1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1ndée sur de tels principes ? Le Rêve est la seule matière poétique. Dans le monde du Rêve autant de cellules isolées que de rêv
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2re du désordre de ses certitudes fragmentaires la matière de quelques pamphlets par quoi il se raccroche au monde. Mais il a to
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
3ictateurs : des Architectes, de l’esprit et de la matière. Si Le Corbusier réalise son plan, ce sera plus fort que Mussolini (l
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, La Mort difficile (mai 1927)
4 bien que l’auteur n’est pas encore détaché de la matière pour en tirer une œuvre d’art. La sincérité audacieuse mais sans brav
5 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
5gratuit. Nous payons notre passion de posséder la matière du prix de la seule possession véritable, la connaissance de l’Esprit
6a technique, l’Occidental a prétendu maîtriser la matière et parvenir à une liberté plus haute. Or, la technique a révélé des e
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
7dre, ou plutôt un moule, dans lequel on verse les matières les plus hétéroclites, sans égard à leurs qualités propres. De 8 à 9
8e en mesure 1° d’ingurgiter la même quantité de « matière » ; 2° d’en rendre compte de la même façon, dans le même temps. Conte
7 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
9sière, des petites habitudes sordides et de cette matière rarement « hygiénique » et qui définit notre âge : la paperasse ? Rép
8 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Julien Benda, La Fin de l’Éternel (novembre 1929)
10 « fin de l’éternel », la chute de l’idée dans la matière, est un phénomène exactement aussi vieux que le monde. Mais M. Benda
9 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
11umaine : la liberté de l’esprit et les lois de la matière. Pris entre une anarchie et une fatalité également funestes, égalemen
12. La science se moque des nuages qui animaient la matière d’intentions morales. Elle-même cependant est tout occupée à minérali
13t peut maintenir l’équilibre de l’esprit et de la matière. L’humanisme moderne sera ce parti pris, spiritualiste — ou ne mérite
10 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
14ins, aux poteries de Palissy. Ce goût de la belle matière mise en valeur dans sa pureté, sa nudité, ce sens de l’artisanat qui
11 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
15e réalité spirituelle a sa correspondance dans la matière, ou bien n’est qu’une duperie. [p. 145] Correspondances à vrai dire
16rtie. Les effets de vitesse sont du domaine de la matière abandonnée à sa manie de tomber. Dès que l’esprit entre dans le jeu,
17de la sorte, une ère de vitesse est une ère où la matière l’emporte. Provisoirement ; car il se produit ceci d’étrange que la m
18irement ; car il se produit ceci d’étrange que la matière à certaines très grandes vitesses commence de se spiritualiser. À la
19alisations, cependant que l’extrême tension de la matière explose en subtilité. Double mouvement dont l’axe se nomme : l’humain
12 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
20 ; on ne voit pas à quoi mène la philosophie sans matière, la philosophie sans rime ni raison » … « Il n’y a aucune raison d’éc
13 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
21sible, qui reçoit la vie comme un moule reçoit la matière en fusion et la réalise soudain — la fait chose — en lui donnant une
14 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
22 — révolutionnant le déterminisme rigoureux de la matière abandonnée à elle-même ? La dialectique historique à trois temps est
15 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
23de même que cette séparation de l’esprit et de la matière dénature et dégrade à la fois l’esprit et la matière, et risque, à la
24ière dénature et dégrade à la fois l’esprit et la matière, et risque, à la limite, de les priver de toute raison d’être efficac
16 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
25. Que le « travailleur » soit considéré comme une matière inerte, une quantité calculable, justiciable de la statistique, qu’on
17 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
26e appel pour nous persuader que la religion de la matière introduit à la connaissance des cœurs ? 2° Raisons philosophiques C
27ourgeoisie qui, la première, a pris au sérieux la matière, par suite la science et les faits, par suite les lois, polices, serv
28État ; puis Marx à celui des « faits » et de la « matière » ; enfin Staline le réduit à un rôle publicitaire, bientôt négligeab
29int leur goût, disent-ils, mais une nécessité. La matière, à les entendre, n’est pas ce que nous croyons. C’est quelque chose c
18 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
30de la masse, à l’anonymat et aux puissances de la matière. Pour nous l’homme est autre chose qu’une unité de compte, un ventre
19 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
31. Elle affirme la plus totale incompétence en ces matières. Et je la vois trop ignorante dans cet art pour être en rien touchée
20 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
32me, les marxistes revendiquaient les droits de la matière. Maintenant que la critique marxiste s’est vulgarisée et que l’on com
33e entièrement soumise aux lois du nombre et de la matière, pour ne rien dire de la police et de la délation organisée. Atmosphè
34liste entre la pensée et l’action, l’esprit et la matière. Il évoque une position théologique. Il évoque un certain humanisme,
21 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
35 — révolutionnant le déterminisme rigoureux de la matière abandonnée à elle-même ? La dialectique historique à trois temps est
22 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
36« travailleur » soit considéré [p. 230] comme une matière inerte, une quantité calculable, justiciable de la statistique, qu’on
23 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
37de même que cette séparation de l’esprit et de la matière dénature et dégrade à la fois l’esprit et la matière, et risque, à la
38ière dénature et dégrade à la fois l’esprit et la matière, et risque, à la limite, de les priver de toute raison d’être efficac
24 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
39issant la personne comme un acte. Hors l’acte, la matière demeure abstraite ou tyrannique. Hors l’acte, notre « esprit » demeur
25 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
40e s’embarrasse et s’alourdit dès qu’il aborde une matière tant soit peu résistante par elle-même, et dont il ne saurait avoir r
26 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
41initivement la question. La Nature n’est plus que matières premières, surfaces d’exploitations, richesses du sous-sol ; par une
27 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
42ls se croient matérialistes 28 . Ils détestent la matière comme seuls les spiritualistes bourgeois savaient la détester. (Dix a
43éfinitions tellement abstruses de cette fameuse « matière » sur laquelle tout se fonde, que Staline s’est vu contraint, pour en
28 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
44 ville de province ; mais cela donne au moins une matière. Les pages de Soulillou qui décrivent les conditions de travail dans
29 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
45longues). Un certain rythme monotone entraîne une matière vocabulaire disparate, faite de grandiloquence imagée et de copules e
30 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
46faut pas moins reconnaître que l’esprit n’est pas matière exposable : les ouvrages essentiels de l’esprit, précisément parce qu
47 artificielles, aux découpages à l’infini de la « matière » vivante et organique, à la multiplication des points de vue irréels
31 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
48puis longtemps toute espèce d’amour-propre en ces matières ! —, un jugement si désobligeant, dis-je, pour l’un de mes collègues
32 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
49 théologique, qui est tout de même décisif en ces matières, l’alternative que je viens d’indiquer ne se pose plus. Car la foi n’
33 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
50e la dialectique de l’Esprit en dialectique de la Matière économique. Marx à lui seul, d’ailleurs, illustre tout le processus r
34 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
51 pondération et non pesée, calibrage et non point matière. La question qui se pose alors est celle-ci : cet appareil, ce beau j
52tante, et la doctrine marxiste classée au rang de matière universitaire. Ce serait une erreur insondable que de croire le « dan
35 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
53ient « l’esprit pur », la résistance devient « la matière », tout n’est que schème et abstraction. Hors de cet acte, règne l’ab
36 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
54hrase : « Authenticité, [p. 155] réalité, vérité, matière : autant de synonymes ou presque. 42  » ⁂ « Qu’on n’aille pas cherche
55te condition la plus humaine : ce contact avec la matière résistante et ce risque de l’homme créateur de sa forme. Si Ramuz n’a
37 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
56 à leurs problèmes, — et que j’en fais parfois la matière même de mon travail… J’ai quelque peine à exprimer ceci, — qui n’est
38 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
57 de donner le pas à l’esprit sur les forces de la matière. — Au-dessus de tout, ils placent l’homme. — Notre sens de la solidar
39 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
58guerre. Swedenborg affirme que l’origine de toute matière, est un « point » sans poids ni étendue, point mathématique, donc non
40 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
59 à leurs problèmes, — et que j’en fais parfois la matière même de mon travail. J’ai quelque peine à exprimer ceci, — qui n’est
41 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
60iat de tisserands et de foulons, qui reçoivent la matière première et rendent, contre un salaire fixé, le produit fini. Très vi
42 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
61taient manichéens. Selon leur foi, le monde de la matière est l’œuvre d’un mauvais Démiurge, retenant les âmes dans les Ténèbre
43 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
62affirmation de la valeur des choses créées, de la matière, et une application de l’esprit au monde visible. La passion ni la fo
44 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
63ue de tout ce qui existe, loin des corps et de la matière, loin de ce qui divise et distingue, au-delà du malheur d’être soi et
64prisonnière des formes créées et de la nuit de la matière. Issu de la lumière et des dieux Me voici en exil et séparé d’eux.
65emier hymne cité) qui veut retenir dans la sombre matière l’amant en proie au lumineux Désir. Tel est le combat de l’amour sexu
66 quitté le Ciel avec elle, pour descendre dans la matière et dans la manifestation sensible. Les Âmes-Anges, ayant suivi Satan
67salut et un baiser. L’enfer étant la prison de la matière, Lucifer, l’ange révolté, n’y peut régner que pour le temps que durer
68r, mais dans un état de parfait détachement de la matière… » 41 . Voici le thème de la séparation, le leitmotiv de tout l’amour
69restre des êtres contingents et le tourment de la matière ; mais la mort, c’est la nuit de l’illumination, l’évanouissement des
70n qui est pur esprit et un Démiurge qui domine la matière et la chair. La compulsion qui créait le complexe œdipien faiblit d’a
71e se concentre sur le démiurge et sur son œuvre : matière, chair, sexualité procréatrice, — tandis qu’un sentiment d’adoration
72ue Gottfried de Strasbourg utilise à son gré la « matière de Bretagne », et catharise le mythe de l’amour-pour-la-mort avec une
45 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
73, en fin de compte, si c’est l’« esprit » ou la « matière » qui sont la cause des phénomènes où tous les deux sont impliqués. P
74s enseigne dans cette vie et par le moyen de la « matière », méconnaissant une Agapè qui sanctifie la créature, ignorant donc l
46 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
75mour. Entre un monisme qui assimile l’esprit à la matière (ou l’inverse), et un dualisme qui condamne la matière au nom de l’es
76re (ou l’inverse), et un dualisme qui condamne la matière au nom de l’esprit, l’histoire des sectes gnostiques et manichéennes
77e en occultisme, enseignait que la lumière est la matière divine… Il reste cependant que la doctrine de Milton est bien plus « 
47 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
78 mener à bien, il s’agirait de posséder à fond la matière rapidement explorée dans les pages qui précèdent, puis une solide cul
79. Le drame ne traitait encore, en général, que la matière sacrée ; l’aventure amoureuse n’y était qu’exceptionnelle. Le sport m
80ée et sur la tragédie classique. ⁂ « C’est ici la matière qu’on spiritualise, pour fixer la conduite des combattants, animés et
81 simple des lois de la guerre, à spiritualiser la matière, en négligeant le sens naturel des choses et l’influence du cœur huma
82nt tout l’effort tendait à ordonner la Nature, la matière, et leurs fatalités, aux lois de la raison humaine et de l’intérêt pe
48 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
83affirmation de la valeur des choses créées, de la matière, et une application de l’esprit au monde visible. La passion ni la fo
49 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
84t qu’intelligence et pensée libre des liens de la matière. « Lancelot ». — … Il faut toute la préoccupation de la lettre, chez
50 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
85rusquement accru nos possibilités d’action sur la matière. L’industrie et le commerce ont provoqué la brusque création de ville
86t déterminé par les lois économiques, donc par la matière, là encore l’esprit ne peut rien. Aussi bien, Marx prétend-il que l’e
87’elle plane, orgueilleuse et pure au-dessus de la matière et de ses lois — selon les [p. 74] libéraux — soit qu’au contraire, h
51 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
88les sont antérieures à notre distinction entre la matière et l’esprit. Elles informent notre univers dans tous les plans de sa
89r des idées. Le réel n’est pas fait d’idées et de matière. Je le conçois gouverné par des structures de forces ou des ensembles
52 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
90rusquement accru nos possibilités d’action sur la matière. L’industrie et le commerce ont provoqué la brusque création de ville
53 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
91oétique qui sonde les abîmes microscopiques de la matière, la grande dynamique sidérale, et les correspondances de la vie organ
54 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
92e cette phrase : « Authenticité, réalité, vérité, matière : autant de synonymes ou presque. 70  » [p. 162] I Ramuz mythologue
93sible, qui reçoit la vie comme un moule reçoit la matière en fusion ; qui la réalise soudain — la fait chose — en lui imposant
94ls se croient « matérialistes ». Ils méprisent la matière comme seuls les spiritualistes bourgeois savaient la mépriser. (Dix a
95éfinitions tellement abstruses de cette fameuse « matière » sur laquelle tout se fonde, que Staline s’est vu contraint, pour en
96te condition la plus humaine : le contact avec la matière résistante et le risque de l’homme créateur de sa forme. Si Ramuz n’a
55 1944, Les Personnes du drame. IV. Une maladie de la personne — 8. Le Romantisme allemand
97 c’est l’Esprit à l’instant où il descend dans la matière », mais c’est aussi « la Matière à l’instant où elle s’élève jusqu’à
98 descend dans la matière », mais c’est aussi « la Matière à l’instant où elle s’élève jusqu’à l’esprit. » Voilà bien la profond
56 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
99ue les hommes perdent leur personnalité, c’est la matière qui s’en voit revêtue. [p. 17] 26 avril 1939 Une heure au café avec
57 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
100pporte sans y rien changer : excellente entrée en matière 6 . 16 février 1941 Seul à la maison depuis deux jours. Je n’en sui
58 1946, Lettres sur la bombe atomique. 1. La nouvelle
101a science n’est qu’une mythologie, ses lois et sa matière elle-même sont de purs mythes, et n’ont ni plus ni moins de réalité q
102ce que la bombe atomique ? L’action d’un point de matière subitement absent. Je développai cette théorie aventureuse avec plus
59 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
103ants : Bombe et Répression des États, Échange des matières premières, Sens général des recherches scientifiques, Défense des dro
60 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
104reprises [p. 742] publiques et privées, celle des matières premières et d’une façon générale toute l’économie de guerre, laquell
105s de contrôle des prix, de la main-d’œuvre et des matières premières se dissolvent l’une après l’autre, sans trop d’histoires. C
61 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
106iscours cohérent sur les [p. 38] propriétés de la matière. Et ce discours n’est qu’un certain système d’images. S’il se disting
62 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
107e ce coin du Tartare, où la pesante logique de la matière est abolie [p. 100] pour peu que l’homme se manifeste. Serait-ce un p
63 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
108ne dit pas dans les dépêches, de ce qui n’est pas matière d’enquêtes et de reportages, de ces nuances de sentiments ou de coutu
64 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
109irrémédiable, étant celui de l’Américain moyen en matière d’art et surtout de peinture. (La fin de Fantasia, sur l’Ave Maria de
110t du moins ce qu’a pensé l’editor. Il a trouvé la matière bonne, il a mis votre article en état de marche, et grâce à lui on vo
65 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
111 des mœurs que l’on vient d’esquisser donneraient matière à tout un livre. Mais il me paraît vain de l’écrire, car l’Amérique e
66 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
112e aux entreprises publiques et privées, celle des matières premières, et d’une façon générale toute l’économie de guerre, laquel
113s de contrôle des prix, de la main-d’œuvre et des matières premières se dissolvent l’une après l’autre, sans trop d’histoires. C
67 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
114ération de nouvelles possibilités de légiférer en matière économique et sociale. ⁂ Les penseurs suisses ont souvent souligné le
68 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
115d’un quart de son territoire est improductif, les matières premières (charbon, pétrole, fer, métaux précieux) lui font presque t
116n suisse. Il fallait tout d’abord se procurer les matières premières. Le choix se porta d’une part sur celles qui, venant de loi
117tres termes, ce qu’on allait exporter, c’était la matière première importée plus du travail. Et telle est, de nos jours encore,
69 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
118s, sans rien perdre de leurs droits souverains en matière d’enseignement, sont au contraire mis en mesure de les mieux exercer
70 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
119toire, sur le plan politique, de la pensée sur la matière, de l’esprit sur la chair. Prendre conscience de ce qu’il y a de beau
71 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
120le cri de l’âme « exilée », qui ne s’arrache à la matière et à la chair que pour sombrer. Mais alors la passion ne serait-elle
72 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
121ture occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955) r Genèse théologique de la personne Les mémoires d’un
122n dehors d’une civilisation qui a su valoriser la matière et le corps, objets de la science, en même temps que la liberté sujet
123, implicitement, confère au monde manifesté de la matière et de la chair, — c’est-à-dire aux futurs objets de nos sciences phys
124es à venir. [p. 7] Comment nier la réalité de la matière et de notre chair, quand Dieu lui-même a choisi de se manifester en e
125ntral postule [p. 9] la réalité du corps et de la matière. On vient de voir, au surplus, comment la science est liée à l’attitu
126sprit même qui avait permis de valoriser chair et matière. Il se voulait moniste, mais né d’un Occident profondément marqué au
127ient les progrès accélérés de l’exploration de la matière. Spirituellement analphabètes pour la plupart 25 , les hommes de scie
128sentir d’autant plus libres de s’enfoncer dans la matière et son étude, qu’ils se posaient moins de questions quant aux motifs
129ntermittence du spirituel, pour que le fond de la matière fût percé et qu’une nouvelle lumière encore diffuse apparût de l’autr
130peut plus établir une distinction sensée entre la matière et quelque autre chose. » Et ce n’est pas seulement entre la matière
131autre chose. » Et ce n’est pas seulement entre la matière et « autre chose », ou entre l’énergie et quelque « ondulation » d’on
132cience réelle allait ailleurs. Elle retirait à la matière, l’une après l’autre, ses qualités classiques de vraie matière : le p
133e après l’autre, ses qualités classiques de vraie matière : le plein, la consistance, l’immutabilité et l’impénétrabilité. Fond
134tiels et durables » 27 . Voilà ce qui reste de la matière aux yeux de la science d’aujourd’hui. Si la base du matérialisme étai
135rd’hui. Si la base du matérialisme était moins la matière classique que la négation de l’Esprit, il n’en reste pas moins que se
136ont évanouis avec les caractères classiques de la matière ; car celle-ci a revêtu précisément les attributs que les matérialist
137roit gêné par le fait que la science subtilise sa matière, que dira le spiritualiste en voyant cette même science envahir son d
138éduire qu’il y avait de la liberté jusque dans la matière : mais n’était-ce pas admettre du même coup qu’il y aurait aussi de l
139ans l’esprit ? Que la frontière s’efface entre la matière et l’énergie, puis entre l’énergie et quelque chose qui n’est plus ex
140t à prouver l’existence d’une continuité entre la matière brute et la pensée la plus abstraite. Il faudrait alors dissocier bie
141veuglément que le médiéval 28 — la science de la matière, au lieu de celle de l’esprit. Ce choix n’est donc pas scientifique,
142les frontières s’effacent entre le « fond » de la matière et la pensée. Ils en déduisent tout un système du monde qu’ils qualif
143rchétypique organisant les ondes créatrices de la matière, tantôt le « superdispersive field » ou « sub-ether » dans lequel des
144e elle avait déjà échappé à nos sens. Dépassée la matière, qui était pourtant devenue l’objet principal de la science, nous but
145emplin la très ferme croyance en la réalité de la matière ! Mais derrière ce voile, qu’y a-t-il ? Cette question n’a pas de sen
146sibilité même s’y [p. 12] convertit sans cesse en matière composée d’énergie qui retourne sans cesse au non-manifesté 31 . À ce
73 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
147une extension souveraine de leurs pouvoirs sur la matière et la Nature. Elle passa presque inaperçue. Qu’a-t-elle changé aux ha
148n que s’il parvient à s’évader de la chair, de la matière et de la vie naturelle, règne et création du Démiurge. D’où l’ascétis
149étisme, le monachisme, l’angélisme, qui méprisant matière, chair et Nature, ne peuvent conduire qu’à la condamnation et à l’aba
150opérer le grand œuvre d’une transfiguration de la matière par l’homme, lui-même démiurge délégué par Dieu 35 . La filiation des
151issance transformante (par la transmutation de la matière et des âmes) : ces deux sources de l’essor technique confluent dans l
74 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
152’obtient in vitro pour d’importants organes. La matière et son double La découverte de l’antineutron va plus loin que toutes
153 même pour l’atome tout entier, par suite pour la matière formée d’atomes, finalement pour notre cosmos ? On voit le danger : l
154nde est monde, c’est-à-dire monde de formes et de matière, mais on ne l’a vérifié jusqu’ici que dans l’infinitésimal. Les renco
75 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
155egrés. Les programmes sont déjà surchargés. Les « matières » ne cessent de devenir plus complexes et plus nombreuses. La durée d
76 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe s’inscrit dans les faits [Introduction] (novembre 1956)
156f chapitres condensent sous une forme maniable la matière d’un gros livre. Ils résultent d’un travail d’équipe poursuivi depuis
77 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
157 l’univers angélique ; à gauche, l’Occident de la Matière et du soleil couchant, au bord le plus lointain duquel s’étend une « 
158Occident (c’est-à-dire au lieu de rencontre de la matière et de la forme) est une circonscription intermédiaire : « C’est celle
159inage de l’âme, son « exil » dans les liens de la matière et du corps qui la retiennent captive dans leurs noires forteresses,
160veugle, l’oubli des buts de l’âme, le corps et la matière, l’activité désordonnée, la passion, la dégradation, la connaissance
161ait à lui-même, acceptant de « s’enfoncer dans la matière », acceptant les passions et les corps à tous risques pour l’âme et l
162 ou mieux, le cube — est partout le symbole de la matière, et le cercle — ou la sphère — celui de l’esprit. En sorte que la qua
163re du cercle est la transformation de l’esprit en matière, ou encore la matérialisation de l’esprit. Tandis que le passage du c
164passage du carré au cercle figure le retour de la matière à l’esprit. La première opération signifie en termes humains l’Incarn
165ation trop complète. (On se perd soi-même dans la matière et ses structures, on perd de vue les exigences et la maîtrise des ré
78 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
166 de Mythe. Admission de la chair, et par là de la matière, en tant que réalités de notre vie présente. Paradoxe, tension, diale
167 signification et la réalité de la chair et de la matière, et par là-même de toute la Création, telle qu’elle attend de nous « 
79 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
168r pénétrer bien plus avant dans les secrets de la matière et du cosmos. Nous cherchons des formules d’unité à tout prix, et nou
80 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
169le cri de l’âme « exilée », qui ne s’arrache à la matière et à la chair que pour sombrer. Mais alors la passion ne serait-elle
81 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
170 [p. 161] Chapitre VII L’exploration de la matière De Nicée à la bombe atomique Que les options fondamentales décidées
171n dehors d’une civilisation qui a su valoriser la matière et le corps, objets de la science, en même temps que la liberté, suje
172, implicitement, confère au monde manifesté de la matière et de la chair — c’est-à-dire aux futurs objets de nos sciences physi
173recherches à venir. Comment nier la réalité de la matière et de notre chair, quand Dieu lui-même a choisi de se manifester en e
174ogme central postule la réalité du corps et de la matière. On vient de voir, au surplus, comment la science est liée à l’attitu
175sprit même qui avait permis de valoriser chair et matière. Il se voulait moniste, mais né d’un Occident profondément marqué au
176ient les progrès accélérés de l’exploration de la matière. Spirituellement analphabètes pour la plupart 62 , les hommes de scie
177sentir d’autant plus libres de s’enfoncer dans la matière et son étude, qu’ils se posaient moins de questions quant aux motifs
178ntermittence du spirituel, pour que le fond de la matière fût percé et qu’une nouvelle lumière encore diffuse, apparût de l’aut
179peut plus établir une distinction sensée entre la matière et quelque autre chose. » Et ce n’est pas seulement entre la matière
180autre chose. » Et ce n’est pas seulement entre la matière et « autre chose », ou entre l’énergie et quelque « ondulation » d’on
181cience réelle allait ailleurs. Elle retirait à la matière, l’une après l’autre, ses qualités classiques de vraie matière : le p
182e après l’autre, ses qualités classiques de vraie matière : le plein, la consistance, l’immutabilité et l’impénétrabilité. Fond
183tiels et durables 64 . » Voilà ce qui reste de la matière aux yeux de la science d’aujourd’hui. Si la base du matérialisme étai
184rd’hui. Si la base du matérialisme était moins la matière classique que la négation de l’Esprit, il n’en reste pas moins que se
185ont évanouis avec les caractères classiques de la matière ; car celle-ci a revêtu précisément les attributs que les matérialist
186roit gêné par le fait que la science subtilise sa matière, que dira le spiritualiste en voyant cette même science envahir son d
187éduire qu’il y avait de la liberté jusque dans la matière : mais n’était-ce pas admettre du même coup qu’il y aurait aussi de l
188ans l’esprit ? Que la frontière s’efface entre la matière et l’énergie, puis entre l’énergie et quelque chose qui n’est plus ex
189t à prouver l’existence d’une continuité entre la matière brute et la pensée la plus abstraite. Il faudrait alors dissocier bie
190veuglément que le médiéval 65 — la science de la matière, au lieu de celle de l’esprit. Ce choix n’est donc pas [p. 179] scien
191les frontières s’effacent entre le « fond » de la matière et la pensée. Ils en déduisent tout un système du monde qu’ils qualif
192rchétypique organisant les ondes créatrices de la matière, tantôt le « superdispersive field » ou « sub-ether » dans lequel des
193e elle avait déjà échappé à nos sens. Dépassée la matière, qui était pourtant devenue l’objet principal de la science, nous but
194n voile tissé d’ondes animant le Vide. 99 % de la matière cosmique consiste en hydrogène et en hélium produit à partir de l’hyd
195emplin la très ferme croyance en la réalité de la matière ! Mais derrière ce voile, qu’y a-t-il ? Cette question n’a pas de sen
196, et l’invisible même s’y convertit sans cesse en matière composée d’énergie qui retourne sans cesse au non-manifesté 67 . À ce
82 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
197rolongée mais souveraine de leurs pouvoirs sur la matière et la Nature. Elle passa presque inaperçue. Qu’a-t-elle changé aux ha
198n que s’il parvient à s’évader de la chair, de la matière et de la vie naturelle, règne et création du Démiurge. D’où l’ascétis
199étisme, le monachisme, l’angélisme, qui méprisant matière, chair et Nature, ne peuvent conduire qu’à la condamnation et à l’aba
200opérer le grand œuvre d’une transfiguration de la matière par l’homme, lui-même démiurge délégué par Dieu 74 . La filiation des
201issance transformante (par la transmutation de la matière et des âmes) : ces deux sources de l’essor technique confluent dans l
83 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
202les chrétiens aux USA trouvent encore aujourd’hui matière à protester contre la coutume des Sudistes, par ailleurs dénoncée en
203mps historique, la connaissance approfondie de la matière et du cosmos, et l’aventure technique ouvrant les perspectives d’une
84 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
204taines croyances, déduites de notre science de la matière, peut faire dépérir dans d’autres civilisations le développement norm
205s avez préféré l’Esprit impersonnel, méprisant la matière et les corps. Cette préférence fondamentale n’est pas sans liens avec
206ces se dessinent. La preuve de « réalité » par la matière est en train d’être dépassée en Occident, tandis que la cosmogonie tr
85 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
207latente du groupe de Bandoeng, par son déficit en matières premières et en énergie, et par ses propres armes en général, idéolog
86 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
208relles, qui est la reconnaissance du corps, de la matière, et de la forme du monde en tant que réalités. (L’Orient les tient po
87 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
209 doivent venir ajouter leurs vastes ressources en matières premières à ce puissant ensemble, dont font partie les grands voisins
88 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
210pour la première fois de percer les secrets de la matière, en lançant des particules « à la vitesse de la lumière ». Que pouvai
211r les faits. Comment mettre un peu d’ordre en ces matières ? Je ne parle pas ici des fausses nouvelles, très rares et trop vite
89 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
212et qui est égale au produit de sa masse (étendue, matières premières, population, etc. soit m), par une culture dont les effets
90 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
213peine le 5 % des terres du globe, assez pauvre en matières premières et moins peuplée que l’Inde ou que la Chine, ait en fait do
91 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
214 souffrances et de la mort, dissiper cet écran de matière entre l’âme et la Réalité. On peut penser qu’il s’agit bien ici de la
215 devenir : soit s’engloutir dans l’illusion de la matière (et l’Orient aurait eu raison), soit accomplir sa vocation aventureus
216tentons d’écouter la Personne, mais c’est dans la matière que nous cherchons le Soi. « D’autant plus nous connaissons les chose
217nique du iie siècle, ose parler d’un salut de la Matière. À force de l’étreindre de ses mains, de la mesurer par la vue, de la
218er dans sa vie secrète, comme l’alchimiste, cette matière du cosmos en expansion, de l’atome élusif, des corps vivants, l’homme
92 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
219du domaine de l’individuation, au-delà même de la matière que l’on dit brute, mais encore tangible et sensible, elle découvre e
220e l’âme, à l’obscur de la chair, à l’opaque de la matière et au noir absolu de l’espace électronique, débouche enfin sur des lu
221 258] II Entre le vide et le royaume Que toute la matière du cosmos, rassemblée, puisse tenir dans un dé ; que sur cette petite
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Avant-propos
222in de soupçonner l’ampleur et la complexité de la matière lorsque j’entrepris cet ouvrage. Je suis allé de découverte en découv
94 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
223ineuses et spirituelles, l’Occident la nuit de la matière. Relevant les caractères régulièrement attribués à cet Orient et à ce
224veugle, l’oubli des buts de l’âme, le corps et la matière, l’activité désordonnée, la passion, la dégradation, la connaissance
95 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
225s de sorte que chacun, où qu’il se tourne, trouve matière à de saintes réflexions. § 15. Enfin, la Cour de la paix veillera à c
226ût absolument sans remède, je me mis à creuser la matière pour découvrir s’il étoit impossible de trouver des moyens praticable
227ront pour violence, ou sur le Commerce, ou autres matières entre les Sujets de divers Souverains, au-dessus de dix mille livres 
96 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
228ie et l’Afrique. L’Amérique fournit à l’Europe la matière de son commerce avec cette vaste partie de l’Asie qu’on appelle les I
229’est bel et bien cru l’inventeur du fédéralisme « matière toute neuve, écrit-il, et où les principes sont encore à établir » ;
230rendre compte à l’instant…. La loi doit régler la matière, l’ordre et la forme de leurs études… Tous, étant égaux par la consti
97 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
231 le droit d’examiner, de définir et de choisir en matière religieuse, droit auquel ce pouvoir avait renoncé tacitement et qui d
98 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
232nt l’artiste qui lutte contre la résistance de la matière et contre la destruction de l’idée en lui. Chaque culture se trouve d
233profondément symbolique et quasi mystique avec la matière étendue, avec l’espace où elle veut, par lequel elle veut se réaliser
99 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
234Christiana. Est-elle applicable à Virgile ? C’est matière de choix personnel. Mais j’incline à penser que Virgile manque de trè
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
235ditionnels au plus haut degré. Ils ont modelé une matière classique et l’ont adaptée aux conditions présentes. Le titre même du
236 plus, en Europe, renier l’esprit au profit de la matière. L’Europe a psychologiquement le pas sur tout le reste du monde. 307