1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1certains d’entre nous eussent acheté au prix d’un martyre… Cette lassitude facile à juger du dehors n’était pas ce qu’il y a vi
2 1926, Articles divers (1924–1930). Conférence de René Guisan « Sur le Saint » (2 février 1926)
2ochés du Christ ; et dans l’Église persécutée, le martyre devient le signe par excellence de la sainteté. Le peuple, encore paï
3 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
3certains d’entre nous eussent acheté au prix d’un martyre… Nos jugements se rendaient sans cesse à l’échelle de l’infini, et ce
4 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
4ccès, mais à l’obéissance jusqu’à l’absurde et au martyre, à l’« agonie » entre la Promesse et le péché, entre la foi et ce qui
5 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
5s à l’obéissance jusqu’à l’absurde, et parfois au martyre, à l’« agonie » entre la Promesse et le péché, entre la foi et ce qui
6 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
6dre la vie impossible, puisqu’elles impliquent le martyre des braves chrétiens, comme si la religion, de toute éternité, n’étai
7 bien le conduire à la ruine ou peut-être même au martyre. Ne soyez donc pas si pressés de défendre les « droits » de l’esprit 
8e responsable de son destin. Mais tout cela va au martyre, dans le monde qu’on nous prépare ? Il se peut, si pourtant Dieu le v
7 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
9ait donc Kierkegaard ? Peut-être, à la limite, le martyre — la preuve irréfutable de sa foi. (Encore qu’il s’en défende avec vi
8 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
10 une énorme tache de vin. Faudra-t-il accepter ce martyre ? Déjà, le jeune homme s’y résigne… À quelques pas de lui, elle tourn
9 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
11le d’énergie, ni rien qui flatte le romantisme du martyre, ni rien de beau ou d’héroïque aux yeux des foules ! C’est au contrai
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
12minative d’un Sohrawardi, d’un Hallaj, ait été le martyre religieux au sommet de la joy d’amour : Al-Hallaj se rendait au supp
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
13 sachant qu’il l’a voulu fatal : Et pour que mon martyre au port jamais n’arrive Mille fois chaque jour je meurs, mille je nai
12 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
14t la révolte. Sa révolte peut le conduire soit au martyre soit au rétablissement de lois humaines : dans ces deux cas il reste
13 1944, Les Personnes du drame. Introduction
15a forme achevée que dans le fait irrécusable d’un martyre. Telle fut la vocation de Kierkegaard. L’angoisse devant une culpabil
14 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
16juger, c’est exactement prendre le chemin du vrai martyre. Un vrai martyr n’a jamais eu recours à la violence, il combat à l’ai
17ons-le, sa rareté probable. » Car tout cela va au martyre. Les églises le savent bien. Elles insistent plutôt sur autre chose.
18ive. Elle appartient à la forme du monde, mais le martyre à son seul Juge. II L’acte selon Kierkegaard « Toute mon activité
19ce, se confond avec la parole qui les conduira au martyre. La Parole dite est leur chemin, leur vérité et leur vie dans ce mond
20dre la vie impossible, puisqu’elles impliquent le martyre des braves chrétiens, comme si la religion, de toute éternité, n’étai
21bien le conduire à la ruine, ou peut-être même au martyre. Ne soyez donc pas si pressé de défendre les « droits » de l’esprit :
22e responsable de son destin. Mais tout cela va au martyre, dans le monde qu’on nous prépare ? Il se peut, si pourtant Dieu le v
15 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
23ette pas l’homme dans son salut vivant ni dans un martyre salutaire, mais dans la catastrophe de la mort des amants. « Viens, d
16 1956, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Oserons-nous encore… » (6 novembre 1956)
24 sans armes. Nous devons à la passion de Budapest martyre une réparation sans merci, vigilante, obstinée, sans éclat, comme il
17 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe s’inscrit dans les faits [Introduction] (novembre 1956)
25ne exhortation à répondre à l’appel qui survit au martyre de Budapest. Il faut absolument faire l’Europe, et tout de suite. Nou
18 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
26ette pas l’homme dans son salut vivant ni dans un martyre salutaire, mais dans la catastrophe de la mort des amants. « Viens, d
19 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
27d’une autre façon, et Il ne donne pas non plus le martyre à quiconque, pour prêter de la couleur à la force pure : Il s’en tien
20 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
28 dont la renommée s’étend au-delà des mers, cette martyre, têtue, extravagante, exaltée, adorée, aux éclats toujours imprévisib
21 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
29 dont la renommée s’étend au-delà des mers, cette martyre, têtue, extravagante, exaltée, adorée, aux éclats toujours imprévisib
22 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
30ce, deviens le monde. [p. 244] Face aux nations martyres et aux nations naissantes ou rénovées, qui forment presque toute l’Eu