1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Paul Colin, Van Gogh (août 1925)
1s qui suivent sa courte biographie fournissent un meilleur motif à l’admiration que tout le lyrisme dont on a voulu charger la «
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
2 ? Un style ? L’absence de style, n’est-ce pas le meilleur style pour un romancier ? C’est plutôt, je crois, une certaine harmon
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Otto Flake, Der Gute Weg (septembre 1929)
3ges discutent certes, mais leurs actions sont les meilleurs arguments. Et peu à peu surgissent d’une accumulation de petites touc
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
4 les livres des jeunes, dites-vous, le pire et le meilleur, toutes les vieilleries morales et immorales, tous les paradoxes, le
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Jean Jouve, Paulina 1880 (avril 1926)
5proses mystiques de Paulina au couvent valent les meilleurs poèmes de l’auteur de Tragiques et de Vous êtes des hommes. p. 5
6 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jean Cocteau, Rappel à l’ordre (mai 1926)
6 trouvé, Jean Cocteau a réuni ce qui me paraît le meilleur de son œuvre : ses récits de critique et d’esthétique (Le Coq et l’Ar
7 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
7plutôt, à cause des confusions qu’il y décèle. Le meilleur morceau du livre est l’essai sur Proust et sa théorie des « intermitt
8 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
8les différences s’accusent : mais n’est-ce pas la meilleure raison pour nos aînés de chercher plus patiemment encore à nous compr
9 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
9sidérations, dans le domaine de la morale, que le meilleur moyen de se livrer à ses déterminants, c’est de mener la vie gratuite
10 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
10’une devanture, d’un parc public. Ce n’est pas le meilleur livre de l’auteur d’Anicet. C’est pourtant [p. 124] un des plus signi
11 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Rainer Maria Rilke (décembre 1927)
11is, dont certains — le Message de Rilke — sont du meilleur Jaloux, de ce Jaloux qui sait parler mieux que personne des poètes sc
12 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
12trois mots dont l’un savant. Je ne connais pas de meilleur remède contre Dieu. Monsieur, vous avez dit : « C’est incompréhensibl
13 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
13nry Ford comme un symbole du monde moderne, et le meilleur, parce que personne ne s’est approché plus que lui du type idéal de l
14ne théorie qui tend à faire de ce monde un séjour meilleur pour les hommes. » C’est le bonheur, le salut par l’auto. Philosophie
14 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
15si l’on n’est pas capable d’en faire soi-même une meilleure. Mais j’aperçois là-bas, vautré derrière son bock, le Citoyen conscie
15 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
16caractère obligatoire. L’école exige donc que les meilleurs ralentissent et que les plus faibles se forcent. Elle ne convient don
16 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
17aisse à tout jamais dans les campagnes, tirant le meilleur parti possible de l’exercice ; car il ne manque à ce système, avouez-
17 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
18ublique contre le progrès Un beau titre. Et qui a meilleure façon que le reste, pensez-vous. Il faut avouer qu’avec ce je ne sais
18 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
19der une plus grande puissance intellectuelle, une meilleure mémoire, une sensibilité plus aiguisée. En tout cas, c’est à cultiver
19 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
20s rhumes à ton grand-père et sont en scandale aux meilleurs esprits ? Voici que tu t’apprêtes visiblement à t’envoler, laissant d
20 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
21re ? Quand je vais à pied, j’oublie en chemin les meilleures phrases que j’avais préparées pour subjuguer mes amies, je m’intéress
21 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
22uteur. Qui n’a pas remarqué que les portraits des meilleurs peintres ressemblent à ces peintres sous les traits du modèle. Cet ai
22 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
23 La nature, le sommeil et les enfants étaient ses meilleurs réconforts. Comment et par quoi mesurer la valeur chrétienne d’une â
23 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
24 qu’une partie de l’existence et qu’on cachait la meilleure ; les désespérances dont notre époque est prodigue, ne s’étalaient po
24 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
25t leur profonde raison d’être. C’est pourquoi les meilleurs contes du volume sont ceux dont la lenteur nous retient. Ainsi Sarah,
25 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
26cu d’illusions, avouez que les miennes étaient de meilleure qualité : car c’est une pauvre illusion que le plaisir qu’on vient ch
26 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
27iculier. La « Gnädige » fait avec bonne humeur la meilleure cuisine possible au Wurtemberg, et de ces gâteaux compliqués qu’elle
27 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
28re ? Quand je vais à pied, j’oublie en chemin les meilleures phrases que j’avais préparées pour subjuguer mes amies, je m’intéress
28 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
29ue à peu près unanime a salué dans Le Scandale la meilleure œuvre de M. Bost, une espèce de somme romanesque des errements de la
30, qui, selon cette vue, serait bonne, ou du moins meilleure, si on la « préservait » du mal. Ainsi Rousseau le libertaire doit et
29 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
31amour, des romans, des drames philosophiques, les meilleurs de son époque. Cela ne donnera pas un portrait de Goethe, certes, mai
32i toujours été, à ceci près que mes rapports sont meilleurs avec le Seigneur et Jésus son fils bien-aimé. C’est vous dire que j’a
30 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
33du résultat sinon de l’acte, est en même temps le meilleur ressort de l’action. La preuve est dans tous les livres d’histoire. L
31 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
34paragraphes apportent entre deux tours repris des meilleurs auteurs, une de ces approximations vulgaires qui « rendraient » mieux
32 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
35r de rien d’autre que de ceci : s’entendre sur le meilleur ou sur le seul moyen d’en réchapper, — l’imposer. Ce n’est plus pour
36n quoi la tyrannie du matériel qu’ils prônent est meilleure pour les hommes [p. 844] que le présent désordre. Je ne vois pas qu’i
33 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
37les qu’inventent les hommes sans la foi. C’est la meilleure façon que le monde ait trouvée de rejeter le Christ : feindre d’accep
34 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
38et sur le seul terrain objectif des faits — notre meilleur armement construit, avant-guerre, par des officiers « démissionnés »
35 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
39ice de notre condition. En tant qu’intéressés, au meilleur sens du mot, ces motifs peuvent très bien revêtir les apparences d’un
36 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
40 l’Histoire et la Sociologie. Nous trouverons les meilleurs exemples de cette théologie dans les écrits marxistes, plus intellige
41 l’état le plus dégradant. On vit alors, chez les meilleurs de ces jeunes gens, se déclarer une épidémie de suicides, qui ne prit
42l a voulu servir la seule vocation de sa race. La meilleure preuve, d’ailleurs, de l’origine individualiste des mythes collectifs
37 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
43u résultat, sinon de l’acte, est en même temps le meilleur ressort de l’action. La preuve est dans tous les livres d’histoire. L
38 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
44les qu’inventent les hommes sans la foi. C’est la meilleure façon que le monde ait trouvée de rejeter le Christ : feindre d’accep
39 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
45r de rien d’autre que de ceci : s’entendre sur le meilleur ou sur le seul moyen d’en réchapper, — l’imposer. Ce n’est plus pour
46aits. C’est même, à voir les choses de près, leur meilleur argument contre les révolutionnaires non-marxistes. Mais comment nous
47n quoi la tyrannie du matériel qu’ils prônent est meilleure pour les hommes que le présent désordre. Je ne vois pas qu’ils connai
40 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
48’homme et à ses intérêts humains. Quel homme ? Le meilleur ? Non, l’homme qui agit autrement qu’une bête brute, et qui pourtant
41 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
49alisée, déjà presque totalitaire, et vidée de ses meilleures forces créatrices. Mais dès que le parti protestant relève la tête, e
50dre le plus général. C’est lorsqu’il écrit : « Le meilleur état de gouvernement est celui-là où il y a une liberté bien tempérée
51s pays, du fait de ce qu’il nomme « l’absence des meilleurs », ne saurait être que l’absolutisme. Or, si nous nous rappelons que
52e, dans cette guerre qui nous est déclarée. Or le meilleur, le seul moyen de se défendre — surtout quand il s’agit des choses de
42 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
53e et la Sociologie. [p. 148] Nous trouverons les meilleurs exemples de cette théologie dans les écrits marxistes, plus intellige
54e plus dégradant qui soit. On vit alors, chez les meilleurs de ces jeunes gens, se déclarer une épidémie de suicides, qui ne prit
55 voulu servir la vocation de sa race. [p. 152] La meilleure preuve, d’ailleurs, de l’origine individualiste des mythes collectifs
43 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
56ires, et la méfiance des éditeurs à l’endroit des meilleurs esprits. À qui faut-il s’en prendre ? Aux critiques d’abord, et, en p
44 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
57de d’« original ». On savait aussi qu’il était le meilleur écrivain de son pays. Sa première œuvre eut un immense succès ; mais
58l’absolu évangélique. Voici le jugement qu’un des meilleurs critiques de ce temps 51 a porté sur l’ensemble de ses écrits : Kie
45 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
59dénonce les mythes de l’hégélianisme social. « Le meilleur moyen de s’en affranchir sera d’en revoir l’origine. Pour voiler le p
60rnaturelle ! ». Toute-puissance des mythes ! « Le meilleur moyen de s’en affranchir sera d’en revoir l’origine. » Seul, Kierkega
46 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
61r Edschmid, Destin allemand (octobre 1934) u Le meilleur livre de l’année. Je crois bien pouvoir l’affirmer. Le roman le plus
47 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
62de sentir qu’au-dessus de cette vie plane une loi meilleure, un esprit pur, une revanche, dût-on n’y parvenir jamais. On lit cett
63-chose : pauvre prétexte à n’en point chercher de meilleures. Ce n’est pas l’échec de Bourget qui peut expliquer à lui seul un ref
64humainement. Ils ne font que copier les vices des meilleurs. Les plus primaires sont les moins spontanés. Partout, les artifices
48 1934, Esprit, articles (1932–1962). André Breton, Point du jour (décembre 1934)
65 littérature. Ces quelques hommes, — je parle des meilleurs d’entre eux — ont certainement connu le désespoir de vivre, et c’est
49 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
66he, le moraliste, le politique. Je ne vois pas de meilleur moyen [p. 251] de donner aux lecteurs de Foi et Vie une idée, même as
67 vraie foi, ils se persuadent que l’humanité sera meilleure, sera plus près de son « salut » dans cent ans qu’elle ne l’est aujou
50 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
68erreurs même nous enseigneront bien mieux que nos meilleures raisons. p. 152 i. « Les trois temps de la Parole », Hic et Nunc
51 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
69 même quand nous condamnons Nicodème au nom d’une meilleure théologie, faisons-nous autre chose que lui ? Sommes-nous contemporai
52 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
70echerche de sa communauté solaire ! 34 C’est son meilleur prétexte à fuir les hommes. Mais après tout, qui donc vint à son aide
53 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
71 du langage, mais l’élégance et la conformité aux meilleurs modèles antiques 28 . La mesure cesse d’être un outil. Elle se distin
72propos ambigus et circonlocutions de paroles » du meilleur [p. 74] latiniste de l’époque n’aboutissent qu’à orner un discours do
54 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
73t, échapperont-elles à la critique passionnée des meilleurs et des plus humains des hommes, qui s’y seront d’abord sacrifiés, de
55 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
74 ne sera inventée que par nous. Non seulement nos meilleures traditions, mais encore notre situation dans l’histoire contemporaine
56 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
75ions et les pensées d’autrui. (Et c’est encore le meilleur cas : la plupart s’occupant surtout à peser leurs poids et à commente
76re ou se réciter en même temps, ne fût-ce dans le meilleur cas, que par le style de sa description. Tout portrait porte plus ou
57 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
77it maintenant de dépasser ces refus — et c’est le meilleur moyen de les préciser — en affirmant directement l’attitude dont ils
78 la haine pour un régime étranger est toujours le meilleur prétexte à ne pas bien regarder ce qui se passe ici ; etc. Derrière c
58 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
79les qu’ils dénoncent. Il me semble parfois que la meilleure éducation du genre humain consisterait en une éducation de son langag
80l, erroné ou inutilement abstrait, ferait un bien meilleur travail — il faudrait qu’il donnât de fortes peines ! — qu’une cour d
81dont le vol est le mobile. Je dis qu’il ferait un meilleur travail éducatif. Car il porterait l’attention des hommes sur le conc
59 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
82 ne sera inventée que par nous. Non seulement nos meilleures traditions, mais encore notre situation dans l’histoire contemporaine
60 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
83es gaucheries qui arrêtent parfois le lecteur des meilleures traductions françaises de Kierkegaard.   P.-S. : Cette chronique étai
61 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
84éelle du pouvoir mécanique, à ce seul signe : les meilleurs obéissent à l’autorité nouvelle, tandis que les prudents, les médiocr
85ficace et tout gratuit, — et cette louange est la meilleure excuse à ce mépris. Pourquoi voudrait-on que les foules aient plus de
86anies, se gripper ou se désarticuler lui-même. Le meilleur budget de propagande d’un mouvement révolutionnaire, c’est encore le
62 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
87ns « camarades ». Puis c’est Hitler qui prend ses meilleures armes au socialisme. Enfin, pour liquider les derniers bolchevistes,
63 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
88de tabac. Difficulté de travailler sans fumer. Le meilleur moyen, c’est d’aller réfléchir le long des plages. — Quand nous sorto
89ondition, plus elle m’apparaît paradoxale, tantôt meilleure, tantôt pire que celle du chômeur normal — si j’ose dire — jamais tou
90eci pour éviter que l’un hérite d’un champ un peu meilleur que les autres. Égalité contre solidarité. Le résultat évident de cet
91pas si simples, que la situation matérielle était meilleure et demandait un développement tout différent ; qu’on voulait surtout,
64 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
92 la politique actuelle : sera-t-elle l’affaire du meilleur statisticien, ou, au contraire, de l’homme le plus humain ? Sera-t-el
93utre et personne d’autre… Ce seraient souvent les meilleures têtes du pays, et on les laisse devenir les « mauvaises têtes »… 17
94C’est un de ces méridionaux qui ne connaît pas de meilleur remède que la parlote. Tout de suite, c’est la question des assurance
95spacieux, plus clair et plus sain, une nourriture meilleure et plus variée, des occasions plus fréquentes de respirer l’air libre
65 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
96sel, c’est l’humanisme français qui demeurent les meilleurs garants de la volonté française de paix. — Le communisme est un momen
66 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
97nde de l’œuvre de Nietzsche, on n’a rien écrit de meilleur que le livre de Karl Löwith : Nietzches Philosophie der ewigen Wieder
67 1937, Esprit, articles (1932–1962). Martin Lamm, Swedenborg (septembre 1937)
98enborg — dont l’influence fut si profonde sur les meilleurs esprits de la période goethéenne — seraient l’expression d’un effort
68 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
99garanti du seul fait qu’elle le juge naturel ? La meilleure garantie d’un droit, la seule peut-être qui soit efficace, c’est l’ex
100ant aux contacts et aux échanges, nous perdons la meilleure occasion de prendre conscience de nous-mêmes, et de nos singularités
69 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
101ulation des diverses régions de l’Europe était la meilleure sauvegarde contre les famines locales. Développé en vue du bien commu
70 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
102tat totalitaire, l’État démocratique perdrait ses meilleures forces morales : sa « mystique » de la liberté. Il n’y a de solution
71 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
103es arguments les plus divers que lui opposent les meilleurs esprits demeurent absolument valables. De tous temps, les raisons des
104nogamie, normalisant les rapports sexuels, est la meilleure garantie du plaisir, c’est-à-dire de l’Éros purement charnel, et non
105 renoncerait un beau jour pour adopter une vérité meilleure. Nous sommes sans fin ni cesse dans le combat de la nature et de la g
72 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
106liste. Car après tout, c’est une histoire, un des meilleurs romans de l’année, et qui se fait lire avec le plus constant plaisir,
73 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
107en quelque manière libérateur, on conçoit que les meilleurs sujets de contes sont les plus abstraitement logiques. La logique enf
108préciosités indéfendables. Les dessins sont d’une meilleure plume. p. 328 am. « Alice au pays des merveilles, par Lewis Carr
74 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
109légié de connaissance. Certes, cela vaut pour les meilleurs. Le grand nombre se soucie peu de connaître, et de se connaître. Il c
75 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
110ement ascétique, puisqu’il vise au contraire à la meilleure propagation de l’espèce. On ne saurait voir dans ces processus vitaux
111ive les objets que nous considérons 49 . L’un des meilleurs historiens des mœurs médiévales, J. Huizinga, nous propose sur ce poi
112’infini », nous dit de ces légendes l’un de leurs meilleurs adaptateurs modernes ! Ainsi s’est répandue l’opinion fort étrange qu
76 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
113la grande mystique orthodoxe, que nous aurons les meilleures chances de surprendre à l’état naissant la dialectique des « choses b
114s romans de chevalerie. Il rêvait de devenir le « meilleur chevalier du monde » ou, selon ses propres paroles, « un grand baron
115 enfin comme la voie purgative par excellence, la meilleure discipline qui nous permette de transcender l’amour-passion jusque da
77 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
116allons décrire maintenant. 2. Les deux roses Le meilleur point de départ nous est donné par le Roman de la Rose, écrit entre l
117 Et cette dernière ne manquera pas d’y puiser ses meilleures métaphores. En vérité, la tentation était trop forte. (On en jugera p
118is puis espagnols, puis français, nous offrent le meilleur exemple au xve et au xvie siècle. Par un phénomène remarquable, mai
119, etc. — donne à la dialectique des sentiments sa meilleure garantie de précision, et disons même de vérité. Ici c’est l’art et n
120 l’esprit », ajoute Walpole, donnant peut-être la meilleure formule du don-juanisme féminin. Car c’est la femme qui rêve Don Juan
78 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
121end à l’homme qui la conquiert parce qu’il est le meilleur guerrier. L’enjeu de la guerre de Troie est la possession d’une femme
79 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
122e situation cependant [p. 318] garantie « pour le meilleur et pour le pire » par un serment. Il le cherche au contraire par le m
123ant sur ce qui donne à toute alliance humaine ses meilleures chances de durer : buts et rythmes de vie, vocations comparées, carac
80 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
124es arguments les plus divers que lui opposent les meilleurs esprits demeurent absolument valables. De tout temps, les raisons du
125nogamie, normalisant les rapports sexuels, est la meilleure garantie du plaisir, c’est-à-dire de l’Éros purement charnel, et non
126 renoncerait un beau jour pour adopter une vérité meilleure. Nous sommes sans fin ni cesse dans le combat de la nature et de la g
81 1939, La Vie protestante, articles (1938–1961). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
127t. » Nicolas et le théâtre protestant L’une des meilleures preuves de l’adoption spontanée de Nicolas non seulement par les doct
82 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
128alisée, déjà presque totalitaire, et vidée de ses meilleures forces créatrices. Mais dès que le parti protestant relève la tête, e
129dre le plus général. C’est lorsqu’il écrit : « Le meilleur état de gouvernement est celui-là où il y a une liberté bien tempérée
130s pays, du fait de ce qu’il nomme « l’absence des meilleurs », ne saurait être que l’absolutisme. Or, si nous nous rappelons que
131e, dans cette guerre qui nous est déclarée. Or le meilleur, le seul moyen de se défendre — surtout quand il s’agit des choses de
132faut pas laisser grandir. On nous parle, avec les meilleures intentions du monde, d’une défense spirituelle du pays. Et je suis le
83 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
133 le groupe qu’il a choisi, peut [p. 98] donner le meilleur de soi-même, aller au terme de sa pensée, jusqu’à l’acte qui la rend
84 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
134garanti du seul fait qu’elle le juge naturel ? La meilleure garantie d’un droit, la seule peut-être [p. 108] qui soit efficace, c
135ant aux contacts et aux échanges, nous perdons la meilleure occasion de prendre conscience de nous-mêmes, et de nos singularités
85 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
136uement » (comme nous aimons à dire en Suisse), le meilleur fondement de notre indépendance nationale, c’est encore notre foi per
137rantie de nos privilèges. Mais elle devient notre meilleure sûreté dès qu’on la considère comme une mesure d’intérêt [p. 153] gén
138 lorsque, devant d’autres, l’on témoigne. Mais le meilleur témoignage, c’est l’action, la réalisation, [p. 156] l’illustration c
86 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
139rmanisme, l’ont étudié et l’ont aimé. Ce sont nos meilleurs écrivains. 7. Tolérance. — Le fédéralisme véritable suppose une tolér
140t ou non — avec combien plus d’efficacité que les meilleurs spécialistes formés par les bureaux de Berne, et rompus à toutes les
87 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
141son auditoire de paysans que les martyrs sont nos meilleurs intercesseurs auprès de [p. 14] Dieu. Les pâtres de la Suisse alpestr
88 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
142 c’est toujours un bien qu’on imagine, et même un meilleur bien que celui que Dieu offre, un bien que l’on se figure « mieux fai
143t de l’ordre divin, Satan nous porte à désirer un meilleur bien, qu’il nous désigne. C’est encore un bien, pensons-nous. Mais ce
144 recours à Celui qui pardonne. Elle ne laisse aux meilleures de ses victimes que l’héroïsme auto-sadique de la révolte. 11. Légi
89 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
145 saints. Cela n’implique même pas que nous soyons meilleurs que les autres. Mais nous serons sûrement pires si nous ne faisons pa
146blié la règle d’or des stratèges, qui veut que la meilleure défense soit dans l’attaque. Ignorant les magies protectrices, néglig
90 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
147 Il est fatal que le Diable s’en mêle, et que les meilleurs se voient tentés plus que les autres d’accepter les conseils de ce gé
148 la Grande Stratégie du Diable dans ce siècle. La meilleure interprétation des phénomènes collectifs d’aujourd’hui fut donnée ver
149ns morales. Mais en fait de prétextes, il en a de meilleurs que la science et que ses vulgarisations imprudentes. L’adjectif vita
150is sacrifie-t-on l’autre ou soi ? Et dans soi, le meilleur ou le pire ? Tous les critères sont annulés [p. 168] par l’intensité
151et de son temps. D’où l’on devrait déduire que le meilleur moyen de prévenir les états de possession satanique et les névroses n
91 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
152evant mes yeux non comme une utopie de lendemains meilleurs, car l’Ecclésiaste avait raison, « les hommes ne savent rien, tout es
92 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
153et de son temps. D’où l’on devrait déduire que le meilleur moyen de prévenir les états de possession satanique et les névroses n
93 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IV : L’accusateur (5 novembre 1943)
154 recours à Celui qui pardonne. Elle ne laisse aux meilleures de ses victimes que l’héroïsme auto-sadique de la révolte. p. 2
94 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
155 c’est toujours un bien qu’on imagine, et même un meilleur bien que celui que Dieu offre, un bien que l’on se figure « mieux fai
95 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
156 la grande stratégie du Diable dans ce siècle. La meilleure interprétation des phénomènes collectifs d’aujourd’hui fut donnée ver
96 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable IX : « Nous sommes tous coupables » (10 décembre 1943)
157aints. Cela n’implique même pas que nous soyons « meilleurs que les autres ». Mais nous serons sûrement pires si nous ne faisons
97 1944, Les Personnes du drame. Introduction
158l faut un grand talent spéculatif pour donner une meilleure division. Quand une classification n’épuise pas idéalement son objet,
98 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
159ilement la raison du culte rendu à Goethe par les meilleurs Allemands. Goethe figure à leurs yeux la plus harmonieuse résolution
99 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
160de « d’original ». On savait aussi qu’il était le meilleur écrivain de son pays. Sa première œuvre eut un immense succès ; mais
161dénonce les mythes de l’hégélianisme social. « Le meilleur moyen de s’en affranchir sera d’en revoir l’origine. Pour voiler le p
162te-puissance des prétentions rationalistes ! « Le meilleur moyen de s’en affranchir sera d’en revoir l’origine. » Seul, Kierkega
100 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
163 à montrer, par exemple, que la goujaterie est le meilleur moyen de parvenir, ni à poser que les idées [p. 109] d’un manœuvre on