1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1le pousse à l’orgueil ; c’est par sincérité qu’on mentira, puisque parfois nous sommes spontanément portés à mentir. On en vien
2puisque parfois nous sommes spontanément portés à mentir. On en vient naturellement à considérer un certain immoralisme comme
2 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
3songe est sincère aussi, qui révèle mon besoin de mentir. Il devient dès lors impossible de faire rien qui ne soit sincère. Pe
4ien qui ne soit sincère. Peut-on véritablement se mentir à soi-même, et surtout se prendre à ses propres mensonges ? Peut-être
3 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Aragon, Traité du style (août 1928)
5e du livre est admirable ; il suffit. Le titre ne ment pas ; ce livre traite du style, à coups d’exemples qui méritent de l’
4 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
6transitions, et c’est alors que l’on est tenté de mentir, si fort tenté que l’on cède à coup sûr, en se persuadant que c’est p
7au de pauvre, comme un vrai cadeau. Si le conteur ment, — pendant qu’il y est, il ferait mieux de choisir un autre pays que
8celle des individus, pour ce qui est du moins, de mentir à soi-même. Mais les Hongrois ne renient pas leur romantisme. Quelle
5 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
9transitions, et c’est alors que l’on est tenté de mentir, si fort tenté que l’on cède à coup sûr, en se persuadant que c’est p
10au de pauvre, comme un vrai cadeau. Si le conteur ment, — pendant qu’il y est, il ferait mieux de choisir un autre pays que
11celle des individus, pour ce qui est du moins, de mentir à soi-même. Mais les Hongrois ne renient pas leur romantisme. Quelle
6 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
12À ma fenêtre ? Je ne m’en souviens pas », dis-je, mentant. Une grosse averse d’orage nous a fait fuir sous la tonnelle du vesti
7 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
13e qui s’arrête de boire, ne fût-ce que pour faire mentir le proverbe. Les lois générales, économiques ou sociales, sont toujou
8 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
14e qui s’arrête de boire, ne fût-ce que pour faire mentir le proverbe. Les lois générales, économiques ou sociales, sont toujou
9 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Ni gauche ni droite (août 1935)
15en préparant la dictature. Jamais on n’a plus mal menti, jamais avec plus d’enthousiasme. Ni la gauche ni la droite ne pourro
10 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
16s limites. Dès cet instant, notre pensée se mit à mentir, à dire ce qui n’est pas et qu’on ne veut pas faire. Mais s’il est au
17n montrent lorsqu’ils affirment son impuissance ? Mens agitat molem dit le proverbe. Mais ce mens n’est pas l’esprit pur ! I
18ance ? Mens agitat molem dit le proverbe. Mais ce mens n’est pas l’esprit pur ! Il est l’acte d’un créateur dont toute pensé
11 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
19ribuons aux mots « esprit » et « spirituel » 39 . Mens agitat molem. Mais ce mens n’est [p. 4] pas l’esprit pur d’une élite
20 et « spirituel » 39 . Mens agitat molem. Mais ce mens n’est [p. 4] pas l’esprit pur d’une élite qui laisse les mains libres
12 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
21elles parlent, pour comprendre à quel point elles mentent. Mais alors on comprend aussi pour quoi elles mentent, et quel immens
22ent. Mais alors on comprend aussi pour quoi elles mentent, et quel immense désir de réveiller le peuple elles traduisent chez c
23ur corriger les mensonges. Ce qu’ils peuvent tous mentir ! On ne peut plus avoir confiance dans les partis. C’est aussi à caus
13 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
24le. Aucun écrivain ne se donne plus de chances de mentir que celui qui écrit un journal intime, une prétendue « relation » de
25Je le vois bien. Et en même temps, je vois que je mentirais si j’écrivais que je n’y crois pas. Superstition ! Je m’étonne de ce
26oire ? — Il ne vous croira pas, vous ne savez pas mentir. — Mais pourquoi n’aime-t-on pas ce qui est vrai ? — Parce que c’est
14 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
27elles parlent, pour comprendre à quel point elles mentent. Mais alors on comprend aussi pourquoi elles mentent, et quel immense
28tent. Mais alors on comprend aussi pourquoi elles mentent, et quel immense désir de réveiller le peuple elles traduisent chez c
29ur corriger les mensonges. Ce qu’ils peuvent tous mentir ! On ne peut plus avoir confiance dans les partis. C’est aussi à caus
15 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
30Je le vois bien. Et en même temps, je vois que je mentirais si j’écrivais que je n’y crois pas. Superstition ! Je m’étonne de ce
16 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
31s vides et mal truqués. Figures grises devant des mentes fausses. « Fric », « bagnoles », « Paris-Soir », « on se défend… » La
17 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
32 dont je veux être le Tristan ». Car ce serait là mentir et l’on ne peut rien fonder qui dure sur le mensonge. Il n’y a person
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
33r rouge qui laisse intacte la main de qui n’a pas menti, elle jure n’avoir jamais été dans les bras d’aucun homme, hors ceux
34a jalousie meut ces barons, ils n’ont du moins ni menti ni trompé, et ce n’est pas le cas de Tristan… Enfin l’on en vient à d
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
35nellement à se consacrer à Dieu seul, à ne jamais mentir ni prêter serment, à ne tuer ni manger nul animal, enfin à s’abstenir
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
36Qu’est-ce que le langage en effet ? Le pouvoir de mentir autant que le pouvoir d’exprimer ce qui est. Un animal est incapable
37d’exprimer ce qui est. Un animal est incapable de mentir, de dire ce que l’instinct ne fait pas, d’aller au-delà du nécessaire
38élan qui va au-delà de l’instinct et qui, par là, ment à l’instinct. Le responsable d’un tel mensonge ne saurait être que « 
39ls questionnent ou accusent, on ne peut alors que mentir pour sauver l’essence même de la passion !) 2° Si Jean de la Croix, e
21 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
40 de haut : méfions-nous. C’est qu’il se dispose à mentir. Il ne faut point servir d’objet qui nous possède ; Il ne faut point
41algré même ce dernier trait que Racine a su faire mentir — j’en viens à croire qu’il est sincère dans sa Préface lorsqu’il écr
22 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
42 dont je veux être le Tristan. » Car ce serait là mentir et l’on ne peut rien fonder qui dure sur le mensonge. Il n’y a person
23 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
43’homme normal inflige un démenti aux lois et fait mentir les statistiques. Ainsi les lois de la publicité ne sont exactes que
24 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
44 Renvoyons la géographie, de grâce, ou faisons-la mentir ! 11. Neutralité. — Pendant l’hiver 1939-40, nous avons pu lire dans
25 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
45’homme normal inflige un démenti aux lois et fait mentir les statistiques. Ainsi les lois de la publicité ne sont exactes que
26 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
46, le bluff éhonté ou subtil, bref, l’art de faire mentir les formes. À défaut donc d’une peinture impossible, ou trop aisément
27 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
47toute la Création, peut dire ce qui n’est pas, et mentir par un acte de sa volonté réfléchie. Le minéral repose où il fut comp
48e prouve qu’il est libre. Par le langage, il peut mentir. Par sa liberté seule il peut pécher. Et le péché n’est qu’un mensong
49dans notre langue ». Mais il est deux manières de mentir, comme il [p. 43] est deux manières de tromper un client. Si la balan
50 je ne pourrai pas dormir ! — mais qui d’ailleurs mentent sans le moindre scrupule, sont égoïstes avec passion, et n’ont en gén
28 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
51alité. Gracián vous apprend à tromper, à ruser, à mentir, à tricher, et tous ces procédés lui paraissent de bonne guerre s’ils
29 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
52conservez la pleine faculté de dire le vrai ou de mentir. Mais une fois que vous avez menti, vous êtes lié par le mensonge, et
53le vrai ou de mentir. Mais une fois que vous avez menti, vous êtes lié par le mensonge, et les vérités mêmes que vous articul
54 mauvaise. Si l’on dit un mensonge, on sait qu’on ment, et l’on tâche de ne pas se faire prendre. Si l’on commet quelque [p.
55ver sa passion. Madame Guyon rapporte qu’elle dut mentir un jour à son confesseur même, pour lui cacher un incident qui eût tr
30 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
56qui sera le nom secret de Dieu. Ah ! nous pouvons mentir, tuer, et nous exclure, nous pouvons faire de pitoyables [p. 200] fau
57ous fait de la parole ! Elle ne saurait plus même mentir dans certaines bouches, elle est tombée plus bas que le mensonge, je
31 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
58 toute la Création, peut dire ce qui n’est pas et mentir par ses actes. Le minéral repose où il fut composé, la plante pousse
59langage l’homme est libre. Par le langage il peut mentir. Par sa liberté seule il peut pécher. Et le péché n’est qu’un mensong
60dans notre langue ». Mais il est deux manières de mentir, comme il est deux manières de tromper un client. Si la balance marqu
32 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le mensonge allemand (16 août 1945)
61pas d’hier que je l’ai observé : les Allemands ne mentent pas comme nous. Et c’est un fait fondamental dont il convient de teni
62mpte quand on parle du « problème allemand ». Ils mentent avec sincérité, et nous mentons avec mauvaise conscience. Quand nous
33 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
63a colère dans un chant débordant d’injures : « Tu mens plus largement que ta gueule n’est fendue !… Tu t’es creusé un trou e
34 1946, Journal des deux Mondes. 15. Le choc de la paix
64pas d’hier que je l’ai observé : les Allemands ne mentent pas comme nous. Et c’est un fait fondamental dont il convient de teni
65mpte quand on parle du « problème allemand ». Ils mentent avec sincérité, et nous mentons avec mauvaise conscience. Quand nous
35 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
66enteur qui dirait : « Je vous avertis que je vais mentir, pour telle et telle raison aisément vérifiable. » Ce serait instruct
36 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
67qui, dans le fait, n’existe plus, celui-là ferait mentir le nom de conservateur. Et quant aux libéraux, s’il est certain qu’il
37 1948, Suite neuchâteloise. VII
68nt le miroir… Non, je ne vais pas me suicider. Je mentirai ! [p. 78] Je suis assis sur un banc près du port, la promenade est d
38 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
69nt le miroir… Non, je ne vais pas me suicider. Je mentirai ! Je suis assis sur un banc près du port, la promenade est déserte et
39 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Les Libertés que nous pouvons perdre
70’avouer, comme ce dégoût vient d’une névrose, ils mentent. Le mécanisme est bien connu, il est absolument classique pour les ps
71classique pour les psychiatres. Tous les névrosés mentent, en ce sens qu’ils affirment le contraire non seulement de la vérité
40 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
72e chaque fois le contraire de ce qui est, donc de mentir. On se tromperait en croyant que j’instruis un procès : il s’agit sim
73s réussissent ce tour de force « dialectique » de mentir en disant le vrai, ou de dire le vrai comme on ment, avec le même acc
74ir en disant le vrai, ou de dire le vrai comme on ment, avec le même accent et pour les mêmes motifs. Que dis-je ! les Thore
41 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
75ore universels. Autant d’occasions de tricher, de mentir, de fermer les yeux, et de parler de progrès en vous faisant les poch
42 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
76r, au-delà de nous-mêmes et de nos fautes ! S’ils mentent encore — et pourquoi cesseraient-ils ? — la révolte n’est pas écrasée
43 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
77de m’exiler. Mais tel est mon amour que je saurai mentir : je demanderai pardon au tyran, le suppliant de me laisser vivre enc
44 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
78de m’exiler. Mais tel est mon amour que je saurai mentir : je demanderai pardon au tyran, le suppliant de me laisser vivre enc
45 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
79l’argent dans de pareilles conditions préféreront mentir aux corrupteurs plutôt que faire tort à leur pays, car ils seront sûr
46 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
80nt, eurent la force d’âme qui permet de ne pas se mentir ; ils en furent récompensés et surent atteindre en toute chose le plu
47 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
81a colère dans un chant débordant d’injures : « Tu mens plus largement que ta gueule n’est fendue !… Tu t’es creusé un trou e
48 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
82i le sous-titre de ce livre pour m’amuser à faire mentir un proverbe fameux et que je croyais connu de tout lecteur virtuel :
49 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Paradoxes de la prospective (automne 1975)
83 qu’une attitude raisonnable : si l’on veut faire mentir ce modèle (comme l’espèrent sans nul doute ses auteurs) il faut comme
50 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Quand même il serait seul… (Sur un texte de George Orwell) (automne 1975)
84ragique de nos manèges, mais nous adjure de faire mentir ses prévisions et nous en montre les moyens ; ou bien a-t-il été le c
51 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
85occidental, convaincu du danger et décidé à faire mentir les prévisions, parvient à son taux de remplacement bien avant l’an 2
52 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
86ien s’ils croient ce qu’ils nous disent, ou s’ils mentent.   4. « La sécheresse de 1976 a plaidé pour le nucléaire. » — C’est
87t que leur kilowatt/heure est « compétitif ». Ils mentent à coup sûr et ne peuvent l’ignorer. Le « succès maximal du nucléaire 
88t finalement dans leurs pensées. Elle les force à mentir en bonne conscience parce que au sens le plus précis de l’expression,
89e que au sens le plus précis de l’expression, ils mentent par raison d’État, et même, pour certains d’entre eux, par fidélité à
53 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
90voulu cela ! » Il est sincère sans doute, mais se ment à lui-même. C’est que nos volontés ne sont en réalité que les express
54 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 6. L’avenir sensible au cœur
91 qu’une attitude raisonnable : si l’on veut faire mentir ce modèle (comme l’espèrent sans nul doute ses auteurs) il faut comme
55 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
92nemi de l’humanité, c’est l’homme, seul à pouvoir mentir à sa nature, désobéir à son programme génétique ou à sa vocation spéc
56 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
93cteurs, de leur Publicité ou de leur Police, tous mentent en bonne conscience, pour des raisons d’État, et ressassent que c’est
94apable de se renier, de nier les évidences, et de mentir. Et ceux qui nient sa spécificité se réfutent donc par là même. Ils n
57 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
95 même nos « chefs de l’État ». Mais tout le monde ment à qui mieux mieux : il s’agit de créer des emplois, d’assurer le pres
58 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
96ses budgétaires : ces chiffres-là et eux seuls ne mentent pas. Et c’est ici qu’on voit paraître la nécessité de quelque Conseil
59 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Conditions d’un renouveau (automne 1978)
97 suis mort » sans démontrer par là [p. 101] qu’il ment. La phrase ne sera jamais dite, ou si elle est dite, ne sera pas croy