1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
1ris … Les archets jouaient sur mes nerfs. Le jazz martelait mon désespoir. Désespoir étroit, ces œillères géantes aux pensées, [p
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
2ains à la hanche, mains à la danseuse ; partir en martelant le parquet jusqu’à produire un roulement continu, marteler encore plu
3le parquet jusqu’à produire un roulement continu, marteler encore plus vite en tourbillonnant, choir enfin dans une vaste culbut
3 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
4ains à la hanche, mains à la danseuse ; partir en martelant le parquet jusqu’à produire un roulement continu, marteler encore plu
5le parquet jusqu’à produire un roulement continu, marteler encore plus vite en tourbillonnant, choir enfin dans une vaste culbut
4 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
6 réticent. Le vieux le tient par la manche et lui martèle de sa canne le bout des souliers : — Tu m’entends ? Nous ôtres, nous
5 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
7nd il ne retentit pas comme un défi dans les rues martelées de bottes, ou comme un hymne sacral au Führer sous les voûtes d’une h
6 1946, Journal des deux Mondes. 3. Intermède
8us ! Nuit lugubre, sans sommeil — rythmée d’armes martelées — meute folle, meurtrière — ô rumeur irréparable — que dis-tu ? — Dem
7 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
9uxième Concerto Brandebourgeois, mais deux radios martèlent ce Tchaïkovski qu’on entend siffler dans la rue… Je me souviens de ce
8 1946, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Tableaux américains (décembre 1946)
10uxième Concerto brandebourgeois, mais deux radios martèlent ce Tchaïkovski qu’on entend siffler dans la rue… Je me souviens de ce
9 1946, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Beekman Place (octobre 1946)
11uxième Concerto brandebourgeois, mais deux radios martèlent ce Tchaïkovski qu’on entend siffler dans la rue… Je me souviens de ce