’homme ; de se borner à sa défense ; de ne p
39 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
48D’autre part, n’est-ce point le fait d’un certain manque de tact intellectuel que de poser des questions si rudimentaires, si
49us qu’elle suppose : la sobriété, la solidité, le manque d’ironie, la bonhomie sérieuse, l’absence de toute complaisance à soi
40 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
50n’être pas entièrement originales 18 , ne peuvent manquer de déconcerter tous ceux qui n’imaginent de choix possible qu’entre u
41 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
51sitives »… Mais si ces directives venaient à nous manquer, que ferions-nous de cette « foi » que nous prétendions posséder ? Au
42 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
52te de « contre-Hegel » radical, voilà qui ne peut manquer d’évoquer l’attitude d’un Kierkegaard et par là même de ses descendan
43 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
53ées dans les pauvres cervelles citadines. Nous ne manquerons aucune occasion de critiquer dans cette revue la morale du travail su
44 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
54sques que je cours. Le pire des risques, c’est de manquer cet acte par lequel je saisis le salut qui m’est promis 22 , salut ga
45 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
55our n’être pas entièrement originales, ne peuvent manquer de déconcerter tous ceux qui n’imaginent de choix possible qu’entre u
46 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
56 gens qui la font soient très méchants ; mais ils manquent de sérieux humain. (J’ai dit aussi qu’ils manquent d’humour.) Anony
57anquent de sérieux humain. (J’ai dit aussi qu’ils manquent d’humour.) Anonymat Ils ont un « front commun », mais ils n’ont plu
47 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
58s le poids de son appareil dévorateur. Et cela ne manque pas de se produire lorsque la majorité des citoyens se trouvent rédui
59de commun qu’elles souffrent toutes les deux d’un manque évident et permanent d’individualités marquantes, […] de personnalité
48 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
60ées dans les pauvres cervelles citadines. Nous ne manquerons aucune occasion de critiquer [p. 226] dans cette revue 71 la morale
49 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
61ien le primum vivere se révèle imparfait ; il lui manque quelque chose : pourra-t-on l’ajouter après coup ? On ne complète pas
50 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
62 Ce dont ils souffrent, ce n’est pas seulement de manquer de travail et de ne pas gagner leur pain, mais c’est surtout de const
51 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
63a rien en lui qui le pousse à chercher ce dont il manque, et n’a pas d’existence. Il ne devient objet que lorsque j’en fais mo
52 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
64ui, dans cet esprit nourri des Écritures, ne peut manquer d’évoquer aussitôt la réponse de l’Épître aux Romains : « Tout l’univ
53 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
65donner à telle problématique l’expression qui lui manquait, et dont le défaut empêchait que la question fût posée utilement. Il
54 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
66es (p. 42 à 46 sauf le dernier alinéa). Mais il y manque l’essentiel : une conception nette et honnête de la Corporation. Je n
67Et qu’on n’améliore pas la peste. Ces jeunes gens manquent d’ambition et de folie. Ils appartiennent moralement et spirituelleme
68ait surtout être, et ils ne sont pas. Ce qui leur manque, c’est peut-être le sens social, tout simplement. Mais il manque à pr
69eut-être le sens social, tout simplement. Mais il manque à presque tous nos contemporains. J’entends, par sens social, la conn
55 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
70ois de plus contre les poncifs populistes. Ce qui manque peut-être à M. Soulillou, c’est la patience de laisser mûrir ses livr
56 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
71nant à Paris et visitant le Palais de l’Esprit ne manquerait pas de redire le mot fameux : Je n’ai pas voulu cela ! Il n’a jamais
57 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
72ances dans le détail bizarre de notre microcosme, manquait de la seule chose dont nous soyons abondamment fournis : d’un attirai
58 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
73 métier, ses voisins, sa femme, son argent ou son manque d’argent ; avec des ustensiles, une scie, un cheval ; avec les sentim
74t, mais vous êtes blême et fatigué. Un trait qui manque par hasard dans cette page, et qu’on retrouve dans toutes les autres,
59 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). « Le plus beau pays du monde » (octobre 1935)
75le journaliste allemand qui la raconte, et qui ne manque pas de féliciter la Chambre des Communes. (Gazette de Francfort, du 3
76est le plus beau pays du monde ? Cela du moins ne manque pas de logique, malgré la première apparence. L’erreur courante, qui
60 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
77rogramme extrêmement cohérent, mais le temps nous manque, il faut parer au plus pressé ; « priorité au plan d’action ». Seulem
61 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
78lle composition esthétique ! Je vous dis que vous manquez de réalisme. Vous êtes encore disciples de Rousseau plus que vous ne
62 1935, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). René Guisan : un clerc (1935)
79ense ce qu’il fait, qui fait ce qu’il pense. Nous manquons terriblement de tels hommes, en Suisse romande. Nous manquons terribl
80riblement de tels hommes, en Suisse romande. Nous manquons terriblement de ce sens de la culture qu’incarnait à mes yeux René Gu
63 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
81le xixe siècle aux ouvriers socialistes comme un manque de goût démagogique, n’est vraiment pas une invention socialiste. Ce
64 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
82oujours temps d’aller demander là-bas ce qui nous manque. p. 91 37. Pas tous d’ailleurs, ni les plus marquants… 38. C’ét
65 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
83de foi ? ⁂ Le lecteur qui n’est pas philosophe ne manquera pas de dire que j’entraîne le problème à une profondeur telle qu’il n
66 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
84Mais le crédit s’écroule, et la mesure devient le manque d’argent. C’est cette angoisse avant tout qui explique la carence des
67 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
85é de penser. D’où les refus que cette critique ne manque pas de prononcer dès qu’elle flaire dans une formule la volonté de mo
86. Voilà sa modestie, — et le siècle passé n’a pas manqué de qualifier cette vertu de scientifique. Soyons donc rigoureux dans
68 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
87 du xviiie siècle et de la Renaissance. C’est un manque de sobriété devant la vie, tantôt par orgueil enthousiaste, tantôt pa
88 ces différents excès, il y a toujours un certain manque de courage, une certaine politique de l’autruche, une certaine intemp
69 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
89l ajoute aussitôt : — « comme ils disent ». Il ne manque jamais de s’excuser des mots abstraits, des termes nobles auxquels il
70 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
90oujours temps d’aller demander là-bas ce qui nous manque. II. Leçon de dictature De tout ce qui précède, il serait ridicule
91Mais le crédit s’écroule, et la mesure devient le manque d’argent. C’est cette angoisse avant tout qui explique la carence des
71 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
92a question peut paraître brutale, simpliste. Elle manque certainement d’« onction ». Est-ce assez pour qu’on l’écarte ? Ne se
72 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sur l’esprit incarné (février 1936)
93 alors son dernier article est trop clair. Il n’y manque plus qu’une épigraphe, qui conviendrait d’ailleurs à tous ses livres 
73 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
94 rencontrer un écrivain étaient de deux espèces : manque d’argent ou insuccès (auprès du public, de la critique, des éditeurs)
95si donc si le livre se vend mal, ce n’est plus un manque à gagner [p. 14] pour l’éditeur, c’est une perte. Et cette perte, sel
74 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
96eds joints dans l’avenir. À quoi les ergoteurs ne manqueront pas de répliquer : était-ce la peine de dire tant de mal de l’esprit
75 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
97stingue donc d’un intellectuel rentier que par le manque de revenu assuré. Mais le seul fait que la « matérielle » est déficie
98ue nous vous donnons, c’est justement ce qui nous manque, et quand vous aurez compris cela, vous cesserez, je le crains, d’env
99 ont faim de nourriture solide, élémentaire. Elle manque de naïveté, de force et de conviction. Tout son effort est de s’écart
100t au courrier, ou les journaux. C’est lassant, le manque d’argent, à la longue. Et l’on voit trop de raisons de tous les ordre
76 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
101 lessive à la maison pour remplacer sa mère. Nous manquons de corde pour étendre le linge ; elle imagine de le mettre à sécher s
102ve par là même inefficace sur le « peuple ». Elle manque de durée. Évitant méticuleusement les reprises, les retours, elle s’a
103viennent guère au culte. Ce n’est pas l’envie qui manque, mais ils ont peur. C’est toujours la question de la place à traverse
104 aux tics qu’à la pensée fondamentale, n’aura pas manqué de signaler comme caractéristiques de l’ouvrage. Enfin, je commence à
77 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
105 appellent le « peuple en liesse ». Eh bien, quel manque de fantaisie dans cette liesse ! Je m’y ennuie presque autant que dan
78 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
106lets dans la conscience du spectateur.) Ce qui ne manquera pas de faire crier au dogmatisme. Tout se passe ici « à l’intérieur »
79 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
107 aux tics qu’à la pensée fondamentale, n’aura pas manqué de signaler comme caractéristiques de l’ouvrage. Enfin, je commence à
80 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
108 m’entende bien : nous avons eu Amiel, et nous ne manquons pas de douteurs, de tourmentés, de refoulés et d’hésitants fort disti
81 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
109er de revendications, publié ici même en 1932, ne manquera pas de faire des rapprochements fort instructifs. Ce terme de personn
82 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Au dossier d’une vieille querelle (novembre 1937)
110 irrationnelle). D’autres clercs, conséquents, ne manqueront pas d’en conclure qu’ils n’ont pas à se mêler aux luttes sociales et
83 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
111 de la séparation des pouvoirs, le Conseil d’État manque de toute espèce d’orientation politique (au bon sens du mot). Cette c
112aits historiques d’un point de vue humain ne peut manquer de reconnaître l’existence d’une semblable autorité dans les communau
84 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
113-sou à la criante misère du peuple et je n’ai pas manqué le service 7 , ce soir. J’ai fait attester ma présence et j’ai lu ave
114aire qui aura donné au peuple allemand ce qui lui manquait pour désirer la vraie démocratie. Et pour réaliser ses premières cond
115lle composition esthétique ! Je vous dis que vous manquez de réalisme. Vous êtes encore disciple [p. 39] de Rousseau plus que v
116 sous la menace [p. 43] d’un régime qui n’eût pas manqué de réduire l’un et l’autre au silence, me verrai-je contraint de choi
85 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
117it six millions de chômeurs en 1933, tandis qu’on manque de main-d’œuvre en 1938. La dignité de la nation est rétablie. L’auto
86 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
118eds joints dans l’avenir. À quoi les ergoteurs ne manqueront pas de répliquer : était-ce la peine de dire tant de mal de l’esprit
87 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
119actère, de goûts et de conditions externes qui ne manqueront pas de se produire un jour ou l’autre dans la vie du couple. Or c’est
120ues pour toutes les femmes allemandes, et l’on ne manquera pas de les rendre obligatoires à bref délai. Le but dernier de l’entr
88 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
121pour lui-même en la délivrant du dragon, comme ne manque pas de le souligner Thomas — on ne peut s’empêcher de penser que ces
122ble avec celle du mariage, on l’a vu. Le Roman ne manque pas une occasion de rabaisser l’institution sociale, d’humilier le ma
123 reporte à notre résumé de la légende, on ne peut manquer d’être frappé de ce fait : les deux lois qui entrent en jeu, chevaler
124rire la Nuit, mais la « musique savante » n’a pas manqué à ce désir dont elle procède. Levez-vous, orages sonores de la mort d
89 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
125ne peuvent être toujours présents. Viennent-ils à manquer, tout ce qui était destiné à stimuler la conscience religieuse dégénè
126mme idéalisée, l’Église et le clergé ne pouvaient manquer d’opposer une croyance et [p. 122] un culte qui répondissent au même
127erage, le « fils » du roi. (Les psychanalystes ne manqueront pas de voir dans la liaison malheureuse de Tristan et d’Iseut le résu
90 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
128 d’une âme qui jusqu’ici rayonne. Le Ciel, qui ne manque que d’une chose, — c’est de l’avoir — à son Seigneur la demande, et t
129ervir la mystique orthodoxe. Et cette dernière ne manquera pas d’y puiser ses meilleures métaphores. En vérité, la tentation éta
130rt » une Vie nouvelle, et pour qu’à la passion ne manque pas le sublime, voici la divinisation. Pétrarque demande comment il s
131ale. D’où la réaction « réaliste » qui ne pouvait manquer de s’ensuivre. Elle fut surtout sensible dans la bourgeoisie. Dès le
132usions extrêmes de la chair et de l’esprit qui ne manquèrent pas de se produire dans les sectes néo-manichéennes. 8. L’Astrée :
133entre son Angélique, trop fidèle, et lui-même. Il manque un « roi Marc » à ce jeu. C’est la situation des amants au terme des
134et moral dans notre vie de créatures finies. Il y manque l’aspect nocturne, l’épanouissement mystique dans la vie infinie de l
135ent mystique dans la vie infinie de la Nuit. Il y manque ce que l’on pourrait appeler, symétriquement, « cette joie majestueus
91 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
136actère, de goûts et de conditions externes qui ne manqueront pas de se produire un jour ou l’autre dans la vie du couple. Or c’est
92 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
137s le cas où il y aurait certitude que l’amant eût manqué à ses devoirs et à la foi promise. Or on n’a pas oublié que Tristan
93 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
138cole viennoise ? Le beau sujet ! Ils ne l’ont pas manqué. Pour eux aussi, Don Juan serait le contraire de ce que l’on croit, i
94 1940, Mission ou démission de la Suisse. Avertissement
139 suffisant, mais c’est urgent. C’est de quoi nous manquons le plus, et j’ajouterai : c’est de quoi nous savons le moins que nous
140rai : c’est de quoi nous savons le moins que nous manquons dangereusement. Nous avons bien assez de techniciens, de spécialistes
95 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
141s le poids de son appareil dévorateur. Et cela ne manque pas de se produire lorsque la majorité des citoyens se trouvent rédui
142de commun qu’elles souffrent toutes les deux d’un manque évident et permanent d’individualités marquantes, … de personnalités
96 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
143ne absence totale de vues d’ensemble. Ce qui nous manque absolument, c’est un grand principe d’unité entre notre pensée et nos
144apport avec les lois de l’action, une société qui manque à ce point d’harmonie, [p. 68] et où ce manque n’est même plus ressen
145ui manque à ce point d’harmonie, [p. 68] et où ce manque n’est même plus ressenti comme un scandale, je la vois condamnée à gl
146 convient de leur faire, c’est avant tout d’avoir manqué de lucidité. Et s’ils en ont manqué, c’est parce que leur croyance au
147 tout d’avoir manqué de lucidité. Et s’ils en ont manqué, c’est parce que leur croyance au Progrès les dispensait de l’inquiét
148 et uniformes, optimisme trop confortable, enfin, manque d’imagination. Or la plupart de ces choses ont paru magnifiques et sé
97 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
149 m’entende bien : nous avons eu Amiel, et nous ne manquons pas de douteurs, de tourmentés, de refoulés et d’hésitants fort disti
98 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
150d. Je tiens à dissiper ici toute équivoque. Il ne manque pas de gens, chez nous, pour dire qu’un bon citoyen suisse a le devoi
99 1940, La Vie protestante, articles (1938–1961). « Dieu premier servi » (26 avril 1940)
151ous d’assez graves équivoques sur ce point. Il ne manque pas de gens pour dire, écrire, ou simplement laisser entendre, qu’un
100 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
152 [p. 13] Au dessert nous étions d’accord : ce qui manque le plus aux démocraties en général, et à l’Amérique en particulier, c