1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1 coups de griffes et chaud de l’étreinte du fauve merveilleux ». Il n’a pas eu le temps de se ressaisir, le sport prolongeant pour
2 1924, Articles divers (1924–1930). Conférence de Conrad Meili sur « Les ismes dans la peinture moderne » (30 octobre 1924)
2accompli, durant le xixe siècle, une exploration merveilleuse dans les domaines du romantisme, du naturalisme, de l’impressionnisme
3 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
3attente »), — ce que l’auteur découvre c’est ce « merveilleux contraire » de l’élan vital qu’il nomme élan mortel — générateur de l
4profonde. Fidélité à sa loi individuelle, quelles merveilleuses duperies cela suppose. Mais c’est une honnêteté peut-être plus réelle
4 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
5lucination du décor des capitales, créatrice d’un merveilleux de chaque instant, d’une véritable « mythologie moderne ». Le Paysan
5 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
6Rezzovitch s’idéalise et gagne la puissance d’une merveilleuse obsession. II lui écrit de longues lettres, [p. 388] sans les envoyer
6 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Rainer Maria Rilke (décembre 1927)
7uves. Il reste qu’un livre comme celui-ci tend un merveilleux piège sentimental à la raison raisonnante. Et qu’il nous mène un peu
7 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
8einture à la photographie. Une œuvre d’art est un merveilleux foyer de contagion contre lequel je ne saurais me prémunir par le moy
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
9. Nous manquons d’entraînement dans le domaine du merveilleux moderne. Un peu plus et nous demandions grâce de trop de plaisir. Mai
9 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
10t corps et biens dans sa grandeur comme une femme merveilleuse nous perdrait corps et âme dans l’ivresse amoureuse ; nous cherchions
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Quatre incidents (avril 1927)
11amélia de tendre orgueil. Il respire déjà l’odeur merveilleuse des objets et des êtres véritables. Un bateau ne glisse pas plus douc
11 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
12tte étude un intérêt bien vif. Et cela fournit un merveilleux sujet de conversation, au café. Dans un salon, par contre, c’est d’un
12 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les derniers jours (juillet 1927)
13illent à l’achèvement d’un certain monde moderne, merveilleuse mécanique sévère et dénuée de tout secours de l’Esprit. Mais un jour
13 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Marguerite Allotte de la Fuye, Jules Verne, sa vie, son œuvre (juin 1928)
14isiste où les équations tyranniques deviennent de merveilleux calembours, où les savants sont réellement dans la lune, ou bien desc
14 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
15fends du pittoresque, ce n’est qu’amour jaloux du merveilleux, avec quoi l’on est trop souvent tenté de confondre le bizarre. C’est
16vent tenté de confondre le bizarre. C’est le faux merveilleux qui a discrédité le vrai, lequel est quotidien, circonspect, souvent
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
17on touchait avec notre jeunesse le tragique ou le merveilleux, on mettait notre volonté aimante, entre toutes les pages, sur toutes
16 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
18es peuples dont elles émanent. La montagne est un merveilleux réactif, au contact duquel certains traits de caractères nationaux s’
17 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
19uscité de l’abîme du désespoir et revenu au monde merveilleux. [p. 631] Il résolut de vivre fermement dans sa sphère actuelle, enri
20elle, enrichi par la force de la mort. Tout était merveilleux, la mort, lui-même, la terre, les pierres, le sable, la nourriture, l
21vapeur, même le vide qu’il avait cherché, étaient merveilleux. Les couleurs, la lumière du soleil, les dessins, les roses, les lèvr
18 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
22fends du pittoresque, ce n’est qu’amour jaloux du merveilleux, avec quoi l’on est trop souvent tenté de [p. 77] confondre l’excès d
237] confondre l’excès de bizarrerie. C’est le faux merveilleux qui a discrédité le vrai, lequel est quotidien, circonspect, souvent
19 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
24é du monde. Un peu plus tard, il y eut un instant merveilleux que je veux noter ici. Le ciel est encore plus blanc, et la prairie s
25res nous avaient bien trompés. Pas trace ici de « merveilleux ». Tout ce qui, sous d’autres climats, fait effervescence et fuse en
20 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
26, pouvait provoquer dans les âmes des complexités merveilleuses, un pathétique aux résonances profondes : Milton. Mais le moralisme d
21 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
27’abord qui nous retient chez Pierre Girard, cette merveilleuse ingénuité devant le printemps et les femmes, cette aisance de l’écrit
22 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
28arner toute la poésie des contes scandinaves, une merveilleuse petite Eva-Margareta dont l’apparition fait songer aux plus radieuses
23 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
29ent certaine. Pourtant, comment ne pas admirer la merveilleuse convergence d’une notion trop désintéressée de l’esprit, qu’ont les c
24 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
30les expériences sont possibles, et certaines sont merveilleuses… « On ne doit pas prêcher l’expérience ! » disent-ils. Que font-ils d
25 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
31 de l’Église, toutes les ressources de sa « grâce merveilleuse » à exposer les doctrines de Rome, les « propos ambigus et circonlocu
26 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
32as se laisser mutiler, fût-ce au prix de salaires merveilleux 45 . Il découvre que la mesure qu’on voulait imposer à son orgueil n’
27 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
33as se laisser mutiler. Fût-ce au prix de salaires merveilleux 58 . Il découvre que la mesure qu’on voulait imposer à son orgueil n’
28 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
3436) w Quel que soit le domaine qu’il aborde, la merveilleuse précision de son vocabulaire sauvera Gide du journalisme. Car ce n’es
29 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
35 du régime des marées, des courants et des vents. Merveilleux livre en vérité ! Et la merveilleuse bibliothèque que celle qui [p. 1
36et des vents. Merveilleux livre en vérité ! Et la merveilleuse bibliothèque que celle qui [p. 19] rassemblerait tous les ouvrages an
37nes, très doucement inclinée, et sans une pierre. Merveilleuse piste de bicyclette. Nous nous sommes procuré deux vieux clous tout r
30 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
38crivait sans le savoir. Découverte des diversités merveilleuses que proposent ces visages attentifs, éclairés ou butés, douloureux, t
39le le front antifasciste. Je recopie cette phrase merveilleuse qu’ils ont fait imprimer en lettres grasses : « Tout notre programme
31 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
40éjoue toutes les conven­tions. Surtout, un rythme merveilleux de souplesse, d’imprévu et d’aisance, entretient tout au long de la l
32 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
41crivait sans le savoir. Découverte des diversités merveilleuses que proposent ces visages attentifs, éclairés ou butés, douloureux, t
42le le front antifasciste. Je recopie cette phrase merveilleuse qu’ils ont fait imprimer en lettres grasses : « Tout notre programme
33 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
43 fermer les yeux pour que s’ouvrent les portes du merveilleux. » Phrase étonnante à la fois par la grandeur de l’espérance qu’elle
34 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
44 du régime des marées, des courants et des vents. Merveilleux livre en vérité ! Et la merveilleuse bibliothèque que celle qui rasse
45et des vents. Merveilleux livre en vérité ! Et la merveilleuse bibliothèque que celle qui rassemblerait tous les ouvrages analogues
35 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
46de fine psychologie, et plein de méfiance pour le merveilleux, qu’il juge grossier, réduit autant que possible l’importance du phil
47n, mais que ceux qui la veulent dépeindre dans sa merveilleuse violence se voient contraints de recourir au langage trompeur des sym
36 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
48littérature de parler d’aventures incroyables, de merveilleux facile, de naïvetés touchantes, de fraîcheur primitive, etc. « Poèmes
49 En vérité, tout « signifie », dans ces aventures merveilleuses, tout est symbole ou délicate allégorie, et seuls les ignorants s’arr
50 sur une barque magique » et parvient à une terre merveilleuse. « Il se lasse à la fin de ce séjour, veut revenir. C’est finalement
37 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
51ême réalisme quand ils sacrifient le sentiment du merveilleux à celui d’une intimité plus familière et plus émouvante, comme ils te
38 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
52teur somnambulique de celui qu’hypnotise un objet merveilleux, dont [p. 230] il n’aura jamais épuisé la richesse. L’un posséda mill
53nter follement, tout ardents de curiosité ; d’une merveilleuse inconséquence… Ce qui appauvrit le romantique français, c’est qu’il d
39 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
54 laisse tuer pour respecter des conventions d’une merveilleuse extravagance. « Les chevaliers de l’ordre de l’Étoile jurent que dans
40 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
55 journalistes, la veille de son mariage : « C’est merveilleux de se marier pour la première fois ! » (Un an plus tard, elle divorça
41 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
56s milliers de pages de rhétorique sur le Progrès. Merveilleuse doctrine que celle-là ! Car en somme elle justifie tout, endort l’esp
42 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
57uel être supérieur et choisi la nature servait ce merveilleux festin de montagnes, de nuages et de soleil, et cherchant un témoin s
58omme. Il ne suffit pas de se complaire dans cette merveilleuse nature : rappelons-nous qu’on peut aussi nous comparer, nous autres S
43 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
59s milliers de pages de rhétorique sur le Progrès. Merveilleuse doctrine que celle-là ! Car en somme elle justifie tout, endort l’esp
44 1945, Carrefour, articles (1945–1947). Hollywood n’a plus d’idées (13 décembre 1945)
60e peut que Hollywood, après sa mort, devienne une merveilleuse « idée de film », et renaisse à l’écran sous la forme du chef-d’œuvre
45 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
61bandier, puis douanier. Il cultive aujourd’hui un merveilleux jardin, dans un vallon bien abrité, à la terre ocrée, sous les pins.
46 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
62il des maisons blanches, rosies et bleuies par un merveilleux couchant. Des enfants aux tignasses d’Arabes poursuivent des chiens e
47 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
63 moi, soyez tous l’Exception ! » L’agent. Quelle merveilleuse idée d’article ! Je sens que la photo sera bonne, nous l’avons prise
48 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
64e peut que Hollywood, après sa mort, devienne une merveilleuse « idée de film », et renaisse à l’écran sous la forme du chef-d’œuvre
49 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
65ent sur ses fiançailles, à dix-neuf ans : « C’est merveilleux de se marier pour la première fois ! » Deux ans plus tard, elle était
50 1948, Suite neuchâteloise. VIII
66 trop beau… Le lièvre détala. Combien d’occasions merveilleuses ai-je laissé détaler depuis ! Ce sont peut-être celles qui m’ont le p
51 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
67 l’homme puise dans la nature, repu leurs yeux de merveilleux horizons, purs, libres et tangibles, dès qu’on dépasse les 2 000 mètr
52 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
68isfaisait, Il a donné à ton nom un retentissement merveilleux sur la Terre. Les Indes, qui sont une partie du monde si riche, Il te
53 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
69 conte à nouveau l’histoire de « la femme la plus merveilleuse qu’il eût croisée sur sa route » : Elle l’avait ravi comme un poème
54 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
70visiblement de se sentir « exclu » de cet univers merveilleux, il gémit : « Que ne donnerais-je pas pour devenir un non-conformiste
55 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
71conte de nouveau l’histoire de « la femme la plus merveilleuse qu’il eût croisée sur sa route » : « Elle l’avait ravi comme un poème
56 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
72teur somnambulique de celui qu’hypnotise un objet merveilleux, dont il n’aura jamais épuisé la richesse. L’un posséda mille et troi
73 Telle est la plénitude de l’amour — et sa rareté merveilleuse ! Mais nos arts devant elle ont toujours reculé. Et nos littératures,
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
74ivi par saint Jérôme, s’efforcent d’en évacuer le merveilleux : Europe fut enlevée par les Crétois dans un navire dont l’insigne é
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.4. Pendant ce temps, l’Amérique du Nord…
75, nous combattons pour la sienne. C’est une tâche merveilleuse que nous a assignée la Providence, et je ne puis donc qu’espérer ferm
59 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
76rivains et ses artistes font preuve, n’est pas la merveilleuse prémonition du mourant, mais l’inquiétant pressentiment d’une renaiss
77nondait de chaleur et de lumière, en admirant ces merveilleux enfants… Songe merveilleux, sublime aberration de l’humanité ! L’âge
78mière, en admirant ces merveilleux enfants… Songe merveilleux, sublime aberration de l’humanité ! L’âge d’or est le rêve le plus in
79 du « peuple » — cette lutte a créé en Europe une merveilleuse tension de l’esprit, telle qu’il n’y en eut pas encore sur terre : et
60 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
80Ainsi le drame d’une haute culture, tout ce monde merveilleux de divinités, d’arts, de pensées, de batailles, de villes, se termine
61 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
81source hébraïque : L’Évangile est la dernière et merveilleuse expression du génie grec, comme l’Iliade en est la première ; l’espri
62 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
82as porté tous ses fruits si sa technique, quelque merveilleuse qu’elle fût, ne s’était alimentée à la source profonde d’une pensée c
63 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
83teur somnambulique de celui qu’hypnotise un objet merveilleux, dont il n’aura jamais épuisé la richesse. L’un posséda mille et troi
84 Telle est la plénitude de l’amour — et sa rareté merveilleuse ! Mais nos arts devant elle ont toujours reculé. Et nos littératures,
64 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
85hanoines ? Au grand Osterwald, qu’on ne lit plus, merveilleux traducteur de la Bible, et que Newton qualifiait de vir omnium christ
65 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
86des chevaliers du Temple qu’il fait exécuter, une merveilleuse opération sur l’or ! Cet exemple de rejet de toutes instances univers
66 1969, La Vie protestante, articles (1938–1978). La lune, ce n’est pas le paradis (1er août 1969)
87s-uns de nos meilleurs esprits européens : « Quel merveilleux exploit technique ! Mais si l’on découvrait demain que cela ne sert à
67 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
88des chevaliers du Temple qu’il fait exécuter, une merveilleuse opération sur l’or ! Cet exemple de rejet de toutes instances univers
68 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Le testament de Tristan (14-15 novembre 1970)
89qu’il demandait, c’est le mot clé du fédéralisme. Merveilleux compromis entre le mythe et l’avenir : ce dernier paladin de l’ère de
69 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
90ui était défaite s’est transformé en une aventure merveilleuse, où l’écroulement de la société celtique ne peut être dû qu’à des cir
70 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
91 pollution, je ne puis m’empêcher de penser à une merveilleuse petite parabole de Kierkegaard, le plus grand penseur religieux du si
71 1972, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Merveilleux Lavaux (23-24-25 décembre 1972)
92 [p. 17] Merveilleux Lavaux (23-24-25 décembre 1972) ao Le centre du monde est partout,
72 1976, Réforme, articles (1946–1980). À propos du Concorde (21 février 1976)
93e » quelques heures supplémentaires au-dessus des merveilleux châteaux de nuages de l’Atlantique : ils y gagneraient (outre 20 % su
73 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
94e » quelques heures supplémentaires au-dessus des merveilleux châteaux de nuages de l’Atlantique : ils y gagneraient (outre 20 % su
74 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
95 chacun dans sa langue l’injonction dramatique et merveilleuse : « Voici, je me tiens à la porte et je frappe. » (Apoc. 3. 20.) Le
75 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 12. Que tout appelle les Régions
96sait : Votre Région n’est qu’une vue de l’esprit (merveilleuse expression, en vérité, dont on comprend qu’elle exaspère les sots), p
76 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
97. La tradition des poètes chantant l’Europe, ses merveilleuses diversités et sa passion de la liberté, se poursuit jusqu’au xixe si
77 1980, Journal de Genève, articles (1926–1982). Les journalistes sportifs ? On dirait qu’ils aiment les tyrans (31 mai-1er juin 1980)
98 des lettres de celui que je considérais comme un merveilleux écrivain. Mes débuts littéraires ont donc coïncidé avec ma passion po
78 1980, Réforme, articles (1946–1980). Les Nations unies des animaux (13 décembre 1980)
99ut à comprendre un peu nos langages d’hommes. Les merveilleux dauphins sont les vedettes de cette campagne d’alphabétisation, — mai