1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1il rejoint Kant, Kant qui écrit : « C’est sur des maximes, non sur la discipline, qu’il faut fonder la conduite des jeunes gens
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
2 que les libéraux ont admis, conformément à leurs maximes, et toléré malgré leur mauvaise humeur. Ce régime de punaises jaunâtr
3 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
3e sans illusions. Et sa devise n’est autre que la maxime souveraine du Taciturne, la maxime calviniste par excellence : « Poin
4t autre que la maxime souveraine du Taciturne, la maxime calviniste par excellence : « Point n’est besoin d’espérer pour entre
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
5rable : « Nous ne devons proférer les plus hautes maximes qu’autant qu’elles sont utiles pour le bien du monde. Les autres, nou
5 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
6 On peut affirmer sans crainte d’erreur une telle maxime : tout l’Évangile la confirme et l’illustre. Or, la force, pour le ch
6 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
7n unique justification humaine reposerait dans la maxime : l’argent fait le bonheur, — si par malheur cette maxime n’était fau
8 l’argent fait le bonheur, — si par malheur cette maxime n’était fausse. Ceci dit, la difficulté du personnalisme subsiste. Il
7 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
9e sans illusions. Et sa devise n’est autre que la maxime souveraine du Taciturne, la maxime calviniste par excellence : « Poin
10t autre que la maxime souveraine du Taciturne, la maxime calviniste par excellence : « Point n’est besoin d’espérer pour entre
8 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
11sation de sa doctrine. Avant de proposer quelques maximes tactiques déduites de notre position personnaliste, il n’est pas inut
12rente morts attestent cette double carence 61 . Maximes d’une tactique personnaliste 1. Il faut déduire les moyens de la fin.
13. (Les staliniens me paraissent prisonniers d’une maxime inverse.) 2. Ne rien utiliser qui n'ait déjà sa place prévue dans un
9 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
14e ambition serait d’être relus. Nous aimons cette maxime de Nietzsche : « Ne rien écrire d’autre que ce qui pourrait désespére
10 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
15éfiante. Il est trop clair qu’on peut inverser la maxime : « La contemplation intellectuelle du monde sans l’acuité et la prof
11 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
16ormation scolaire et universitaire repose sur une maxime d’autant plus efficace qu’elle est inavouée et peut-être inconsciente
12 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
17e reste viendra par-dessus. » Telle fut la grande maxime du Plan. Car, disait-on, il faut parer au plus pressé, et la culture
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
18ommune, mais partielle. J’ai critiqué ailleurs la maxime qui paraît justifier cette mesure et qui explique son insuffisance :
14 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
19ifique. Soyons donc rigoureux dans l’examen d’une maxime dont l’apparence inoffensive ne doit pas nous faire oublier qu’elle p
20nons ici la première supposition impliquée par la maxime bourgeoise de Montaigne : c’est l’impartialité nécessaire du clerc, r
15 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
21tion. Elle s’oppose en tout cas radicalement à la maxime de Montaigne, en ce sens qu’elle affirme justement l’a priori d’une p
22 seule réponse adéquate aux questions que pose la maxime : penser avec les mains, ce sera la description des attitudes morales
23ne sont pas unies par ma vue, mais par mon acte ! Maximes infiniment inactuelles et inapplicables, parce qu’elles n’assument pa
16 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
24e reste viendra par-dessus. » Telle fut la grande maxime du Plan. Car, disait-on, il faut parer au plus pressé, et la culture
17 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
25 poètes) ont leur conscience pour eux. » C’est la maxime de l’individualisme rationalo-bourgeois. Voir Léon Bloy (Exégèse des
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
26stique de la Nuit et de la Lumière secrète. Cette maxime traduit d’ailleurs, parmi tant d’autres sens possibles, un fait d’obs
27vers le haut, et rien ne l’attire vers le bas… » (Maximes.) Le troubadour Arnaut Daniel parlait aussi de cet « excès de désir »
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
28 Chamfort ait pu juger « piquant » de noter cette maxime et de la publier. Cela pouvait encore étonner. Ce n’était encore, et
29otre engagement n’était pas pris pour ce monde… Maximes de Novalis : Toutes les passions finissent comme une tragédie, tout
20 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
30mes qui pensent et qui agissent conformément à la maxime du Taciturne : « Pas n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de
21 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
31hazar Gracián. Ce jésuite avait mis en manuel les maximes de l’astuce sociale sous la monarchie absolue. Mr. Dale Carnegie nous
22 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
32ure devient inévitable dans toute société dont la maxime est le « chacun pour soi et Dieu pour tous » de ceux qui ne croient p
33incères. » 36 Et je rêve d’une anthologie de ces maximes d’une fierté sans jactance… J’imagine que l’humilité passe à travers
23 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
34tels déchirements. C’est lui qui a su vivre cette maxime de la Saison : « Pas de partis de salut violents ». Dès les premiers
35rable : « Nous ne devons proférer les plus hautes maximes qu’autant qu’elles sont utiles pour le bien du monde. Les autres nous
24 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
36 ou de morale, incitant les fidèles à adopter les maximes d’une vie plus satisfaisante à tous égards. On me demandera : Qu’y a-
25 1947, Doctrine fabuleuse. 4. Quatrième dialogue sur la carte postale. Ars prophetica, ou. D’un langage qui ne veut pas être clair
37 la plus étrange illusion de l’esprit : c’est une maxime populaire. On la tient pour tellement évidente que son rappel, au cou
38e discussion, figure presque une insolence. Cette maxime affirme en effet la nécessité générale de « commencer par le commence
26 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
39 c’est classer, ou résumer en une formule, en une maxime, en un proverbe. L’Américain cherche au contraire à « réaliser » le r
40 ou de morale, incitant les fidèles à adopter les maximes d’une vie plus satisfaisante à tous égards. On me demandera : qu’y a-
27 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
41nace de tirer à conséquence : telle est la grande maxime de sa morale nouvelle. Les difficultés sentimentales qui nous fascine
28 1948, Le Figaro, articles (1939–1953). Sagesse et folie de la Suisse (13 octobre 1948)
42il pas fou d’être aussi sage ? On en revient à la maxime du moraliste. Je voudrais en déduire des conclusions qu’André Siegfri
29 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
43 plus en plus à prendre à son sens littéral cette maxime de la démocratie qui dit qu’un homme en vaut un autre, et donc qu’une
30 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
44a responsabilité personnelle et sociale, selon la maxime d’Alexandre Vinet 32  : « Je veux l’homme maître de lui-même, afin qu
31 1953, Journal de Genève, articles (1926–1982). Aller et retour (21 mai 1953)
45s d’État américains ont coutume de se référer aux maximes du Federalist comme à une sorte de jurisprudence des problèmes instit
32 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aller et retour (avril 1953)
46s d’État américains ont coutume de se référer aux maximes du Federalist comme à une sorte de jurisprudence des problèmes instit
33 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
47de l’Europe, ne doit pas nous faire oublier cette maxime générale de l’action : on n’atteint des buts rapprochés qu’en tendant
34 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
48echnique tend alors vers une morale nihiliste, sa maxime étant celle d’une action « sans pourquoi ni vers quoi », sans cause n
35 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
49echnique tend alors vers une morale nihiliste, sa maxime étant celle d’une action « sans pourquoi ni vers quoi » 81 , sans cau
36 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
50 patentés dont on pourrait penser que la première maxime est le respect du vrai. Or un professeur en Sorbonne vient déclarer s
51utre. D’où trois ou quatre écoles, dont voici les maximes. 1. Il ne faut plus de guerres franco-allemandes. Cette conviction fi
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
52, par l’union des intérêts, par le rapport de nos maximes, par la conformité des coutumes, ou par d’autres circonstances qui la
53 nos procédés horribles, tant d’humanité dans les maximes et de cruauté dans les actions, une religion si douce et une si sangu
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
54t de la stabilité ; les monarchies ont adopté des maximes de liberté, ou au moins de modération ; et les mœurs générales du siè
55scrirait des principes contraires à leurs propres maximes. Le cosmopolite considère donc les différents régimes existants comm
39 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
56 de chaque individu, mais par la force, selon des maximes particulières). À moins d’entendre par là qu’il est tout à fait juste
40 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
57mité d’institutions, union d’intérêts, rapport de maximes, communauté de morale et d’instruction publique… Après de grands effo
41 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est d’abord une culture (30 juin 1962)
58istance sur la culture générale en sont les trois maximes principales. D’autre part, le dynamisme unique dont les Européens ont
42 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
59ule la Suisse réussit à unir ses cantons selon la maxime impériale de l’union dans la diversité. Proudhon s’est peut-être souv
43 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
60 aussi sage ? Et c’est ici que nous retrouvons la maxime de La Rochefoucauld, et en ce point j’ai décidé d’écrire ce livre, da
44 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
61nier 34 . Elle n’est devenue qu’au xxe siècle la maxime intangible et absolue de la politique du Conseil fédéral. Les premier
62vient de retracer se résume donc très bien par la maxime : Faire de nécessité vertu, qu’il faut prendre au sens littéral. Tout
45 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
63ale des États membres invoquent inversement les « maximes fédéralistes » contre toute [p. 91] tentative unitaire. Fédéralisme,
64euple, un corps politique, ou si, « exagérant les maximes fédéralistes, les cantons s’envisagent comme des États isolés, dont c
46 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
65ule la Suisse réussit à unir ses cantons selon la maxime impériale de l’union dans la diversité. Proudhon s’est peut-être souv
47 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
66vises dont je viens de signaler les dangers. À la maxime : Restons nous-mêmes ! j’ai opposé : Devenons nous-mêmes ! Et à l’ima
48 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
67on a réussi). Partant de cette expérience, et des maximes que j’en déduis, je propose dans la suite du livre une distinction fo
49 1969, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La région n’est pas un mini-État-nation (hiver 1969-1970)
68p. 38] Ne rien laisser dans l’indivision : grande maxime, qui conteste un monde, celui de la République une et indivisible des
50 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
69une manière, de prendre à son sens littéral cette maxime de la démocratie qui affirme qu’un homme en vaut un autre, et donc qu
51 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
70. « Ne rien laisser dans l’indivision » : grande maxime qui conteste un monde : celui de la République une et indivisible des
52 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
71e croissance industrielle sauvage, dominée par la maxime utopique : « Chacun pour soi et la Nature pour tous. » « L’homme se
53 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
72ut…. Il est militaire dans son principe, dans ses maximes, dans son esprit, dans tous ses mouvements », écrit Edmund Burke, enn
54 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
73est militaire dans son principe, dans ses [p. 98] maximes, dans son esprit, dans tous ses mouvements » écrit Edmund Burke, enne