1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’autre œil (février 1927)
1r métaphore. À la Chaux-de-Fonds, il y eut trente membres et cent doigts dans deux lits. Combien cela fait-il de pieds et d’ore
2 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
2s’appelle encore vivre. Mais l’homme qui était un membre vivant dans le corps de la Nature, lié par les liens les plus subtils
3us subtils et les plus profonds à tous les autres membres de la Nature, choses, bêtes et anges, — le voici devenu sourd à cette
3 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
4rté atteinte à la dignité morale de ce M. Machin, membre du conseil de paroisse. Je préciserai donc : je tiens l’École pour cr
4 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
5g, amplifie le rythme des marées qui baignent nos membres. J’ai connu peu de joies plus hautes que celle-ci : se promener dans
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
6ent articulés qu’on craint à chaque pas que leurs membres ne se déboîtent. On a vu des élans gagner de vitesse les automobiles
7tes, par goût de l’énergie peut-être. J’ai vu des membres d’un parti national-marxiste dont le rêve est de restaurer la Prusse
6 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
8the, chrétien, païen (avril 1932) n Imaginez un membre de l’Académie des sciences qui serait aussi directeur de la Comédie f
7 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
9ontre, les bases doctrinales exposées ici par des membres d’Esprit, de Combat, de L’Ordre nouveau ou de Réaction, pour n’être p
10Russies. En 1932 le parti compte deux millions de membres sévèrement contrôlés. « Mais, nous dit-on, les constructions d’un Lén
8 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
11aire d’accent mis sur le premier ou sur le second membre de la phrase, — ce cri est significatif de l’étrange équivoque cultiv
12pas au loisir, but secret 1 de la plupart de ses membres, la dignité morale qu’elle attribue au travail ; mais son effort réel
9 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
13e le plus grand tort au christianisme de certains membres de L’Ordre nouveau que de leur attribuer une confusion entre le spiri
10 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
14le de témoignages rédigés par de jeunes écrivains membres de groupes révolutionnaires personnalistes et marxistes. Ce Cahier de
15ontre, les bases doctrinales exposées ici par des membres d’Esprit [p. 147] ou de L’Ordre nouveau, pour n’être pas entièrement
162, le parti ne compte encore que deux millions de membres, sévèrement contrôlés. « Mais, nous dit-on, les constructions d’un Lé
11 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
17 et xénophobe. Mais supposez maintenant qu’un des membres de la tribu se mette à raisonner à part soi. Raisonner, c’est d’abord
18sacrés, dans la cité on parle de droits. Tous les membres de la tribu devaient agir de la même manière minutieusement prescrite
19archies, leurs assemblées. Ceux qui en deviennent membres y reçoivent une assistance matérielle, mais ils y trouvent aussi des
20’ajoute rien à la réalité de l’homme chrétien, du membre de l’Église, mais il apporte une précision capitale à la définition d
12 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
21aire d’accent mis sur le premier ou sur le second membre de la phrase, — ce cri est significatif de l’étrange équivoque cultiv
22as au loisir, but secret 72 de la plupart de ses membres, la dignité morale qu’elle attribue au travail ; mais son effort réel
13 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
23r volonté de s’intéresser à la cité dont ils sont membres. Cette émotion est celle d’une découverte. Ils découvrent que le droi
24 d’abord de faire triompher tel parti dont on est membre. On tient le parti pour plus grand que le tout. Ou encore : le but es
25la tension personnelle de chaque homme, de chaque membre d’une communauté. Toute personne, lorsqu’elle se manifeste comme tell
14 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
26 pu assurer la vie d’une collectivité dont chaque membre se déclare irresponsable. Les mythes collectifs devant lesquels tremb
15 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Paracelse, par Frédéric Gundolf (septembre 1935)
27er sa relation avec le monde, dont il n’est qu’un membre, un reflet. So oben wie unten. L’astrologie de Paracelse n’est pas un
16 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
28rlebnis admirable qui consiste à échapper avec un membre sur deux à une destruction imbécile ? Lui. — Et alors, quelle soluti
17 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
29garet, homme nouveau et fils de grands bourgeois, membre de la Curie royale et qualifié comme tel de clericus, « parle [p. 72]
18 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
30gnages que nous possédons sur l’état d’esprit des membres du Parti communiste d’une part, sur la puissance de l’inquisition int
19 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
31orale officielle l’incompréhension artistique des membres du Parti, ou certaines rancunes personnelles. Le moralisme le plus ag
32 parti national-socialiste prétende imposer à ses membres la dénomination de « croyants » (en vertu de l’article 24 du programm
20 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
33gnages que nous possédons sur l’état d’esprit des membres du Parti communiste d’une part, sur la puissance de l’inquisition int
21 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Échos (janvier 1936)
34ivent les noms). Depuis 1930, l’Académie a élu 13 membres nouveaux (suivent les noms). Ainsi, en 5 ans, plus du quart de l’eff
22 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
35ieu de chicaner sur ce point, encore que certains membres du parti N.-S. reconnaissent qu’on a été « un peu fort » dans l’appli
23 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
36r volonté de s’intéresser à la cité dont ils sont membres. Leur émotion est celle d’une découverte. Ils découvrent que le droit
37 d’abord de faire triompher tel parti dont on est membre. On tient le parti pour plus grand que le tout. On encore : le but es
38la tension personnelle de chaque homme, de chaque membre d’une communauté. Toute personne, lorsqu’elle se manifeste comme tell
24 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
39d le national-socialisme, il n’est pas rare qu’un membre du parti d’Hitler réponde : « Vous êtes bien mal venu à critiquer ce
25 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
40rs des enterrements : elle assure à chacun de ses membres une nombreuse suite pour leur « dernier voyage ». L’autre, c’est la S
41. C’est l’État qui devrait donner à chacun de ses membres le minimum qu’il mérite. Mais comment exiger de l’État qu’il tienne c
26 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
42vie plus normale et plus féconde de chacun de ses membres. L’idéal commun ne suffit pas : il faut encore que l’entraide des col
27 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
43endances nietzschéennes d’Acéphale et de certains membres du groupe d’Inquisitions, comme R. Caillois, c’est l’appel à un « ord
28 1937, Esprit, articles (1932–1962). M. Benda nous « cherche », mais ne nous trouve pas (juillet 1937)
44léments : « L’ancienne génération, celle dont les membres avaient environ la trentaine en 1900 fut une génération heureuse ; la
29 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
45pe de finalité qui exprime la communion entre les membres du corps social, agissant et créant en tant que personnes dans une pe
46ment le destin de la Révolution, c’est-à-dire les membres de ce que nous appelons le conseil suprême, ne seront pas les chefs d
47n dans les comités de direction administrative de membres chargés d’y assurer l’influence du dynamisme révolutionnaire — ou enc
48nes humaines en tant que telles. Plus encore tout membre de la fédération devra avoir la possibilité de principe de réclamer l
30 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
49au, avec un regard méfiant vers le voisin qui est membre du Parti. Morale de Sparte embourgeoisée. La Révolution ne serait-ell
50trusts du Reich, naguère socialisant, aujourd’hui membre des SA, me dit qu’à son avis, Hitler était le seul homme capable d’as
51rlebnis admirable qui consiste à échapper avec un membre sur deux à une destruction imbécile ? Lui. — Et alors, quelle soluti
52itler. On trouve même parmi eux beaucoup de vieux membres du NSDAP d’avant 1933. Le Parti ne leur en sait aucun gré. Le Parti n
31 1938, Journal d’Allemagne. i. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
53s marquantes. Il importe de distinguer entre les membres du parti et les nationaux-socialistes ou porteurs de notre conception
54stianisme, mais le christianisme en soi… Tous les membres des diverses confessions sont plus ou moins des trafiquants de devise
32 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
55ieu de chicaner sur ce point, encore que certains membres du parti N.-S. reconnaissent qu’on a été « un peu fort » dans l’appli
33 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
56d le national-socialisme, il n’est pas rare qu’un membre du parti d’Hitler réponde : « Vous êtes bien mal venu à critiquer ce
34 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
57on Napoléon n’en doit pas moins avoir pour second membre l’abdication. Il y a sans doute une théorie de l’Histoire à l’origine
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
58… On recherchait comme pères nourriciers soit les membres de la famille maternelle, soit… des druides. » 88 [p. 144] Tristan
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
59— Les catholiques. Les troubadours traitaient les membres du clergé catholique d’arbres automnals morts. « Albigéisme, Albigeoi
37 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
60parti, c’est la somme des abdications de tous ses membres. 18. Lorsqu’un parti — comme ils le désirent tous plus ou moins coura
38 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
61 et xénophobe. Mais supposez maintenant qu’un des membres de la tribu se mette à raisonner à part soi. Raisonner, c’est d’abord
62sacrés, dans la cité on parle de droits. Tous les membres de la tribu devaient agir de la même manière minutieusement prescrite
63archies, leurs assemblées. Ceux qui en deviennent membres y reçoivent une assistance matérielle, mais ils y trouvent aussi des
64’ajoute rien à la réalité de l’homme chrétien, du membre de l’Église, mais il apporte une précision capitale à la définition d
39 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
65viduel assez typique. Un grand banquier de Paris, membre d’un comité de bienfaisance, fut interrogé un [p. 65] jour, devant mo
40 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
66niverselles, secrétaires d’alliances œcuméniques, membres du Comité international de la Croix-Rouge, etc., etc. Le « Suisse int
41 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
67 nous sommes aussi les victimes. « Vous êtes tous membres les uns des autres », dit l’Évangile. Nous sommes tous dans le bateau
42 1946, Journal des deux Mondes. 9. Voyage en Argentine
68président juge prudent d’y renoncer, un tiers des membres étant, croit-il, amis de l’Axe. Ils sont prêts à soutenir un coup d’É
43 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
69 les nations réelles subsisteront intactes, comme membres du corps de l’humanité, comme foyers de rayonnement, et comme communa
44 1946, Lettres sur la bombe atomique. i. Les cochons en uniforme ou. Le nouveau déluge
70posture si ridicule, on place sur les navires les membres du Congrès et du Sénat qui se seront déclarés en faveur du déluge syn
45 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
71même ciel, ou encore doctrine de la diversité des membres d’un seul et même corps : quel que soit le nom qu’on lui donne, en au
72issidents virtuels de chaque Église, mais à leurs membres les plus fidèles. Toutefois, cette méthode n’est compatible qu’avec d
73rs que le corps souffre dans son Chef et dans ses membres ! La vie normale du corps dépend de la vitalité de chacun de ses memb
74e du corps dépend de la vitalité de chacun de ses membres, et la vie d’un membre dépend de son harmonie avec les autres membres
75vitalité de chacun de ses membres, et la vie d’un membre dépend de son harmonie avec les autres membres, assurée par l’apparte
76’un membre dépend de son harmonie avec les autres membres, assurée par l’appartenance à un même Chef. Nous retrouverons plus lo
77ase d’indifférence dogmatique. Car l’harmonie des membres n’est pas une tolérance, mais une nécessité vitale. Le poumon n’a pas
78is sur l’intérêt commun et les contrats. Tous les membres de la tribu devaient agir de la même manière, minutieusement prescrit
79ocaux. Il cherche la coopération organique de ses membres et non cette caricature de l’ordre qu’est l’unité dans l’uniformité.
46 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
80l d’y appartenir. Mais aussitôt que vous serez un membre régulier, vous aurez tous les droits, on ne s’occupera plus de vous,
47 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
81 aussi (elles comptent chacune 9 à 10 millions de membres), tandis que l’Église presbytérienne et l’Église [p. 97] protestante-
82 la vie communautaire dans les paroisses. Devenir membre d’une Église, en Amérique, c’est aussi trouver un milieu social, des
83l répétait les phrases à haute voix avec tous les membres du Congrès, dans une église de la capitale. Cela s’intitulait : « La
84es sont devenues des clubs. Elles offrent à leurs membres des relations sociales, des banquets, des jeux de loto, des comités v
8565 millions de chrétiens américains, j’entends de membres inscrits d’une paroisse, dont 40 millions de protestants. En vérité,
48 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
86ope doit se fédérer, c’est pour que chacun de ses membres bénéficie de l’aide de tous les autres, et réussisse ainsi à conserve
49 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
87ur sujet. Quel que soit le parti dont nous sommes membres, et quelle que soit notre patrie, nous sentons tous que les menaces q
88nt, contre la participation « officielle » de ses membres aux États généraux de La Haye. Mais le fait est que les organisateurs
50 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
89terme des débats de La Haye, par un comité de six membres comprenant, outre le rapporteur : Mme Saumier, conseiller de la Répub
90unité. 2. Quel que soit le parti dont nous sommes membres, et quelle que soit notre patrie, nous sentons que la crise présente
91reconnues par une convention solennelle entre les membres de l’Union. Centre européen de la culture 12. Les organes juridiques,
92forts pour créer une union des Universités et des membres des corps enseignants ; et enfin d’exercer un contrôle vigilant pour
93puyant sur une Convention conclue entre les États membres de l’Union européenne ; Considérant que l’établissement d’une institu
51 1948, Suite neuchâteloise. III
94ent, a l’exercice de la Puissance exécutrice. Ses membres sont à la nomination du Prince… » Nulle ordonnance émanée de ce [p. 2
95rgé de l’administration de la police, et dont les membres [p. 30] sont choisis dans le Conseil de Ville. Il est composé de deux
52 1948, Suite neuchâteloise. IV
96e des charges publiques : lieutenant des Assises, membres du Petit Conseil, conseillers d’État, enfin Procureur général de la P
53 1948, Suite neuchâteloise. V
97ortrait de son grand-père, un chevalier de Malte, membre correspondant [p. 54] de l’Institut. L’un de ses fils fut décapité au
54 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
98étranger et même devant la guerre entre les États membres. Niera‑t‑on que ce fût là, trait pour trait, un état comparable à cel
55 1950, Lettres aux députés européens. Cinquième lettre
99à « l’avènement d’une union plus intime entre ses membres ». Les manchettes des journaux parleront d’un « pas important vers l’
56 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
100 l’homme proprement chrétien, au sens courant, de membre d’une église, de l’homme pieux et moral. Je parle d’une manière plus
57 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Conférence de compositeurs, critiques musicaux et exécutants (décembre 1952-janvier 1953)
101oms (une vingtaine) sera proposé à bref délai aux membres du Conseil musical. Dès que ces derniers auront donné leur accord, [p
102ordonnés à ce titre général sont proposés par les membres du Comité exécutif et retenus en principe (le Centre est chargé de le
58 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
103re dont il faut protéger le cœur, pendant que ses membres souffrent et s’entredéchirent. Les premiers Suisses ne décidèrent don
104les, augmentait le sentiment de liberté de chaque membre et pourtant assurait la cohésion de l’ensemble, lorsque celle-ci [p. 
105s communs. Toutes les fois qu’un ou plusieurs des membres de la fédération crurent le moment venu d’accaparer le pouvoir et d’i
106 ligués contre eux, spontanément, tous les autres membres, — et chaque fois le résultat de la lutte fut un resserrement de l’al
107 acquise au prix d’une division durable entre les membres de l’alliance, ou d’une tyrannie centralisée destinée à masquer cette
59 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
108mmé Conseil d’État, est un collège de cinq à onze membres, élu par le peuple. Chacun des magistrats qui en fait partie dirige u
109sonnera non pas exclusivement en ouvrier, mais en membre de la commune religieuse, ou de la commune “bourgeoise”, ou encore en
110euse, ou de la commune “bourgeoise”, ou encore en membre de telle ou telle localité. » Cette dernière remarque est importante 
111comme ce dernier formé de représentants des États membres de la Fédération, à raison de deux députés par État, grand ou petit 1
112le élisent le Conseil fédéral, son président, les membres du Tribunal fédéral et du Tribunal des assurances, et le général en c
113ment de leur compétence. Soulignons enfin que les membres de l’Assemblée fédérale ne sont jamais liés par les instructions que
114st exercée par un Conseil fédéral composé de sept membres » dit l’article 95 de la Constitution. Ce collège qui remplit à la fo
115l’institution la plus originale de la Suisse. Ses membres sont élus pour quatre ans par l’Assemblée et sont immédiatement rééli
116e définit que collectivement les attributions des membres du Conseil, lesquelles sont essentiellement administratives et exécut
117nstitution fédérale interdit de choisir plus d’un membre du Conseil dans le même canton, et la coutume veut que les cantons de
118uelques tentatives pour élargir le Conseil à neuf membres, ou pour le faire élire par le peuple, ont été repoussées comme d’ins
119guer d’elle. La majorité des syndicalistes et des membres des coopératives se rattachent au parti socialiste. Enfin, le parti d
60 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
120s, [p. 111] de techniciens, etc. (environ 200 000 membres au total). Ces organisations se distinguent des syndicats américains
121vieillesse, d’invalidité. Elles procurent à leurs membres des avocats et des médecins, des conférences instructives et des publ
122 remarque, ces associations, dont la majorité des membres appartiennent par ailleurs au parti socialiste, réputé centralisateur
123ives. Celles-ci mettent à la disposition de leurs membres des machines dont l’achat serait trop onéreux pour l’exploitant, des
61 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
124i rassemble tous les Suisses en un seul corps aux membres bien articulés, c’est l’attachement commun à leurs institutions, c’es
125à la démocratie fédérative, a, dans chacun de ses membres, une vitalité et une force de résistance tout autres que celles qu’on
126ment on voit, de son pays, les Suisses romands : Membres de la famille spirituelle française, ils se flattent encore volontier
62 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
127t égard, relevons un signe heureux : 9 sur 10 des membres du Conseil de direction du CEC viennent de prendre part aux travaux d
63 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
128lais, et reçut aussitôt l’approbation de tons les membres de la réunion. p. 4 p. « Une prise de conscience européenne »,
64 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
129énombrer, à l’ouest du Rideau de Fer, quinze pays membres du Conseil de l’Europe et dix non membres, parmi lesquels San-Marino
130ze pays membres du Conseil de l’Europe et dix non membres, parmi lesquels San-Marino et Andorre, soit vingt-cinq, à quoi s’ajou
65 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour les grands festivals de musique l’Europe est faite ! (octobre 1955)
131re contenant les programmes de tous les Festivals membres pour la saison suivante. Premier témoignage tangible d’un esprit de c
132qu’à resserrer les liens professionnels entre ses membres. Ces mesures, dont nous donnerons quelques exemples, se répartissent
133s projets pour la saison 1956, huit des festivals membres ont déjà conclu sur place, lors de l’Assemblée générale, des arrangem
134chestres, etc., seront mises à la disposition des membres de l’Association. Enfin, certaines manifestations collectives de l’As
66 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Prix européen de littérature n’a pas été donné en 1956 (juin-juillet 1956)
135é en 1956 (juin-juillet 1956) ae Rédigé par les membres du jury réunis au CEC, le communiqué suivant était remis à la presse
136ttre une publication en plusieurs langues par les membres de la Communauté européenne des guildes et clubs du livre, qui organi
67 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
137d, ou OTAN). De même, la Suisse n’est pas devenue membre du Conseil de l’Europe lors de la création de cet organisme, craignan
138epuis 1949 ? 7. Pourquoi la Suisse n’est-elle pas membre des Nations unies ? 8. La neutralité suisse sert-elle seulement les i
68 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
139mple jeu académique. D’une part, il importait aux membres de notre Association de formuler les critères qu’ils s’efforcent tous
69 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
140e fédération, tient toute son existence des États membres et de quelques partis représentant des intérêts bien définis. Il n’a
141logique de s’adapter au bien du corps dont il est membre. La Nation centraliste, « une et indivisible », ouvre une vaste carri
142peu vague, je lui rappelai que ce collège de sept membres, qui est à la fois le chef de l’État et le cabinet, prépare des lois
70 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
143ouvert en principe aux Européens de tous les pays membres de l’OECE. Le cas des Espagnols, Yougoslaves et Finlandais devrait êt
71 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
144erez. » Or cette Guilde compte aujourd’hui 90 000 membres, lecteurs nouveaux pour la plupart, recrutés, détectés à domicile, et
72 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Editeuropa (septembre 1959)
145e exercée tour à tour, pour un an, par chacun des membres du pool. Le secrétariat est assuré par le CEC à Genève 28 , et il est
146 la charge d’étudier les propositions émanant des membres du pool, des institutions européennes, ou des auteurs, ou d’en présen
147par an. Les premiers titres proposés au choix des membres du pool, et retenus par l’assemblée générale — seule habilitée à déci
148e coopération constructive et tolérante, chez les membres de l’Association. [p. 12] Pour réelles et inévitables qu’elles soien
73 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
149, posé sur les paupières des hommes, détend leurs membres et les enchaîne en mettant à leurs yeux un tendre lien, l’heure aussi
74 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
150ion » ou patrie particulière, mais bien comme les membres d’une même famille de peuples. p. 44 39. R. Cagnat, Inscription
75 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
151égner et gouverner ; autrement, non seulement les membres du royaume n’atteignent pas leur fin, mais le royaume tombe en dissol
152onales tout en garantissant l’autonomie des États membres. Il porte création d’une Assemblée votant à la majorité simple ; d’un
153s sujets sur le territoire de n’importe quel pays membre. L’article suivant aborde le sujet capital de l’assistance mutuelle e
154terruption, et, en notre nom et au nom des autres membres incorporés ou à incorporer, fassent, constituent et représentent un v
155es rois et princes de la chrétienté en soyons les membres ; que ledit Collège ait aussi sur nous tous, sur nos sujets et sur ce
76 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
156st néanmoins en même temps d’une certaine manière membre de cet univers, en tant qu’il regarde le genre humain. Jamais aucun É
157dans les îles les plus éloignées ! S’ils sont les membres d’un seul corps chrétien, pourquoi chacun d’eux ne s’estime-t-il pas
77 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.4. « Têtes de Turcs »
158 blâme-la absolument, comme une dispute entre les membres d’un même corps. 87 Cette exhortation étant restée sans effets, il
78 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
159ue la société humaine est un corps, dont tous les membres ont une sympathie, de manière qu’il est impossible que les maladies d
160 a les compétences et les devoirs d’un Sénat, ses membres étant à réélire tous les trois ans. Les décisions du Conseil devront
161nfin, selon Sully, ne devra pas être admise comme membre de la Communauté chrétienne. C. J. Burckhardt compare, en conclusion
162tre décidé qu’à une majorité des trois quarts des membres, ou au moins de la moitié plus sept. Toutes les plaintes seraient rem
163y a quelque sujet de se plaindre de quelqu’un des Membres ou quelque demande à lui faire, il fera donner par son Député son Mém
164ociez. Chaque Député n’aura qu’une voix. X. — Les Membres & les Associez de l’Union contribueront aux frais de la Société,
165xprimez, sans le consentement unanime de tous les membres : mais à l’égard des autres Articles, la Société pourra toûjours aux
79 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.6. En marge des grands plans, l’utopie prolifère
166ais pu trouver au cours de leurs voyages, un seul membre de cette société. Cependant, il est établi que Leibniz fut, à vingt a
80 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
167les politiques du nôtre. Il se peut faire que les membres d’une de ces assemblées soient une fois doués du sens commun ; il n’e
81 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.2. Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
168 ils adopteraient le principe que la minorité des membres se soumette, chaque fois que la nécessité s’en ferait sentir, aux déc
169aucune comparaison avec celle de chacun des États membres ; ce qui, une fois de plus, est absolument impossible. 3. Enfin, même
82 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
170vident que dans une nation ainsi fermée, dont les membres ne vivent qu’entre eux et fort peu avec des étrangers, qui acquiert p
83 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
171voir d’action sans une volonté commune à tous ses membres. Or, cette volonté de corps qui, dans un Gouvernement national, naît
172e, la chambre sera composée de deux cent quarante membres. Les élections de chacun des membres se feront par la corporation à l
173ent quarante membres. Les élections de chacun des membres se feront par la corporation à laquelle il appartiendra. Tous seront
84 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
174plendeur, et allaient jusqu’à tirer gloire, comme membres de cette sublime corporation, d’aller finir leur vie dans de pieuses
175’esprits vraiment consacrés ? Tous les véritables membres de la famille religieuse ne devraient-ils pas aspirer ardemment à voi
85 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
176ne le peut pas sans le concours actif de tous ses membres, librement unis ; Que l’association ne peut se constituer vraiment et
177eune Europe choisira un symbole commun à tous les membres des trois associations ; ils se reconnaîtront tous à ce symbole. Une
178 telle masse de forces défensives que chaque État membre n’aurait à maintenir sur pied qu’une armée restreinte, ce qui entraîn
179 blâmé la guerre et qui doit vouloir qu’aucun des membres de la famille européenne ne soit trop affaibli. Vous parlez à bon dro
180istoire sont les pairs d’un grand sénat où chaque membre est inviolable. L’Europe est une confédération d’États réunis par l’i
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
181inement ou, à la longue, le serrer et blesser ses membres et étouffer sa vitalité… Il y a quelques dizaines d’années encore, on
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
182d’hui donc, une « Europe » vivante se forme comme membre de l’œcuménicité humaine. Chez tous les esprits dirigeants elle exist
183ité. Le nouvel empire doit être uni dans tous ses membres, tout en respectant leur nature particulière. Par cette liaison des d
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Appendice. Manifestes pour l’union européenne, (de 1922 à 1960)
184non pas envers les gouvernements des divers États membres, mais envers leurs peuples, par lesquels il devra pouvoir exercer une
185ranchera les différends éventuels entre les États membres ou entre les États et la fédération. … Les mouvements de résistance s
186 est de réaliser une union plus étroite entre ses Membres afin de sauvegarder et de promouvoir les idéaux et les principes qui
187 libertés fondamentales. (c) La participation des Membres aux travaux du Conseil de l’Europe ne doit pas altérer leur contribut
188istante réalisée par la CECA. Les Chefs des États membres se déclarent dans le Préambule : Décidés à assurer par une action co
89 1961, Preuves, articles (1951–1968). Pour Berlin (septembre 1961)
189 proclamée par les Nations unies, dont l’URSS est membre : « Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien
90 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
190er (5000 pièces originales ou photocopiées) qu’un membre de l’ambassade des USA a vendues depuis un an au gouvernement. Ces pa
191nal socialiste de Pologne, bien qu’il ne soit pas membre du parti ; diverses démarches dans le cadre de l’Internationale socia
192es, de 18 à 40 ans. (L’UEF compta jusqu’à 100 000 membres inscrits vers 1949-1950.) Leur volonté proclamée d’action rapide et r
193s raison qu’il se trouvait être, en 1960, le seul membre du Conseil du CEC qui en eût fait partie dès l’origine, et n’eût jama
194i pour les Suisses ! » Puis, se tournant vers les membres suisses du Conseil, il ajouta : « Vous ne voulez pas faire de politiq
91 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
195inetés tout en garantissant l’autonomie des États membres. Il porte création d’une assemblée — qui siégerait d’abord à Bâle —,
92 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux mille volumes sur l’Europe (février 1963)
196imiter à un seul éditeur par langue la qualité de membre [p. 5] du pool. En effet, la variété des publications envisagées, si
197nvenait pas aux programmes de chacun des éditeurs membres. Les uns se trouvaient outillés pour publier de grands ouvrages d’art
93 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour une métropole régionale Aix-Marseille-Étang de Berre [Avant-propos] (juillet 1963)
198mi Roger Bigonnet n’a pas oublié que pour devenir membre de l’Association européenne des festivals de musique, dont il fut l’u
94 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
199vegarder et garantir l’autonomie de chacun de ses membres, c’est un problème parfaitement homologue à celui que la Suisse a rés
200ne de mouvements nationaux, et plus de cent mille membres. Elle tient son premier congrès à Montreux, en septembre 1947, date q
95 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Introduction
201iques, et un Européen de vision large, qui fut un membre très actif de la Coopération intellectuelle, aux beaux temps de [p. 1
96 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.4. « Le pacte de 1291 a fondé la Suisse »
202 n’a jamais été requise de le signer pour devenir membre de la Confédération. Cette constatation peut surprendre. Elle déconce
203uvelle se joindra au réseau des Ligues. Autant de membres nouveaux, autant de pactes ad hoc. Pourtant, il est frappant que l’on
204 le Convenant de Sempach, en 1393, les droits des membres sont égalisés. Dès 1412, les trois Waldstätten entreprennent la conqu
205st attaqué ; garantie du régime interne de chaque membre ; arbitrage obligatoire « si quelque discorde vient à s’émouvoir entr
206rogressivement les disparités de régime entre les membres, dans la mesure où elles nuiraient à la « concorde » ou à « l’utilité
97 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
207par les cantons (respect de l’autonomie des États membres). Elle ne sera pas permanente, car on se méfie d’une caste militaire
208ssité imposée par l’absence de cohésion des États membres. Pourtant, l’état d’esprit des Suisses, le tonus général de la popula
98 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
209te avant tout, c’est le pouvoir excessif d’un des membres, État, corporation, famille ou individu. On veut bien que les barons
210verain, le Conseil d’État formait l’exécutif. Ses membres étaient choisis dans une vingtaine de familles presque toutes « recon
211ue des autonomes ne peut souffrir que l’un de ses membres devienne trop puissant ou trop voyant, car il en profiterait bientôt
212lle par un article ainsi conçu : Art. 12. — Les membres des autorités fédérales, les fonctionnaires civils et militaires de l
99 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
213ès loin d’être une doctrine. Certes, en 1689, des membres de la Diète pouvaient décrire la neutralité comme un des « fondements
100 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
214squ’ils devaient compter, recompter et jauger les membres virtuels de l’union proposée. Or, on a vu que Pierre Du Bois, en 1306
215ent de retour à la souveraineté absolue des États membres allait s’exagérer pendant toute la période de Restauration qui suivit
216Les partisans de la souveraineté totale des États membres invoquent inversement les « maximes fédéralistes » contre toute [p. 9
217ur hostilité au projet.) Une commission de quinze membres se réunit à Lucerne. C’est alors que paraît Pellegrino Rossi. Né à C
218emaines les troupes des cantons « séparatistes », membres du Sonderbund 51 . Cette ultime guerre civile ne fut pas très sanglan
219e réunit à Berne. Elle [p. 94] compte vingt-trois membres, conseillers d’État cantonaux, bourgmestres, députés, ou officiers su
220 55 . Non seulement, on n’a pas demandé aux États membres de renoncer à leur souveraineté, mais encore, cette dernière se voit
221sant effectivement le statut autonome des nations membres, pourrait fort bien être assurée par une solution « suisse » et fédér
222tral et le peuple, l’autonomie des États [p. 100] membres s’amenuise. Le droit et l’armée sont largement unifiés ; la législati